Offensive contre Google : le mauvais combat de Bruxelles

Répression, intervention et intrusion sont ainsi les axes du droit de la concurrence qui se dessine dans le secteur d’internet en Europe.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Offensive contre Google : le mauvais combat de Bruxelles

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 28 avril 2015
- A +

Par Erwan Le Noan.

google logo in building credits Robert Scoble  (CC BY 2.0)
google logo in building credits Robert Scoble (CC BY 2.0)

 

L’offensive de la Commission européenne contre Google révèle une dérive de plus en plus interventionniste de son action régulatrice. Une attitude qui n’est pas adaptée aux activités numériques et qui ne protège pas les entreprises européennes.

À peine nommée, la commissaire en charge de la Concurrence, Margrethe Vestager, avait fait connaître son intention de reprendre les hostilités contre Google : elle entendait donner un tour offensif à cette enquête qui dure depuis bientôt cinq longues années. La notification de griefs adressée à l’entreprise américaine ce mois d’avril n’est pas donc pas une surprise ; mais elle intervient dans un contexte particulier et révèle un agenda politique de la régulation européenne, qui dérive, progressivement, vers un redimensionnement toujours plus interventionniste de ses missions.

Alors qu’aux États-Unis, la Federal Trade Commission a renoncé à engager une procédure qu’elle considère comme trop complexe et incertaine, la Commission européenne n’a pas eu ces réserves. Elle avait d’autant moins de raison de les prendre en compte que depuis des mois, Margrethe Vestager et Günther Oettinger ont multiplié les déclarations appelant à une politique résolument interventionniste. À Hanovre, le 13 avril dernier, le commissaire en charge du numérique, a même souhaité que l’Europe « remplace les moteurs de recherche sur Internet, les systèmes d’exploitation et les réseaux sociaux actuels ».

Leurs déclarations répétées, comme le rebondissement dans la procédure Google, révèlent deux tendances fortes de la régulation européenne.

La première dynamique à l’œuvre est l’utilisation du droit de la concurrence à des fins régulatrices. La Commission Junker s’est donnée pour ambition de réaliser le « marché unique numérique » : pour y parvenir, elle entend le forcer, en premier lieu, en contraignant les entreprises. Elle révèle ainsi le caractère interventionniste de sa conception du droit de la concurrence, qu’elle utilise pour modeler le marché européen conformément à ses ambitions politiques et sans attendre que les États se mobilisent. Cette démarche, motivée par un objectif d’approfondissement du marché intérieur d’ailleurs louable, transforme le droit en un instrument intrusif au service d’un agenda politique.

La régulation européenne est également marquée par une tendance répressive, qui tend à administrer a priori les dynamiques du marché et de l’ensemble des acteurs, plutôt que de sanctionner a posteriori les éventuels abus de quelques fautifs. Cette préférence pour le contrôle s’illustre également en France, où le Sénat vient d’adopter un amendement dont le but affiché est de nuire au moteur de recherche. Porté par la droite, et adopté à l’unanimité, il reprend la meilleure rhétorique anticapitaliste pour s’en prendre aux « grands sites Internet américains » qui auraient fait de l’Europe une « colonie ».

Répression, intervention et intrusion sont ainsi les axes du droit de la concurrence qui se dessine dans le secteur d’internet en Europe. Ils ne semblent pas adaptés à l’économie numérique, faite de nouveauté et de création permanentes ; la procédure menée, il y a quelques années, contre Microsoft avait conduit à geler une dynamique d’innovation dans l’entreprise, pétrifiée devant le risque légal.

Dans l’économie qui se dévoile avec internet, la concurrence n’est pas tant stimulée par les autorités publiques, fussent-elles bien intentionnées, que par les innovateurs radicaux et ceux qui déstabilisent les acteurs établis. Les principaux obstacles qu’ils rencontrent ne sont souvent pas le fait d’entreprises dominantes américaines mues par l’impérialisme, mais de réglementations archaïques adoptées et défendues par des États du siècle précédent. Ce dont l’Europe a besoin – et ce dont la Commission devrait se soucier – ce n’est pas tant d’activisme public, mais de liberté entrepreneuriale.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Je suis d’accord sur le principe de dénoncer la grippe interventionniste de l’Union mais en revanche, je n’ai pas l’impression qu’il est pertinent de dénoncer cette attitude face au titanesque Google.
    Parce que question marges de manoeuvre, Google n’est pas en reste et qu’il ne fait pas vraiment partie de ces entreprises qui seraient irréversiblement affectées par une mise à l’index de l’UE.
    Par ailleurs, qu’il puisse se jouer des « batailles » juridiques de pouvoir et de contre pouvoir, c’est particulièrement sain, quand il s’agit de ce type de cas. (Quand bien même je ne pense pas que l’UE soit assez puissante pour maîtriser Google).

  • « La régulation européenne est également marquée par une tendance répressive » ce n’est pas comme si les USA étaient répressifs envers tout ce qui n’est pas made in USA hein !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

(Source)

 

Le Conseil européen (les chefs d'État et de gouvernement des États membres de l'Union européenne) se sont réunis à Bruxelles les 23 et 24 juin 2020. Parmi les points abordés, il n'y avait pas que la question du statut de candidat à l'adhésion à l'Union européenne de la Géorgie, de la Moldavie et, surtout, de l'Ukraine, laquelle a fort normalement retenu l'attention des médias.

Le secrétariat du Conseil rapporte (c'est nous qui graissons) :

« 9. Le Conseil européen soutient réso... Poursuivre la lecture

Par Scott Shackford. Un article de Reason

Un document de travail récemment publié prétend montrer que les vastes lois sur la confidentialité des technologies mises en œuvre par l'Union européenne en 2018 ont considérablement étouffé l'innovation des apps et potentiellement privé les consommateurs de produits utiles.

Le rapport a été publié par le National Bureau of Economic Research, et il tente de calculer les effets sur les consommateurs du Règlement général sur la protection des données (RGPD), une loi de l'Union européenn... Poursuivre la lecture

candidats anticapitalistes
1
Sauvegarder cet article

Parmi les caractéristiques les plus notables de l’« exception française » se trouve l’anticapitalisme affiché et revendiqué par une bonne partie de la gauche, mais pas seulement. L’actuelle élection présidentielle s’inscrit dans la tradition. Il est vrai que sur les douze candidats du premier tour, au moins quatre, soit le tiers, se revendiquaient expressément de la mouvance crypto-marxiste.

Si nous reprenons les tracts du premier tour et en se concentrant sur l’anticapitalisme explicite des arguments, on peut établir un podium de l’an... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles