Les bizarreries de la coalition anti-Émirat Islamique

Voile islamique en Iran (Crédits Asaf Braverman, licence Creative Commons)

Ces bizarreries se reflètent dans l’offensive du gouvernement irakien contre la ville de Tikrit actuellement contrôlée par l’EI.

Par Yves Montenay.

Voile islamique en Iran (Crédits Asaf Braverman, licence Creative Commons)
Voile islamique en Iran (Crédits Asaf Braverman, licence Creative Commons)

 

Même si l’Iran et les États-Unis finissaient par trouver un accord sur le nucléaire dans les jours qui viennent, la République Islamique resterait en désaccord profond avec les autres membres de la coalition anti EI, et notamment avec l’Arabie et les Émirats.

Ces bizarreries se reflètent dans l’offensive du gouvernement irakien contre la ville de Tikrit actuellement contrôlée par l’EI, et probablement sympathisante s’agissant de la ville natale de Saddam Hussein, dont les officiers seraient l’épine dorsale militaire de l’EI.

Cette offensive est principalement menée par les milices chiites et ouvertement soutenue par l’Iran avec la présence de personnes sur la liste américaine des terroristes. La coalition n’y joue aucun rôle :  « Le gouvernement irakien ne l’a pas demandé » a précisé le Pentagone. Certaines milices chiites sont hostiles à la coalition : « Notre ennemi numéro un, ce sont les USA. »

Malgré les déclarations du gouvernement irakien, le contexte est visiblement à la revanche des Chiites contre un groupe sunnite qui les a plusieurs fois massacrés, ce qui ne va pas dans le sens du ralliement des sunnites contre l’EI. Les habitants fuient d’ailleurs la ville.


Un article des Échos du monde musulman