Élections : la comédie socialiste

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Élections : la comédie socialiste

Publié le 24 mars 2015
- A +

Le regard de René Le Honzec.

rené le honzec valls

Ayant vu récemment une pépite de film en noir et blanc des années 50, avec Jean Richard et de Funès, pochade d’une troupe d’acteurs ringards et itinérants, je ne peux que faire le rapprochement avec la pénible tournée genre gala de Karsenty qu’on nous a infligé en guise de campagne électorale. Des spectacles minables et convenus, avec des premiers rôles qu’on connaissait par cœur, des seconds couteaux qui cabotinaient des petites phrases sur des plateaux TV acquis (la palme à Ruquier, qui a dénoncé Zemmour en public). Et surtout en évitant les sujets qui fâcheraient les tenants du politiquement férocement correct. Et que j’éviterai aussi, des plus forts ayant déjà été condamnés. On retiendra quand même l’excellente représentation du comique troupier Valls avec son tube « Un FN et tout est dépeuplé ».

Il reste la perception d’un gâchis accablant, celui d’une élection départementale sans sujet, puisqu’il n’y a pas de département new age à ce jour. Je ne vais pas refaire le match et les invectives, simplement essayer de vous faire part de mon trouble quant aux chiffres et pourcentages agités pendant toute la nuit jusqu’au petit matin.

Très tôt, on a vu le sondage Ifop sur tous les plateaux, 30% UMP UDI, 25 pour Bleu Marine, et, et, et… 24 pour le PS, jolis graphiques à l’appui complaisamment laissés en bas de l’écran. J’ai même vu à un moment un « PS » à 26,5% ; de temps en temps, on nous expliquait doctement qu’il était juste de rattacher au PS certains de ses « associés ».

Bon, derniers résultats ce matin : 36,5 UMP-UDI ; 25,35 FN ; 20 pour le PS…

Message subliminal tendant à mettre dans l’esprit du citoyen-spectateur qui doit aller dormir des résultats diminuant les impacts réels : victoire de Sarkozy, montée remarquable du Front, déroute des socialistes. Breton, j’ai vécu ces résultats qui tombaient, FN par-ci, FN par-là, déstabilisant les intervenants accrochés aux graphiques Ifop… Un bastion communiste comme Lanester (Lorient 56), duel au 2ème tour entre UMP et FN… PS éliminé, PC mort.

Pour finir sur ces trucages (interprétations ???) de chiffres, je vous engage à aller consulter les chiffres définitifs sur le site du ministère de l’intérieur.

Vous y trouverez un « binôme du PS » à 13,05%… Un « binôme FN » à 25,12%, le binôme UMP à 6,74%, un binôme Union de la Droite à 21,12%… Libre à vous de prendre vos calculettes électorales pour essayer de vous y retrouver et d’échafauder des majorités victorieuses et des minorités victorieuses…

Mais la vérité des chiffres, c’est que le premier parti en France est bien le FN, les autres, seuls dans leur nudité sans les hardes des garde-robes genre UDI, Union de la Droite maquillée, et autres : le FN, seul, 25% des voix.

Le drame de cette république dont il nous rebat les oreilles, Valls l’illustra parfaitement en allumant un cigare pour fêter la deuxième place du FN « seulement ». (Ce qui est faux, cf ci-dessus) avant de s’écrouler dans son canapé pour regarder le match de son équipe catalane. Toute la campagne du premier ministre a consisté à parler aux peuples de France qui souffrent du danger du FN. C’est son seul programme, mais la ficelle est usée. En 1984, Fabius disait « Le FN pose de bonnes questions, mais donne de mauvaises réponses ». En 2015, son successeur Valls pose des mauvaises questions et donne de mauvaises réponses. C’est normal, les socialistes ne savent pas faire. Ils ont eu la Présidence, le Parlement, 21 régions sur 22, la majorité des départements. Et ils sont en déroute.

Ayant souvent comparé fonctionnaires et élus à une nouvelles aristocratie, je termine avec le mot de Talleyrand sur les Émigrés : « En vingt ans, Ils n’ont rien appris, rien oublié. » Les socialistes ne comprennent rien, et n’oublient rien.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Merci et bravo.
    Peu de gens vont voir les résultats réels et ils sont parlants !
    L’UMP toute seule fait encore moins que le PS.
    Après, ils diront padamalgam ! Ils savent très bien tous s’amalgamer pour travestir leurs résultats.

  • Le premier parti de France c’est l’abstention, avec 50%

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Par Nathalie MP Meyer.

Cet article doit se lire - j'insiste - comme la suite de "Manuel Valls : com’, ambition et coups de menton", portrait que j'avais écrit en décembre 2016 alors que l'ex-ministre de l'Intérieur puis Premier ministre de François Hollande venait de quitter Matignon pour participer à la primaire de gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017.

Depuis son monumental plantage face à Benoît Hamon lors de la primaire de gauche de 2017, on le voit chercher fébrilement le parachutage politique en vue qui rendrait enf... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

François Hollande en est convaincu, la victoire présidentielle d’Emmanuel Macron en 2017 ne doit rien au « nouveau monde » à base de « ni droite ni gauche » qu’il promettait aux Français mais tout au refus de ces derniers de voir arriver l’extrême droite à l’Élysée.

Et ce d’autant plus que l’élection s’est déroulée dans un « contexte particulier » où lui, Hollande, ne se représentait pas et où le candidat de la droite était affaibli par l’affaire des emplois fictifs de sa femme.

Autrement dit, plus ... Poursuivre la lecture

Par Marc Crapez.

La jonction opérée entre le centre-droit espagnol d’Albert Rivera et le centre-gauche français de M. Valls est un phénomène significatif. Il annonce un changement de personnel politique, non pas seulement plus jeune, réformateur et réaliste -c’est chose faite depuis Tony Blair et Gerhard Schröder- mais moderniste et europhile.

En effet, à l’instar de l’homme politique du XIXe  siècle Juan Prim y Prats, Rivera a fondé une forme de libéralisme résolument ou agressivement progressiste. Pendant ce temps, en France, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles