Économie collaborative : Pourquoi Jeremy Rifkin se plante sur toute la ligne

La thèse générale du dernier livre de Jeremy Rifkin sur le coût marginal zéro est-elle fondée ? Pas le moins du monde, répond Eric Raymond, spécialiste mondial du logiciel libre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Économie collaborative : Pourquoi Jeremy Rifkin se plante sur toute la ligne

Publié le 17 avril 2015
- A +

Par Eric Raymond.

jeremy rifkin la société du cout marginal zéroJ’ai reçu une note de l’éditeur de Jeremy Rifkin m’indiquant que l’auteur a procédé lui-même à une demande afin qu’il m’adresse une copie de son dernier livre intitulé La nouvelle société du coût marginal zéro. La raison en est très claire : comme j’ai écrit sur l’économie des logiciels libres, il pense que je lui fournis l’un des cas paradigmatiques de son livre, à savoir la destitution des marchés de biens rares par la production à coût marginal nul. L’ouvrage de Rifkin est le prolongement de l’argument selon lequel cette production à coût marginal nul est une tendance émergente qui va non seulement faire tomber en désuétude le capitalisme tel qu’on le connait mais, en plus, va entraîner avec elle toutes les formes de propriétés privées.

Hélas pour M. Rifkin, mon analyse de la façon dont la reproduction des biens à coût marginal nul transforme les économies du logiciel me fait écrire que sa logique ne s’applique pas non plus à tout autre type de biens. Autrement dit, la logique de sa thèse générale est totalement ridicule. Du pur et simple bon sens fera un démenti cinglant à la thèse de Rifkin.

Commençons par les principes de base de l’économie de production : le coût d’un bien peut se diviser en deux parties : 1- ses coûts fixes, qui incluent les forces de production et les machines qui servent à produire la première copie. 2- ses coûts supplémentaires progressifs, ou, par un simple abus de terminologie, « le coût marginal » de production d’une unité supplémentaire N+1 qui suit la production de la première copie.

Dans un marché libre, la pression compétitive normale pousse les prix des biens vers leurs coûts marginaux. Ce processus ne s’enclenche pas immédiatement du fait que les fabricants ont d’abord besoin, au départ, de recouper leurs coûts de production. Le prix ne peut pas rester en deçà de son coût marginal, parce que si c’était le cas, le fabricant perdrait de l’argent sur chaque vente et serait, dès lors, contraint de mettre rapidement la clef sous la porte.

Dans cet ouvrage, Rifkin est fasciné par le phénomène des biens dont les coûts de production marginaux sont nuls, ou si proches de zéro qu’ils peuvent être jugés marginaux. De tous les exemples dont nous pouvons faire l’expérience, il porte plus précisément son attention sur les biens d’information tels que les logiciels, la musique, les arts visuels, les romans. Il associe à cet intérêt une obsession générale qui traverse tous ses livres, et qui se résume à une variation sur le thème « écrivons une épitaphe au capitalisme ».

Ce faisant, Rifkin ignore effectivement ce que font les capitalistes et ce qu’est le capitalisme. « Le capital » est cette richesse qui finance les coûts fixes de production. Dans le domaine des biens d’information pure, ces coûts peuvent se révéler très élevés. La production musicale est un cas exemplaire de ce point de vue. Elle a un coût marginal de reproduction nul, mais la première copie est très chère à produire. Les musiciens doivent posséder des instruments très coûteux, ils doivent se rémunérer en offrant des spectacles, et leurs activités demandent d’autres biens d’équipements annexes comme des studios d’enregistrements. Si ces coûts de productions ne sont pas tarifés consciencieusement dans un bien définitif, alors la production musicale ne sera pas longtemps viable économiquement.

Il y a 15 ans je faisais remarquer dans mon article Le Chaudron Magique que les modèles tarifaires de la plupart des logiciels propriétaires sont économiquement démentiels. Si vous tarifez un logiciel comme si c’était, disons, de l’électronique grand public, alors vous devez escroquer votre client sans quoi vous vous retrouvez rapidement sans ressources. La raison en est que le montant fixe de profit de chaque unité de vente sera toujours dépassé par les coûts perpétuellement en hausse de la maintenance technique, des réparations éventuelles et autres remises à jour des logiciels.

Je dis bien « la plupart » des produits logiciels, parce qu’il existe certains types de logiciels qui ont des cycles de vie courts et qui ne demandent presque pas d’obligation de services ; les jeux vidéo en sont des exemples parfaits. Si l’on suit cette logique, la meilleure chose à faire pour commercialiser tous types de logiciels revient à distribuer gratuitement le produit et à vendre des contrats de maintenance. Je défends cet argument parce qu’il défait la plupart des supputations économiques qui se logent sous les problèmes de confidentialités des logiciels. Si vous êtes en mesure de vendre des contrats de maintenance, qu’ils concernent des logiciels propriétaires ou libres n’y changera pas grand-chose – bien qu’il y ait des avantages substantiels à se procurer du logiciel libre.

Rifkin me cite dans son livre, mais il est évident qu’il a complétement mal interprété mes arguments de deux manières différentes, sur la base des présuppositions qu’il avance dans son ouvrage.

Le premier argument est que le logiciel a un coût marginal de production qui est effectivement de zéro. Mais cela est vrai de tous les logiciels et pas uniquement des logiciels libres. Ce qui rend économiquement viable le logiciel libre, c’est le dynamisme des marchés secondaires de la maintenance et des services affiliés. La plupart des autres biens d’information ne possède pas ces marchés complémentaires. Dés lors, les économies qui favorisent le logiciel libre en informatique ne sont pas universelles et ne s’appliquent même pas aux biens d’informations pures en général.

Le second argument est que, même pour les logiciels qui possèdent des marchés secondaires bien établis, le développement du logiciel libre compte sur le fait que les coûts d’investissement de production de logiciel soient bas. Quand les ordinateurs étaient chers, ces coûts étaient contrôlés par les économies de l’industrialisation de masse et la centralisation des structures managériales. Rifkin reconnait que c’est le cas pour une large quantité de marchandises, mais il ne s’attaque jamais à la question de savoir comment maintenir les coûts d’investissement d’autres marchandises au plus bas de façon à ce qu’ils ne prennent pas le pas sur les coûts marginaux.

Il y a deux autres défauts, largement plus importants, sous-jacents à la thèse de Rifkin. L’un qui dit que les atomes ont du poids. L’autre qui pose que l’attention des gens ne devient pas moins chère quand on en achète davantage. Il semblerait que le contraire soit vrai, ce qui explique pourquoi les capitalistes peuvent gagner beaucoup d’argent en en remplaçant du travail par du capital.

Les biens d’équipement constituent des sources de coûts tenaces. Les espoirs haletants de Rifkin autour de l’impression en 3D ne se matérialiseront pas à cause d’eux. L’impression 3D demande des matières premières, ce qui implique un coût marginal de production qui va bien au-delà de zéro. Les plastiques ABS (Acrylonitrile Butadiène Styrène), ou tout autre plastique, ont besoin d’être produits. Puis, on doit les acheminer vers les imprimantes 3D. Et là, quelqu’un doit faire fonctionner l’imprimante. Aucune de ces opérations n’a de coûts qui tendent vers zéro, ou qui se rapprocheraient proportionnellement de zéro. L’impression 3D peut augmenter l’efficacité productive en supplantant certains types de production en série, mais elle ne peut pas effacer les coûts de productions.

En ce qui concerne l’alimentation, l’argument de Rifkin peut être encore plus simplement réfuté. La plupart des facteurs qui entrent dans la production de l’épi de maïs que vous consommerez, par exemple, a un coût minimal bien au-dessus de zéro. Ne serait-ce que le réseau de transport qui fait parvenir cet épi de maïs de la ferme à votre table, a demandé des milliards de dollars de biens d’équipement. « Les atomes sont (effectivement) lourds. » Il n’est même pas ici question de coûts marginaux nuls ou « proche de zéro ». (Plus loin dans son livre, Rifkin défend l’idée du packaging du « transport internet », ce qui, en soi, est une bonne idée, mais qui n’est aucunement viable parce que les atomes sont toujours aussi lourds.)

Il est essentiel à l’argument de Rifkin qu’il escamote la distinction entre des coûts marginaux « nuls » et « proche de zéro ». Non seulement il se débarrasse des dépenses d’investissements, mais tente de séduire ses lecteurs en leur faisant croire qu’on peut négliger les coûts « proche de zéro ». Plus généralement, la manière dont Rifkin approche l’économie de production nous rappelle la célèbre citation d’Orwell : « Vous devez faire partie de l’intelligentsia pour croire des choses pareilles ; nul homme ordinaire ne saurait être aussi stupide. »

Mais même en mettant toutes ces erreurs de côté, on peut réfuter un autre argument avancé par Rifkin. Dans sa vision d’un monde nouveau, courageux mais impossible, où les marchandises ont un coût marginal nul, qui va réparer notre plomberie ? Si Rifkin essaye de négocier un prix avec le plombier sur la supposition que les heures du plombier ont un coût marginal nul après la première heure de travail, il en sera quitte pour un réveil brutal.

L’ouvrage est plein d’erreurs d’importances variables. L’erreur qui caractérise Rifkin bien avant la publication de cet ouvrage, et qui refait surface ici et là, consiste à faire appel aux lois de la thermodynamique pour arriver aux conclusions qu’il désire. Comme à son habitude, il néglige la différence entre la thermodynamique des systèmes fermés (qui voit la croissance générale se faire par entropie) et des systèmes ouverts (qui nous intéresse dans la mesure où on y trouve la biosphère terrestre, ou l’économie) dont la croissance peut être contre-entropique en internalisant l’énergie provenant d’autres sources pour intensifier un ordre de chose existant. C’est ce qui explique le pourquoi du comment de la vie.

Rifkin commet une autre erreur de base qui provient de son incapacité à saisir réellement la fonction la plus importante de la propriété privée. Il la présente comme une valeur en stock et une simple convenance dans l’organisation du commerce ; une fonction qui, dès lors, ne devient pas si essentielle que ça, si les coûts marginaux tendent vers zéro. Mais même si les atomes ne pesaient plus rien et que les prévenances humaines devenaient gratuites, la propriété fonctionnerait encore en définissant une sphère d’activités où les choix des propriétaires ne peuvent pas être contrecarrés. La chose la plus importante quand on est propriétaire d’une terre (ou de tout autre bien, comme la possession de sa propre brosse à dents) ne vient pas du fait qu’on puisse le vendre, mais qu’on puisse refuser la capacité à d’autres personnes de l’utiliser. Quand Rifkin daigne y prêter attention, il n’en pense que du mal.

L’ouvrage est aussi un concentré d’expressions à la mode : Thomas Kuhn ! L’internet des choses ! L’impression 3D ! Le logiciel libre !  Les Big Data ! Le prosommateur ! Mais sous cette surface policée, il bafoue largement la logique. Et ses erreurs suivent un parcours si familier qu’il en devient fatiguant. Ce que Rifkin est en train de nous vendre, qu’il en soit conscient ou non (et il se pourrait que non), est un marxisme réchauffé, un manifeste d’hostilité ouverte à la propriété privée, au capital, et aux marchés qui cherchent perpétuellement une marche à suivre rationnelle. La seule idée neuve qu’il propose se trouve dans la théorie de la valeur travail qu’il substitue pour une théorie post-travail à valeur nulle, ce qui la rend clairement encore plus fausse que celle de Marx.

Tous les indices du pseudo-marxisme sont réunis : l’identification fausse du capitalisme avec l’intégration verticale et la centralisation industrielle, c’est fait ; la tentative de forcer une opposition entre la collaboration volontaire mais non-monétisée et le commerce volontairement monétisé, c’est fait ; la survalorisation des petites coopératives locales comme si elles avaient la capacité de prendre une ampleur très large, c’est fait ; écrire au sujet des comportements super-coopératifs des humains comme s’ils falsifiaient l’économie classique et néoclassique, c’est fait. On se demande parfois si, dans cet ouvrage, Rifkin ne passe pas en revue une liste de clichés idiots, qu’il fait résonner un à un comme les cloches d’un carillon.

Finalement, l’erreur la plus sérieuse qu’ait commise Rifkin provient de son utilisation abusive de la notion de « bien commun ». Cette notion m’est chère, parce que j’ai vécu une large partie de ma vie au travers de cette notion en participant activement à construire une culture de hacker qui développe une énorme infrastructure de produit logiciel en commun. J’ai continuellement travaillé au développement d’une infrastructure ouverte et non-propriétaire. J’ai fait l’expérience de première main, puis formalisé par écrit et, dans certains cas, activement participé à la création de réseaux qui ont permis l’émergence de manifestes professionnels élaborés, le développement de pratiques de programmation, la lente constitution de savoir-faire informatique, l’élaboration de guides pratiques et autres documentations techniques logiciel, la création d’institutions formelles et l’accumulation d’acquis humains informels qui font de ces développeurs informatiques une communauté de bien commun. Je pense que je suis en position d’avoir prouvé avec force et efficacité la viabilité de l’infrastructure logicielle ouverte à n’importe qui dans ce métier.

Pour le dire franchement, j’ai passé plus de 30 années à faire ce que Rifkin intellectualise avec désinvolture. De cette expérience, j’en tire la leçon suivante : le concept de « bien commun » n’est pas une baguette magique qui efface les questions d’auto-détermination, de relation de pouvoir, ou le despotisme de la majorité. Ce n’est pas non plus un solvant universel contre les problèmes réels de rareté. Travailler au « bien commun » demande en pratique bien plus de sensibilité pour gérer les limites et le respect de l’autonomie de chaque individu. Si vous ne parvenez pas à trouver la façon de maximiser ensemble l’utilité individuelle et collaborative, votre « bien commun » ne fonctionnera pas et volera très vite en éclats.

Bien que je participe à des « biens communs » de dimension  très larges, que je cherche constamment à développer, je ne parle que très rarement de ceux-ci en ces termes. Je m’en abstiens effectivement parce que les conversations utopistes de salon sur le « bien commun » me repoussent. Elles me paraissent au mieux naïves et au pire sinistres, parce qu’elles se drapent soit de ce voile léger qui célèbre l’idéologie collectiviste, soit elles passent sous silence les tentatives pour débusquer ceux qui tirent vraiment les ficelles.

Dans la communauté des développeurs de logiciel libre, tous nos comportements « de bien commun » se réduisent au final aux décisions prises par chaque individu, la plus simple étant de savoir si l’un de nous va « nous rejoindre ou non cette semaine / à tel jour/ à telle heure ? » Nous savons d’avance qu’il ne peut pas en être autrement. Chaque participant protège farouchement le droit d’autrui à participer sur la base du volontariat et dans les termes qu’il juge adéquats. Personne n’a jamais dit que « le bien commun » conduirait à priver les individus de leur libre choix, et si d’aventure quelqu’un s’y essayait, cet individu se ferait sortir de la communauté avec mépris. En d’autres termes, l’opposition que Rifkin cherche éperdument à construire entre l’individualisme de Locke et la collaboration n’existe pas et ne peut pas exister.

La plupart d’entre nous comprend aujourd’hui que toutes les tentatives d’intercaler une idéologie entre « le bien commun » et « le marché » sont fallacieuses. Notre activité commune constitue en fait un marché de réputation, qui se trouve ne pas effectuer ses transactions à l’aide des prix, mais qui néanmoins se comporte comme un marché classique, avec son équilibre et les problèmes de découvertes concurrentielles étudiés habituellement par les économistes. Ce marché ne s’oppose pas au commerce monétisé, aux marchés libres, ou encore à la propriété privée mais fonctionne en harmonie productive avec les trois.

Rifkin ne veut pas en entendre parler, parce que l’histoire qu’il veut nous raconter demande que toutes ces constructions soient en conflit ouvert les unes avec les autres. Pour vous montrer à quel point les constructions de Rifkin le rendent aveugle, éloignons nous un instant du logiciel libre pour considérer son traitement des tendances du marché du partage des véhicules.

Il pose le cadre d’une histoire dans laquelle la possession individuelle d’un véhicule est l’instrument central et le symbole de l’autonomie individuelle (ce qui est parfaitement vrai), puis suggère que les tendances qui se dessinent vers le partage de véhicule doivent se comprendre dès lors comme un abandon voulu d’autonomie individuelle. La donnée factuelle qui lui échappe totalement est que le partage de véhicule est devenu un phénomène populaire essentiellement dans les zones urbaines. Ce phénomène s’explique par le fait que les citadins ont l’opportunité de s’offrir plus de mobilité et d’autonomie à un moindre coût.

Les utilisateurs de véhicule partagé n’abandonnent pas le principe de propriété privée. Ils achètent un nouveau service dans un type de marché où la valeur des véhicules personnels est insignifiante. Le fait que Rifkin soit emprisonné dans sa propre version rhétorique des « biens communs » le rend incapable de saisir la signification de ces nouveaux marchés. Par conséquent , il sous-estime ce qu’il en coûte pour que le partage de véhicules prenant place dans les grandes villes se propage dans les régions moins densément peuplées où le partage de véhicule a un coût de découverte concurrentielle et de coordination plus élevé (ce qui explique pourquoi être propriétaire d’un véhicule individuel dans une région rurale a une valeur supplémentaire plus importante.)

Les endroits où le logiciel libre (ou tout autre type de cultures collaboratives) se heurte à l’explication du « capitalisme » à la Rifkin sont précisément ces lieux où le marché libre a été supprimé ou compromis par des monopoles et par ceux qui veulent les mettre en place. Dans le cas du partage de véhicule, ces monopoles sont les compagnies de taxi. En ce qui concerne le logiciel libre, le monopole, c’est Microsoft, Apple, le MPAA (Motion Picture Association of America) /RIAA (Recording Industry Association of America) et tous ceux qui composent le cartel des poids lourds médiatiques, incluant les oligopoles des télécoms. Généralement, ces acteurs travaillent aux sabotages explicites ou implicites des lois du marché, ce qui explique pourquoi dévoyer « le bien commun » peut se révéler dangereux car ceux qui veulent s’emparer du pouvoir peuvent facilement l’utiliser pour se légitimer.

Je ne nourris que peu d’espoir pour que Jeremy Rifkin comprenne ces problèmes. J’écris néanmoins à leur sujet pour faire valoir clairement à qui veut l’entendre que Rifkin ne peut pas s’accaparer les succès du développement des logiciels libres pour valider son parti-pris anti-marché concurrentiel. Sa compréhension de ce que nous sommes, de la façon dont fonctionne « le bien commun » à grande échelle, de l’économie en général reste parfaitement erronée.


Traduit par Philippe Rouchy pour Contrepoints.

Voir les commentaires (51)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (51)
  • Bonjour,

    Je trouvais les théories de Rifkin comme une sorte de Marxisme 2.0, j’attendais une critique sur Contrepoints, merci beaucoup à l’auteur et au traducteur.

  • @nolife, Merci á Eric Raymond qui tape dans le mille, je dois dire, sur l’identification de l’imposture de Rifkin sur les changements dans l’économie dû aux plateformes de partage et l’extension des models d’échanges commerciaux (et non leur remplacement pur et simple) . Bel article en effet, partagez le!

  • Un auteur dont je vais me dépêcher d’aller explorer le site web.

  • Un peu long, mais extrêmement intéressant et pertinent.
    Merci à l’auteur, au traducteur, et à contrepoints d’avoir produit et rendu accessible cette pépite 😉

  • Bonjour à tous,

    Bien évidemment les théories de Rifkin ne sont pas parfaites mais au moins il a un projet !!
    Pourquoi Mr.Raymond plutôt que de crier à l’imposture ne se met pas en position de conseiller ?
    Pourquoi utiliser son intelligence pour dénoncer plutôt que d’aider ?
    Je pense qu’il y a beaucoup trop de prophètes de malheur ou penseurs d’impossibilité sur cette terre.

    • « Bien évidemment les théories de Rifkin ne sont pas parfaites mais au moins il a un projet !! »

      Il n’y a aucune raison d’avoir, un a priori positif face à une intention (un projet) de transformer la société.

      Car, non il n’est pas forcément mieux de faire un pas en avant plutôt que de rester là où on est. Faire un grand bond en avant, ça peut très bien vouloir dire « se précipiter dans un fossé » comme l’a tragiquement montré, à de multiples reprises, l’histoire du 20ème siècle.

      Certes, la dynamique actuelle (notamment financière et politique) n’est pas durable. Ca ne veut pas dire pour autant qu’il faille se jeter sans réfléchir sur n’importe quel modèle alternatif.

      • +1 C’est clair. Hitler aussi, avait un projet. Et Staline.

        • Résistons à la tentation du point godwin à chaque fois qu’on entend parler de projet un peu globalisant.
          Notamment parce que le discours type « projet » blabla « grande famille » blabla « révolution » on le retrouve aussi dans la bouche des grands patrons.

          • Qu’on atteigne le point Godwin n’empêche pas que se soit vrai.

            • Justement.
              Le point Godwin discrédite.

              • Non. Il discrédite seulement dans la tête de ceux qui l’utilisent pour discréditer leurs adversaires.
                Mais une référence pertinente sur le nazisme ou une idéologie totalitaire reste valide.

                Et même faire une référence à tout système autoritaire, injuste, inique ou criminel en analogie à des lois dangereuses est considéré maintenant comme un godwin.
                Se justifier sur l’expérience, sur l’histoire pour mettre en garde est de plus en plus systématiquement tourné en ridicule.

                Je rappelle qu’originellement, le point Godwin avait été inventé par des étatistes pour tourner en ridicule les critiques libertariennes du Tout-à-l’État…

                • Tout à fait d’accord: le point Godwin est utilisé à tort et à travers, dans les forums, en ignorance de son sens premier avec le but de discréditer, « ad hominem », l’accusant d’utiliser une « dérive » (souvent nazie), comme argument ou contre argument: ça scelle la fin du dialogue.

                  Dans l’article, parler du très actuel « bien commun » et de son (très relatif) « coût marginal proche de 0 » avec une référence à Karl Marx qui ne se doutait pas de l’avènement de l’ordinateur me parait aussi un argument bien faiblard!

                  (N.B. Il est vrai que, suite à l’article sur les « motions » du prochain congrès socialiste, j’ai prix conscience que la nostalgie marxiste était encore bien vivace en France!!! C’était très inattendu! Et invraisemblable!)

                  Il suffit de voir le développement  » d’app’s » sur I Phone et I Pad: à compter en millions, à présent, dont beaucoup sont téléchargeables gratuitement.

                  Mais depuis les premiers supermarchés, puis les stations d’essence « self-service », jusqu’au « services » bancaires actuellement répandus (ou les impôts!), où on voit que le « cadeau gratuit » ne demande « que » le temps, l’adaptation, la compréhension, l’initiative et le travail du client qui va « abreuver la machine de ses données » et plus du tout la disponibilité du fournisseur, qui souvent, en profitera pour vous faire passer en plus, sa pub ou celle d’un autre!

                  Nous ne savons que trop que ce qui est « gratuit », je veux dire: réellement « cadeau », coûte très cher! (sauf à l’état qui ne donne qu’une fraction de ce qu’il « pique »).

                  Mais on voit déjà des gens se désengager ou ne plus s’inscrire, pourtant « gratuitement », à des services « géniaux » comme FaceBook ou autres « réseaux » par crainte de voir vendu ce qu’on appelle encore leurs « données »(terme très mérité).

                  De plus, cet article pêche quand même par une critique sans nuance (parti-pris et idéologie sous-jacents).

                  À mes yeux, internet et ses sites sont capables, comme jamais auparavant, de mettre en relation des gens qui n’auraient jamais pu le faire autrement, sans autre frais que de se payer la connexion.

                  Cela a mis en relation des opposants, pas forcément « socialistes » ou « marxistes », mais simplement revendiquant leur liberté d’action personnelle, selon leur choix,, concrètement et suffisamment conscients et ouverts, pour refuser le système « ultra-libéral » et/ou « ultra-capitaliste », (dont il est difficile d’effacer le souvenir d’un coup d’éponge! Ces adeptes du casino ont fait plus de tort au « vrai » libéralisme que des années de grèves ouvrières!) par une sorte de résistance, avec leurs petits moyens communautaires, dans quelques domaines concrets, redonnant au troc sa valeur alors que les devises du « marché » leur paraissent moins crédibles que jamais (et, sur ce point, ils n’ont pas tort!).

    • Je crois que la biographie de Mr Raymond parle pour lui. Rifkin est un « penseur » qui ne s’est jamais confronté à la réalité des phénomènes sur lesquels il pense. Raymond, comme il l’explique très bien, à les mains dans le cambouis depuis plus de 30 ans. L’accuser de seulement critiquer sans rien faire à coté est d’un ridicule achevé.

    • Bonjour Lilian,

      Croyez-vous, pour amener la réflexion, que les constructeurs de la ligne Maginot n’avaient pas de projet en tête ?

      Pensez-vous que pour aider il ne faut dénoncer par moment ?

      🙂

    • D’abord, Rifkin utilise les textes de l’auteur dans ses propres publications, cela me parait amplement suffisant pour justifier une réfutation en règle, surtout quand les textes en question sont mal interprétés ou déformés, comme c’est le cas.
      Ensuite, Rifkin est un as du marketing. Un décodage détaillé fait oeuvre de salut public face à la séduction de la facilité.

    • non, Rifkin n’a pas de « projet ». Un projet c’est concret et on s’y engage personnellement avec ses ressources. Rifkin n’a que des théories fumeuses.
      A la rigueur, on peut lui accorder le « projet » de vendre des livres et des conférences pleins de promesses qui n’engagent que les naïfs assez crédules pour y accorder leur attention….

    • Les théories de Karl Marx n’étaient pas parfaites, mais au moins, il avait un projet.
      Pourquoi Mises et Hayel plutôt de crier à l’imposture ne se mettaient pas en postition de conseiller Staline et utiliser leur intelligence pour les aider au lieu de les dénoncer ?

      Les utopies ne sont pas parfaites, elles sont folles, liberticides, criminelles et impossibles.

      • Staline n’était pas un idiot et comme la plupart des hommes de pouvoir les idées libérales n’étaient pas à son gout, il préférait bien sur les théories faisant appel à un état fort et puissant.

  • Merci pour l’article.

    Mais je voudrais discuter d’un point :
    D’un coté, l’auteur défend que « la fonction la plus importante de la propriété privée, … c’est de pouvoir refuser à d’autres la capacité de l’utiliser ».
    De l’autre, l’auteur s’attaque aux monopoles, dont il cite les plus évidents (Microsoft…).

    J’aurais aimé savoir si une terre ou même une brosse à dent ne pouvaient selon les circonstances devenir un monopole, et donc, que son propriétaire soit obligé d’accepter que son bien revienne sur le … marché.
    Je pense à ce cas d’expropriation pour les besoins de construction d’un stade : un besoin futile, mais un bon exemple.

    • Le jour où on pourra parler d’interopérabilité des brosses à dent avec les dentifrices et de compatibilité entre les versions, on en reparlera, hein.

  • Le « bien commun » est un oxymore, tout comme « silence assourdissant ».

    (Le mot « bien » est synonyme de « possession » ou « richesse » comme dans l’expression « un homme de bien »).

    Mais au delà de l’aspect politique, les informaticiens se fichent pas mal de la notion de propriété. C’est seulement une question pratique : vous ne pouvez pas écrire des millions de lignes de codes tout seul ni négocier des droits de propriété par groupe de dix lignes qui vous empêchent de plus de corriger les bugs.

    C’est une simple nécessité technique due à l’augmentation exponentielle de la complexité qui impose des modèles nouveaux de relations économiques. L’économie doit s’adapter pour résoudre cette nécessité technique mais cela ne peut remettre en cause d’autres contingences. La récupération politique est simplement risible.

  • @lilian, en lisant l’article, vous trouverez que Mr Raymond indique que Rifkin non seulement se trompe mais aussi pontificate sur la question du bien commun. Eric Raymond, lui, a crée un bien commun en travaillant á l’élaboration des communauté Open Source. Voici ce que Ryamond dit:
    l’erreur la plus sérieuse qu’ait commise Rifkin provient de son utilisation abusive de la notion de « bien commun ». Cette notion m’est chère, parce que j’ai vécu une large partie de ma vie au travers de cette notion en participant activement à construire une culture de hacker qui développe une énorme infrastructure de produit logiciel en commun. J’ai continuellement travaillé au développement d’une infrastructure ouverte et non-propriétaire. J’ai fait l’expérience de première main, puis formalisé par écrit et, dans certains cas, activement participé à la création de réseaux qui ont permis l’émergence de manifestes professionnels élaborés, le développement de pratiques de programmation, la lente constitution de savoir-faire informatique, l’élaboration de guides pratiques et autres documentations techniques logiciel, la création d’institutions formelles et l’accumulation d’acquis humains informels qui font de ces développeurs informatiques une communauté de bien commun. Je pense que je suis en position d’avoir prouvé avec force et efficacité la viabilité de l’infrastructure logicielle ouverte à n’importe qui dans ce métier.

  • Merci à l’auteur et à Contrepoint pour cet article qui va m’aider à discuter avec des personnes qui sont béates d’admiration devant le livre de M. Rifkin. Surtout sur les notions d’imprimantes 3D qui permettraient, presque, de supprimer l’industrie (à en croire le retour des personnes ayant lu le livre de M. Rifkin) ou de l’énergie.

    Il serait intéressant de M. Rifkin au commande d’une entreprise et d’appliquer ses idées, juste pour observer le résultat 🙂

    • « Il serait intéressant de M. Rifkin au commande d’une entreprise »

      C’est plus facile et ça rapporte plus d’écrire un livre pour raconter aux gens ce qu’ils ont envie de croire.

    • Eric: « qui permettraient, presque, de supprimer l’industrie (à en croire le retour des personnes ayant lu le livre de M. Rifkin) ou de l’énergie. »

      Le fameux « on rase gratis » et ses variantes multi-millénaire…

  • Décidemment il y en a qui ont du mal à croire que la guerre froide est finie…

    Trop de texte pour pas grand chose. Rifkin n’oppose pas investissement privé et investissement public. Il oppose l’investissment en propre à l’investissement par des tiers investisseur (qu’il soit état, ou des industriels ou des banques…).

    Par définition un investissement en fond propre (individuel ou coopérative d’utilisateurs) est moins cher qu’un investissement sous traité vu qu’on ne marge pas sur sa propre consommation et qu’on assure soit même son risque. Si les couts d’exploitation sont les mêmes d’un coté comme de l’autre (plus d’effet d’échelle), le tiers investissement n’est plus compétitif par rapport à la propriété en propre et aux accords de collaboration. C’est juste une suppression d’intermédiaires.

    Et contrairement à ce qui est dit ce n’est pas lié à des actifs immatériels. La zone industrielle de Kalundborg fonctionne sans marché et sans état.

    • « Décidemment il y en a qui ont du mal à croire que la guerre froide est finie… »

      La 2.0 est en train de commencer.
      Mais ce n’est pas parce que le communisme a sombré qu’il faille arreter de le critiquer lorsqu’il y a des résurgences intellectuelles… L’homme tend à oublier et à se relancer dans les utopies… Il suffit de voir au Vénézuela…

      « Rifkin n’oppose pas investissement privé et investissement public. Il oppose l’investissment en propre à l’investissement par des tiers investisseur (qu’il soit état, ou des industriels ou des banques…). »

      En gros, la critique habituelle du cout du capital,… Thème cher aux marxistes…

      « Par définition un investissement en fond propre (individuel ou coopérative d’utilisateurs) est moins cher qu’un investissement sous traité vu qu’on ne marge pas sur sa propre consommation et qu’on assure soit même son risque. »

      En soi, l’investissement par un tiers est un service fourni par ce tiers. Et comme tout service, il a un cout. Mais une personne le demande parce qu’elle trouve que ce qu’elle gagne de ce service est préférable à son cout.

      « La zone industrielle de Kalundborg fonctionne sans marché »

      Vous devez confondre marché et marchés financiers.

      • Argumentaire tellement navrant c’ est la désintermédiation qui vous dérange? l’investissement d’un tiers n’est valable pour un client que si le coût en fond propre est supérieur à l’intermédiation où qu’il n’ pas le choix . Vous parler de guerre froide 2.0 alors que votre vision de l’économie est aussi figée que le marbre de la grèce classiqu. Uber , blabla car airbnb sont des exemple que la dynamique économique et autant fondée sur la possession que sur l’usage et c’est tant mieux. D’ailleurs il est intéressant de voir comment l’ Etat tant dénoncé par certains entend fermement freiner par tous les moyens cette dynamique.

        • La division du travail rend souvent (la plupart du temps) la sous traitance plus intéressante. l’autarcie n’est jamais une bonne solution de développement et les entreprises (même les grande) on abandonnées depuis longtemps le mythe de l’intégration qui ne conduit quasiment jamais à une augmentation de la rentabilité. Il vaut mieux en générale se concentrer sur ce que l’on sait le mieux faire et sous traiter le reste. C’est quasiment l’histoire du progrès technique de l’humanité qui est résumé dans cette phrase.

          • Sauf que la nécessité de l’ augmentation de la rentabilité à conduit nombre d’entreprise à se morfondre dans un confort qui pour beaucoup d’entre elle leur a été fatale. La dynamique du 21ème siècle fait juste en sorte que la sous traitance soit en constante innovation dans ses choix d’investissement. La seule sous traitance ne se suffit plus à elle même dans la recherche de la rentabilité, à part des secteurs particuliers et encore c’ est la conquête de nouvelles parts de marchés qui s’imposent naturellement aux acteurs économiques, c ‘est sur pour certains sa tranche avec l’ attente du retour sur investissement immédiat avec une marge confortable. C’est désormais le privilège des groupes privées biberonnés par l’Etat, mais toutes les bonnes choses ont une fin.

    • « Par définition un investissement en fond propre (individuel ou coopérative d’utilisateurs) est moins cher qu’un investissement sous traité vu qu’on ne marge pas sur sa propre consommation »

      Surtout en France, avec les charges élevées. Mais attention, cela ne marche pas pour les entreprises : le fisc veille, même en Suisse… Les taxes sont dues ! Donc gratuit, c’est NIET.

  • Excellent article, merci à l’auteur et à Contrepoints.

    J’ai entendu Rifkin à la radio. A toutes les questions qui contestaient ses théories il répondait avec un mépris insultant pour le journaliste comme si celui-ci était vraiment trop stupide pour comprendre les théories du grand gourou Rifkin…

    Ses théories sur la fin du capitalisme et les transformations de la société reposent sur deux piliers: la production d’énergie décentralisée « gratuite » (chacun son éolienne et son panneau solaire, comme si la production, la pose et la maintenance de ces objets étaient gratuites…) et la production d’objets « gratuite » avec des imprimantes 3D (même remarque, en ajoutant les coûts de production et de distribution de la matière première). J’ai oublié comment il résout le problème de la nourriture, celui de l’éducation, celui des transports, etc. Peu importe, sa vision est clairement une utopie. Dommage qu’il refuse de l’admettre.

    Cela dit, les imprimantes 3D sont des technologies de rupture. Nous en sommes au tout début mais le potentiel est fabuleux. Elles méritent mieux que d’être brandies en armes de destruction du capitalisme.

  • Merci à Philippe Rouchy, le traducteur.
    Merci à Eric S, Raymond. Toujours un grand plaisir de lire ses écrits.

    • Merci Karizoc, Bel analyse d’Eric Raymond. On voit bien le probléme des livres issues de l’université « á succés » qui passent en revue des sujets trés interessants, notamment l’innovation, source de changement des cycles économiques. Rifkin le fait si superficiellement, qu’il y glisse une grille de lecture gauchiste. Le pire, c’est que cette inculture informe malheureusement pas mal de politiques dans bien des instances d’importance comme l’EU ou le gouvernement francais pour ne citer qu’eux.

      • Comme vous le dites, M. Rifkin évoque des sujets intéressants mais exagère les effets sous influence marxiste, dommage car le marché de l’énergie risque de subir des mutations, quant à l’économie de partage, les Kibboutz ont échoué, l’être humain reste attaché à son droit de propriété …

  • Au dela de ce debat purement
    ideologique entre capitalisme et psudo marxisme. Dautres tenants des communs existent et le bien commun est historique et confirme par plein d economistes

    • Le kibboutz n a pas marche.
      Le développement des scops prouvent que la propriété individuelle nest plus un élément indissociable et acquis de nos economies d ailleurs l ess explose et ce n est pas un phénomène de mode. C est une réalité quotidienne dans les territoires

      • Le problème des Marxistes, c’est que s’ils voient une société coopérative qui fonctionnent, ils se disent que la propriété privée est désuete, qu’on peut l’abolir et généraliser le système de coopérative en l’imposant de façon unilatérale…
        C’est exactement ce qui est reproché ici à Rifkin dans l’article.

        Enfin, vous oubliez que les scops ont beaucoup d’avantages étatiques par rapport aux autres sociétés… Faut voir aux conditions égales.

      • « la propriété individuelle nest plus un élément indissociable et acquis de nos economies »

        Si une scoop fonctionne bien, on peut faire la même chose ?

    • Personne ne nie le bien commun. Cependant, Rifkin montre une vision franchement romancée et utopique de ce bien commun…

    • Le bien commun est un mythe, un mythe très utile pour les politique mais un mythe quand même.

  • Super article. Merci.

  • Superbe texte.
    En effet, entre autres, la complexité n’est jamais gratuite. Une PME ne pourra jamais tout faire elle même.

    • Non seulement elle ne pourra pas tout faire mais elle n’en n’aura même pas l’intérêt. La spécialisation est toujours payante.

  • Rifkin est un charlatan, et peut-être même pire. Comment expliquer que cet homme, dont les thèses n’ont eu aucun succès dans son pays, se soit vu ouvrir toutes les portes des autorités européennes? Dans son livre, La 3ème Révolution Industrielle, il explique comment il a réussi à convaincre Barrosso et Merkel, alors qu’il ne présente jamais AUCUNE étude économique sur la rentabilité des énergies vertes?

  • Ce que Rifkin est en train de nous vendre, qu’il en soit conscient ou non (et il se pourrait que non) est un marxisme réchauffé, un manifeste d’hostilité ouverte à la propriété privée, au capital, et aux marchés qui cherchent perpétuellement une marche à suivre rationnelle. La seule idée neuve qu’il propose se trouve dans la théorie de la valeur travail qu’il substitue pour une théorie post-travail à valeur nulle, ce qui la rend clairement encore plus fausse que celle de Marx.

  • Intéressant, même si le ton est un peu trop péremptoire.

    Petit bémol : je me disais que c’était mal écrit, mais je comprends que c’est la traduction qui est parfois indigeste voire fausse.

    Exemple dans le 1er paragraphe :
    – version originale : the displacement of markets in scarce goods by zero-marginal-cost production
    – version traduite : à savoir la destitution des marchés de biens rares par la production à coût marginal nul
    Traduire « displacement » par « ‘destitution… » ???? ces deux mots n’ont rien à voir…
    Merci au traducteur pour son travail mais il reste des progrès à faire. Persévérez !

    • Cher Vincent,
      On pourrait effectivement traduire « displacement » par « remplacement » ce qui fonctionne parfaitement. J’ai effectivement choisi « destitution » qui est vraiment un ton au dessus (peut être ce que vous voulez dire par un style péremptoire) mais qui porte bien le sentiment de crise perpetuelle et insoutenable que Rifkin essaye d’instiller au lecteur.
      Bien sur, quand on fait une traduction on fait des choix de style. Apparemment le mien ne vous plait pas. Vous êtes en droit d’avoir une opinion et de l’exprimer. Je trouve néanmoins votre ton condescendant mal placé. Rappelez vous humblement cher Vincent, que vos jugements aussi emprunt de précision supérieure ne restent au final que vos opinions.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Dr Rainer Zitelmann. Un article de la Foundation for Economic Education

Le Chili a longtemps été considéré comme un pays capitaliste modèle en Amérique du Sud. Dans l'indice de développement humain 2022, le Chili se classe premier parmi tous les pays d'Amérique latine. Et dans l'indice de liberté économique 2022 de l’Heritage Foundation, il se classe 20e, devant les États-Unis et le Royaume-Uni. En 2018, le taux de pauvreté du Chili capitaliste était de 6,4 %, ce qui contraste fortement avec les 76,6 % du Venezuela socialiste.

... Poursuivre la lecture

Par Lipton Matthews. Un article du Mises Institute

 

Les intellectuels anticapitalistes ont imprégné le discours dominant de l'idée que la discrimination raciale est inscrite dans l'ADN du capitalisme. Habituellement, les preuves de disparités raciales dans les milieux professionnels sont citées pour étayer le récit selon lequel le capitalisme pénalise les groupes minoritaires. Bien qu'il soit devenu courant d'affirmer que les disparités constituent du racisme, la question est plus complexe.

La discrimination raciale... Poursuivre la lecture

Par Matt Hampton. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Depuis des années, certaines personnes qui s'opposent à la censure sur les médias sociaux affirment que c'est à l'État d'y mettre fin. D'autres ont fait valoir que le marché libre est une meilleure solution que l'État, malgré le problème posé par des entreprises qui déforment le discours public.

La semaine dernière, l'achat de Twitter par le PDG de Tesla, Elon Musk, est l'exemple parfait pour illustrer que des acteurs privés peuvent apporter des c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles