Baisse de l’euro : quelles implications pour l’économie marocaine ?

La baisse de l’Euro n’épargne pas les économies voisines en Afrique, comme le souligne l’exemple marocain.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Baisse de l’euro : quelles implications pour l’économie marocaine ?

Publié le 7 mai 2015
- A +

Par Hicham El Moussaoui, depuis le Maroc.
Un article de Libre Afrique.

Drapeau Maroc  (image libre de droits)À fin mars, la monnaie européenne a atteint son niveau le plus bas face au dollar depuis 10 ans, soit 1,05 dollar. Cela signifie automatiquement une dépréciation de l’euro et une appréciation du dollar par rapport à la monnaie nationale marocaine (dirham). Quelles implications pourl’économie ?

Puisque la zone euro est le premier partenaire économique du Maroc, il est clair que si l’euro poursuit sa dépréciation, cela conduira automatiquement à la surévaluation du dirham marocain, laquelle va impacter l’économie marocaine. Surtout si l’on sait que le dirham est coté sur la base d’un panier de devises composé à hauteur de 80% d’euros et 20% de dollars américains. En effet, d’abord, avec un dirham plus cher, les exportations marocaines facturées en euro seront moins compétitives, ce qui risque, toutes choses égales, de nous faire perdre des parts de marché. De même, les exportations marocaines rapporteront moins de dirhams après la dépréciation de l’euro, ce qui va faire chuter nos rentrées en devises. Côté importations achetées aux partenaires européens, elles seront moins chères bien évidemment. Autrement dit, la dépréciation de l’euro servira les importateurs (en euro) et desservira les exportateurs (euro).

Les transferts marocains à l’étranger seront également impactés négativement puisqu’une dépréciation de l’euro baissera automatiquement la valeur des transferts en dirhams à très court terme. Mais si à moyen et à long terme, la croissance revient dans la zone euro, les transferts seront améliorés grâce à l’effet volume. Concernant le tourisme, un dirham fort (par rapport à l’euro), pour ne retenir que ce facteur, rendra le Maroc une destination plus chère et moins compétitive. Au niveau de la dette du Maroc, il est clair qu’une dépréciation de l’euro va baisser relativement les charges d’intérêt du Maroc, étant donné qu’une grande partie de la dette extérieure marocaine est libellée en euro.

Par rapport au dollar, son appréciation par rapport au dirham est une mauvaise nouvelle pour les importations marocaines libellées en dollar. Ceci est d’autant plus vrai que le Maroc importe la quasi-totalité de l’énergie en dollar. Sans parler du fait que l’Asie, qui utilise généralement le dollar dans ses relations commerciales, est le deuxième partenaire du Maroc. Plus intéressant encore, le Maroc ne profitera pas pleinement de la récente baisse des cours de pétrole puisque le dirham est indexé principalement à l’euro et non au dollar. En revanche, pour les exportations libellées en dollars, notamment les phosphates, elles verront la valeur de leurs recettes augmenter du fait de l’appréciation de la valeur du dollar.

L’on voit bien que les effets restent contrastés sur l’économie marocaine, mais, puisque l’économie marocaine reste arrimée à la zone euro et est peu diversifiée (peu d’échanges avec les économies traitant avec du dollar), il est clair que les effets négatifs l’emporteront sur les effets positifs, mais l’effet net négatif sera pour l’instant limité avec des cours de pétrole faibles. Cette situation soulève la question de la pertinence de la politique de change fixe marocaine dans sa globalité.

D’ailleurs, conscient des risques de dégradation des équilibres macroéconomiques, la banque centrale marocaine et le ministère des Finances viennent de revoir, le 13 avril dernier, la composition du panier de cotation (composé à hauteur de 80% d’euros et 20% de dollars américains) auquel est arrimé la monnaie marocaine, car celui-ci ne reflétait plus la réalité des échanges extérieurs marocains. Le nouveau panier est désormais composé de 60% d’euros et 40% de dollars.

Bien évidemment cette décision va dans le bon sens dans la mesure où l’ancien panier ne reflétait plus la réalité des échanges extérieurs marocains. Cette actualisation du panier de cotation permettra de réduire la dépendance du Maroc vis-à-vis de l’économie de la zone euro et d’amortir les fluctuations du dirham par rapport à l’euro. Surtout en ce moment où la dépréciation de l’euro a globalement un impact négatif sur l’économie marocaine, il était impératif d’amortir cet impact en révisant à la baisse le poids de l’euro dans le panier. Cette décision pourra aussi aider les opérateurs marocains à optimiser les commissions de change nécessaires pour l’achat et la vente des devises, payer nos importations dans les devises indiquées en fonction des recettes des exportations, et enfin réduire les risques qui peuvent peser sur la dette publique et celle du Trésor. Certes, il y a le risque de renchérissement des importations avec l’appréciation du dollar et l’augmentation de sa pondération dans le panier, mais si le cours du pétrole garde son faible cours actuel, cela pourrait maintenir la facture énergétique nationale dans des limites raisonnables et ne pas menacer les équilibres macroéconomiques. Autrement dit, le timing est favorable à cette révision. D’ailleurs, suite à cette actualisation du panier de cotation, il n’y avait pas de changement majeur dans les deux valeurs phares, DH vs Euro et DH vs Dollar. Cela signifie qu’il s’agit d’un ajustement technique visant à stabiliser le dirham et donc à protéger notre économie contre les risques de variations de change.

Maintenant, pour prétendre développer la résilience et la compétitivité de l’économie marocaine, il va falloir, à moyen et à long terme, abandonner le rattachement du dirham au panier de devises et passer à un régime de change à taux flottant en fonction de l’offre et de la demande sur le marché des changes, qui est plus flexible. Au regard de la structure réelle de l’économie marocaine, il va falloir procéder en introduisant de manière graduelle des doses successives de flexibilité. Ainsi, on peut passer dans un premier temps à des régimes de change partiellement flottant comme un régime de parité glissante dans lequel le taux  de change est en principe fixe, mais la parité de référence est modifiée régulièrement selon des  paramètres prédéterminés ou de manière plus discrétionnaire afin de compenser partiellement au moins les écarts d’inflation avec le pays d’ancrage. Ou encore un régime de flottement administré dans lequel les taux de change sont flottants, mais des interventions ponctuelles et/ou coordonnées des banques centrales informent les marchés sur la parité considérée comme souhaitable.

Ainsi, la révision de la pondération du panier des devises est nécessaire, mais insuffisante pour préserver la compétitivité de l’économie marocaine dans son ensemble. L’introduction graduelle et prudente de la flexibilité dans la politique de change actuelle, tout en accélérant les autres réformes structurelles, est indispensable pour une économie plus compétitive. Au regard de l’amélioration des équilibres macroéconomiques, surtout le taux d’inflation faible, il est possible d’envisager ces solutions dans un avenir proche.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Excellent billet qui nous rappelle qu’une monnaie non convertible n’a pas de prix mais un tarif déterminé par un fonctionnaire irresponsable, c’est-à-dire agissant indépendamment de toute réalité économique. Cette irresponsabilité volontairement planifiée, dans le domaine monétaire comme dans n’importe quel domaine économique, est à l’origine des crises économiques et explique, parmi d’autres facteurs, la pauvreté durable qui étreint les populations du monde. En effet, contraindre la monnaie est un des outils pour réduire et diluer la propriété privée. Sans reconnaissance pleine et entière de la propriété privée par le pouvoir en place, sans respect de ce droit humain fondamental, il n’y a aucun développement économique possible.

    Après la libération du change, la suppression du monopole d’émission est évidemment l’autre réforme nécessaire pour libérer définitivement la monnaie, selon le principe simple qui pose que chaque banque doit émettre sa propre monnaie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Sahara occidental
0
Sauvegarder cet article

Par Rachid Nekkaz.

Depuis 46 ans, la réalisation du Grand Maghreb est bloquée par l'absence de solution diplomatique concernant le Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole désertique de 266 000 km2 située entre la Mauritanie, le Maroc et l'Algérie. 75 000 âmes arabo-berbères y vivaient.

En dépit de la mobilisation internationale (Nations Unies, Europe, Espagne, États-Unis, Union africaine, Ligue arabe), aucune solution acceptable par tous n'a été encore trouvée pour cette terre riche en phosphates et dont la côte Atlant... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Yves Montenay.

Ce qui suit s’appuie notamment sur les travaux et les sondages du centre de recherche Pew et de « Arab Barometer » 

Décidément, le pouvoir ne réussit pas aux islamistes. Ils viennent de le perdre au Maroc après la Tunisie et surtout après l’Égypte où ils sont sévèrement réprimés.

Et en Afghanistan ? Au bout de huit jours de pouvoir, les talibans se heurtent également aux réalités.

Le cas du Maroc

Je connais assez bien le Maroc pour y être allé très souvent soit en colloque, ce qui permet des cont... Poursuivre la lecture

Par Hicham El Moussaoui. Un article de Libre Afrique

Le gouvernement d’Al Othmani est aux anges suite au nouveau classement du Maroc dans l’indice de facilité de faire des affaires (Doing business, DB 2020), où le pays est passé de la 60ème place à la 53ème, en conservant son premier rang en Afrique du Nord, et son troisième rang en Afrique. Il se rapproche ainsi de son objectif d’intégrer le top 50 d’ici 2021. S’agit-il pour autant d’une bonne nouvelle pour l’économie et les entreprises marocaines ?

Une avancée grâce à des réforme... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles