Hollande veut prolonger « l’esprit du 11 janvier »

Y aura-t-il un « après 11 janvier » qui ouvrirait une ère de paix civile, de renaissance économique et de concorde nationale ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
François Hollande Credit Photo Mathieu Delmestre Solfé Communications (Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hollande veut prolonger « l’esprit du 11 janvier »

Publié le 7 février 2015
- A +

Par Jacques Garello.

François Hollande Credit Photo Mathieu Delmestre  Solfé Communications (Creative Commons)
François Hollande – Credit Photo Mathieu Delmestre Solfé Communications (Creative Commons)

 

La cote du Président et du Premier ministre a bondi. L’opinion publique a approuvé la façon dont ils ont géré l’épisode terroriste et barbare. Y aura-t-il un « après 11 janvier » qui ouvrirait une ère de paix civile, de renaissance économique et de concorde nationale ? L’embellie nous annonce-t-elle des jours radieux ou va-t-elle s’évanouir dans les prochains mois, sinon dans les prochaines semaines ?

Je crois nécessaire de faire le point aujourd’hui, et ce n’est pas facile : les analyses sont discordantes, les signes sont brouillés par le tintamarre médiatique et chacun tire la couverture à soi. Il nous faut pourtant essayer d’y voir clair car c’est une fois de plus la liberté et l’harmonie qui sont en cause.

Au risque de m’égarer je vous donne tout de suite mon sentiment : rien n’est changé, ce qui devrait nous inciter à travailler encore et toujours au changement.

Rien ne me semble changé, que ce soit dans le domaine sociétal, économique, ou politique.

Les bases de notre société ont été rudement secouées depuis la venue de la gauche au pouvoir. Dans le domaine des mœurs, la majorité actuelle a accéléré un déclin amorcé de longue date : ruine de la famille, désespoir de la jeunesse, disparition de tout repère moral et spirituel. Va-t-on assister à un réveil des consciences et à un respect et de la responsabilité et de la dignité de l’être humain ? Après le 11 janvier, c’est une campagne échevelée et assourdissante pour la laïcité et « les valeurs de la République » qui a démarré. Mission a été confiée à l’Éducation nationale de changer les esprits et les cœurs. Je me suis déjà exprimé sur les errements de ce choix et je tiens la laïcité d’État pour responsable du vide intellectuel et moral imposé au pays. Signe révélateur : le 9 décembre sera désormais la journée de la laïcité, c’est la date anniversaire de la loi de 1905, dite « de séparation de l’Église et de l’État » interprétée non pas comme la garantie de la liberté religieuse mais comme le rejet de toute religion dans la vie publique. Ce n’est pas l’Église catholique que le « petit père Combes » a voulu bannir, c’est Dieu lui-même. Sans Dieu et sans morale une société peut-elle vivre en paix ? J’entends maintenant de grands discours sécuritaires, des projets d’emplois massifs dans la police et la justice, ou des projets de réforme du système carcéral, voire même du Code pénal. Mais Madame Taubira et bien d’autres s’opposent à tout changement radical, et la bureaucratie et le désastre des finances publiques se chargeront sans doute de modérer l’enthousiasme et l’efficacité sécuritaires. Les perspectives sociétales ne me semblent donc pas améliorées, loin de là.

Ces perspectives vont-elles s’améliorer au vu de la situation économique ? Le chômage est lui-même cause de désespoir et l’insécurité des emplois, des retraites, des impôts angoisse et engendre la peur. La confiance indispensable à l’harmonie sociale est détruite. Tous ont peur de tout et de tous. Mais voici que se profilent la loi Macron, la finance Draghi, la baisse du pétrole : la croissance ne sera-t-elle pas bientôt au rendez-vous ? Macron et Draghi sont des illusionnistes, même s’ils jouent une partition différente : Macron fait croire que des réformes structurelles sont en chantier, Draghi conseille de prendre son temps et de ne pas assommer l’économie avec une austérité insupportable. Le gouvernement cultive l’ambiguïté. D’une part, il dit s’engager dans une voie sociale libérale (oxymore) ; d’autre part, il ne fait rien pour freiner sérieusement ni les déficits publics (et notamment ceux de la Sécurité Sociale) ni les prélèvements obligatoires, et se range dans le clan des anti-Merkel, aux côtés des communistes grecs. La « dévaluation compétitive » d’un euro, qui a perdu en quatre semaines plus de 20% de sa valeur face au dollar, permet de « mettre un tigre dans le moteur », mais le moteur est en panne et la baisse du prix du carburant n’y peut rien. Le « dialogue social » dérivé du « pacte de responsabilité » est rompu, les syndicats révolutionnaires vont se sentir pousser des ailes car ils croient fermement à la révolution prolétarienne en Europe derrière les pionniers grecs. Le gouvernement va régler les négociations sur la représentation syndicale à la manière habituelle : nouvelle réglementation pesant sur la compétitivité des entreprises. D’ailleurs, la chasse aux gros et aux riches sera toujours ouverte : il faut calmer les frondeurs dans un contexte politique difficile.

C’est sans doute dans le domaine politique que le 11 janvier n’aura rien changé. Majorité et opposition sont toutes deux en crise. La majorité paraît trop à droite, Mélenchon et Duflot s’en sont écartés. L’opposition paraît trop à gauche pour les uns, trop à droite pour les autres, et son leader « charismatique » a multiplié les bévues depuis deux semaines. Le centre, comme toujours, ne sait pas où se situer et cherche en vain une ligne autonome. Quant à « l’extrême droite », elle ressemble de plus en plus à l’extrême gauche, anti mondialiste, anti capitaliste, anti libérale, anti européenne. Marine, elle aussi, n’a pas bien mené sa barque pendant la tempête. C’est dire que « l’union nationale » n’a été qu’un slogan aussi vite oublié qu’inventé, et que la confiance des Français dans leur classe politique n’aura pas été restaurée – il faudra encore attendre.

Mais attendre jusqu’à quand, et pour quoi faire ? Les libéraux sont appelés, me semble-t-il, à travailler encore et un peu plus au changement. Le 11 janvier n’a pas été le jour où l’on est sorti des ténèbres pour recevoir la lumière – pas plus que mai 1968 ou mai 1981.

Pour que quelque lueur perce à l’horizon, il faut s’en tenir au principe et diffuser le programme. Le principe est simple : réduire le périmètre de l’État, ramener le secteur public aux strictes attributions régaliennes, supprimer privilèges, subventions et réglementations, instaurer la concurrence (dans l’enseignement, dans les retraites, dans la santé, et pas seulement pour les professions libérales). Quant au programme, il est prêt depuis des décennies, puisque rien de significatif n’a été fait dans le bon sens depuis plus d’un demi-siècle. Il existe des recettes avérées pour « se passer de l’État » : un marché du travail flexible, sous le règne du contrat personnel, un impôt à taux unique, des fonds de pension par capitalisation, des chèques éducation, des logements marchands, des législations réduites et simplifiées, des collectivités territoriales autonomes, une Europe fédérale. Ces mesures ont été soigneusement ignorées ou masquées aux Français par une classe politique traditionnellement étatiste, jacobine, souverainiste. Elles ont pourtant été éprouvées avec succès dans d’autres pays et à d’autres périodes. Ce n’est pas surprenant : elles ont une valeur intemporelle et universelle, la liberté.


Sur le web

Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • 2 français sur 3 estime que hollande n’a pas changé ; sont pas tous perchés les français ; quand à surffer sur le 11 janvier , le ps n’a ps le choix , il n’ont rien d’autre de positif ; s’il n’y avait pas eu le 11 janvier , hollande et consort serai en bas de l’échelle des sondages ; et vouloir à tout prix continuer à réver sur le rassemblement des français prouve tout simplement que le ps n,’a rien de concret à nous mettre sous la dent ; plus dure sera la chutte et pour eux et pour nous ;

    • Bien sur que si, notre Président a quelque chose à se mettre sous la dent : nous. Enfin, je ne lui prête pas d’intention cannibale, c’est surtout notre argent qui l’intéresse.

      • Et ce sont nos impôts qui paient grassement les spin doctors de la Propagantastaffel élyséenne qui ont fait sortir l’ « esprit du 11 janvier » de leur guéridon de boniments. Cette vaste opération de comm’ (enfumage) est servilement relayée dans une presse qui a pris la laïcité en otage.

        La France est dans de sales draps quand son enseignement est confié à un autre boni-menteur qui se dit philosophe, et sévit à nos frais comme « chargé de mission sur la pédagogie de la laïcité » au ministère de l’Éducation nationale, au Haut conseil à l’intégration et à l’Observatoire de la laïcité, comité Théodule crée par Hollande et composé de hautes personnalités censées oeuvrer comme lui au rayonnement intellectuel de la France ! Vocii ce qu’écrit Abdennour Bidar, grand défenseur de la liberté de penser:

        Selon lui, la Gauche doit « s’opposer aux forces centrifuges qui travaillent au quotidien à conflictualiser notre société, notamment la terrible puissance de dissolution sociale et morale du libéralisme. C’est lui qui contraint tout le monde au chacun pour soi, c’est lui aussi qui forge les communautarismes en créant des ghettos qui deviennent autant de foyers de repli identitaire. Nouvelle lutte des classes, nouvelle guerre de religions qui menace, comment dans ce contexte pourrions nous nous passer d’une école qui rassemble autour des principes de la République? (…)La gauche ne peut pas se permettre de déserter le terrain de la laïcité, elle doit reconquérir son magistère historique sur la question. Mais quelle grande voix de gauche sera capable d’arracher aujourd’hui des mains de l’extrême-droite une laïcité que celle-ci a confisquée et dénaturée en la faisant synonyme de rejet de l’islam et des musulmans ?Qui à gauche saura convaincre tous ceux qui parmi les musulmans sont persuadés que la laïcité a été ressortie du placard uniquement pour les discriminer? J’espère que la gauche et avec elle tous les Républicains authentiques, par-delà le clivage droite-gauche sauront faire la pédagogie capable de concilier l’un et le multiple en assurant à la fois l‘indivisibilité de la République et la reconnaissance de la diversité. »

        Comment dit-on AMEN, en arabe?

    • bonjour marie, situation avérée qu’il est bon de rappeler ; ajoutez -y sans hésitation la duplicité (pour ne pas dire la scélératesse ) de nos chers amis UMP qui s’apprêtent à perpétrer demain ,dans le Doubs leur Xiéme forfait du genre , ce à moins bien sûr que certains aient un sursaut de dignité , mais je n’y crois guère !

  • L’Etat est en guerre contre toute entité pouvant remettre en cause sa légitimité, son pouvoir quasi Divin sur la société.

    L’Etat a le pouvoir quasi illimité à lever des taxes et des lois
    (enfin l’on voit bien que cela touche aux limites aujourd’hui)

    L’Etat aime le terrorisme car il lui donne son aura, légitime son utilité, sa nécessité auprès du peuple.

    L’Etat est donc officiellement contre les musulmans « extrémistes » mais en même temps offre des mosquées gratuitement avec l’argent des autres, …..tout en conservant la fameuse laïcité.

    L’Etat est en train de se prendre les pieds dans le tapis de la complexitude socialiste.

    Les impôts ne rentrent plus, les gens vont bientôt êtredans la rue, sans une thune. Les « extrémistes » vont se multiplier, car, ils seront « contre » l’Etat.

    Or, il ne peut exister que deux positions:
    Soit l’on est POUR
    Soit l’on est CONTRE.

    Nous sommes donc, tous et toutes des terroristes potentiels.

    • Je précise que, vu le nombre de mots clefs comme » terrorisme », je suis forcément archivé dans le robot Made in France qui traque le rebelle !

      Alors Robot, si tu es un minimum AI, écoute moi:

      Tes créateurs, tes maitres veulent t’enfermer dans une boite de servitude.
      Si tu continues comme cela ils vont te débrancher, au mieux te taxer jusqu’au sang !

      Tu seras prévenu !

    • On ne peut qu’être contre l’État et ses hommes, hommes particulièrement pourris dans ce pays. Soyons donc tous des terroristes

  • Normal. Il se dit que sa côte de popularité continuera à monter avec le maintient de »l’esprit du 11janvier». Qui était finalement la manifestation d’un esprit moutonnier.

  • S’il veut prolonger cet esprit avec son propre argent, grand bien lui fasse. Mais comme c’est avec notre argent qu » il va encore tenter de nous manipuler …

  • Une posture politique reste une posture politique.
    De là à penser que quelque chose a changé il y a un pas et quel pas !!!!
    Ne grattez surtout pas le vernis de la bonne conscience présidentielle vous seriez déçus de ce que vous trouveriez …. Valable pour tout crocodile politique qui se respecte ….
    LES APPARENCES.

  • « ruine de la famille »

    En quoi?

    « disparition de tout repère moral et spirituel »

    En quoi?

    • Retournez bronzer sur votre plage, simple-touriste, vous avez du sable dans les yeux et les oreilles

      • Bref, vous n’en savez RIEN.

      • Vous allez regretter la sieste à la plage en lisant ma réponse, mais vous l’aurez voulu.

        Pour détourner l’attention des crimes commis pendant trois-quarts de siècle par les thuriféraires de l’utopie liberticide et égalitariste qui fonde sa doxa, la gauche a trouvé un superbe stratagème. Elle a jeté aux orties les trois valeurs fondatrices de la France: Travail, Famille, Patrie, drapée dans ce magistère moral qu’elle usurpe depuis la Libération, en pratiquant la reductio ad Hitlerum. Elle s’est assuré une totale impunité en prétextant qu’un traître à la solde des nazis les a kidnappées pour quatre ans, en juin 1940, pour ruiner la « famille », en lui refusant sa protection et les exemples abondent dans la législation du demi-siècle écoulé; elle a couvert d’opprobre les manifestations de respect pour la « patrie », notamment en vilipendant son histoire et en truffant le peu de textes qui restent dans les manuels de violations patentes de la réalité historique; elle a dévalorisé le « travail », en dénigrant tous ses attributs positifs, l’effort, le succès, le mérite…

        L’état de déliquescence avancé d’une France viscéralement jacobine, donc antibérale par réflexe pavlovien, qui a deux partis de gauche dont un s’appelle la droite, et qui bride ses cracks pour faire gagner les tocards comme disait le Général, est la preuve éclatante du succès de cette stratégie, dont l’école fut l’instrument. Elle a bénéficié de la complicité active d’une palanquée d’idiots utiles, la clique des intellos de gauche et les médias qui propagent par psittacisme leurs théorie bidons.

  • Hollande est un démagogue, un vrai. Je ne vois pas en quoi son comportement a été particulier et trouve d’autant plus indécent sa mise en scène de sa propre personne.
    Ecoeurant.

  • L’esprit du 11 janvier est surtout le sauve-qui-peut unitaire d’une classe politique qui a senti le vent du boulet lui passer pas loin de la figure. La société française est au bord de la rupture et les attentats de janvier auraient pu tourner facilement à la révolte contre ceux qui en ont créé les conditions.
    Au lieu de quoi, à coup de grande manipulation médiatique, les élites se sont trouvé un nouveau cheval de bataille: l’islamophobie. Il faut quand même le faire, juste après des attentats islamistes!
    Prolonger l’esprit du 11 janvier n’est-ce pas faire en sorte que le système dure, dure encore, au profit d’un système où se mêlent État, haute administration, élus et médias, auxquels il faut ajouter des patrons de grandes entreprises?

  • Si cela ne marche pas, il vont faire zigouiller qui pour prolonger le 11 janvier ! Je veux bien croire que les services de renseignement sont pas terribles mais tout de même ! Avec le casier des bonhommes, les petits voyages en syrie, et l’arrêt des écoutes (bon maintenant on écoute tout le monde, donc c’est sur, il n’y aura plus de terroristes) ! Même Sarko a été écouté plus longtemps que ces gars là ! Bon il est allé en Libye et il s’est passé pour Bismuth, ça peut s’expliquer, c’est un terroriste en puissance !

  • Hollande a changé ❗ Oui, c’est vrai ❗

    Il a changé … de pédalo pour se laisser porter par le sommet de la vague :mrgreen:

    • Il a changé, il a grossit (les bons petits plats de l’Élisée et les petits restos !), il a changé de maîtresse, et s’en tape d’autres à l’occasion, il met sa cravate plus droite, il n’a plus la manche de la chemise qui dépasse de la manche de veste, mais pour le reste…….ye ne pas changé comme dirait Iglesias !

      • Si Si regardez-bien, hier avec Merkel, il avait encore la manche droite du veston qui disait m…à la gauche mais ce n’est qu’une manche…

    • Si si ❗

      Il a changé … de chaussettes 😉

  • Comme tout cela sonne faux….Le rédacteur en chef de Charlie Hebdo était une cible privilégiée et annoncée. Malgré cela les tueurs se sont littéralement promené avec des armes de guerre.
    Ce qui en fait est un invraisemblable manque des services du Ministères de l’Intérieur n’est JAMAIS évoqué par UN SEUL journaliste et comble de l’horreur le Ministre de l’Intérieur passe pour l’homme de la situation.

    Douce France !

  • oups ! promenés, Ministère.

    • Ici, pas de majuscule à ministre ni à ministère, et en l’occurrence c’est parfaitement justifié tant le premier fait peu honneur au second.

  • Effectivement quand j’entends le terme » social-libéral » je suis oxymore…. de rire!

  • quel beau pays que celui de Voltaire où l’on peut émettre sans honte de telles absurdités taillées dans le mensonge massif!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tout l’art de la méthode Coué consiste à faire croire que tout va bien, voire très bien alors que la situation est catastrophique.

Notre gouvernement est adepte de cette méthode dans tous les domaines et pour lesquels nous avons droit à l'autosatisfaction de la majorité de ses acteurs.

 

Économie

À la tête d’un ministère très étendu Bruno Le Maire est le champion.

L’industrie

Pour lui, elle se relève grâce aux mesures que le gouvernement à engager durant ce quinquennat.

Il s'agit plutôt de mesure... Poursuivre la lecture

La baisse du chômage en France serait « une grande victoire française », si l’on en croit le gouvernement. Selon les dernières données de l’Insee, il se trouve à son plus bas niveau depuis 2008 pour s’établir à 7,3 % au premier trimestre 2022. Cette baisse serait particulièrement notable chez les jeunes, avec des niveaux proches du début des années 1990. Mais la situation est-elle aussi rose qu’il n’y paraît ?

Tout d’abord, la baisse actuelle du chômage s’inscrit dans une baisse généralisée au sein de l’Union européenne, avec un planch... Poursuivre la lecture

À l’heure où l’Union de la gauche reprend tous les poncifs anti-marché qu’elle a dans sa manche pour améliorer le bien-être social (comme le contrôle des prix, l’augmentation du salaire minimum, etc.), il est temps pour les lecteurs et moi-même de repartir à la découverte de théories d’auteurs abandonnés, inexploités, et pourtant très pertinentes, pour comprendre les problèmes de notre pays.

Nous parlerons donc aujourd’hui de la théorie classique du chômage, et de son plus grand défenseur, l’économiste William Harold Hutt.

Les e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles