Esclavage : Hollande dénonce les « nouveaux négriers »

Le regard de René Le Honzec.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Je me faisais justement la réflexion que nos élites qui condamnent les négriers sont beaucoup moins promptes à dénoncer ce que pratique l’État français: un esclave étant celui qui est privé des fruits de son travail, celui dont on prélève la moitié (voire davantage) de ce qu’il produit est donc un demi-esclave.
    Mais je ne sais pas dessiner!

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Il y a trois ans et demi, le New York Times Magazine publiait "The 1619 Project".

Il y était affirmé que 1619, l'année où le premier navire négrier serait arrivé dans ce qui est aujourd'hui les États-Unis, était aussi fondamentale pour l'Amérique que l'année 1776, et que l'héritage de l'esclavage façonne toujours notre société. La créatrice du projet 1619, Nikole Hannah-Jones, a donné une interview au New York Times le 16 janvier, dans laquelle elle déclarait que "le capitalisme aux États-Unis a été largement façonné par l'esclavage".<... Poursuivre la lecture

Londres
0
Sauvegarder cet article

Un article de Human Progress

 

Notre vingt-troisième Centre du progrès se situe à Londres à la fin du VIIIe et au début du XIXe siècle, lorsque la ville a accueilli des débats sur la nature des droits de l'homme qui allaient changer le monde. Aujourd'hui, nous considérons comme acquise la norme selon laquelle personne ne peut acheter ou vendre un autre être humain, mais il a fallu beaucoup de temps à l'humanité pour en arriver à cette norme. L'esclavage a été accepté et rarement remis en question pendant des millénaires dan... Poursuivre la lecture

Par Lipton Matthews.

 

Le film à succès The Women King a ressuscité le mythe selon lequel l'esclavage procure de la richesse. Si les critiques irritées affirment que le film minimise le fait que l'empire du Dahomey tirait sa richesse de l'esclavage, cette observation associe à tort la réussite politique à l'épanouissement humain. L'État et l'individu sont deux entités distinctes et, à ce titre, les objectifs des individus sont souvent incompatibles avec ceux de l'État.

En Afrique, la traite des esclaves a enrichi les... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles