États-Unis : le poids des dépenses militaires

Presque tout le monde aux États-Unis connait quelqu’un qui est payé par le Pentagone. C’est ce qui fait son pouvoir de négociation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

États-Unis : le poids des dépenses militaires

Publié le 17 avril 2015
- A +

Par Véronique de Rugy.
Un article de Reason

F-35 credits Rob shenk (CC BY-SA 2.0)
F-35 credits Rob shenk (CC BY-SA 2.0)

 

Le ministère de la Défense américain (DOD), avec ses 2,3 millions de salariés, est le plus gros employeur de l’ensemble des États-Unis. L’industrie de la défense, qui est le principal bénéficiaire des dépenses du ministère, emploie directement ou indirectement 3 millions de personnes supplémentaires. En un mot, c’est la raison pour laquelle il est si difficile de réduire la dépense publique en général, et la dépense militaire en particulier.

La taille et le périmètre de l’État sont bien plus étendus qu’on ne le croit, explique John J. Dilulio, de l’Académie nationale d’administration publique dans le numéro du printemps de National Affairs. C’est davantage que le seul argent que Washington dépense, ou que les gens qu’il emploie. Ce sont aussi les gens du secteur privé qui vivent de cette dépense. Ce sont les organisations sans but lucratif payées pour aider à administrer les programmes publics. Ce sont les sous-traitants qui dirigent ces programmes, les sous-traitants des sous-traitants, etc.

Dilulio appelle cette masse interconnectée le « BIG PAP », pour « Big Inter-Government » et ses « Private Administration Proxies » (en français, mandataires privés de l’administration, NdT). En 2012 par exemple, le DOD a versé 688 milliards de dollars pour financer, entre autres choses, les salaires de quelques 801 000 employés civils et 766 000 sous-traitants. Le BIG PAP du Pentagone regroupe donc davantage de gens que le nombre total de militaires d’active. Le plus gros sous-traitant, Lockheed Martin, embauche à lui seul 40 000 sous-traitants de plus.

Si vous vivez dans le nord de la Virginie, la région la plus densément militaire de l’État fédéré qui reçoit le plus d’argent du Pentagone, vous connaissez presque certainement quelqu’un qui travaille pour le DOD, ou pour un de ses sous-traitants, ou pour un des sous-traitants de ses sous-traitants. Si c’est la Virginie qui reçoit le plus d’argent, un rapport de 2011 du Congressional Research Service (CRS) note que le ministère de la Défense est de loin « le plus gros employeur fédéral dans la plupart des États fédérés ». Il emploie aussi « plus de 90% des employés fédéraux civils à l’étranger ». Le BIG PAP est partout.

Faire du business avec l’État est extrêmement lucratif. Comme Tim Carney du Washington Examiner le notait dans un éditorial de septembre, les trois comtés des États-Unis qui ont un revenu médian dépassant les 100 000 dollars sont tous dans le nord de la Virginie, assez proches du District of Columbia. Il conclut : « Vous pouvez soupçonner d’où cette richesse vient : de l’État fédéral en pleine expansion ».

En moyenne, les employés fédéraux sont mieux payés que leurs homologues du secteur privé. Une étude de 2009 de Chris Edwards, directeur des études fiscales au Cato Institute, a établi que le fonctionnaire fédéral civil moyen gagne en moyenne deux fois plus en salaire et avantages que le travailleur moyen du privé. Selon le CRS, le salaire moyen en 2010 pour l’État fédéral était de 74 800 dollars, contre une moyenne nationale de 44 400 dollars. La différence est plus prononcée encore dans l’industrie militaire. Un rapport de mars 2012 du cabinet de conseil Deloitte a établi que près de 80% des emplois de l’industrie aéronautique et de défense étaient payés pour l’essentiel par l’État, et qu’en 2010 le salaire moyen y était de 80 100 dollars.

Les plus gros sous-traitants militaires finissent par compter sur le Pentagone pour la grande majorité de leur chiffre d’affaires. Selon USAspending.gov, les cinq plus gros bénéficiaires de contrats, prêts et garanties de prêts du ministère de la Défense sont Lockheed Martin, Boeing, General Dynamics, Raytheon et Northrop Grumman. En 2010, le pourcentage du chiffre d’affaires total dû à l’État fédéral était respectivement de 60%, 82%, 63%, 88% et 92%.

L’argent qui gicle de Washington est notoirement (et de manière prévisible) mal dépensé. Le Congrès ne parvient jamais à avoir le moindre contrôle significatif sur les dépenses militaires, et il n’a même pas réussi à adopter un budget en bonne et due forme depuis 2009. Les membres du Congrès ne font qu’empirer les choses en mettant en avant n’importe quel système d’armement ou moteur d’avion, pour peu qu’il puisse être produit dans leur circonscription, et peu importe si le Pentagone en veut ou non.

L’économiste David R. Henderson de la Hoover Institution donne un exemple dans un document de travail de juillet 2012 du Mercatus Center. Le président de la Chambre des Représentants, John Boehner (républicain de l’Ohio) a poussé à financer un moteur de remplacement pour le F-35 Joint Strike Fighter, malgré les objections du ministre de la Défense Robert Gates (qui a estimé que  « se serait un gaspillage de près de trois milliards de dollars »), uniquement parce que le constructeur du moteur avait « un millier de salariés travaillant à ce moteur dans une usine près de Cincinnati » à cette époque.

Les longues périodes de guerre enkystent cette pathologie, liant les sous-traitants du Pentagone dans le tissu de l’État obèse. Un rapport du CRS de mai 2011 a établi que le DOD avait plus de personnel sous-traitant que de personnel en uniforme en Irak et en Afghanistan et que le ministère a dépensé 11,8 milliards de dollars en contrats en Afghanistan et dans les pays voisins pour l’année fiscale 2010. Inutile de dire que ces sous-traitants ne risquent pas de considérer la fin du conflit comme bonne pour les affaires.

Même lorsque les profits des sous-traitants militaires ont atteint un niveau record, le Congrès semble déterminé à les protéger de toute coupe budgétaire. Le lobbying de l’industrie y joue sans doute un rôle. Selon le Center for Responsive Politics, le lobby de l’aérospatiale et de la défense aux États-Unis a financé des campagnes politiques et des comités de soutien à hauteur de 24 millions de dollars durant le cycle électoral de 2008, et a dépensé plus de 60 millions en lobbying en 2011. Lockheed Martin seul a dépensé 15 millions en 2011 en efforts de lobbying, plus 2 millions en contributions politiques. Boeing a dépensé 16 millions la même année.

Dans son article séminal de 1971 intitulé « The Theory of Economic Regulation », l’économiste nobélisé George Stigler a noté que les agences de régulation finissent par devenir captives de groupes d’intérêts qu’elles étaient explicitement censées contrôler. Rédiger une réglementation ou même passer une loi nécessite une connaissance en profondeur de l’industrie ; les agences fédérales et les législateurs ont donc tendance à recruter directement au sein même des entreprises qu’elles ont à  surveiller ou avec lesquelles elles doivent passer contrat. L’inverse aussi est vrai. Pour avoir un meilleur accès à leurs agences de réglementation et aux fonds publics, les entreprises vont embaucher des lobbyistes ayant travaillé pour le Congrès ou des organismes publics. Sur les 408 lobbyistes employés par l’industrie militaire pour faire pression sur le Congrès, 70% ont déjà travaillé pour le Congrès.

Face à cette pression sans relâche pour accroître les dépenses militaires, il y a encore des raisons d’être optimiste. Dans les années 1990, la seule catégorie de dépenses que les législateurs républicains, soi-disant en faveur de la réduction de l’État, ont réussi à réduire, était la dépense militaire, grâce aux bénéfices de la paix alors que l’armée devenait moins cruciale à la fin de la Guerre Froide. Peut-être pourrons-nous en faire autant cette fois-ci.


Traduction de « Six degree of Military Spending » : Benjamin Guyot pour Contrepoints.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • je comprend mieux pourquoi obama avait annoncé en début d’année qu’il y aurait d’autres conflits durant 2015 , ; il faut des guerres , encore des guerres , pour que les usa puissent faire travailer ces millions de personnes ; c’est triste ;

    • Vous racontez vraiment n’importe quoi, mon dieu certains doivent vraiment se faire soigner.

      De 2 :même si j’étais il y a encore 2 ans plutôt partisan des baisses de dépense militaires que j’estimais devenu relativement sûr il n’en est plus de même aujourd’hui..Avec les menaces russes, islamiques et chinoises, qui ont toutes gagnées en puissance militaire, j’ose espérer que les USA continueront à accroître leurs dépenses militaires après les coupes de ces dernières années, ce qui devrait se faire grâce au retour d’une bonne croissance économique.

      • Oui Marie a la dent dure. Un peu trop.
        Pour les dépense, une relative stabilité, et des variations pas trop brutales dans un sens ou l’autre, surtout à la baisse, cela s’admet.

      • La croissance US était dûe aux dépenses militaires et aussi aux dépenses d’Obamacare, le reste, c’est pas terrible …

      • Minute, ce serait pas précisément pour rattraper l’écart existant et siffler la fin de la récré pax americana que la Chine booste son armement? Il ne faut pas oublier que les USA disposent de l’arsenal militaire le plus gargantuesque assemblé par un pays en temps de paix (hors population mobilisable, là c’est la chine qui écrase le monde entier avec sa centaines de millions d’hommes mobilisables). Il se passe la même chose qu’avant 14-18, un empire en déclin qui s’arme dans l’expectative de contrer un autre empire montant, qui lui aussi s’arme à tout va… Ça va mal finir ce machin.

        • « Minute, ce serait pas précisément pour rattraper l’écart existant et siffler la fin de la récré pax americana »

          Ce que vous appelez la récré c’est bien la période la plus pacifique et la plus prospère qu’ai jamais connue l’humanité ? Espérons que ça continue, restons avec nos amis américains.

          « Il ne faut pas oublier que les USA disposent de l’arsenal militaire le plus gargantuesque assemblé par un pays en temps de paix »

          si vis pacem para bellum

          il faut aussi noter que les USA sont le seul pays à ne pas avoir sombré dans le totalitarisme depuis 200 ans, si quelqu’un doit assurer la paix (et je pense que c’est le cas, la pax romana et la pax britanica étaient des périodes de prospérité) c’est bien les USA.
          Enfin les USA on une vision non impérialiste de leur rapports avec les autres, ils écoutent les leaders régionaux et même les plus petits de leur alliés (comme les pays baltes). On pet enfin ajouter que la dernière expansion territoriale des USA est Hawaï avec la demande appuyé des locaux pour rejoindre les USA.

          « hors population mobilisable, là c’est la chine qui écrase le monde entier avec sa centaines de millions d’hommes mobilisables »

          Non armés, non équipés, non mobiles…

          « un empire en déclin qui s’arme dans l’expectative de contrer un autre empire montant, qui lui aussi s’arme à tout va »

          Le seul empire en déclin que je vois c’est la Russie, elle a perdu presque toute l’Europe de l’est (il ne lui reste que la Biélorussie qui tente même de s’en éloigner) et les citoyens de ces pays ne laisseront plus jamais leur liberté se faire écraser sous les chars russes.

      • A mon avis la priorité avant une augmentation est d’améliorer l’efficience des dépenses militaires, il y a énormément de gaspillage, de subvention à des projets qui devraient être financés par d’autres ministères (enfin par le privé d’un point de vue libéral), d’aides à des opérations qui ne produisent aucun résultats…

      • Votre propos est un peu lapidaire Vous signalez la Russie, Poutine a voulu remettre a niveau son armee qui apres la chute du mur etait obsolete Les sousmarins et missiles repondent desormais a une menace exterieure Idem pour la Chine qui veut preserver ses interets C’est la loi comme en physique de l’action et de la reaction A contrario on peut raisonner en sens inverse les USA peuvent presenter par leur hegemonie et leur interventionniste une menace Certains pays l’ont compris et ne veulent pas etre soumis a une invasion soudaine La seconde guerre en Irak et le casus belli invoque par Bush etait une tromperie grossiere En terme de propagande du temps des soviets Brejnev n’aurait pas fait mieux De surcroit l’installation de missile americain en Pologne afin de repondre officiellemnt a une menace iranienne ne peut convaincre que les benets Au lieu de jouer l’apaisement avec la russie sous l’egide des Americains, nous avons rearmee une nouvelle guerre froide Nous sommes des nains ploitiques Si le terrorisme prospere est que le moyen orient a ete destabilise, c’est en partie par l’occident Qui a degomme Mossadegh en IRAN dans les annees 60 ? Je vous le demande Cet article est intéressant mais l auteur oublie de citer le general Eisenhover qui mettait en garde de la toute puissance du complexe militaro industriel Nous y somme

  • deux choses à rappeler:
    1.- L’avertissement, dans son discours d’adieu en 1961, du Président Eisenhower des dangers face au « complexe militaro-industriel » , et aussi au danger « que l’ordre public puisse devenir captif d’une élite scientifique et technologique »
    2.- lorsque l’un se plaint d’un coût il faut bien qu’un autre se réjouisse d’un revenu.
    Et pour faire bon poids
    3.- la redistribution sociale des revenus fiscaux est aussi assurée par des contrats d’armement.

  • Bel exposé qui montre clairement le lien politique et pseudo-économique entre l’État et l’industrie militaire. Néanmoins, il y a une « bigger picture » que tentent de dénoncer les libertariens.

    Le monde ne pourra pas fonctionner selon les règles de l’économie classique tant que les propriétés demeureront indéfinies. L’économie fonctionnera donc par la force. Selon toute logique libérale, les dépenses du gouvernement ne peuvent pas à elles seules faire progresser une économie. Au pays des merveilles, il suffirait de remplacer toutes les pelles des prolétaires par des cuillères pour créer de l’emploi et enrichir tout le monde. Dans le même ordre d’idées, strictement au niveau matériel, utiliser des ressources pour détruire d’autres ressources ne peut ultimement constituer un enrichissement pour l’humanité dans son ensemble.

    La guerre sert toutefois à créer quelque chose: un contrôle fondé sur la coercition, un ordre établi par la subversion, une propriété acquise par le vol. La guerre créé d’autre guerre.

    Le monde sera libre et le capitalisme pourra fonctionner le jour où toutes les propriétés seront définies et attribuées au niveau individuel. Car dans l’indéfini, on ne peut plus distinguer une réquisition légitime d’une agression.

    La guerre s’installe toujours dans les zones grises de la définition de la propriété, parce que nous vivons sur une sphère au milieu de l’espace, que nous n’arrivons pas à nous entendre de manière unanime sur sa répartition et que même si on arrivait à s’entendre, nous n’arrivons pas encore de manière pratique à compartimenter en propriété privée individuelle chacune de ses ressources.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Elizabeth Nolan Brown.

 

Comment les États réagissent à l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade

Depuis l'arrêt de la Cour suprême de vendredi dernier qui a bouleversé la liberté de pratiquer une IVG en Amérique, les États ont pris des mesures pour en restreindre ou en protéger l'accès.

L'adoption de nouvelles interdictions de l'interruption de grossesse prendra au moins un peu de temps. Cependant, un certain nombre d'États ont déjà adopté des dispositifs légaux d'interdictions qui se déclencheraient automatiquement e... Poursuivre la lecture

Comme un coup de tonnerre dans un ciel d’été aux États-Unis, l’arrêt emblématique qui faisait de l’avortement un « droit constitutionnel » a été abrogé. Roe v. Wade (1973), confirmé par la suite par l’arrêt Planned Parenthood v. Casey (1992), vient de voir ses conclusions infirmées par l’arrêt Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization. Pour les juges, c’est « au peuple et aux représentants élus » d’encadrer la pratique de l’avortement, renvoyant ainsi la balle au Politique.

Affirmer que l’avortement n’est pas protégé par la Constitu... Poursuivre la lecture

On viole les droits constitutionnels des gens au nom de leur sécurité.

Les fusillades sont une triste réalité qui semble unique aux États-Unis. Et à chaque fois qu’elles se produisent, les sirènes (généralement démocrates) implorent le Congrès de « faire quelque chose ». Même si cela implique de violer les droits fondamentaux des individus.

Généralement, les républicains résistent au charme. Mais pas cette fois-ci.

Plusieurs sénateurs du parti de Trump se sont rangés du côté du parti de Biden pour imposer des restrictions... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles