Turgot ou la réforme avortée

C’est la Révolution qui parviendra à mettre en application les réformes portées par Louis XVI et son ministre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Turgot (Image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Turgot ou la réforme avortée

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 mars 2015
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

Turgot (Image libre de droits)
Turgot (Image libre de droits)

L’échec de la réforme pacifique semble illustrer l’art de vivre à la française. Anne-Robert Turgot (1727-1781), intendant du Limousin puis contrôleur général des finances de Louis XVI, s’est essayé, sans réel succès, à une réforme audacieuse des finances et de la fiscalité du royaume. Face au déficit grandissant, sa politique tient en quelques points : pas de faillite, pas d’emprunt et pas d’augmentation des impôts. Le salut ne doit venir que d’une gestion plus rigoureuse des deniers de l’État. Les ministères sont soumis à une rude cure d’austérité ce qui, bien sûr, est loin de remporter l’adhésion des personnes contraintes. Le roi restreint les pensions accordées sans raison valable et tranche dans les dépenses superflues.

Turgot est aussi connu pour sa volonté de faciliter le commerce des grains, en supprimant les droits de douane et les octrois à l’intérieur du pays. On imagine mal aujourd’hui ce que pouvait représenter la politique des grains au XVIIIe siècle. Quand le pain est la nourriture quasi unique de la population, il est impératif de permettre aux grains de circuler, pour que les régions connaissant des difficultés frumentaires puissent être approvisionnées en grains venant d’autres parties du royaume. La moisson de 1774 étant mauvaise, les prix des céréales ont fortement augmenté durant l’hiver 1775, ce qui a causé la guerre des farines : des soulèvements armés dans plusieurs régions du pays. On a reproché au roi de ne plus contrôler les prix.

La rumeur véhiculée rapportait même que le roi et son ministre avaient conclu un pacte de famine pour affamer la population. Diffamation certes, mais le mal était réel. Turgot échoua dans sa réforme. Autre échec de Turgot : l’abolition de la corvée. Les Parlements se révoltent contre l’édit qui l’impose, arguant que cette abolition va contre la justice et est une tentative de renversement de l’ordre établi. Ils en appellent au peuple contre la tyrannie du roi qui tente d’imposer un édit injuste. Vaincu, Turgot doit reculer. Comme il échoue aussi à accroître l’assiette des impôts, et à faire payer la noblesse. Celle-ci argue qu’elle paye l’impôt du sang, c’est-à-dire qu’elle participe à l’effort de guerre dans la défense du royaume. Si c’était vrai au XIIIe siècle, cela l’est beaucoup moins dans les années 1770. Attaqué de toutes parts par les corporations et les privilégiés, Turgot n’est soutenu que par Louis XVI et quelques ministres amis, dont il finit par perdre la confiance. Il est finalement contraint à la démission en 1776. Son caractère impétueux et irascible a aussi joué contre lui. Avec un peu plus de souplesse et moins de dureté, il aurait pu réussir à faire passer quelques réformes.

C’est la Révolution qui parviendra à mettre en application les réformes portées par Louis XVI et son ministre. À l’été 1789, les nobles votent eux-mêmes la fin de leurs privilèges, et acceptent de payer l’impôt. Ils approuvent ainsi les changements voulus par Turgot, mais que ce dernier n’a pas vu aboutir. À bien des égards, comme l’a démontré Tocqueville, la Révolution française fait aboutir la révolution royale inachevée. Réformes fiscales et administratives, système métrique, ouverture du Louvre, ces projets portés par Louis XVI, et bloqués par la force des habitudes et des corporations, ont été mis en œuvre par la violence et la radicalité des révolutionnaires.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Si louix XVI avait été un peu plus dur et courageux on serait toujours en monarchie.

  • Et cruellement, cette séculaire histoire de réformes impossibles, de corporations inébranlables, de privilèges impérissables, reflète quasi-symétriquement ce que la France d’aujourd’hui, par son fameux et fumeux « modèle social », illustre d’elle-même.
    Qui a dit que l’histoire est un éternel recommencement ?

    • entièrement d’accord, il y a bcp de similitudes entre la France de 1789 et la France d’aujourd’hui. Les nobles d’aujourd’hui sont les hauts fonctionnaires. Aujourd’hui, la religion en France c’est l’état, le clergé les fonctionnaires. Si la France continue à être incapable de se réformer, cela va finir mal (comme la Grèce). Le pire s’est que la majorité de la population se rend compte de la nécessisté de réformer mais l’élite bloque tout (car elle perdrait ses privilèges)

      • avec une puissance à ne pas sous estimer : les médias ce qui est explicite dans le texte  » La rumeur …..
        On note que c’ est un évènement extérieur , imprévisible une mauvaise récolte qui en partie fait échouer les réformes
        il y a eu défauts de pédagogie , de préparation des mentalités au changement , etc…..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Bastiat
2
Sauvegarder cet article

Par Dan Sanchez.

 

Que faudrait-il pour que la liberté redevienne "une idée dont le temps est venu" ?

Ou, comme l'a dit Leonard Read, "De quoi la philosophie de la liberté a-t-elle le plus besoin ? ».

Sa réponse était : "de plusieurs milliers de penseurs créatifs, d'écrivains, de bavards, comme Frédéric Bastiat l'a été pour la philosophie de la liberté...".

Read estimait que dix mille pourraient faire l'affaire.

"Dix mille Bastiat ?" écrit-il, sachant que c'est un défi de taille. "Eh bien, diffic... Poursuivre la lecture

lectures
2
Sauvegarder cet article

Par la rédaction de Contrepoints.

Avec l’été viennent pour beaucoup les vacances, et l’occasion de lire les livres qui s’accumulent sur votre table de chevet.

Nous vous proposons des lectures de plage certes, mais des lectures qui font réfléchir et qui sont utiles à une époque où dominent le pessimisme et le socialisme. Elles défendent la liberté, respirent l’optimisme et dessinent une véritable alternative libérale pour le monde de demain. Ménagez vos méninges et respirez un peu d’air frais !

-- Pascal Salin, Le vrai lib... Poursuivre la lecture

Un article de l'Institut Coppet

[caption id="attachment_224997" align="aligncenter" width="318"] Frédéric Bastiat (image libre de droits)[/caption]

COMMERCE INTERNATIONAL — La différence des coûts de production dans l’échange international : « — Si l’on vous dit : Les terres de Crimée n’ont pas de valeur et ne paient pas de taxes. Répondez : Le profit est pour nous qui achetons du blé exempt de ces charges. — Si l’on vous dit : Les serfs de Pologne travaillent sans salaire. Répondez : Le malheur est pour eux et le profit pour no... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles