Des quotas de femmes à la TV ?

Quelle est la logique qui pousse le CSA à vouloir des quotas de femmes à la télé ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des quotas de femmes à la TV ?

Publié le 26 février 2015
- A +

Par le Parisien libéral.

 140720111463.jpg credits yXeLLe ~@rtBrut~  (CC BY-NC-SA 2.0)
140720111463.jpg credits yXeLLe ~@rtBrut~ (CC BY-NC-SA 2.0)

 

Les chaines de télévision devront désormais compter le nombre de femmes à l’antenne, nous informe Le Figaro :

« Dès le 1er mars 2015, les médias devront comptabiliser les femmes présentes sur leur antenne dans le but de veiller « à une juste représentation des femmes et des hommes » à la télévision. La qualité des programmes sera aussi examinée. Les chaînes devront rendre un rapport au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) avant chaque 31 janvier qui sera, ensuite, rendu public. Le nombre d’intervenants masculins et féminins à l’antenne sera communiqué au CSA. »

En plus du décompte, les chaînes s’engagent à mettre un certain nombre de femmes à l’antenne.
France Télévisions s’engage par exemple à respecter un objectif d’ici la fin de l’année 2015 : 35 % de leurs experts seront des femmes. Jusqu’à maintenant, elles représentaient 30%.

Avec tout le respect que l’on doit au CSA, qu’est-ce que c’est que ce quota de 35% de femmes ? Il est doublement incompréhensible.

D’une part, il y a 52% de femmes au sein de la population française, alors pourquoi se limiter à 35% de femmes visibles à la télévision ? Ne devrait-il pas y avoir un présentateur sur deux ou un expert sur deux qui soit une femme ? Et puisque nous sommes dans une logique de représentation, pourquoi ne pas mettre un quota de musulmans (5 millions de personnes, soit 7% de la population), de gays (1 français sur 10) ou d’handicapés ?

D’autre part, sur le fond, les féministes nous expliquent que le fait de mettre des femmes au sein des organes de pouvoir permettrait de prendre en compte un autre point de vue, le point de vue des femmes. Par exemple, le collectif féministe « La Barbe » a interrompu, le mois dernier, un débat de dix think tanks organisé par le Cercle des économistes dans l’auditorium du Monde. La raison, c’est que 17 des 18 économistes qui débattaient étaient des hommes ; selon « La Barbe », si plus de femmes étaient invitées à s’exprimer, l’économie traiterait plus de sujets tels que les inégalités hommes-femmes au niveau mondial, par exemple.

Donc, si on comprend bien les féministes (les mêmes qui nous expliquent que si Lehman Brothers s’était appelé Lehman Sisters, il n’y aurait pas eu de crise, oubliant par la même qu’en 2008, le directeur financier de cette banque était… une femme), la thèse essentialiste prévaut : il faut une femme pour prendre en compte le point de vue des femmes et pour avoir un monde meilleur.

Il y aurait bien une idée pour parvenir à une représentation « juste » de la société dans les organes de pouvoir, cela s’appelle le tirage au sort, notamment en ce qui concerne les élus (toujours majoritairement blancs, âgés, et diplômés). Mais que diraient alors les féministes quand elles s’apercevraient qu’une assemblée tirée au sort et donc représentative s’opposerait à leur point de vue et aux thèses essentialistes ?

Pour en avoir une idée, c’est très simple : il suffit de voir le silence des féministes devant un deuxième tour de législative dans le Doubs qui oppose unE candidatE Front National à un candidat Parti Socialiste jusqu’au bout de la caricature (homme blanc quinqua, professionnel de la politique) : on voit bien que manifestement, toutes les femmes ne sont pas féministes au sens socialiste du terme.

Les Français ne veulent pas d’affirmative action. Pourquoi s’acharner à mettre en œuvre de tels dispositifs qui desservent les minorités ?

Attaquons nous aux causes de la ghettoïsation, plutôt qu’à ses conséquences !

Sur le web

Voir les commentaires (34)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (34)
  • Beaucoup plus simple : si ça couche avec le directeur des programmes pour avoir le poste, c’est une femme. On devrait alors pouvoir qualifier plus de 50% des gens de télé de femmes.

  • Pendant qu’on y est, pourquoi pas des quotas de chrétiens et de créationnistes ?

  • On fait quoi des homosexuels? Des noirs? Des asiatiques?
    Mon dieu, le CSA est raciste car tout le monde n’est pas représenté.

  • Le féminisme part du postulat que les femmes représentent un groupe sociologiquement homogène. Selon cette escroquerie, une femme cadre serait plus proche d’une femme ouvrière que ne le serait son collègue, homme, ouvrier.

    Partant d’un postulat totalement faux, il est parfaitement logique d’arriver à des conclusions totalement foireuses.

  • Y-a-t-il 35% de femmes au CSA ?

    La voilà, la bonne question.

  • Le CSA cherche juste à justifier son rôle de « censure moderne », voila tout. Demain on aura un quota de chats s’il y a une sur représentativité des chiens dans « 30 millions d’amis ».
    Ca les occupe.

  • Tiens, Adèle n’est pas venue troller sur ce sujet ?

  • « …si Lehman Brothers s’était appelé Lehman Sisters, il n’y aurait pas eu de crise, »

    Merci pour ce moment de rigolade !

    • rigole pas trop, ça a réellement été dit et écrit le plus sérieusement du monde ; tape « lehman sisters » dans un moteur de recherche et tu va rire (jaune)

    • SI je ne me trompe pas, dans les années 70, quatre pays étaient dirigés par des femmes et étaient tous en guerre.

  • « Les Français ne veulent pas » mais je crois que ces gens, faits de lobbys, s’en contrefoutent , non ?

  • C’est le genre de debilite qu’il advient lorsque qu’il y a une majorite de femme ( 5/9 au CSA)

    • Non, une majorité de greluches qui n’ont rien à faire.

      Il y a une majorité de femmes dans pas mal d’endroits, sans que ça tourne au désastre.

    • Ce commentaire est sexiste.
      La débilité survient quand la majorité est débile. homme et femme réunis. Ce qui fait qu’en démocratie, la majorité ayant toujours raison, et les con étant majoritaire, vous pouvez voir où ça nous mène…

  • Les femmes présentatrices (soi-disant « journalistes ») modulent bien souvent leur hauteur de voix. C’est VRAIMENT très pénible! Comme la présentatrice du 13H de France 2 qui a une voix qui vrille vraiment les oreilles et hyper vulgaire en plus.

    La voix d’un hommes est généralement plus agréable, sauf les voix efféminées type homosexuel (comme Marc-Olivier Fogiel).

    Il y a bien sûr des exceptions, certaines femmes maîtrisent parfaitement leur voix qui ne monte pas dans les aiguës à la moindre occasion.

    • Une voix aigüe dégueu + une lecture morne du prompteur + la lecture consciencieuse de la ligne éditoriale du Parti…
      Ceux qui arrivent à endurer ça n’ont pas beaucoup de respect pour leur cerveau, et pour leur temps libre.

  • Jetez votre poste de télévision. Cela résoudra le problème de représentation dans ce domaine.

  • Ah, le bon vieux temps de l’ORTF, quand le pouvoir n’avait qu’un coup de fil à passer pour que la TV relaie le message 🙂

  • Cela me prouve surtout que les « expert » de la télé ne servent à rien, n’ont aucune incidence concrète sur la réalité.
    Et que la fiction politique du moment peut donc s’en emparer.
    Car étrangement, personne ne propose de mettre des quota de femmes pour les pilotes de lignes ou les chirurgiens par exemple…

  • vu son histoire,ses ex colonies,ses Dom et Tom, la télévision française est foncièrement raciste, si, on la compare avec son pendant britannique. Le CSA devrait surtout se pencher sur cette anomalie bien française, que de chercher à installer de binôme homme et femme partout. En Grande-Bretagne ancienne puissance coloniale,comme la France ,ses minorités sont visible partout, dans la télévision, des officiers supérieurs dans le corps d’armée, voir dans la haute administration. Ici, ils sont bons qu’ a nous faire gagner des médailles d’or dans de jeux olympique, voir la coupe du monde de foot. Ou sont nos noirs, nos arabes dans la télévision? CSA, vous en pensiez quoi à ce sujet ?

  • Inversons le problème, dan l’enseignement du primaire les femmes sont en excès il va falloir dés demain en licencier et mettre des maîtres á la place. Idem pour la profession médicale.
    Encore une stupidité administrative bien dans l’esprit marxiste de l’égalitarisme.
    Pourquoi ne pas demander des critères de profesionalité

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ah les seventies ! L’ORTF, Le Petit Rapporteur, les reportages de Daniel Prévost dans le village de Montcuq et les batailles de boudin blanc ! Ce ne sont sans doute que des ouï-dire pour les plus jeunes, mais le parfum de l’impertinence ne s’est pas totalement évaporé.

Peut-être que quelques-uns se souviennent encore de cette interview d’un grand chef étoilé qui, à la question posée par un des joyeux compères de l'émission de Jacques Martin et Stéphane Collaro : « pourquoi les grands chefs sont tous des hommes, alors qu’à la maison, ce... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Le dernier-né des rapports régulièrement consacrés à la question de l’audiovisuel public nous vient du Sénat. Il n’échappe pas à la règle propre à ce type d’exercices : comme ses (trop) nombreux prédécesseurs, ce document constate la gestion défaillante des sociétés de l’audiovisuel public, et propose comme d’habitude une augmentation du financement public et une nouvelle version du mécano institutionnel. Sans oublier, bien sûr, de prévoir la création de plusieurs  commissions et autres missions de préfiguration chargées de donner suite à ses... Poursuivre la lecture

 

« Le privé est politique » expliquait récemment la candidate malheureuse à la primaire des écologistes Sandrine Rousseau au micro du web-magazine féminin-féministe Madmoizelle, « privé » signifiant ici vie privée, vie personnelle. En vertu de quoi elle voudrait voir reconnaître un délit de non-partage des tâches domestiques au sein des couples, écoféminisme de combat oblige.

La nouvelle idée de Sandrine Rousseau

On pourrait évidemment se dire que la propension de Sandrine Rousseau à proférer des âneries pour se faire rema... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles