Des ados qui veulent déneiger ? Sans permis ? Vite, appelez les flics !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ado Neige credits B Rosen (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des ados qui veulent déneiger ? Sans permis ? Vite, appelez les flics !

Publié le 30 janvier 2015
- A +

Par Lenore Skenazy, depuis les États-Unis.

Ado Neige credits B Rosen (licence creative commons)

Qu’est-ce qui pourrait être plus suspect que deux types en train de zoner dans un quartier de banlieue, la nuit, invisibles sous la neige ?

C’est apparemment ce qu’a pensé un citoyen en mode « alerte maximale » à Bound Brook, NJ, lorsqu’il (ou elle) a appelé la police pour enquêter sur ce danger… en réalité deux lycéens qui distribuaient des prospectus pour leur entreprise de pelletage de neige.

Vous pensez que c’est la fin de l’histoire, mais non. Comme le rapporte MyCentralJersey.com, les 2 gamins ont été interpellés par un policier et sommés d’arrêter :

« L’histoire a été partagée sur le groupe Facebook « Bound Brook » par un habitant qui a vu le jeune Eric Schnepf interrogé par la police après s’être présenté à sa porte.
Sur la page Bound Brook NJ Events, il écrit : « C’est une blague ? Notre génération ne fait que se plaindre que les gens de sa génération sont paresseux et ne travaillent pas pour gagner leur argent de poche. Voilà deux gamins qui ont pris le temps d’imprimer leurs prospectus, font du porte à porte sous la neige et ensuite déneigent à la pelle pour gagner un peu d’argent. Et quelqu’un appelle la police et on leur demande d’arrêter ? » »

L’officier de police prétend qu’il ne cherchait pas à embêter les lycéens pour une histoire de travail sans permis, mais plutôt parce que les conditions climatiques présentaient un risque. D’après Philly.com :

« Le chef de la police Michael Jannone indique que l’officier de police a précisé aux lycéens que ce n’était pas sans danger d’être dehors alors qu’un état d’urgence avait été déclaré. Le chef de la police précise que l’officier était surtout préoccupé par leur sécurité et pas parce qu’ils n’avaient pas de permis pour leur travail. »

Effectivement, on peut l’admettre, sauf que si le temps était devenu si terrible, j’imagine que les jeunes étant dans leur propre quartier auraient simplement plié bagage et seraient rentrés chez eux.

« Les jeunes ont accepté cet incident sans sourciller, et ont dit que la police leur avait juste demandé d’avoir un permis pour faire du porte à porte, mais qu’ils étaient bien autorisés à déneiger des passages si les habitants le leur demandaient », continue le journaliste du MCJ Sergio Bichao.
« Les policiers ont été sympas. Ils n’ont pas été cons. Ils essayaient juste de s’assurer que tout allait bien » a déclaré mardi Matt Molinari.

Et tout va bien : malgré l’intervention de l’État, les ados ont enchaîné 5 boulots.
En tant que mère d’un costaud jeune homme qui a passé sa journée d’hier à s’amuser dans le parc au lieu de faire ses devoirs, je leur dis bravo !

Traduction pour Contrepoints de « Teens Shoveling Snow? Without Licenses?? Quick, Call the Cops » par Phoebe Ann Moses.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • merci de nous raconter cette histoire qui se déroule en corée du nord ( y fait vraiment froid là bas … )

    y sont pas monté sur un escabeau j’espère ?

  • Cela me rassure… la bêtise pour ne pas dire autre chose, est bien répandue des deux côtés de l’Atlantique. Ouf!!!

  • et oui, il faut qu’ils servent a quelque chose les flics, … a embêter les gens..
    Salauds de gens, il faut s’en débarrasser . garder que les flics.. qui ne sont pas des « gens » !!

    • c’est exactement ça … actuellement, dans ma région, il est interdit de sortir ses volaille dehors, sous pretexte qu’il y a un foyer de grippe aviaire en hollande ( à 1000 km … ), et que le coin abrite de nombreux oiseaux de passage pour les migrations …

      lors du dernier épisode de grippe aviaire, en 2005, les  » poulets  » faisait des rondes de fermes en fermes pour voir si le confinement était respecté. la basse cour, peu habitué à resté enfermée, commençait à péricliter et ma mère avait relaché quelques poules. un jour, un gendarme fini par s’en apercevoir et se retournant vers ma mère, lui dit :  » c’est pas bien sérieux , ça !  »

      et en mettant son doigt sous sa gorge d’une oreille à l’autre :  » le prochain coup : couic …  »

      les islamistes doivent trembler …

  • Le pire est que cette mésaventure se passant en Grance n’ aurait pas été plus surprenante que celle là…

  • scandaleux en effet.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yannick Chatelain.

Que cela soit d’un point de vue sécuritaire ou sanitaire, l’État, et c’est là un euphémisme, se donne dans l’urgence quelques libertés concernant le traitement des données personnelles des citoyens, par impréparation ou volonté délibérée.

Il ne m’appartient pas d’en juger, mais juste d’alerter les citoyens sur des faits, aux côtés des organismes comme la CNIL ou La Quadrature du Net qui veillent et surveillent attentivement les projets de loi et les décrets qui se succèdent à une cadence effrénée.

L... Poursuivre la lecture

Par Xavier Méra.

Le récit dominant dénigrant toute opposition au pass est d’abord celui d’une France « bas de plafond », groupement hétéroclite d’hominidés plus ou moins poilus mais ayant en tout cas en commun d’être « antivax ». Le variant orwellien, selon lequel le rejet du passeport ne peut que revêtir un caractère liberticide, le complète.

Pour le « camp de la raison » et de la science, l’affaire était pliée dès les premières manifestations. Depuis, malgré d’occasionnelles recensions suggérant que la réalité sociologique du ... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

Drones, biométrie, pass sanitaire étendu, surveillance et récolte des données pour prédire et influencer : nous avons l’habitude de faire de la Chine l’origine de la dystopie d’un nouveau genre qui utilise la technologie à des fins de surveillance politique et de contrôle des comportements. Pourtant, le mariage entre socialisme technocratique et surveillance par les machines a été expérimenté bien avant le boum de la révolution numérique des années 2000.

C’est en effet en 1971 au Chili que le gouvernement socia... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles