Conférence sur Turgot, à Paris le 12 mai

Turgot (Image libre de droits)

Conférence de Benoît Malbranque, dans le cycle de conférences consacré à la pensée économique française, le mardi 12 mai à 19 heures à Paris.

Une communication de l’Institut Coppet.

Turgot (Image libre de droits)
Turgot (Image libre de droits)

Conférence de Benoît Malbranque, dans le cycle de conférences consacré à la pensée économique française, le mardi 12 mai à 19 heures à Paris.

Inscrivez-vous pour participer : http://www.eventbrite.fr/e/billets-conference-de-benoit-malbranque-sur-turgot-16747007751

En vous inscrivant, vous donnerez 5 € ou plus à l’Institut Coppet. Comme vous le savez, notre centre de recherche est indépendant de toute subvention publique. C’est votre générosité, et elle seule, qui nous permettra d’organiser l’événement et d’amplifier notre action pour mieux faire connaitre la pensée libérale. Merci d’avance.

Supposez qu’un homme politique arrive au pouvoir et découvre la situation catastrophique des finances publiques. L’État est au bord de la banqueroute, incapable de rembourser ses créanciers. Cet homme n’est pas François Hollande mais un économiste brillant et partisan du « laissez faire, laissez passer ! » des Physiocrates… Non, nous ne sommes pas en 2015 mais en 1774 et cet homme c’est Turgot, nommé ministre des finances par Louis XVI, en pleine crise de la dette. Que va-t-il faire ? En deux ans, il va tailler dans les dépenses de la Maison du roi, engager des réformes audacieuses pour libérer l’économie des entraves administratives. Il ira même jusqu’à sermonner le roi en ces termes : « Il faut, Sire, vous armer contre votre bonté, de votre bonté même, considérer d’où vous vient cet argent que vous pouvez distribuer à vos courtisans ».

Tout à la fois philosophe, économiste, et ministre d’État, Turgot est une personnalité d’une envergure considérable. Collaborateur de l’Encyclopédie, ami proche de Voltaire, correspondant régulier de Condorcet, membre, bien malgré lui, de la Physiocratie, Turgot brilla d’une lumière rare au sein de la sphère intellectuelle française de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Tour à tour intendant à Limoges, dans le Limousin, puis ministre sous Louis XVI, il a aussi laissé, comme administrateur, une trace incomparable.

Murray Rothbard, dans son Histoire de la pensée économique, a consacré un chapitre à « L’Éclat de Turgot », il souligne que « l’influence de Turgot sur la pensée économique ultérieure fut sérieusement restreinte (…) par le mythe suivant lequel Adam Smith serait le fondateur de l’économie politique. » Et il ajoute « c’est sur le Français J.B. Say, officiellement adepte de Smith, que Turgot a finalement eu le plus d’influence, particulièrement sa théorie de la valeur-utilité. »

À lire :


Sur le web