En France comme en Amérique, la logique tribale de la gauche exaspère

La gauche est en crise, et menace de perdre ses soutiens les plus fidèles.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En France comme en Amérique, la logique tribale de la gauche exaspère

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 11 mars 2015
- A +

Par Daniel Girard.

Michel Onfray credits Christophe Becker (CC BY-ND 2.0)
Michel Onfray credits Christophe Becker (CC BY-ND 2.0)

Que se passe-t-il avec la gauche ? La question se pose tant en France qu’en Amérique. En France, la gauche est incarnée par le gouvernement socialiste de François Hollande. Le PS a déçu plus que des partisans ; il a aussi secoué des alliés traditionnels par son choix de combats.

Alain Finkielkraut est l’un de ces penseurs déçus par les politiques du Parti socialiste. Tellement, qu’il répudie la gauche. « Je ne suis plus de gauche, dit-il, car la gauche a trahi sa promesse républicaine en précipitant le désastre de l’école au nom de l’égalité. » Le philosophe ne digère pas l’abandon de l’exigence de la langue française et la fin de la rigueur pour inclure le plus grand nombre.

Il déplore aussi la prédominance du politiquement correct qui tue dans l’œuf tout débat. « Ce n’est pas en dissimulant la réalité sous le voile de la « bien-pensance » qu’on résoudra les problèmes », s’est-il récemment écrié.

La colère de Michel Onfray

Alain Finkielkraut n’est pas le seul à être désabusé. Le philosophe Michel Onfray ne se reconnaît pas lui non plus dans les luttes menées par la gauche « bien-pensante ». Dans une chronique dans Le Point intitulée « Cette mafia qui se réclame de la gauche », il tire à boulets rouges sur « cette gauche qui préfère avoir tort avec Robespierre, Marx, Lénine, Staline, Mao, Khomeiny plutôt que raison avec Camus ».

Une gauche, dit-il, « qui traque la misogynie et la phallocratie partout dans la langue française (…) mais qui ne voit pas que la polygamie, le voile, la répudiation, les mariages arrangés, l’excision, le chômage, les mères seules (…) font des ravages plus profonds en matière de phallocratie. »

Michel Onfray s’élève contre cette intelligentsia de gauche qui lui en veut de n’être pas du sérail, qui digère mal qu’il ne doive rien à personne et qu’il ait connu son succès grâce au travail et non au copinage tribal.

La volte-face de David Mamet

logique tribale gauche rené le honzecLe concept d’appartenance tribale évoqué par Michel Onfray est au centre du reniement de la gauche du dramaturge David Mamet. L’auteur était un enfant chéri de la gauche américaine. Deux de ses œuvres théâtrales American Buffalo et Glengarry Glen Ross, sont inscrites à jamais dans l’imaginaire progressiste américain. En 2008, David Mamet avait dit à une gauche abasourdie qu’il était devenu conservateur. Depuis ce temps, il vit avec l’hostilité de beaucoup de ceux qui, avant 2008, ne juraient que par lui.

À une époque où la gauche, aux États-Unis (les démocrates) comme en France, commence à manquer de boucs émissaires pour expliquer ses échecs, les réflexions de David Mamet n’ont jamais été aussi opportunes. David Mamet trouvait difficile de discuter avec la gauche. Dans une discussion, dit-il, il faut faire l’effort de comprendre le point de vue de l’autre, même si on ne le partage pas.

Pour lui, les gens de gauche rejettent les autres points de vue sans même les examiner. Ce qui les intéresse, c’est de savoir si vous êtes d’accord. Ils sondent votre opinion sur une foule de sujets allant de l’avortement au réchauffement climatique, à la recherche d’indices pour vous disqualifier. Dès qu’ils vous ont pris en défaut, ils ne veulent plus discuter avec vous, vous n’appartenez pas à leur tribu.

Pas de lendemains qui chantent

Tant en France qu’en Amérique, cette intransigeance tribale se traduit par l’impossibilité de rallier les troupes pour gouverner. En France, le PS a dû utiliser l’article 49.3 pour adopter des réformes économiques tièdes. Aux États-Unis, réticent à négocier avec les républicains, le président Obama utilise maintenant son véto pour faire avancer ses dossiers.

On peut déjà prédire que l’héritage de François Hollande ne jouera pas en faveur du candidat du PS au prochain scrutin présidentiel. Même chose aux États-Unis. Les observateurs qui se disent assurés que la démocrate Hillary Clinton est la prochaine présidente sous-estiment le boulet que représentera pour elle aux élections les huit années peu productives de l’administration Obama.

Voir les commentaires (108)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (108)
  • D’abord, dans le Grand Ordre des Choses, qui se soucie des problèmes de transit intestinal, ou ontologiques, de la « gauche » ?

    Les gauchistes.

    Ce qui a priori n’est pas notre cas.

    On ne peut donc que se réjouir, en spectateur, de les voir s’écharper.

    Ca c’est la lecture optimiste.

    La lecture pessimiste consiste au contraire à reconnaître que la « gauche »… a gagné.

    Elle a contaminé l’ensemble du corps social, et du spectre politique.

    Le FN est un RPR timide. Et l’UMP est un PS. Le centre n’en parlons même pas.

    Bref. Si les « intellectuels » continuent de s’interroger sur le sexe des anges…. dans les faits…. sur le terrain… le pays a viré à gauche.

    Enfin, n’enterrez pas trop vite Clinton. Certes Obama est un boulet.

    Mais c’est une femme, elle aura donc le soutien de toute la caste médiatique (après un noir, ils ont décidé de mettre une femme à la maison blanche). Elle appartient au sérail. Et enfin, en face… chez les républicains… c’est le vide (vous allez voir qu’ils vont envoyer le frangin de Bush).

    Donc elle conserve ses chances.

    • le favori aujourd’hui chez les républicains s’est Rand Paul. en effet, il y a des grandes chances que Clinton gagne (au moins, elle sera toujours moins pire qu’Obama et Bush). je suis d’accord avec vous: la gauche impose sa pensée unique, elle domine la droite qui lui est totalement soumise. elle a contaminé tout le pays grace aux médias et à l’enseignement

      • et en chine , qui va gagner les prochaines elections ?

        • Je ne sais pas 🙁

        • Le candidat unique du PC. La question est plutôt : comment prend-on la direction du PC chinois ?

          • il doit y avoir une élection en interne … en france, on devrait peut-etre organiser ça à la sortie de l’ENA, ça gagnerait du temps ?

          • Il y a une bien plus grande diversité d’opinion et de pensée économique au sein du PC chinois que sur l’ensemble du spectre politique Français.
            Pensez donc, il y a un membre des hautes instances du PC chinois (certes minoritaire à tout coup, mais là néanmoins) qui se revendique de l’Ecole Autrichienne…

            Et comme grosso modo 20% de la population est au PC, le système n’est que marginalement moins démocratique qu’en France, tout en étant plus pluraliste.

            Bref, la Chine c’est pas le Pérou… mais la France non plus :mrgreen:

    • Entièrement d’accord.
      La perception de masse reste la même: gauche = bien, droite = mal.
      Ce n’est que quand la gauche est particulièrement incompétente que les gens veulent bien se faire du mal et voter droit.
      Enfin, aux Etats Unis.
      Pas demain la veille en France, hein?
      UMPS obligent.

      • J’ai l’impression que c’est en train d’évoluer. Les jeunes me semblent beaucoup plus de drouâte qu’auparavant.

      • Perception de masse ? Je ne crois pas. Discours officiel des media, des zartistes de gôches, oui.

      • Je ne pense pas que c’est réellement la « perception de masse ». La majorité des gens s’en fout totalement (ce qui est rationnel) et vote au gré de leur cœur ou de leur estomac…
        Le problème est surtout dans les médias qui influencent fortement le cœur ou l’estomac de beaucoup de gens, particulièrement ceux qui s’en foute.

        Or, le monde médiatique et les « intellectuels » sont majoritairement de gauche et anti-libéraux (là encore « logique », cf. les ouvrages de Hayek ou Von Mises sur le sujet).

        Supprimons totalement les avantages accordés aux média classiques et aux journalistes, privatisons écoles et universités et regardons… La polarisation « droite méchante – gauche gentille » s’évaporera très vite.

    • c’est facile à comprendre : la gauche a gagné sociologiquement. dans une société constitué trés majoritairement de salarié et d’allocataires, c’est trés difficile de tenir un discourt de droite : vous etes tout de suite soupçonné d’etre un  » ultra-libéral  » , un chien jaune du patronat, un affreux réac qui veut revenir sur les acquis sociaux …

      • Tout à fait.
        Une société de salariés (particulièrement si les contrats de travail sont réglementés et très protecteurs) est une société qui est entrainée à la dépendance, à la servitude… Les pères de la constitution US avaient d’ailleurs un temps pensé à interdire cette forme de relation contractuelle, qui rend difficile d’être « un homme libre ».

  • Hilary Clinton a bien compris qu’Obama était un boulot pour elle c’est d’ailleurs pour cela qu’elle le critique. récemment, elle l’a même traité d’enfoiré

  • Article intéressant mais il est plutôt abusif d’assimiler les démocrates américains à la gauche française. Comme dit Bill Maher, si on dit à un démocrate qu’il est de gauche, il met une veste orange et va dans les bois pour tirer sur quelque chose.

  • Le gauchiste est un loup pour le gauchiste.

  • Cet article utilise les mots de « tribus », « sérail », « avortement ». Des sujets qui nous ramènent à la religiosité, aux « liens » des membres de la tribus, et à la solidarité entre ses membres.

    « La laïcité peut apparaître comme cette religion de la République recherchée depuis la Révolution. Et c’est bien une nouvelle naissance, une transsubstantiation qui opère dans l’école et par l’école, cette nouvelle église avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la loi. » : Vincent Peillon dans son ouvrage « Une religion pour la république » (2011).

    Le PS n’est plus que le bras armé du Grand-Orient de France, cette secte de bouffeurs de curés déconnectée de nos préoccupations de tous les jours.

    • e socialisme est une forme de croyance religieuse issue du catholicisme médiéval, dénuée de dieu (pardon à mes amis catholiques. Je sais pertinemment que l’église a évolué et que bcp de catho sont liberaux aujourd’hui ). :
      – l’homme est mauvais
      – faisons voeu de pauvreté et donnons aux pauvres
      – la richesse c’est mal. L’ascèse c’est mieux
      – l’ambition est péché
      – dieu le père, l’état Providence (qui porte bien son nom), priez pour nous ef subvenez à nos besoins
      sans oublié, l’imposition de la pensée unique aujourd’hui comme au moyen âge. aujourd’hui, les socialistes ont une forme d’Inquisition contre quiconque ne pense pas comme eux. les socialistes sont aujourd’hui favorable à l’existence de privilèges au nom de valeurs morales exactement comme l’Eglise catholique au moyen âge

      • Pas tt à fait d’accord sur « l’homme est mauvais ».

        Au contraire, une grande (majeure ?) partie de la gauche est sous influence Rousseauiste et croit dur comme fer que l’Homme est bon mais que c’est la société (et en particulier l’argent) qui le corrompt.

        Si vous aviez écrit l’homme-blanc-hétérosexuel-chrétien est mauvais, là vous auriez été dans le vrai 😉

        • Exact.
          L’homme naturel est bon, la société le corrompt.
          Ca ne veut rien dire, et c’est bien le problème, c’est la pierre fondatrice de la logique socialiste.
          Ils ne voient les hommes que comme ils aimeraient qu’ils soient, pas comme ils sont.

          • Les socialistes ne voient pas les hommes mais les variables d’ajustement de leurs lubies constructivistes.

          • @tinincan , +1 et j’ajoute : il ne voient absolument rien de la réalité telle qu’elle est , ils ne comprennent absolument rien du monde qui les entoure , ils vivent dans un fantasme permanent, dans l’incantation enfantine.

            • guillaume_rc, tintincan & palerider : +1 chacuns :

              Ils ne voient pas le réel, mais uniquement son image : sa représentation et sa causalité.

              Relire Rousseau avec une approche Freudienne (Œdipe et Narcisse) est assez hallucinant et éclairant sur les travers de ses points de vues.

      • « – l’homme est mauvais »
        Surement pas ! Ce serait plutôt l’homme est un pêcheur.

      • Ca, c’est la vision gauchiste (c’est à dire anachronique et moraliste) du catholicisme et du moyen âge… telle qu’elle a été élaborée au XIX°

      • Oui, enfin ça c’est pour le vulgum pecus. Le socialiste bon teint vit très bien dans les ors de la république, habite de grands appartements parisiens et envoie ses enfants dans les meilleures écoles privées afin de perpétuer la dynastie par endogamie.

        • exactement comme le haut clergé du moyen âge.

        • les gauchistes veulent bien la répartition de richesses tant que cela ne concerne pas leur argent. les gauchistes ont surtout un problème avec l’argent des autres. répartir les richesses pour eux c’est synonyme de répartir les richesses des autres (pas leurs richesses). les gauchistes me font pensé aux djihadistes qui veulent imposer une version stricte de la sharia à tout le monde mais eux même ne la respectent pas, ils boivent de l’alcool, ont des relations hors mariage,….car ils considèrent que vu qu’ils sont des martyrs, ils ne sont pas obligés de respecter la sharia. les gauchistes c’est la même chose, ils considèrent qu’ils sont le Bien et que donc ils ne sont pas obligés de respecter les commandements qu’ils prescrivent et qu’ils veulent imposer au reste de la société

  • Dire que les Démocrates aux USA sont de gauche est absurde. Les Démocrates sont des UMP. Les Républicains sont très proches du FN. Leur différence avec le FN: ce sont des libéraux.
    Quant à Onfray sa critique est tout à fait pertinente. Cette gauche est écoeurante par sa prétention de vouloir dire ce qui est bien, ce qui est mal. Une bande(secte?) de crétins arrogants.

    • « Les Démocrates sont des UMP. »

      Pas du tout, les démocrates défendent la discriminations positives, la diversité, la mixités sociale et autre foutaise progressistes.

      « Les Républicains sont très proches du FN. »

      Je ne me souvient pas que le FN ait fait des référence intempestives a la religion…

      Les républicains sont l’UMP tendance droite pop.

    • Onfray est le premier à dire ce qui est bien et ce qui est à gauche. Il a juste trouvé plus buté que lui (Mélenchon par exemple).

    • on ne peut tout simplement pas comparer les partis politiques francais aux partis politiques américains. même au sein des deux grands partis américain, il y a beaucoup de divergence. une chose est sur économiquement le parti démocrate est plus à droite que l’ump. il y a bcp trop de divergence entre le fn et le parti républicain. les médias européens ont une tendace à diaboliser le parti républicain en voulant le faire passer pour un parti de vieux machistes, racistes et intégristes. ce n’est pas pour rien que la très grande majorité des européens soutiennent le parti démocrate c’est en raison de la propagande incessante des médias européens favorable au parti démocrate et leur parti pris contre les républicains. parfis, je me demande sérieusement si les journalistes qui parlent des usa ont déja mis un pied là bas

      • Le blocage politique et le débat aux USA ressemble pas mal à celui de la France. A dire vrai je trouve même que c’est pire mais la société civile y est beaucoup plus forte.

  • Bonjour, très bon article cependant le parallèle entre le parti socialiste français et le parti démocratie américain est totalement improbable. S’ils sont tous deux de gauche l’un est socialiste et l’autre ne l’est pas du tout. De plus, le courant occulte trotskiste du PS français reste dominant et prépondérant, jusque dans la défense jusque boutiste d’intérêt catégoriel relevant de la lutte des classes et de l’aveuglement idéologique. Je vous invite à lire l’excellente analyse de Jean-Claude Pacitto à ce sujet :
    http://www.contreligne.eu/2013/12/parti-socialiste-francais-et-parti-democrate-americain/

    • Merci pour le lien.

    • Cet article est du bullshit en barre. Les progressistes, dans la continuité du libéralisme des Pères fondateurs ? C’est à peu près comme dire que Marx est dans la lignée de Adam Smith.

      • Mauvais exemple car Marx est dans une certaine mesure (non négligeable) dans la lignée de Smith. En particulier Adam Smith est celui qui a donné ses « lettres de noblesse » à la théorie étrange de la valeur-travail, contrairement aux économistes qui l’avaient précédé. Les écrits sur les impôts de petit Karl sont des copies directes des thèses de Smith et Ricardo sur le sujet.

        Néanmoins en effet, la corruption du terme « liberal » aux Etats-Unis est assez déplorable.

        • Donc, Marx à repris une petite partie de Smith. Ils diffèrent donc sur l’essentiel. C’est exactement ce que j’ai dit. Votre critique est donc infondée.

  • L’article fustige la logique tribale de la gauche, alors qu’il n’y a pas plus tribaliste que la droite. Les valeurs de droite c’est le nationalisme, le racisme, la xénophobie, l’homophobie, la sacralisation de la famille, la sacralisation de la hiérarchie. Les valeurs de gauche c’est la possibilité d’être autre chose que l’esclave de sa nation, autre chose que l’esclave de sa famille.

    C’est grâce à des valeurs de gauche qu’un gay d’un quartier difficile n’aura pas besoin de vivre caché. Pas grâce à des valeurs de droite.

    C’est grâce à des valeurs de gauche qu’une fille d’un quartier difficile pourra refuser le voile, refuser un mariage arrangé, etc. Pas grâce à des valeurs de droite.

    Plutôt que de taper imbécilement sur la gauche, il aurait été préférable que l’article se contente de taper sur le politiquement correct, qu’il soit de gauche ou de droite.

    Oui, la gauche fait souvent preuve de trop politiquement correct. Non, la droite n’est pas la solution contre la logique tribale.

    Ça ne sert à rien de taper sur le bilan catastrophique d’Obama sans taper sur le bilan catastrophique de Bush. Vous nous faites perdre notre temps avec vos  » Obama il est vraiment trop méchant il refuse de négocier avec les gentils républicains. » Rien à foutre des républicains !

    • Et oui ! La gauche est nécessairement gentIlle et la droite nécessairement méchante.

      Quel manichéisme à 2 balles…

      • Et le pire, c’est qu’ils y croient dur comme fer. Comme disait Fabrice: « moi, j’adorerai être de gauche, mais c’est une telle abnégation, un tel travail que j’ai dû y renoncer ».

    • Cher « Commando », tout d’abord ici sur Contrepoints personne ne vous insulté ou agressé. Nous sommes nombreux à penser que l’espace de Liberté du courrier des lecteurs d’un magazine libéral est quelque chose de rare et précieux qu’il faut également respecter. Personnellement je ne vous veux aucun mal et suis tout à fait prêt à écouter votre point de vue… s’il ne dépasse pas le point godwin (http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Godwin). Je crois qu’avant d’aller plus loin vous vous grandiriez à reconnaitre que vos propos ont dépassé votre pensée, ça c’est le vrai courage. Je fais partie de ceux qui vouent une admiration sans borne aux valeurs républicaines et notamment à la fraternité qui est une valeur profondément libérale. Pour votre gouverne, on peut être de gauche et libéral ainsi que de droite et libéral. Les références des Libéraux français se trouvent principalement chez les penseurs français : Tocqueville, Bastiat, Constant… Bien cordialement et à vous lire.

      • Je suis d’accord avec Commando : la droite c’est tout aussi « tribal ».

        « Les valeurs de gauche c’est la possibilité d’être autre chose que l’esclave de sa nation, autre chose que l’esclave de sa famille.  »

        Ouais et « l’autre chose » c’est d’être esclave de sa classe sociale ou du Parti.

    • « Les valeurs de droite c’est le nationalisme, le racisme, la xénophobie, l’homophobie, la sacralisation de la famille, la sacralisation de la hiérarchie.  »
      A ce compte, le PS est d’extrême droite… Et j’avoue que je suis d’accord avec vous !
      Parce que qui est plus nationaliste, raciste ( à certes ils nient l’existence des races, mais c’est pour sauver l’essentiel : le droit de faire des différences légales selon votre étiquette de naissance ; Cf. le mot de Hollande : « je n’aime pas les riches, je l’avoue je n’aime pas les riches ») , sexiste et homophobe ( « parité » électorale = hétérosexualité électorale obligatoire), prêtre de la famille (oh certes pas la famille traditionnelle, non, la « nouvelle » famille, recomposée ou mono-sexuelle — féminine ) luttant contre la prostitution, et suppôt de la Hiérarchie avec un grand H : l’administration, la bureaucratie ?
      Ce qui explique bien pourquoi TOUS les leader du PS sont issu de l’extrême droite : Mitterrand, tout le monde le sait, mais aussi Jospin (fils de collabo), Hollande, Royal…

    • Pour vous répondre on pourrait dire que la gauche c’est la mort de la nation, la destruction de l’identité française, la disparition du peuple de France,la saignée fiscale, l’asphyxie des PME, le règne des syndicats, la censure, la fin de la liberté d’expression.

      Bref la gauche c’est l’URSS de Staline.

      • C’est au deuxième degré ceci, non ? Otez-moi d’un doute.

      • L’URSS était nationaliste.

        • l’urss était internationaliste sous lénine et nationaliste sous staline ( le communisme dans un seul pays )

          • L’internationalisme ça signifiait l’empire soviétique. A l’intérieur ça restait toujours du nationalisme : le meilleur moyen de motiver les masses. On a simplement changer quelques mots et termes mais ça revenait au même. Il fallait être un bon communiste / soviet comme on doit aujourd’hui être un bon Russe sous Poutine.

            • scoobidoo à dit :

               » l’urss était internationaliste sous lénine et nationaliste sous staline ( le communisme dans un seul pays ) « 

        • Déat et Doriot, numéros 2 des SFIO et PCF étaient de gauche, socialiste et communiste et nationalistes.

          • Et tous autres, ils venaient d’où, de Pétain à Darquier de Pellepoix, de Céline à Drieu la Rochelle ?

            • Ah pour Céline, pas si évident que ça de la classer complètement à droite.

            • En france, 80 % des colllabos venaient de la gauche. je vous conseille de lire Un paradoxe français, Antiracistes dans la Collaboration, antisémites dans la Résistance de l’historien israélien simon epstein. les premiers résistants venaient de l’extrême droite, ils combattaient les allemands par antigermanisme

              • Pierre Laval était socialiste, comme Déat, Cathala radical socialiste comme Bousquet. On ne parlera pas de Mitterrand. Le cabinet Laval 2° version était très majoritairement radical socialiste.

                Les communistes ne se sont vraiment lancés dans la résistance qu’en 1942, une fois que le pacte germano-soviétique ait été caduc.

                Il faut faire très attention à l’anachronisme quand on parle de cette époque : effectivement, la résistance des débuts étaient originaire de l’extrême droite traditionnaliste, monarchiste (de Gaulle, de Hauteclocque, de Larminat…), mais une partie de l’extrême droite populiste (croix de feux, ac) rejoint les allemands (Darnand)

      • Oui, parce que la gauche française est uniquement socialiste. Le problème ce n’est pas la gauche c’est le socialisme. En France la gauche est devenue soit anarchiste tendance Proudhon soit socialiste Marxiste. Ils ont réussi à faire disparaitre du paysage politique les radicaux et les sociaux-démocrates. En Angleterre Blair homme politique de gauche (non socialiste) à continué la politique libérale engagée par Thatcher ! Voila pourquoi en France le libéralisme ne peut passer que par la droite. Ailleurs cela peut très bien passer par la gauche.

        • La gauche non socialiste a progressivement disparue depuis la seconde-guerre mondiale. Héritant d’un pays en ruine, l’Etatisme est devenu la nouvelle règle de gouvernance économique des dirigeants/élites gaullo-communistes. Hormis peut-être Pompidou, personne n’a tenté de véritable réformes libérales. Quand il y eu Reagan & Thatcher on avait Mitterrand. Quand après ce fût Schröder, Blair & co, on avait Chirac & Jospin. La faute aux intellectuels français incapables de faire évoluer les débats économiques, aux médias qui servent la soupe au pouvoir et aux clientélistes, au système de la 5ème république qui rend impossible le compromis et enfin à l’euro / l’europe qui a permis d’empêcher qu’on fasse faillite comme on aurait dû, sanctionné par les marchés. Oui, notre avenir c’était le même que celui de la Grèce.

          Mais c’est chose passé. Le pays ne se réformera plus jamais et la faillite c’est pour dans très longtemps. Entre temps on subit le déclin. Une agonie lente et angoissante. Nous sommes les plus pessimistes au monde et ça se comprend. On sait tous que ça va mal et qu’on ne fait rien.

          • Je partage partiellement votre analyse, oui la pensée de droite dominante en France est bonapartiste et dirigiste par conséquent elle s’accommode assez bien des mesures collectivistes. Pour autant, le jeu politique n’a jamais été aussi ouvert, les remises en question à l’intérieur des partis sont multiples et partent dans tous les sens, c’est un vrai festival. Pour preuve l’évolution du cheminement intellectuel du philosophe (de gauche) Michel Onfray évoqué dans l’article ci-dessus !

            • Je ne crois pas qu’il ait évolué sur quoi que ce soit mais il n’évolue certainement pas sur l’économie.

              L’antilibéralisme reste la norme. Que le jeu politique soit plus ouvert, d’accord, mais au final les logiques politiciennes l’emportent toujours. Toute la pagaille autour de la Loi Macron en est un des nombreux exemple.

          • La gauche a toujours été socialiste depuis Rousseau et la prise du pouvoir en 1793.

            Les mouvements de gauche démocrates comme dans les pays nordiques ou anglo-saxons ou bien anarchistes voir nihilistes comme dans l’Europe de l’Est n’ont jamais réussit à percer.

            La gauche Française a toujours été cartésienne et constructiviste : profondément légaliste : le droit positif est la base de la doctrine gauchiste Française dont le but a toujours été d’écrire le Droit, la Loi universelle.

            La gauche Française repose sur les juristes : de Robespierre à J’accuse.

        •  » en france, le libéralisme ne peut passer que par la droite …  »

          même pas : en france, le nuage du libéralisme c’est arrêté à la frontière !

        • « en France le libéralisme ne peut passer que par la droite »

          Dans vos rêves les plus humides, parce que la droite libérale en France, il faudra repasser. La droite a toujours laissé faire les communistes, a toujours été plus étatiste et keynésienne que la gauche. De Gaulle, VGE et Chirac ont toujours été les idiots utiles du communisme, mais chut, ça pourrait vexer les UMP qui croient que leur parti de mongaullios est différent de ceux de gauche.

          • Pardonnez-moi mais vous ne m’avez pas bien compris. Je suis aussi critique que vous envers la droite ou la gauche d’ailleurs. Relisez l’intégralité de mon paragraphe (mis en ligne à15H30) vous verrez que je fais simplement remarquer que les idées libérales peuvent aussi bien s’appuyer sur la droite que sur la gauche, mais comme la gauche française est devenue exclusivement socialiste, il ne reste que la droite. Cette voie ne me paraît pas plus réjouissante qu’a vous, mais quand une porte est fermée on passe par une autre (même vous). Ce n’est pas du tout une adhésion aux valeurs de la droite que je qualifie de bonapartiste et de dirigiste (message de 16h09) je partage simplement le même constat qu’ Onfray : « cette gauche qui préfère avoir tort avec Robespierre, Marx, Lénine, Staline, Mao, Khomeiny plutôt que raison avec Camus ». S’il vous plait ne déformez pas mes propos.

          • La droite en France c’est fait prendre au piège en 1793, en même temps que les libéraux : essayez de dire que vous n’êtes pas contre la monarchie constitutionnelle (comme en Angleterre) dans un diner pour rire : vous êtes sur de vivre un remake pas très drôle du prénom (le film)

    • vous croyez sérieusement que vous dites ??? il n’y a pas de nationalisme à gauche peut être ??? allez en amérique latine, allez en écosse. je ne parle même pas du nationalisme arabe que la gauche a toujours soutenu. je n’aime pas la droite mais je déteste bcp plus la gauche. et vous voulez savoir pourquoi ??? à cause de leur arrogeance (vous en êtes le parfait exemple), les gauchistes sont persuadés d’être le bien, qu’ils doivent imposer leur vision à tout le monde. pour eux, les gens qui ne pensent pas comme eux sont forcément des méchants racistes, des homophobes,……cela les rend dangereux. les pires régimes totalitaires ont été mis en place, les pires atrocités ont été commises à cause de gens persuadés d’être le bien et de devoir imposer ses visions au reste du monde

    • Le socialisme c’est être l’esclave de l’état.

      • Esclave (du privé) ou valet (le « service » public). Les valets sont beaucoup mieux traités (puisque soumis et complices)

    • @commando , vous ne devez pas connaître bcp de gens « de droite » , quels clichés , oula , c’est du lourd , dites moi vous faites quoi dans la vie ?

    • Le parallèle entre sacralisation de la famille et esclavagisme familial en dit long sur les ressorts de la gauche : cette pseudo liberté qui n’est que de la transgression de l’existant.

  • C’est quoi la Gauche, en France, en 2015?

    Je me souviens d’un article ici-même qui rappelait qu’historiquement la gauche c’était le « progrès » et la droite le conservatisme. Aujourd’hui le PS, la « gauche » ont ils encore un discours progressiste quand ils entendent avant tout protéger des acquis sociaux, sauver des valeurs républicaines, ne pas rediscuter un modèle social?

    De tous les partis français aucun ne promet au citoyen, à l’individu, à la société civile plus de liberté et de choix. Du coup, forcément, tout le monde est à droite et comme personne ne l’admet c’est le bordel.

    • la gauche francaise (c’est aussi le cas de gauche d’autres pays) sont sur beaucoup de points extrêment conservateurs, ils refusent tout changement, toute réforme. ils restent attachés à des dogmes (marxistes) qui ont été démonté depuis longtemps et qui sont complètement dépassé aujourd’hui. alors cela m’a toujours fait marré que la gauche soit qualifié de progressiste alors que sur bcp de points, elle est réactionnaire.
      sur le porgressisme, je vous conseille de lire « Les contre-réactionnaires: Le progressisme entre illusion et imposture » de Pierre-André Taguieff. Le progressisme est devenu « une doctrine de haine doublée d’un permis de haïr avec bonne conscience ». Le progressisme « c’est la foi dans le progrès sans l’esprit critique ni le sens de la tolérance, avec la conviction dogmatique de posséder la vérité et d’être installé dans le Bien ». Pour rappel, les dictatures communistes se couvraient de références au Progrès et à la « libération de l’humanité »

  • J’ai beau chercher, je ne me souviens pas qu’à un moment ou à un autre, des gens comme Finkielkraut ou Onfray aient été « de gauche » (ni d’ailleurs des philosophes mais c’est un autre débat). Finkielkraut tout spécialement développe depuis de longues années une représentation identitaire de la société qui fait le bonheur de l’extrême-droite. Quant au rapprochement fait par Onfray entre les mères célibataires, la polygamie, le voile etc, il en dit plus long sur ce triste et ridicule personnage que sur un monde qu’il ne connaît manifestement pas.

  • C’est un peu n’importe quoi cette idée que la gauche, globalement, serait prise par une logique tribale. C ‘est vrai de ceux dont parle Onfray, mais il aurait dû parler de coterie bien pensante ou de conformisme du radicalisme de campus – mais ce n’est qu’un segment. En quoi Valls en est-il prisonnier ? Le PS avec Hollande, discrètement, et Valls, plus clairement, est en train de faire sauter le multi-culturalisme qui a eu trop d’échos au sein du PS (du même site que l’article sur le Parti Démocrate : http://www.contreligne.eu/2015/01/le-ps-apres-charlie/). et ils sont probablement plus précis, plus mesurés que Sarkozy, en pleine dérive démagogique depuis son Ministère de l’identité nationale et son Discours de Grenoble. Dommage que les socialistes soient mauvais en économie par contre !

    Et c’est inexact de dire que Obama a raté ses mandats et devrait convaincre les Républicains. le Tea Party, les patrons de hedge funds, les frères Koch ???

    • « Et c’est inexact de dire que Obama a raté ses mandats » vu la facon dont il est critiqué par son propre camp, il faut vraiment être de mauvaise foi pour nier qu’obama est un désastre. quand au ps, il restera tjs le ps càd un parti qui avantage sa clientèle électorale qui est en bnne arti composé des immigrés. sarkozy a certes fait des discours mais il n’a jamais rien fait pour enlever tous les privilèges scandaleux qu’ont les clandestins en france. la droite n’est pas meilleur en économie que la gauche mais elle est moins sectaire et n’est pas persuadé d’être le Bien contrairement à la gauche dont l’arrogeance est insupportable. quand aux frères koch, je ne vois pas du tout pourquoi il y aurait un mal à recevoir des fonds des frères Koch. Ils ont gagné leur argent en créant de la valeur ajoutée. C’est bien plus que Chirac, Sarkozy ou Hollande ne peuvent prétendre. D’autre part, ils dépensent ces fonds à la réduction de l’Etat, monopole légal de la violence physique sur un territoire donnée. Ils sont en faveur de plus de marché, c’est-à-dire de plus d’échanges volontaires librement consentis. Bref, ils favorisent une société plus pacifique. Où peut bien être le problème ? Les groupes Tea Party, car il n’y en a pas un mais plusieurs milliers, reçoivent très peu de fonds des Koch. Ils sont surtout financés localement par des petits entrepreneurs qui en ont ras-le-bol des réglementations tatillonnes. Le principal groupement est le http://www.teapartypatriots.org/ qui regroupe plus de 1000 (!) associations. Le groupe le plus « Tea Party » qui reçoit des fonds des Koch est le groupe « Americans for Prosperity ». Il n’a reçu qu’environ $5 millions par an des frères Koch sur ses $25 de budget. Depuis 2003, plus de 90000 individus lui ont donné environ $100. 3 Pourquoi y aurait-il un problème spécifique aux frères Koch quand tout un tas de milliardaires de gauche militent pour des causes complètement idiotes ET SE PRENNENT DES CLAQUES ELECTORALES : http://www.nationaljournal.com/energy/tom-steyer-spent-74-million-on-the-election-he-didn-t-get-much-to-show-for-it-20141105 http://www.washingtonpost.com/local/education/teachers-unions-spent-60-million-for-the-midterms-but-still-lost-many-elections/2014/11/05/b70aa066-6528-11e4-9fdc-d43b053ecb4d_story.html
      http://www.breitbart.com/Big-Government/2014/11/05/Bloomberg-Spent-50-Mil-To-Defeat-NRA-Ended-Up-Wasting-A-Lot-Of-Money la très grande majorité du financement du tea party vient des dons de simples militants

      • Bizarres, ces deux affirmations, Maître Jacques :

        – « le ps càd un parti qui avantage sa clientèle électorale qui est en bonne parti composé des immigrés. sarkozy a certes fait des discours mais il n’a jamais rien fait pour enlever tous les privilèges scandaleux qu’ont les clandestins en France » ?????????

        – « quand aux frères koch, je ne vois pas du tout pourquoi il y aurait un mal à recevoir des fonds des frères Koch » Libre à vous !

        • « quand aux frères koch, je ne vois pas du tout pourquoi il y aurait un mal à recevoir des fonds des frères Koch » je voulais dire « quand aux frères koch, je ne vois pas du tout pourquoi il y aurait un mal à ce que le tea party recoive des fonds des frères Koch.  »
          pratiquement tous les candidats à la présidentielle (républicain comme démocrate) on été financé par divers milliardaires. cela ne gêne personne. mais quand les frères koch financent le tea party cela gêne tous les gauchistes qui feraient bien de se regarder dans un miroir. le parti démocrate est aussi financé par des millardaires

        • quand à la première affirmation, je ne vois pas ce qu’il y a de bizarre. il faut lire du début de la phrase. ce que je veux dire est pourtant simple: le ps distribue du fric dans les cités pour acheter sa clientèle électorale. pour protéger cette clientèle, il ferme les yeux sur les dérives islamistes. il y a peu de chances que les choses changent car le ps n’a pas envie de perdre cette clientèle composé d’immigrés. quand à sarkozy, il n’a jamais rien fait pour mettre fin à ces dérives à cause du fait que l’ump est totalement soumis à la pensée unique de la gauche. il ne faut pas s’étonner que les gens votent fn après….

  • A. Finkielkraut et M. Onfray, ne critiquement pas « la gauche » pour les mêmes raisons. Le premier la trouve trop « progressiste », le second trop libérale (pour le PS) ou autoritaire. Un point commun entre les deux : ils craignent l’islam. La critique de l’islamo-gauchisme (et une certaine complaisance avec la droite) est pour l’heure la seule chose qui les réunit et les fait s’opposer parfois fortement à leur camp politique.

    Mais bon ce n’est affaire que postures. La gauche socialiste dans les idées c’est véritablement mort depuis l’URSS. Personne n’est allé habité de l’autre côté du mur tout comme personne ne va vivre à Cuba ou le Venezuela aujourd’hui (à moins d’être allié au pouvoir). S’ils croyaient un tant soit peu à leurs idées, ils passeraient plus volontiers à l’acte. Mais non ils se mentent à eux-mêmes. Ils savent au fond que leur idéologie ne fournit pas un monde meilleur.

    Si un socialiste de n’importe quelle obédience passe par là, puisse-t-il m’expliquer ce paradoxe apparent.

  • « Pour lui, les gens de gauche rejettent les autres points de vue sans même les examiner. Ce qui les intéresse, c’est de savoir si vous êtes d’accord. Ils sondent votre opinion sur une foule de sujets allant de l’avortement au réchauffement climatique, à la recherche d’indices pour vous disqualifier. Dès qu’ils vous ont pris en défaut, ils ne veulent plus discuter avec vous, vous n’appartenez pas à leur tribu. »

    Ce qui est très exactement le sujet de départ du film « L’Ultime souper » :

    Cinq étudiants de gauche se réunissent dans un agréable pavillon autour d’une table choisie, pour refaire le monde. Ce soir comme chaque semaine, ils invitent un hôte, soigneusement selectionné, à partager leur table et à exposer son point de vue sur un sujet donné.

  • Ce monsieur n’a jamais dû essayer d’avoir une discussion avec des Républicains du sud américain pour voir leur « ouverture ».

    De même sur Obama qui ne voudrait pas négocier avec les Républicains. C’est en essayant de négocier avec eux qu’il n’a rien fait au début de son premier mandat. Il aurait mieux fait de ne pas négocier et d’imposer comme l’on fait tous les présidents Républicains avant lui. Avec une house of representative qui essaie juste de lui mettre des bâtons dans les roues c’est débile d’essayer de négocier.

    • Stop aux leçons de morale : les présidents républicains ont fait comme tous les présidents : respecter les institutions et les contrepouvoirs.

      Typiquement gôchiste : quand on est pas d’accord, on est un réac, un bof, un raciste, un fasciste, etc… Si ca marche pas le ‘progrès’ c’est à cause de la droite…

      Vous illustrez parfaitement l’attitude de donneur de leçons, de moralisateur du XIX° dont parle l’article.

    • non, il n’a rien fait car il a fait des promesses complétement irréalistes et démagogiques. une fois, au pouvoir, il a été obligé de prendre en compte la réalité. les gens qui le critiquent parce qu’il a pas tenu ses promessses électorales n’ont qu’ à s’en prendre qu’à eux même, tant pis pour eux s’ils ont été assez bêtes pour croire en son programme irréaliste

    • obama est le prototype type du politicien: il est beau parleur mais une fois au pouvoir, il est incapable d’agir. il est prêt à promettre la lune pour se faire élire. Obama est un démagogue et un populiste. Obama comme bcp de gauchiste est profondément sectaire en raison de son arrogeance et de sa croyance dans le fait que la gauche s’est le bien, que la gauche détient la vérité et qu’elle doit l’imposer à toute la société.

  • La gauche, comme la droite sont tous farine de la même farine. Voyez, par exemple, mon pays, Brésil, aujourd´hui

  • le socialisme vit des pauvres, il a besoin de les maintenir dans la pauvreté. le but des socialistes est de transformer les pauvres en assister pas de les aider. c’est un peu la même chose avec les immigrés, les homosexuels,….(enfin toutes les catégories que la gauche défend). la gauche dit défendre le peuple mais elle le méprise. elle se croit au desssus de tout le monde. la gauche défend des catégories de personnes (et elle refuse que ces personnes se défendent par eux mêmes), elle transforme ces catégories en assistés. la gauche est non seulement la salle d’attente du fascisme mais c’est aussi la salle d’attente de l’esclavagisme

    • vous avez tord il y a des pauvres car les personne se comparent entre elles de ce fait….

      • Vous avez raison : plus il y a de fous pauvres plus on rigole … au PS :mrgreen:

      • Vous avez tort : la pauvreté relative (celle dont vous parlez) n’est pertinente que pour un riche gauchiste, dont le problème unique est la jalousie vis à vis de ceux qui ont mieux réussi que lui. S’intéresser prioritairement à cette pauvreté montre deux choses : 1° que la personne qui en parle n’a aucune idée de ce qu’est réellement la pauvreté et 2° que l’envie sur un plan strictement matérialiste est le centre de sa vie intérieure.

  • je vois 6commentaires 5 critiques envers la gauche 1 critique envers la droite quant on prétend que la gauche est liberticide qu’est ce que cela doit être avec la droite et son extrême droite?????!!!!!
    Essayer de discuter avec un raciste vous verrez si c’est plus facile qu’avec une personne de gauche
    Si c’est le ton du journal c’est du nivellement qui entraîne vers l’extrême droite et par son ton et par l’intervention de ces courriers nivelés par de la rancœur et le manque de réflexion

    • Ah mais le racisme n’implique pas la réduction de liberté le collectivisme si. Perso je préfère grandement un raciste à un socialiste. Sauf bien sûr un raciste-socialiste, qui est pire qu’un socialiste « de base ».
      Le problème de « l’extrême droite » est qu’il s’agit généralement d’extrême gauche collectiviste avec un petit vernis nationaliste dessus… Pour mémoire Hitler et Mussolini et leurs partis respectifs étaient membres de l’internationale socialiste.

    • Le problème en France est que l’on colle dans le même panier ‘droite’ et ‘extrême droite’ deux courants politiques complétement différents, voire carrément opposés :

      – un courant dont la philosophie politique repose sur l’organisation politique hiérarchique : légitimistes, orléanistes, bonapartistes, gaullistes, régionalistes … ce mouvement est purement politique et considère que la morale est une affaire religieuse, que le commerce une affaire bourgeoise, la guerre une affaire militaire, etc…

      – un courant réactionnaire dont la philosophie politique est morale et culturelle et qui est imprégné de nostalgie et de nationalisme et qui voit dans l’Etat et le Peuple les fondements de la Nation.

      Maurras avait tenté de fusionner les deux courants pour les opposer à l’internationale marxiste, cela s’est soldé par une déroute cuisante : le courant réactionnaire n’étant en fait une variante de l’extrême gauche, dont les fondements idéologiques sont profondément socialistes : lutte des classes, égalitarisme, morale politique …

      Dans cette optique, oui le libéralisme est à l’origine un mouvement qui découle du premier courant et qui est totalement opposé au second.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

La liberté est le sujet fondamental au centre des préoccupations de Contrepoints, à travers articles, analyses, réflexions, discussions.

Au-delà de l’actualité, de l’Histoire, des perspectives d’avenir, qu’en est-il de ce sujet dans la littérature, en particulier lorsqu’on pense à son opposé le plus extrême : le totalitarisme ?

J’ai déjà eu l’occasion, ici-même, de commenter quelques grands romans d’Ayn Rand, qui trouveraient toute leur place dans cette série. Je vais donc prolonger avec d’autres réal... Poursuivre la lecture

La gauche politique comporte une constante : pour séduire, elle doit quitter la réalité et faire rêver. On le voit à nouveau avec la réussite politicienne d’un ancien socialiste : Jean-Luc Mélenchon. Ministre de Lionel Jospin de 2000 à 2002, il quitte ensuite la social-démocratie pour la radicalité politique. Concurrent du Parti socialiste dans une gauche de plus en plus divisée, il n’aura de cesse de critiquer cette gauche, surtout lorsqu’elle sera au pouvoir de 2012 à 2017.

Avec 21,95 % des suffrages exprimés à la présidentielle 2022... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jean Granville.

Il est fréquent d’entendre dire que la droite et la gauche sont dépassées car la vraie fracture oppose désormais X et Y (riches et pauvres, somewhere et anywhere, etc.).

Cette idée repose sur un contresens : la bipolarité ne tient pas à une quelconque fracture au sein de la société mais au simple besoin d'organiser rationnellement les choix politiques. La gauche et la droite ne sont pas des philosophies mais des emplacements qui, dans une démocratie fonctionnant correctement, forment les deux plateaux d’une b... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles