Terrorisme : Bernard Cazeneuve est-il Charlie ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bernard Cazeneuve Credit Parti Socialiste (Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Terrorisme : Bernard Cazeneuve est-il Charlie ?

Publié le 24 février 2015
- A +

Par Le Parisien Libéral.

Bernard Cazeneuve Credit Parti Socialiste (Creative Commons)
Bernard Cazeneuve Credit Parti Socialiste (Creative Commons)

 

Qui peut se dire que la lutte contre le terrorisme n’est pas un objectif prioritaire ? A priori, personne. Du coup, le gouvernement, très républicain, très dirigiste et autoritaire, se permet de prendre en otage les démocrates et les gens attachés aux droits de l’homme dans ce pays, avec ses propositions liberticides.

Dernier exemple en date : le voyage du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui est allé rencontrer des représentants d’Apple, Google, Facebook, Twitter et Microsoft. Objectif : que ces géants de l’Internet s’autorégulent en bloquant par eux-mêmes les communications liées au terrorisme djihadiste. Il est vrai que le ministre n’a cessé de répéter que « 90% de ceux qui basculent dans des activités terroristes au sein de l’Union européenne le font après avoir fréquenté Internet », et qu’il faut donc « réguler » l’internet.

Terrorisme ou pas, Cazeneuve, mais aussi 90% des politiciens, veulent règlementer l’internet (depuis la place Beauvau plutôt que depuis un bureau en Californie). C’est comme si Cazeneuve nous expliquait qu’avant 2005 (date d’invention de Youtube) ou avant 2003 (date d’invention de Facebook), il n’y avait pas de terrorisme islamiste qui tuait à Paris.

Prendre le risque de critiquer la politique anti-terroriste (et liberticide) du gouvernement n’est-ce pas laisser penser qu’il ne faille rien faire contre le terrorisme ?

Notons quand même que la France, le pays des droits de l’homme, est aussi un des pays qui demande déjà le plus à Twitter d’effacer des tweets. Oui, la France, pas une grosse république populaire, une dictature communiste ou quelque État fermé sur lui-même. Il ne s’agit pas d’une information conspirationniste mais d’un fait relayé par la presse nationale. On sait également, depuis les révélations d’Edward Snowden, que la France fait aussi partie des pays qui enregistrent et surveillent ce que disent et font les citoyens.

rené le honzec cazeneuveAutrement dit, pour nous résumer, la surveillance de masse, et les interventions chez les gros fournisseurs de services sur Internet, ça ne marche pas. En réalité, il n’y a pas besoin de « réguler » l’internet, on a surtout besoin d’une doctrine au sein du gouvernement et au sein du pays.
Déjà, les membres du gouvernement eux-mêmes ne sont pas d’accord entre eux. Quand un ministre dit qu’il faut comprendre les jeunes qui partent en Syrie, qu’un autre pense qu’il faut envoyer des armes aux opposants à Bachar el Assad, qu’un autre affirme qu’aller faire la guerre au Mali, c’est lutter contre le terrorisme ici, et qu’un autre minimise l’extension d’un État de surveillance plus intrusif que celui de la RDA, où est la cohérence ?

Quand la France affirme que le terrorisme islamiste n’a rien à voir avec l’islam, mais que dans le même temps, elle interdit des pièces de théâtre ou des films qui pourraient choquer les musulmans, tout en affirmant que Charlie Hebdo a raison de pratiquer ce que les musulmans considèrent comme un blasphème, où est la cohérence ?

On sait pourtant très bien que les terroristes, bien plus que de vouloir défaire militairement la France (puisqu’il parait que nous sommes en guerre…), veulent surtout introduire une guerre civile en France, et rallier à leur cause les 5 millions de musulmans de France, tout en luttant contre notre mode de vie. Alors, pourquoi, y compris au sein du gouvernement, contribuer à donner raison à leur stratégie, en tentant d’adopter un entre-deux en matière de valeurs, et en attaquant les libertés civiles ?

Il ne faut pas lutter contre la propagande djihadiste sur internet, et ce pour plusieurs raisons.

La première est fondamentale, elle a trait à la cohérence de l’action publique et des lois. On ne sait jamais ce qui sera considéré, dans le futur, comme étant illégal sur internet. Si la propagande djihadiste est considérée comme étant illégale, qui dit qu’ensuite ce ne sera pas telle ou telle religion, puis, telle ou telle opinion ?

La seconde raison est pratique : comment-voulez vous repérer des gens si vous les forcez à se cacher ? Il sera beaucoup plus aisé de repérer des futurs tueurs s’ils ne prennent pas trop de précautions.

La troisième raison est aussi d’ordre pratique : imaginons que Cazeneuve parvienne, on ne sait comment, à faire préférer à YouTube les lois françaises aux garanties offertes par le premier amendement de la constitution américaine sur la liberté d’expression : que fera-t-il ensuite quand les vidéos migreront sur RUTube ?

En réalité, et sans tomber dans la culture de l’excuse, le gouvernement français ne se pose pas exactement les bonnes questions. Certes, toutes les personnes ayant habité le XIXème arrondissement de la capitale ne deviennent pas des délinquants, et, certes, tous les prisonniers ne deviennent pas des terroristes. Ceci étant dit, qui peut nier que la radicalisation passe aussi par ces séjours dans des établissements surpeuplés et ignobles, mais qui dépendent pourtant du ministère de la justice française, la justice du pays des droits de l’homme ?

On le sait, Coulibaly avait fait un séjour à Fleury Merogis, d’où il en avait tiré un reportage diffusé sur France 2, montrant l’état inacceptable de la plus grande prison d’Europe.

Pendant que Cazeneuve demande à Youtube de ne plus diffuser telle ou telle vidéo, il évite de rappeler que les prisons françaises sont toujours surpeuplées, ce qui n’est pas digne d’un pays qui donne des leçons de droits de l’homme à la terre entière.


Sur le web

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • « Qui peut se dire que la lutte contre le terrorisme n’est pas un objectif prioritaire ?  » => Euh moi, bon ca fait pas loin d’1 personne sur 66 Millions a priori, mais clairement le terrorisme a tuer en France 17 personnes cette année, 0 l’année dernière,…. donc sur 10 ans, le terrorisme en France a tuer grand maximum 30 personnes, l’alcool et le tabagisme tue 90.000 personnes par an, sur 10 ans, ca fait environ 900.000 personnes… comparé aux 30 personnes tué par le terrorisme… ca fait plouf. Le cancer tue 140.000 personnes par an, donc 1.400.000 personnes sur 10 ans, donc comparé aux 30 personnes, ca fait replouf…. et je pourrais continuer la liste comme ca longtemps…
    Vous allez me dire « ba oui mais les tués des terroristes ne l’ont pas voulu »… ce a quoi je vous répondrais que la famille morte dans un accident de voiture provoqué par un alcoolique au volant n’avaient pas non plus véritablement provoqué… Et quand Manuel Valls déploie 600 Millions d’euros en plus + 3000 emplois dans le renseignements en plus pour lutter contre 7 morts par an, je me dis qu’on aurait pu en sauver un bon paquet en les deployant sur la recherche sur le cancer, ou bien sur l’alcoolémie au volant, ou bien sur a peu pres toutes les causes de mortalité en France, le terrorisme etant la cause la moins meurtrière….

    Tout ceci entraine donc des ministres a passer tout leur temps a interdire a 3 pages facebook de publier des appels au recrutement djhiadiste, mais laisse des pubs et des vidéos de jeunes alcoolisé a 300% qui tue donc 10.000 fois plus que le terrorisme… bref non, le terrorisme est loin d’etre ma première lutte de tous les jours, mais c’est le grain d’herbe qui cache le baobabochomagechargesenarquesincompetents….

  • D’ailleurs le nombre de détenus par habitant n’a jamais été élevé depuis 46 (effet seconde guerre mondiale probablement).

  • Bernard qui ?

    Ah le type qui était « ministre du budget », en remplacement du voyou Cahuzac ? C’est ça ? Et avant ? On me dit dans mon oreillette qu’il était…. « ministre des affaires européennes » ? Vraiment ?

    Comment ? Sa seule qualification c’est d’être un poto « de 20 ans » de Sans-Dent ? Ah bon ?

    Vous dites ? Maintenant il serait « ministre de l’intérieur » ?

    Franchement, soyez sérieux. Arrêtez la boisson. Ca provoque des hallucinations.

  • il serait pas plutot charlot ?

    sans canne, sans chapeau, sans redingote, sans talent, sans humour, sans risque, sans idée, sans sourire …

  • Ne pas dire ou écrire sur tel sujet parce que ça va offusquer soit:
    – les musulmans
    – les catholiques
    – les juifs
    – les bouddhistes
    – les coptes
    – les orthodoxes
    – les grands
    – les petits
    – les gros
    – les maigres
    etc … etc … etc …. etc …
    Par contre délectez vous de la vraie véritable bonne parole diffusée larga manu dans tous les médias.
    Ces intervenants, ces génies de la politique de haut vol, ces philosophes auto proclamés experts possèdent la science infuse et vous dictent ce que vous devez lire ou ne pas lire, écrire ou ne pas écrire, penser on ne pas penser ….

    La vie dans notre société vaut vraiment la peine d’être vécue ….

    Etonnant !!! Non ??? aurait dit ou écrit Desproges …..

  • Controler internet ou interdire des sites iront à coup surs totalement inutiles ,il faut laisser les poissons mordre
    à l’hameçon.

  • Le « succès » du Ministère de l’Interieur suite aux attentats est invraisemblable. Mr.Charb figurait sur toutes les listes comme une cible prioritaire. Les services de l’Intérieur ont été pris en défaut de la manière la plus grave. Les assassins se sont littéralement promenés dans la rue se trompant d’immeuble puis revenant sur leurs pas. Demandant leur chemin au pied de l’immeuble, atteignant les étages et tuant la rédaction entière sans qu’AUCUNE RÉSISTANCE NE LEUR SOIT OPPOSÉE.
    Faut il rappeler que Mr.Charb faisait l’objet d’une protection particulière, il s’agit d’une effroyable bavure des services français.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Julien Plouchard.

C’est dans l’émotion des semaines qui suivirent les attaques terroristes d’Al-Qaida sur le sol américain le 11 septembre 2001 que les États-Unis adoptèrent le Patriot Act, lequel mettait en place au nom de la guerre contre le terrorisme une société sous la surveillance d’un État policier et réduisait les libertés au nom de la sécurité. Cette loi a déjà vingt ans…

Le Patriot Act, une loi d’exception qui s’inscrit dans la durée

À la suite des attentats à la bombe du World Trade Center en 1993 et d’Oklahoma Ci... Poursuivre la lecture

Par Yannick Chatelain.

Que cela soit d’un point de vue sécuritaire ou sanitaire, l’État, et c’est là un euphémisme, se donne dans l’urgence quelques libertés concernant le traitement des données personnelles des citoyens, par impréparation ou volonté délibérée.

Il ne m’appartient pas d’en juger, mais juste d’alerter les citoyens sur des faits, aux côtés des organismes comme la CNIL ou La Quadrature du Net qui veillent et surveillent attentivement les projets de loi et les décrets qui se succèdent à une cadence effrénée.

L... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

Elles ne sont plus très nombreuses, les personnes qui ont connu la guerre. La guerre, la vraie, celle de 1914-1918, celle de 1939-1945, celle de Corée, d’Indochine, du Vietnam, d’Algérie ou d’ailleurs. Celle qui dévore, brûle, détruit, ravage. Celle où des gens tuent des gens parce qu’ils en ont à la fois le droit et le devoir. Celle où la mort est partout.

Cette guerre, nous ne la voyons plus que dans les jeux-vidéo, les images d’archive et des fictions cinématographiques. Parfois aussi dans quelques images... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles