Grèves : les nouveaux aristos

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Grèves : les nouveaux aristos

Publié le 9 avril 2015
- A +

Le regard de René Le Honzec.

rené le honzec les nouveaux aristos

Il y a quelques temps, prétendent des historiens, une révolution secoua le royaume de France, avec pour principale cause les inégalités, et pour principale conséquence la suppression des dites inégalités, symboliquement entre autre par la suppression de l’état de la noblesse. Le peuple défila dans les rues en chantant : « Les aristocrates à la lanterne, ça ira, ça ira ! », programme économique souvent repris depuis. Accessoirement, dans les 2 millions de morts, une régression économique sans précédent, et une absence totale d’égalité dans les pratiques. Pas grave, faut ce qu’il faut.

Aujourd’hui, nous allons avoir une démonstration de l’échec total de cette prétention à la justice et à l’égalité, avec des aristocrates qui vont défiler pour interdire que le peuple touche à ses privilèges. De nos jours, on ne dit plus « aristo », on dit « fonctionnaires ». Il est juste de dire que ce sont de nouveaux aristos, ce ne sont pas les descendants des anciens, ils ont juste pris leurs places. Et ils veulent les garder. Les aristos de Radio France, dont les rapports de la Cour des Comptes disent combien ils sont privilégiés, vont continuer leurs grèves (seule bonne nouvelle) ; les contrôleurs aériens, dont les rapports de la Cour des Comptes ont dénoncé les privilèges, vont ajouter leurs grèves à leurs peu d’heures de boulot et leurs nombreuses récupérations et traficotages des dites heures. Les syndicats CGT (scandales à tous les étages, par exemple avec leur précédent tsar), FO (scandale à Toulouse ! etc.), FSU, le syndicat des profs, dont chacun connaît la remarquable réussite scolaire (celle des avantages acquis ; pas celle des élèves), tous des syndicats implantés dans la fonction publique et en aucun cas dans la vraie vie des salariés, ces manants qui payent les impôts pour entretenir les privilèges des nouveaux aristocrates.

Pour reprendre la phrase de Talleyrand sur les immigrés (nan, pas ceux de la LDH, les aristos d’après la révolution) ; « ils n’ont rien appris, rien oublié ». Nos aristos sont cramponnés à leurs « avantages acquis », et ne voient pas la révolution (libérale ?) qui gronde. À la Bastille !

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Le dernier-né des rapports régulièrement consacrés à la question de l’audiovisuel public nous vient du Sénat. Il n’échappe pas à la règle propre à ce type d’exercices : comme ses (trop) nombreux prédécesseurs, ce document constate la gestion défaillante des sociétés de l’audiovisuel public, et propose comme d’habitude une augmentation du financement public et une nouvelle version du mécano institutionnel. Sans oublier, bien sûr, de prévoir la création de plusieurs  commissions et autres missions de préfiguration chargées de donner suite à ses... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

Les vacances de Jean-Michel Blanquer à Ibiza ne passent pas. Selon Mediapart, c’est de ce lieu de villégiature en Espagne que le ministre de l’Éducation nationale aurait annoncé la modification du protocole sanitaire à la veille de la rentrée, provoquant colère et indignation des syndicats et des opposants.

À quelques jours de l’appel à la grève lancé par FSU, CGT Educ'action, FO et SUD Éducation, ainsi que la FCPE, première organisation de parents d'élèves, cela pourrait être fatal pour sa réputation politique, au même titre que les h... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles