Serge Schweitzer : hommage à Christian Atias

Entretien exclusif avec Serge Schweitzer sur le philosophe et juriste Christian Atias, qui vient de s’éteindre à l’âge de 67 ans.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Serge Schweitzer : hommage à Christian Atias

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 7 mars 2015
- A +

Un entretien réalisé par Benjamin Guyot pour Contrepoints.

Christian Atias (image libre de droits)
Christian Atias

Contrepoints : Pour ceux qui ne le connaîtraient pas, qui était Christian Atias ?

Serge Schweitzer : Une remarque liminaire : que la disparition d’un immense savant, d’un professeur remarquable, d’un avocat redouté, d’un penseur aussi profond, soit passée inaperçu ou presque, en dit long sur l’époque ! L’heure n’est plus à ceux qui savent, mais à ceux qui paraissent. Quand on imagine par avance la cohorte d’articles qui suivront le décès de médiocres abyssaux tels BHL ou Jacques Attali, et que l’auteur d’une œuvre considérable, qui pesait chacun de ses mots, qui vérifiait chacune de ses assertions, qui donnait la source de toute affirmation en note de bas de page ait pu passer à ce point inaperçue décrit simplement un moment de civilisation. Le propos n’est ni passéiste ni réactionnaire. La constatation s’impose. Ceux qui savent ne pèsent plus très lourd, ceux qui paraissent occupent la scène.

Christian Atias, après un brillant cursus universitaire, obtient très jeune l’agrégation de droit privé, dont bien sûr, il sort major. Il fait presque la totalité de sa carrière à la faculté de droit d’Aix-en-Provence. Professeur exceptionnel, ses cours dispensés dans les grands amphis attiraient au-delà des étudiants de sa propre année. L’homme était à la hauteur du savant, ce qui n’est pas toujours le cas. Poli en toute occasion, urbain en toute occurrence, il était de ces êtres qui laissent une trace. À peu près tous ses élèves principaux ont obtenu le Graal du concours d’agrégation. Mais il s’est toujours refusé à jouer au maître, il m’avait même confié un jour qu’il trouvait ridicule le terme de « disciple », qu’il estimait réservé à un ordre des choses qui n’est point celui de l’université. Doté d’une authentique tolérance intellectuelle, suscitant volontairement le débat, son défi était toujours identique lorsque, fréquemment, il interpellait ses étudiants en leur donnant rendez-vous pour la semaine suivante avec pour mot d’ordre « vous avez une semaine pour me démontrer en quoi j’ai tort ». Le procédé était stimulant et il était rare que l’étudiant, après réflexion, puisse être un candidat crédible à l’objection.

CP : Comment peut-on définir sa pensée ?

Serge Schweitzer
Serge Schweitzer

Dans le cadre imparti d’une réponse courte, qu’il suffise au lecteur de savoir que simultanément, il a été un remarquable technicien du droit civil et particulièrement du droit des biens, qu’il fut un avocat redoutable et redouté, qu’il fut à l’avant-garde de percées intellectuelles comme en analyse économique du droit, qu’il fut enfin, un extraordinaire philosophe et épistémologue du droit.

Quant au premier attribut, qu’il suffise de dire que c’est par dizaines que se comptent ses manuels dans les différentes branches du droit civil et commercial.

Pour cette même raison, quant au deuxième attribut, il n’était pas aisé ni pour un confrère, ni même pour les magistrats, d’avoir en face un tel juriste. Sur bien des points étaient réunis dans la même personne et l’avocat et le professeur qui étaient à eux seuls la Doctrine. Pas facile pour un magistrat de dialoguer en ayant face à lui celui qui fait autorité sur la question qu’il doit trancher !

Quant au troisième attribut, qu’il suffise de dire qu’il a été l’un des tous premiers parmi les professeurs de droit à se passionner pour l’analyse économique du droit et fut l’un des premiers à dénoncer le danger de l’utilitarisme et de la quantification en la matière.

Quant au dernier point, qu’il suffise de souligner que tous et chacun considèrent qu’il a été au moins de la taille intellectuelle de Michel Villey. Ce point suffit à le classer au panthéon des juristes et il sera évidemment dans le Dictionnaire des grands juristes français dans quelques années, reléguant les positivistes aux marmiteux du droit.

Évidemment, cette supériorité intellectuelle – dont il ne se prévalait jamais – ne lui valait pas que des sympathies, car selon le mot fameux de Bernanos, « les ratés ne vous rateront pas ». Mais sa culture était immense. Tout l’intéressait. La pluridisciplinarité n’était pas selon lui un mot ou un slogan ministériel mais une profonde vérité. En vérité, dans le dernier siècle seul Georges Gusdorf pouvait prétendre à rivaliser avec lui. Il n’était certes pas Pic de la Mirandole car le savoir total ne peut plus exister, mais détenait une culture non pas superficielle mais profonde.

CP : Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

Avec grand plaisir. Car il m’est donné l’occasion de dire que, comme beaucoup de grands penseurs, il fut un très grand styliste, une voix incomparable. Je ne vois, dans nos disciplines (Droit-Économie) que son ainé, Daniel Villey, l’économiste, pour rivaliser avec lui en la matière, voire même le surpasser. Permettez-moi de vous donner un exemple : dans le cadre d’essais réunis par Henri Lepage et moi-même à l’occasion de la 10e Université d’été de la Nouvelle Économie en l’honneur de son fondateur, Jacques Garello, Christian Atias avait écrit un texte magnifique, « Humanisme et réalisme : une alliance renaissante ». Je me permets une lecture du propos introductif, qui permettra aux lecteurs de Contrepoints de juger du style et de la culture d’un savant complet et d’un homme exceptionnel.

« Ce serait comme une nouvelle naissance, l’aube différente d’un jour autre, et pourtant inscrit dans la suite de nos jours ; Sainte Victoire elle-même y prendrait une couleur inconnue. Ce serait au pays des deux Césars, l’Auguste dont le Forum et la Lanterne, là-bas plus à l’est, signalent encore la source de notre culture, et le César de Pagnol aux généreuses colères. Ce serait au cœur d’une ville d’eau où même les dauphins aiment Mozart, dans une cité de juristes d’où Portalis combattit, au nom du Parlement de Provence, un projet de codification venu de la capitale. Il y faudrait toute l’ardeur d’un soleil intransigeant ; il y faudrait aussi la garrigue, la pinède et la mer. Du temps et du courage, de la force et du souffle seraient encore nécessaires. C’est là, dans le sillage de l’ample voile latine, qu’une nouvelle génération d’humanistes se profilerait à l’horizon ; sa mission serait de redécouvrir la réalité à la lumière de l’humanisme ancestral.

Ces hommes là auraient dû survivre à bien des déboires, à bien des déceptions. Il leur aurait fallu vaincre le marxisme des anathèmes et celui de la mode intellectuelle ; il leur aurait fallu revenir de la « trahison des clercs » et comprendre enfin le « drame de l’humanisme athée » ; il leur aurait fallu résister aux victoires tapageuses et fragiles des sciences inhumaines. Il y aurait eu bien des erreurs, bien des impasses et bien des désastres. Puis des « hommes nouveaux » forts de leur passé seraient apparus. Alors, malgré Platon, Occam, Kant et Hegel, porté par une Université française survivant, dans nos esprits et dans nos cœurs, aux médiocrités, aux perversions et aux pusillanimités, l’optimisme épistémologique, à nouveau, pourrait éclore. Il y suffirait d’un peu de cette naïveté que donnent un certain sens de l’équilibre, une certaine confiance, une certaine inquiétude aussi. Contre tant de solutions de facilité, celle du volontarisme rationaliste et celles de l’anti-cognitivisme, l’audace serait de vouloir retrouver une réalité complexe, en demeurant fidèle à notre culture humaniste. L’espoir serait de « s’élever collectivement à une intuition supérieure. Il ne pourrait être fondé que sur cette conviction : « on n’obtient pas de la réalité une intuition, c’est-à-dire une sympathie spirituelle avec ce qu’elle a de plus intérieur, si l’on n’a pas gagné sa confiance par une longue camaraderie avec ses manifestations superficielles. Et il ne s’agit pas simplement de s’assimiler les faits marquants ; il en faut accumuler et fondre ensemble une si énorme masse qu’on soit assuré, dans cette fusion, de neutraliser les unes par les autres toutes les idées préconçues et prématurées que les observateurs ont pu déposer, à leur insu, au fond de leurs observations ». C’est dans la réconciliation de la réalité et de l’humanisme que naitrait un savoir d’un nouvel ordre. »

(Christian Atias, « Réalisme et humanisme : une alliance renaissante » in Henri Lepage & Serge Schweitzer (sous la direction de), De l’ancienne à la nouvelle économie – Essais à l’occasion de la dixième Université d’été de la nouvelle économie – Aix-en-Provence 1978-1987, Librairie de l’Université d’Aix-en-Provence, 1987, pp. 23-24)

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Belle et juste description d’un de mes professeurs à Aix ou il sera bien regretté..

  • Ses apports à l’analyse économique du droit sont également remarquables… http://www.wikiberal.org/wiki/Christian_Atias

  • Merci pour cet hommage rendu à un grand homme donc le décès est passé inaperçu dans la presse professeur !

  • Merci à Contrepoints de nous proposer de si solides interviews avec une grande réactivité. Je signale aussi la page Wikibéral du professeur Serge Schweitzer, dont les conférences valent le détour ! http://www.wikiberal.org/wiki/Serge_Schweitzer

  • Quel bel hommage.
    Cristian Atias était l’un des seuls juristes français à s’être dressé contre le positivisme aveugle. Vous avez cependant oublié un trait important, c’était un grand admirateur d’Hayek.
    A la liberté.

  • Ah ça c’est sûr que pour nous donner les dernières nouvelles de Nabilla et Loana ils sont toujours là, mais quand les savants qui sont là fierté de la France disparaissent, alors là il faut aller chercher ailleurs !

  • Hommage très instructif qui donne envie d’en savoir plus sur cet intellectuel de l’ombre .

  • Pour avoir eu des cours à Aix et à Paris I, je confirme que les aixois n’ont pas à rougir face aux parisiens! C’est une grande perte pour notre Faculté.

  • Christian Atias fut mon directeur de mémoire à la fin des années 80. Il me suggéra de m’intéresser à l’influence du doyen Carbonnier sur l’évolution de la présomption pater is est. Il me donna uniquement deux conseils de recherches : lire ce que Carbonnier avait écrit sur la révocation de l’édit de Nantes, et envisager le sujet sous deux angles, psychologique et sociologique. Puis il partit enseigner au Canada, et me recommanda aux bons soins d’Alain Sériaux à qui j’ai présenté le sujet dans les chuchotements recueillis de la salle Ripert. A l’énoncé du sujet, Alain Sériaux fut pris d’un fou rire qui l’obligea à quitter la salle. Une fois dehors, rouge de rire, Sériaux me dit : « il vous a bien eu n’est ce pas? » Quels bons souvenirs que ce sujet, ces conseils, le fou rire d’Alain Sériaux et ce que j’ai pu découvrir cette année là du rôle effectif de la doctrine dans l’évolution du droit, entre autres…

  • Un bien bel hommage pour un homme lumineux…

    J ai appris hier sa mort tragique d une avocate lyonnaise et suis effondré depuis …. Les larmes aux yeux

    J ai choisi de suivre un DEA DROIT IMMO à AIX uniquement pour avoir le privilège de suivre son cours (peut on appeler ça un cours ?) de droit de la copropriété

    Mes attentes et espérances avaient alors été dépassées, largement, outrageusement, au point d avoir trouvé un maître, une icône, une intelligence jamais rencontrée ni alors ni depuis ….

    Je me sens orphelin de ce père spirituel que je n ai rencontré qu une année, c était en 1999….

    Qu il irradie le monde de son intelligence et de son humanisme de là où il est.

    Adieu MOnsieur !!

    • Alexandre, nous ne nous sommes jamais rencontrés mais nous nous connaissons par l’expérience commune que nous avons de cette rencontre singulière qu’il nous a été donné de faire. Au demeurant, tout l’institut Portalis est là pour témoigner de ce fait : on ne rencontrait pas impunément Atias. Ceci étant, rassure toi, il était homme à comprendre et à aimer la finitude de l’homme, son ontologique imperfection. Je me permets de te renvoyer à ce sujet au mot d’André Neher : « la perfection de l’homme, c’est sa perfectibilité ». Et pour (sous?) rire, je conseille (sur Google) la vidéo du dernier cours de Delvolvé. Que d’intelligente fraicheur dans ce « dernier » cours.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

La campagne présidentielle promettait de tourner essentiellement autour de la crise sanitaire, elle devrait plutôt s’attacher à l’essentiel, éviter l’effondrement économique du pays, nous prévient Jacques Garello dans son dernier essai Vaccin libéral. Face aux virus du populisme et du despotisme, le peuple français rechigne à se faire vacciner, c’est-à-dire à entendre le message vrai du libéralisme pour rendre le pays prospère et moins asservi au fameux modèle social que le monde entier nous envie.

Ce modèle social s’inscrit da... Poursuivre la lecture

Qu'est-ce que le libéralisme classique ? C'est combattre la tendance générale à l’appétit des hommes d’État. Présentation de ses grands concepts et de son histoire.
2
Sauvegarder cet article

Par Gérard Dréan.

Lorsque les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté - Confucius

La véritable doctrine libérale est une grande méconnue, au point que même d’éminents contributeurs de Sociétal n’en ont qu’une idée imparfaite. Alors, qu'est-ce que le libéralisme ? Le présent article a pour but d’en rappeler les fondements, tels qu’ils ont été établis et enseignés par les grands auteurs, et de dissiper les erreurs les plus courantes, par exemple :

croire qu’il est possible de dissocier, voire d’opposer, un libé... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

[caption id="attachment_401365" align="aligncenter" width="660"] Dans les couloirs de la fac d'Aix en Provence (collection privée F Mas)[/caption]

Aix en Provence, 10 juillet 2021.

Salle des actes, ambiance studieuse : des économistes, des professeurs, des étudiants, de jeunes professionnels testent en pratique comment fonctionne la main invisible du marché. Au pupitre, Cathleen Johnson, enseignante de philosophie à l’Université d’Arizona, États-Unis.

[caption id="attachment_401366" align="alignce... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles