Sarkozy : « voter FN, c’est voter PS »… et voter UMP ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sarkozy : « voter FN, c’est voter PS »… et voter UMP ?

Publié le 2 mars 2015
- A +

Le Regard de René Le Honzec.

sarko FN rené le honzec

Le slogan « UMPS » de Marine Le Pen (parfois repris par des Mélenchon) succédant au slogan de son père Jean Marie « la bande des quatre » a toujours fait mouche, comme le précédent. Des auteurs libéraux ont souvent parlé de socialisme de gauche et de socialisme de droite, ou de socialisme mou et de socialisme dur. J’avouerais que distinguer NKM de sa rivale Hidalgo (d’accord, en tant qu’observateur breton, je suis un peu loin pour les détails clivants éventuels), ou apprendre que Juppé est toujours à l’UMP, lui, l’idole de ceux qui ne sont pas militants UMP, ou tomber sur des déclarations des uns et des autres impossibles d’attribuer à l’aveugle, tout cela m’amène à penser que lorsque Sarkozy, l’ultra-libéral bien connu, déclare que voter FN aux départementales, c’est voter PS, je retrouve mes doutes existentiels (rien à voir avec Sartre), et me demande si ce n’est pas plutôt voter pour deux socialistes : celui du PS ou de l’UMP qui sera élu grâce à ces fameuses voix qu’ils ne faut pas donner au FN (pas précisément ultra-libéral non plus).

La seule chose qui me réjouisse, c’est que Flanby va s’en prendre une belle dans cette élection : tout le monde sait que c’est la faute à Flanby, Valls et cie, qui ont dépecé la France en régions bancales et orphelines, en départements dont personne n’a compris les capacités, en gâteaux ou des dizaines de milliers d’élus et de fonctionnaires vont se goinfrer, comme d’hab. Parce que les socialistes, ça ne sait pas faire.

Oui mais, comme je sais que des petits malins vont me demander « oui, mais, comment voter ? », je répondrai de faire comme moi : débrouillez-vous, nous y sommes jusqu’au cou. Et pour les vrais vicieux, j’ai toujours l’opportunité, en ma Bretagne, de choisir un candidat régionaliste. Pas forcément libéral, mais bon, nous ne sommes pas parfaits.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est la dernière ligne droite avant l’élection présidentielle, et Valérie Pécresse continue de stagner dans les sondages.

??? L'évolution de l'ensemble des sondages publiés pour le premier tour :

?Macron 29% ↘️ ⚫️Le Pen 18% ↗️ ?Mélenchon 14% ↗️ ?Pécresse 11% ↘️ ?Zemmour 11% ↘️ ?Jadot 6% ➡️ pic.twitter.com/ulxIu1T0DB

— mathieu gallard (@mathieugallard) March 24, 2022

Parmi les raisons qui affaiblissent sa candidature, certains accusent le silence embarrassant de celui qui reste le mento... Poursuivre la lecture

Le premier grand meeting de Valérie Pécresse au Zénith a fait salle comble mais n’a guère suscité l’enthousiasme. Son projet de « nouvelle France » se voulait rassembleur, il n’a pas convaincu les commentateurs qui l’ont accusé d’enchaîner les platitudes, de copier ses adversaires et même de surjouer l’autorité pour tenter de s’imposer.

Meeting tellement raté que des militants ont quitté la salle ! ?#PecresseZenith #ValerieDetresse pic.twitter.com/NNM1kxVHBt

— Goery_|?? (@Goery_) February 13, 2022

Poursuivre la lecture

Imaginez un candidat d’extrême gauche expliquer qu’il a très envie d’emm… les 700 000 millionnaires hexagonaux. Admettons que l’exemple est mal choisi tant celui-ci risquerait d'être élu lorsqu’on se souvient de l’effet d’un « mon véritable adversaire, c’est le monde de la finance » sur l’opinion française.

Prenons un exemple plus parlant : imaginez une France alternative dans laquelle un candidat d’extrême droite déclarerait qu’il a très envie de faire la même chose aux 6 millions de musulmans de ce pays. Quel tollé profondément légit... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles