Hommage aux caricaturistes

Le talent des caricaturistes excuse-t-il l’excès ? Doit-on tolérer le souci de choquer ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
contrepoints 090

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hommage aux caricaturistes

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 1 février 2015
- A +

Par Marc Crapez

contrepoints 090Faut-il des limites ? Le talent excuse-t-il l’excès ? Jusqu’où peut-on aller ? Doit-on tolérer le souci de choquer ? Ces grandes questions sur la liberté d’expression n’ont pas été posées en France.

Pas de réflexion sur ce que le journal The Weekend Australian nomme « notre talon d’Achille : un penchant lâche pour le politiquement correct ». Par contre, une perle de Hollande qui, le 9 janvier dernier, jour de l’arrestation des tueurs de caricaturistes, exhorte à « refuser les surenchères, les stigmatisations, les caricatures » !

Et le placement en garde-à-vue d’un lycéen de 16 ans pour un copié-collé, sur Facebook, d’une caricature. En l’occurrence, d’un décalque d’un dessin de Charlie hebdo (dessiné par Dedko et détourné par « Joe le Corbeau ») qui représente, selon le juge cité par Ouest-France, « un personnage avec un journal Charlie Hebdo, touché par des balles, le tout accompagné d’un commentaire ‘ironique’ ». Au pays de Voltaire, voilà que l’on blâme l’ironie !

Alors, rendons ici hommage à Tignous, le moins connu des caricaturistes tués, avec une caricature de Saddam Hussein en Brassens. Tignous débuta, en effet, à L’Idiot international de Jean-Edern Hallier, hostile à la première guerre du Golfe.

Mentionnons ensuite Siné, exclu de Charlie hebdo pour une accusation d’antisémitisme dont la justice l’a relaxé. Son dessin « On n’a pas le choix », jadis publié dans Charlie, explique comment l’extrême-gauche ne pouvait que voter utile, fût-ce la mort dans l’âme, en faveur de Mitterrand.

Mentionnons aussi Delize, très attaqué car dessinateur au seul journal qui osa republier les caricatures danoises, France-soir. Son dessin se passe de commentaire.

On pourrait mentionner encore, en vrac, Konk, René Le Honzec, ou Djamel Ghanem en Algérie… En Espagne, un caricaturiste de l’hebdomadaire El Jueves fut poursuivi pour un dessin brocardant le prince héritier, forniquant afin de toucher une prime nataliste. Caricature qui ne sort pourtant pas des bornes de l’esprit fort, du mauvais esprit ou du mauvais goût cultivés par la presse satirique.

Mentionnons enfin Bruno Marty, le dessinateur des guignols de l’info, qui explique avoir travaillé pour le Crapouillot en précisant : « je n’étais pas engagé politiquement »… Notons qu’un « B. Marty » fit ses débuts de caricaturiste en dénonçant le socialo-communisme dans le journal d’extrême-droite Minute.


Suivre les billets de l’auteur sur Facebook.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Le statut de journaliste ‘excuse’ l’excès.

  • bonjour Monsieur Crapez , très intéressé par ce que vous entendez par le « talent  » d’un caricaturiste .
    Est-ce que vous ne jugez que de part le trait , de l’insolence de bon aloi à celle excessive , des opinions modérées à extrêmes des dessinateurs ? Fixez-vous des limites ,où considérez-vous qu’il ne peut en exister ?
    Ce car les évènements récents tendraient à prouver ,qu’aux yeux de certains , ils existeraient des limites à ne pas franchir .Dans ce cas ,il faudra choisir : Tolérer les excès des « artistes  » -Tolérer les possibles réactions de gens se considérant comme insultés ?
    Notez que n’approuve en rien les exactions d’aucuns groupuscules .

  • « Le talent des caricaturistes excuse-t-il l’excès »

    L’excès est du soit à une absence de talent, soit à un manque d’humour ou à une radicalisation de la personne « offensée ». Dire qu’un talent peut être excessif ne trahirait-il pas un manque de sens de l’humour ou un esprit radical ?

  • « Le talent excuse-t-il l’excès ? »
    C’est quoi le talent ? Je vais être un brin provocateur mais prenons Dieudonné. Il y a 20 ans, il était considéré comme talentueux, une qualité qu’il a visiblement perdu aujourd’hui et pourtant, nous parlons bien du même homme. Bref, difficile de trouver une notion plus subjective que celle-ci.

    Faut-il pardonné l’excès ? Pour moi la réponse est oui et la raison en est simple. Si les propos ou caricatures d’untel ou untel ne me plaisent pas, je ne suis pas obligé de l’écouter ou d’acheter les supports sur lesquels il s’exprime. Comme dans n’importe quelle autre situation, je bénéficie toujours d’une liberté de choix. Un exemple, si je trouve les dessins de Charlie Hebdo vulgaires alors je m’économise 3 euros et point barre. En revanche, il est bien évident qu’un désaccord avec la ligne éditoriale de ce journal(ou d’un autre) ne me donne pas le droit de porter atteinte à l’intégrité physique de ses membres.

  • Qu’est ce que l’excès ?
    Etre libre c’est vivre « l’excès de liberté ».

    Et le talent ?
    Qui juge d’où est la norme, d’où est l’excès (et le défaut, le manque ?) Seul le marché peut donner une réponse… et cette réponse est changeante !

  • Si vous voulez prouvé le 2 poids 2 mesures, faites une comparaison entre le traitement des chrétiens et celui des Juifs avec Dieudonné sans cesse attaqué :
    Le 10 septembre 2008, Philippe Val écrit dans Charlie Hebdo : « que l’on redonne les chrétiens à bouffer aux lions ! ». L’AGRIF porte plainte devant la 17ème chambre correctionnelle, mais a été déboutée en 2010, pour « défendre la liberté de la presse »…
    http://www.christianophobie.fr/presse/lagrif-contre-charlie-hebdo-20-ans-de-procedures-judiciaires

    • bonjour Daniel PIGNARD ,comptez aussi le procès qu’aurait fait Madame Bardot , pour avoir préconisé de donner n’importe quoi à manger aux Lions !

  • En voici un qui est définitivement et véritablement du côté de Charlie.
    http://imgur.com/LmmPPki

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Damien Theillier.

En tant que professeur de philosophie et également catholique je suis doublement touché par les assassinats de Samuel Paty et des trois catholiques tués dans la basilique de Nice.

Et pourtant je ne suis pas Charlie. Et je ne suis pas non plus un admirateur inconditionnel du pape François, le pape des « migrants » et de la fraternité universelle.

Je montrerai dans cet article pourquoi il est nécessaire de renvoyer dos-à-dos ces deux discours tout aussi faux et pervers l’un que l’autre.

Parlons d’a... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

« Tout ça pour ça » titrait Charlie Hebdo le mois dernier en republiant ses caricatures du prophète Mahomet alors que s’ouvrait le procès des attentats de janvier 2015.

Massacre à la kalachnikov, couteau planté dans la gorge et maintenant décapitation de Samuel Paty, enseignant d’histoire et géographie dans un collège de Conflans-Sainte-Honorine qui voulait éveiller ses élèves à la liberté d’expression, violence, haine et sang répandu – tout ça pour des dessins, de simples dessins d’un magazine satirique à... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

Plusieurs titres de presse se sont unis à l’initiative du directeur de publication de Charlie Hebdo pour défendre la liberté d’expression dans une « lettre ouverte ». Le texte alerte sur les menaces totalitaires sans précédent qui pèse sur l’expression libre des idées en France, au moment où se déroule le procès des assassins de la rédaction de Charlie Hebdo :

« Aujourd’hui, en 2020, certains d’entre vous sont menacés de mort sur les réseaux sociaux quand ils exposent des opinions singulières. Des médias sont o... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles