Quelle faute de logique faites-vous ?

Quel argument fallacieux vous a-t-on opposé cette semaine ? Faites le test !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
spock credits tom simpson (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quelle faute de logique faites-vous ?

Publié le 27 décembre 2014
- A +

Par Emmanuel Bourgerie.

spock credits tom simpson (licence creative commons)

Ceux qui me suivent sur Twitter savent que je suis un immense fan de Your Logical Fallacy Is, un site web qui recense les sophismes couramment employés. Je l’utilise régulièrement dans les discussions pour pointer du doigt les sophismes (récurrents), et je me suis permis d’établir une petite liste de ceux qui reviennent le plus souvent.

Avertissement : Cette liste ne saurait être exhaustive ni être prise au sérieux. Ceci est mon « instant détente ». Amusez-vous bien !

  • Homme de paille : Tu veux que tout soit fait pour le profit et que les gens meurent de faim !
    Tu le sors de ton chapeau ou j’ai vraiment dit ça ?
  • Fausse causalité : Nous vivons mieux aujourd’hui qu’avant, l’État est plus gros qu’avant, donc nous vivons mieux grâce à l’État !
    La croissance est toujours forte après les périodes de guerre, faut-il une bonne guerre mondiale pour relancer l’économie ?
  • Appel aux émotions : Ce ne serait pas mieux si tout le monde était gentil et partageait ?
    Il ne suffit pas de vouloir être gentil pour régler les problèmes du monde. Plein de lois catastrophiques ont été votées avec les meilleures intentions.
  • Le sophisme du sophisme : Ton argument sur les routes est fallacieux, donc ta position sur la surveillance est fausse.
    Même si tu n’es pas d’accord avec tout ce que je dis, il serait dommage de cautionner ce que fait la Fed ou la NSA parce que tu trouves que mon argument sur la privatisation des routes ne te convient pas…
  • Pente glissante : Si l’on réduit le périmètre de l’État alors des méga-corporations vont prendre le contrôle du monde !
    J’ai l’impression d’avoir loupé quelques points intermédiaires (et probablement des raccourcis douteux) dans cette affirmation.
  • Ad hominem : Tu t’en fiches de ce qu’il se passe en France, tu es parti vivre en Irlande ! Traître à la nation !
  • Tu quoque : Non, je ne sais pas comment l’économie devrait être gérée dans les détails, mais toi non plus !
    C’est justement mon argument : parce qu’il est impossible de connaitre tous les détails d’une économie complexe comme la nôtre, on ne peut la confier à l’État.
  • Appel à l’ignorance : Les économistes font tous partie d’un complot néolibéral !
    Si tous ceux qui ont étudié l’économie te contredisent alors que tu n’as jamais ouvert un livre sur le sujet, je pense pouvoir dire que les économistes ont raison.
  • Double standard : On ne peut pas faire confiance aux citoyens pour acheter les bons produits, il faut donc un gouvernement démocratiquement élu pour leur dire quoi acheter !
    Si les gens sont trop irrationnels pour prendre des décisions pour eux-mêmes, les faire voter pour décider pour d’autres ne va certainement pas améliorer la situation. Ce n’est pas parce l’État s’occupe de quelque chose que les problèmes s’envolent par magie.
  • Question chargée : Tu ne voudrais pas que les gens deviennent pauvres parce qu’il n’y a plus le SMIC pour les protéger, non ?
    Non, je ne veux pas qu’ils soient pauvres. Mais ça ne change rien au fait que le SMIC est un mauvais outil pour combattre la pauvreté.
  • Charge de la preuve : Pourquoi t’opposes-tu à la surveillance d’État ? Tu as quelque chose à cacher ?
    Non, ce n’est pas comme ça que ça marche. C’est à celui qui prône le retrait des libertés qu’incombe la charge de la preuve. Je n’ai pas à prouver que je n’ai rien à cacher, mais tu as à prouver que la surveillance globale est nécessaire.
  • Ambiguïté : Tu veux que tout soit mis dans les mains des traders dans les salles de marchés !
    Non, c’est une confusion sur le terme marché. Prôner la concurrence ne signifie pas applaudir la financiarisation de l’économie.
  • Erreur du parieur : La croissance revient toujours de l’extérieur après une récession, il n’y a pas besoin de faire de réformes !
    Oops…
  • Ad populum : Si les libéraux ont raison, pourquoi est-ce que les gens ne votent pas pour les libéraux ?
    Parce que la population est biaisée et mal informée. L’économie et le libéralisme sont souvent contre-intuitifs, ce qui n’aide pas.
  • Argument d’autorité : L’économie de marché est mauvaise d’après le professeur Dupont !
    Sauf que le professeur Dupont est sociologue, pas économiste. Et parce qu’il contredit l’extrême consensus des économistes, je l’invite à prendre un cours.
  • Composition/division : Keynes explique qu’il est nécessaire de faire du déficit public, donc nous ne devons pas diminuer les dépenses publiques !
    Tu oublies un point crucial : Keynes croyait aux vertus du déficit public en période de crise, pas en tant que mode de gestion permanent.
  • Aucun bon écossais : L’URSS n’a pas fonctionné parce que ce n’était pas du vrai communisme !
    À chaque fois qu’un pays tente le socialisme, ça tourne au cauchemar, sinon au démocide. Quelle preuve supplémentaire vous faut-il pour réaliser que le communisme ne marche pas ?
  • Génétique : Les libéraux sont tous des anglo-saxons, ils ne comprennent rien à la France !
    L’économie est une science. Elle s’applique autant ici qu’ailleurs, arrêtons d’esquiver les critiques avec cette exception française…
  • Blanc ou noir : Tu veux supprimer l’école publique pour que tout soit privé et qu’il n’y ait aucune forme de régulation !
    On peut aussi avoir un raisonnement critique et proposer des réformes nuancées, non ?
  • Pétition de principe : Le capitalisme, c’est tout ce que je n’aime pas dans la société !
    Comment peut-on avoir un débat si tu redéfinis les termes pour qu’ils abondent dans ton sens ?
  • Appel à la nature : La croissance infinie dans un monde fini est impossible !
    C’est de l’économie de comptoir… On a des données qui constatent que les pays riches gaspillent moins de ressources que les pays pauvres.
  • Anecdote : Pinochet !
    Donc, parce qu’un jour un dictateur a mis en place quelques mesures économiques libérales, la philosophie toute entière est à blâmer et rejeter ? Et pourquoi n’appliques-tu pas la même logique pour toutes les faillites du socialisme (double standard) ?


Sur le web

Voir les commentaires (26)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (26)
  • Merci beaucoup pour cet article, je pense que c’est très important de rappeler ce que sont les arguments fallacieux car ils sont énormément utilisés de nos jours sur internet.
    Le problème c’est que les gens les utilisent naturellement (Moi même avant d’apprendre ce que c’était). A mon sens l’impossibilité pour les gens de discerner un résonnement biaisé est ce qui nui le plus au débat, la malinformation n’étant juste qu’une conséquence de cela.

    Bonne journée et encore merci.

  •  » Les libéraux sont tous des anglo-saxons, ils ne comprennent rien à la France « , celui là c’est un des derniers arguments que les anti libéraux utilisent après qu’on leur ai remis toutes leurs idees en place et répondu à toutes leurs objections idéalistes.

    La dernière qu’on m’ai proposé: « Selon ta définition du libéralisme, je pense que tu n’as pas tort mais la France est un cas particulier. Une des nations les plus anciennes qui comporte une centralisation forte, et ce depuis la construction de l’Etat Moderne sous l’Ancien Régime. Les théories libertariennes, certes intéressantes, ne sont pas adaptables dans ce pays  »
    suivi de
    « l’identité de la nation française c’est forgé sur la recherche de l’égalité de traitement des grands moments de la vie: Naissance, maladie, mort……
    L’identité américaine s’est formé sur la notion d’infine des possibilité: il y a de la place à l’ouest…. » (comme ci le libéralisme ne s’ interressait pas à la naissance, maladie, mort etc… en sommes à l’être humain, bref)

    Ce genre d’arguments « le libéralisme est une création Anglo Saxonne et n’est pas adaptable en France » est fondé sur une ignorance de l’histoire du Libéralisme, il ignore la tradition libérale française avec pour les plus célèbres: Montesquieu, Turgot, JB Say, Benjamin Constant, Charles Dunoyer, Bastiat, Tocqueville, Molinari (même s’il était belge cela reste la tradition française). Pas mal de beaux noms ayant influencés pas mal « d’anglo saxons ».
    Bon, tout ca pour dire que le libéralisme puise aussi ces racines en France et qu’il serait temps de réhabilitater cet état de fait.

    • Surtout que le gars se base sur le passé absolutiste français pour justifier l’antilibéralisme…
      S’il peut expliquer l’obsession pour la lutte des classes en France, il ne peut pas démontrer que le libéralisme ne fonctionne pas en France. D’autant plus que la période nommée la Belle Époque était une des périodes les plus libérales du pays…

    • Ben on a pas de pot : le libéralisme c’est anglais, la rigueur c’est allemand, la fiesta c’est espagnol et nous on est condamné au neu-neu-isme atavique que tout le monde nous envie ?

      Dans ce cas, il faudrait surtout arrêter de se penser français. Je propose une amende de 100 euros à chaque fois qu’un politicien utilise le mot « France ». En trois mois on rembourse la dette.

  • Ouah vous avez de sacres amis… Faites un peu de ménage, ou vous courez droit vers la crise de nerfs!!

  • Très bon article que l’on peut compléter par le site de Bertrand Lemennicier dont cette page :http://lemennicier.bwm-mediasoft.com/article_33_Sophismes.html

  • Prétendre que l’ économie est une science et user et abuser du mot crise est ce raisonnable ?
    Composition /  » Keynes croyait au déficit publique en période de …. »
    Il faudrait savoir déja si elle est durable comme on dit voir meme éternelle ! en fait elle est tellement pratique pour beaucoup de gens elle peut bien sévir ! c’ est comme un cyclone que voulez on subit et le déficit publique augmente mon bon monsieur Keynes

  • marrant, les antilibéraux parlent toujours de Pinochet et pas des autres dictatures. la dictature de pinochet est pratiquement la seule dictature qui a pratiqué du libéralisme économique (il en existe d’autres comme singapour). la plupart des dictatures dans le monde (en particulier, en afrique )sont socialiste, d’ailleurs certaines font partie de l’internationale socialiste. ben ali faisait parti de l’internationale socialiste. la tunisie comme les autres pays du magreb (lybie, égypte,..) est socialiste tout comme la syrie. le parti baas a meme servi de modèle au pasok (parti socialiste grecque) qui a dirigé sur la grece ces 30 dernières années et qui a mis en place un systeme basé sur le clientelisme et la corruption et qui est responsble de la situation de la grece actuelle… tous les pays du printemps arabe avait en commun d’etre socialiste. le socialisme n’est pas spécialement démocratique…. le socialistes ont tendance à pratiquer la pensée unique qu’ils veulent imposer à tout le monde et à etre contre la liberté (économique, d’expression,…). http://www.institutcoppet.org/2012/03/25/l%E2%80%99horreur-socialiste-par-alain-laurent/ http://www.contrepoints.org/2013/10/25/143842-le-socialisme-adversaire-de-la-tradition-democratique-et-liberale#comment-960752

  • et qualifier Pinochet de libéral est risible (cela montre que l’on a rien compris au libéralisme) et Friedman n’a jamais soutenu pinochet : http://reason.com/archives/2008/09/26/defaming-milton-friedman friedman avait prévu que la liberté économique au chili allait apporté la liberté politique Friedman a également voyagé en Chine, autre pays avec un gouvernement dictatorial, et a donné à ses dirigeants les mêmes conseils qu’aux politiciens chiliens, sans que, curieusement, personne ne le lui reproche.

  •  » La croissance infinie dans un monde fini est impossible »Affirmer que « la croissance illimitée est impossible » est essentielle aux collectivistes car elle légitime l’idée que la richesse serait un stock, un gâteau à partager selon un plan imposé par quelque tyran dominant la vulgaire masse humaine. C’est évidemment absurde puisque la richesse est un flux (d’échanges volontaires) indéfiniment renouvelé par le travail acharné de chacun. le génie humain n’a pas de fin c’est cela que vous ne comprennez pas. le génie humain est infini. quand à l’augmentation de la population, ce n’est pas un probleme grace à la science et aux innovations technologiques. selon l’ONU rien qu’avec l’agro-écologie, on pourrait doubler la production mondiale en moins de 10 ans ! Ceci dit, cela nécessiterait des investissements conséquents…
    Mais il y a aussi d’autres voies à explorer ! Comme l’augmentation des capacités naturelles des plantes par la science. Par exemple : améliorer la photosynthèse ou augmenter la fertilité des sols. bientot, il y aura des fermes verticales… Les prévisions d’épuisement des ressources sont tout le temps exagérées car elles minimisent la capacité de l’esprit humain à toujours inventer de nouvelles solutions avec le progrès scientifique, à trouver de nouvelles énergies, à toujours découvrir. On en voit un exemple avec l’intensité énergétique des pays développés.
    Comme Karl Popper l’a montré, il faut laisser la place au débat, à un cheminement par tâtonnement, avec des erreurs nécessaires.
    Prenons l’exemple de Nicolas Hulot. Ce dernier entend imposer son idéologie comme une vérité supérieure, refuser toute possibilité de discussion, d’échange, de débat et il ouvrait ainsi son « pacte écologique » par ces mots inquiétants : « le temps de l’information, du débat, des controverses est révolu ». Non seulement il fait l’erreur d’embrigader la science et de faire de ses « vérités » des actes de foi, mais en outre il rend impossible tout progrès de la science, justement. Loin d’être la solution, un contrôle supérieur de l’écologiquement correct ne ferait qu’empirer les choses. Plutôt que ces mesures liberticides, c’est une plus grande liberté qu’il faut pour laisser émerger les idées les plus innovantes et efficaces.
    On peut également souligner que grâce au progrès, l’intensité énergétique des économies développées a fortement décru depuis plusieurs dizaines d’années. La courbe de Kuznets offre également un fondement scientifique à cette perspective. quel crédit apporter aux prévisions des théoriciens de la décroissance au vu de l’absence totale de fiabilité des prévisions passées ?
    Cécile Philippe de l’Institut économique Molinari en donne de nombreux exemples dans son livre C’est trop tard pour la Terre : elle rappelle que, par exemple, dès 1914, le Bureau des mines aux États-Unis estimait que la production future de pétrole était limitée à 5,7 millions de barils, soit peut-être dix ans de consommation. Elle ajoute également, entre autres exemples, que le Rapport Meadows prévoyait en 1972 pour avant la fin du XXe siècle un épuisement de certaines ressources dont la substitution paraissait impossible. À chaque fois les erreurs n’ont pas été minimes mais énormes, toujours dans un excès d’alarmisme.
    De même, Daniel Yergin, spécialiste américain de l’énergie a montré que, grâce aux réserves et aux progrès de la technologie, « le monde n’est pas près de manquer de pétrole ». Les techniques nouvelles permettent d’extraire davantage de pétrole des nappes et de mettre en valeur de nouveaux gisements, de sables bitumineux par exemple.
    En outre, le recyclage des matières premières est une solution mise en place depuis longtemps avec succès : 50 % du fer utilisé est recyclé, 90 % du platine et 80 % de l’or[5]. Le géochimiste Claude Allègre appelle de ses vœux un développement de ces filières pour toutes les ressources terrestres : « À une économie unidirectionnelle à ressources infinies (on produit – on utilise – on jette) doit se substituer une économie cyclique à ressources finies. ».
    Dans les deux cas, c’est… le marché qui permet le développement de ces solutions, par le mécanisme des prix.
    Les « décroissants » croient que la croissance est toujours matérielle, et donc qu’elle s’autolimite. Ce sont des matérialistes qui s’ignorent. Mais toute nouvelle invention qui a du succès génère de la croissance et de la valeur, sans réclamer pour autant plus de ressources matérielles (au contraire elle permet souvent d’en économiser).

  • http://www.lalibre.be/debats/opinions/la-croissance-illimitee-51d0f9dd357028fef4ec60cf
    la production de richesse est potentiellement infinie car elle es le produit de l’activité humaine qui est sans limite.
    Et plus il y a d’activités humaines, plus cela crée de richesses qui pourront être utilisées pour d’autres activités humaines. Pour faire du papier, il faut abattre des arbres mais on plante d’autres arbres pour avoir les ressources nécessaires à la production de papier plus tard. Et depuis quelques années, on recycle le papier, ce qui permet une croissance de la production de papier sans augmenter la ressource arboricole ou bien permet de réduire la production arboricole pour la même quantité de papier produite.
    Les ressources minières (métaux, gaz, pétrole…) peuvent un jour devenir très rares mais là aussi, les métaux se recyclent et les sources actuelles d’énergies pourront être remplacées par d’autres. La simple application de E=mc² vous donnera une idée du potentiel d’énergie qu’on peut tirer d’un seul gramme de matière. Un jour, l’Homme sera capable de tirer beaucoup plus d’énergie de la matière qu’aujourd’hui et il est vraisemblable qu’il utilisera en premier les déchets.
    Ce qui freine la croissance, ce sont les contraintes étatiques, les conflits, les catastrophes.
    La décroissance est un mythe. Toute production est un acte de création et un progrès économique, et à ce progrès-là il n’y a aucune limite de principe, il n’y a que les entraves imposées par la violence des puissants.

  •  » Tu veux que tout soit fait pour le profit et que les gens meurent de faim ! » cette phrase est absurde, le profit n’est pas une personne. et oui le libéralisme veut permettre à tout le monde de s’enrichir (y compris les plus pauvres). comme disait churchill: » Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère. » le capitalisme a réduit ces dernières années de moitié la pauvreté mondiale. http://loicgonsolin.politicien.fr/2013/07/05/716/ http://www.contrepoints.org/2012/03/22/74166-la-pauvrete-recule-dans-le-monde-grace-a-la-liberte-economiquehttp://www.contrepoints.org/2013/10/13/142447-tout-ce-que-vous-aimez-devoir-au-capitalisme cela est un fait le capitalisme permet d’améliorer le sort des plus pauvres… intéressez-vous à Muhammad Yunus et à Hernando de Soto Polar : Deux économistes qui ont démontré, de façon expérimental et concrète (avec le micro crédit en Inde pour le premier et dans les favelas pour le second), que seul le capital, le plus petit soit-il, peut permettre de sortir de la pauvreté. A LIRE : « Au secours, ils veulent la peau du capitalisme ! » (Sous-titre : Petites leçons sur l’économie de marché à l’usage de ses détracteurs) de Nicolas Lecaussin, chez FIRST Editions
    C’est un livre écrit de façon limpide : tout le monde peut le lire et comprendre. le capitalisme est un sytème parfaitement morale contrairement à ce que disent les anticapitalistes: http://nicomaque.blogspot.fr/2013/02/le-capitalisme-est-il-moral-ce-que-vos.html http://www.contrepoints.org/2012/01/31/66856-le-capitalisme-le-systeme-le-plus-vertueux-jamais-invente

    • il suffit de comparer non pas le taux de pauvreté (qui mesure juste les inégalités et non pas la pauvreté) mais la situation des plus pauvres dans les différents pays. on s’apercoit que dans les pays les plus libéraux, la situation des plus pauvres est meilleure que dans les pays socialistes. on peut aussi faire la même comparaison avec des diriigeants qui ont mené une politique libérale (genre Tatcher) de la situation des plus pauvres avant et après
      le « seuil de pauvreté » est une des plus « belles » escroqueries intellectuelles de l’économie. Il est défini généralement (car ça change selon les pays!) comme étant égal à 50% du salaire médian. Et a donc tendance à mesurer les inégalités.
      Dans un pays composé de 80% de milliardaires en euros et de 20% de millionnaires en euros, le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté serait élevé! Ou encore: augmentez le revenu des plus pauvres de 10% et augmentez les revenus des plus riches de 20% et le nombre de gens vivant sous le seuil de pauvreté… augmente! Alors que le sort des plus pauvres s’est amélioré

  • « Si l’on réduit le périmètre de l’État alors des méga-corporations vont prendre le contrôle du monde ! » c’est justement l’état qui crée les mégacorporations. l’État est l’architecte principal de tous les monopoles qui ont pu subsister dans l’histoire économique de notre monde ! En réalité, dans un libre-marché, il ne peut y avoir de véritable monopole. Lorsqu’une entreprise n’a que peu ou pas de compétition, ce qui lui permet d’augmenter ses prix et de faire de plus grosses marges de profit, cela attire de nouveaux entrants qui tenteront de profiter des prix élevés. Pour se tailler une place sur le marché, ceux-ci n’hésiteront pas à introduire des prix plus bas que ceux de l’entreprise existante. Cette concurrence fera par la suite baisser les prix et ramènera la marge de profit à un niveau normal. La plupart des monopoles ou oligopoles existent en conséquence des actions des gouvernements. Ceux-ci accordent des privilèges spéciaux à certaines entreprises, ce qui leur donne un avantage sur leurs concurrents ou bloque tout simplement la concurrence sur leur marché. Il y a d’abord les entreprises d’État, qui exercent des monopoles par décret gouvernemental. Celles-ci sont généralement inefficientes et gaspillent les ressources (voir Pemex, PDVSA, Petrobras et Hydro-Québec par exemple). Ensuite il y a la règlementation excessive, qui avantage nettement les grandes entreprises qui ont les moyens d’avoir des avocats à leur service et des lobbyistes, ce qui leur permet de tirer leur épingle du jeu.

  • « On ne peut pas faire confiance aux citoyens pour acheter les bons produits, il faut donc un gouvernement démocratiquement élu pour leur dire quoi acheter » typique des étatistes, ils partent du principe que les politiciens sont meilleurs que les autres ce qui est faux. on en a l’exemple aujourd’hui en France (et dans bcp d’autres pays). les politiciens sont des êtres humains qui auront tendance à priviligier leurs intérêts personnels (et ceux de leurs amis) à l’intérêt général. plus un état intervient dans l’économie plus il d

    • y a de corruption et de capitalisme de connivence. c’est quand l’État soutient certaines entreprises, soit qu’il cède à leur pression par corruption, soit que ce soit de sa part une volonté délibérée à des fins politiques. le probleme de l’état est que contrairement à ce que croit tous les socialistes (de gauche et droite), ce n’est pas quelque chose de bien mais c’est un instrument aux mains de l’élite au pouvoir (ump et ps) qui s’en sert souvent pour ces propres intérets, pour aider ces copains. l’état francais aide les grandes entreprises à créer le monopole.

  • « L’URSS n’a pas fonctionné parce que ce n’était pas du vrai communisme » tous les régimes communistes étaient des dictatures qui n’ont pas fonctionné (pas seulement l’urss). le meilleur exemple de l’échec du communisme est les kibboutz (composé de volontaires qui recevaient un appui considérable de l’état israélien).

    • un livre intéressant sur Marx : « Marx »de Nicolas Tandler. Marx est le théoricien du génocide de classe. les communistes ne sont même pas logique avec eux même. si les régimes communistes n’étaient pas de vrais régimes communistes, pourquoi font ils alors du révisionnisme historique ??? pourquoi se donnent ils tant de mal à minimiser les atrocités des régimes communistes ??? bizarrement, les communistes défendent ce genre de régimes jusqu’à ce que ces régimes soient totalement indéfendable pour l’opinion publique. aujourd’hui, ils défendent encore des gens comme le che (une ordure responsable de la mort de plusieurs milliers de personnes)et des régimes peu recommandable comme le régime chaviste (qui a ruiné le vénzuela et qui n’hésite pas à envoyer en prison les opposants politiques)

  •  » Le capitalisme, c’est tout ce que je n’aime pas dans la société  » voir commentaire précédent sur le sujet. le capitalisme permet une amélioration du niveau de vie de tout le monde (y compris des pauvres). alors s’opposer au capitalisme est absurde. sauf si comme quelques nostaligques on regrette le bon vieux temps du moyen âge on peut difficilement s’opposer au capitalisme. en débattant (débattre est un grand mot vu leurs non argumentations) avec les anticapitalistes, j’ai été frappé par leurs méconnaissances du capitalisme. bcp croyaient que c’est une idéologie ce qui est faux. marrant ces gens qui haissent le capitalisme tout en profitant des bienfaits du capitalisme. si le capitalisme est si horrible, pourquoi ne pas partir dans un pays pas

  • capitalistes (cuba,..ou même allé dans des pays comme la biéolorussie) ou pourquoi ne pas crée une communauté (une sorte de kibboutz) qui suive les préceptes du communisme ?? l’accusation que l’esclavagisme vient du capitalisme a été largement démonté par les historiens (plusieurs articles sur contrepoint voir arte cliche et voir mes commentaires sous ces articles) tout comme l’accusation que l’impérialisme vient du capitalisme a aussi été démonté par plusieurs historiens et économistes, en particulier par Peter T. Bauer ou, plus récemment, Jacques Marseille

  • « Keynes explique qu’il est nécessaire de faire du déficit public, donc nous ne devons pas diminuer les dépenses publiques  » il ne fait aucun doute que keynes s’opposerait aux keynsiéns actuels. le problème de keynes s’est qu’il passe son temps à se contredire et à changer d’avis. en quoi c’est un argument de dire que cela ?? keynes n’est pas Dieu, il a fait plein d’erreurs. l’état vit au dessus de ses moyens il vient forcément un moment quand il est surendetté où il est obligé de diminuer son train de vie c’est hjuste de la simple logique que tout le monde peut comprendre. keynes avait une vision court termiste des choses, il amiait dire qu’à long terme, on sera morts autrement dit après moi c’est le déluge. s’inspirer de lui n’est pas vraiment une bonne idée. sur keynes quelques critiques intéressantes: https://docs.google.com/document/d/1hBb4WeTW5jiChmIyUlaEnQnIuqDXIfCXFTqTYL0hHjw/edit
    https://docs.google.com/document/d/1N-sxGkficTTvYXvUiIi-vc-a3rZtqm1SbzO0SkUtGTQ/edit
    https://docs.google.com/document/d/1Bit_sp1etFCf9NHGE1rKNoGQXcsmPi2KBj59ESG-s5U/edit
    https://docs.google.com/document/d/1gYiwGzY4pawMF3ll9kjQimG5HCcKDB19O8x59-JIb4Y/edit
    https://docs.google.com/document/d/1F3s5iXzR0p_QYrQbUYBJngFrZIgaW2jLmObemifPOFc/edit
    https://docs.google.com/document/d/1_GQ1mGNfmQu2WvTw1C3YhsXdzWZhbhZ0USw-4XS1Dxc/edit
    https://docs.google.com/document/d/1JiN_dIQkE2rcoq7Cwaa_balcbt5NyVkHmIHQVM2bmJ4/edit
    https://docs.google.com/document/d/1liwpujgC-M9DI0rjyCSjXwIfw_xRcx3I6-I7O6ifTbo/edit
    https://docs.google.com/document/d/1tvi5sVOKBPmQxPvx9PjLzIi_DMOJ1n1H3PGYaxA9oOI/edit
    https://docs.google.com/document/d/1SjYYVaO4JfP1Qcj4LiNtLdItk0Mix6l0zLufpD_LOEQ/edit?authkey=COSVtt4D
    https://docs.google.com/document/d/1ep–rvXGZ70RKhHiMia8y3s5B4SctLJqUxbMme1h6Vg/edit
    http://mises.org/library/failure-new-economics-0 « Henry Hazlitt did the seemingly impossible, something that was and is a magnificent service to all people everywhere. He wrote a line-by-line commentary and refutation of one of the most destructive, fallacious, and convoluted books of the century. The target here is John Maynard Keynes’s General Theory, the book that appeared in 1936 and swept all before it. »
    Il y a à piocher ici : https://www.google.com/?gfe_rd=cr&ei=vKt5VNvZPMvD8geipYCACg&gws_rd=ssl%2Ccr&fg=1#q=site:contrepoints.org+Keynes
    je vous conseille de lire « La paix calomniée », d’Etienne Mantoux

  • « Tu veux que tout soit mis dans les mains des traders dans les salles de marchés » il faut se renseigner sur le capitalisme de connivance. les banques, la finance, les multinationales…..sont les premiers à profiter de l’état. http://www.contrepoints.org/2013/02/25/116088-lelite-de-la-finance-aime-letat http://www.contrepoints.org/2013/09/24/140097-reglementation-finance-pouvoir-largent ce n’est pas parce que les libéraux ne versent pas dans la haine aveugle de la finance (et les sophismes qui en découlent) qu’ils sont aux ordres de la méchante finance

  •  » Si les libéraux ont raison, pourquoi est-ce que les gens ne votent pas pour les libéraux ? » les libéraux prônent la liberté ce qui implique la responsabilité. bcp de gens préfèrent un état nounou (où ils se sentent en sécurité et où ils n’ont pas de responsabilités). les libéraux s’opposent au capitalisme de connivence donc ils se mettent à dos une bonne partie du pouvoir économique (multinationales, banques,….). les libéraux s’opposent à l’état providence. or l’état providence est un système qui permet le clientélisme électoral. les libéraux s’opposent à ce clientélisme électoral. les libéraux veulent un état limité ce qui s’opposent aux poliiciens qui veulent plus de pouvoirs (plus l’état a de pouvoirs plus ils ont de pouvoirs). plus de la moitié des francais vivent de l’état (fonctionnaires, chomeurs,….). les libéraux ne promettent pas l’argent gratuit ou des remèdes miracles. ils ne promettent pas que le monde sera meilleux, qu’il sera parfait

    • les libéraux ne prétendent pas avoir la solution à tous les problèmes. les libéraux ne prennent pas aux boucs émissaires. toutes les démocraties sont contaminés deux maux: le clientélisme et la démagogie. le libéralisme s’oppose au clientélisme et à la démagogie. les politiciens ont une vision à court terme. or la meilleur courant économique pour le court terme c’est le keynésianisme (où on s’endette et on laisse les générations futures payer la note). keynes disait à long terme on est tous morts autrement dit après moi le déluge. le problème s’est que tout ce que fait l’état est visible mais ce que cela coûte est beaucoup moins visible. les gens ne se rendent pas compte de tout l’argent que l’état leur prend (cotisations salariales et patronales (dans les deux cas, ces cotisations sont payés par les salariés), impôts, taxes) alors qu’ils voient ce que l’état fait pour eux. il y a les choses visibles et les choses invisibles. les libéraux voient les deux alors que la plupart des gens voient juste les choses visibles. tout cela fait que le libéralisme n’est pas populaire. il est normal que le socialisme (où on vit avec l’argent des autres) soit plus populaire. les socialistes ont un discours basés sur des sophismes (Bastiat les a démontés).

  • pour aller plus loin dans le sujet, pour ceux que cela intéresserait :
    on retrouvera nombre de ces techniques argumentaires, quoique sous une forme moins ludique et quelque peu plus exhaustive dans « Traité de l’argumentation, la nouvelle rhétorique  » de Chaïm Perelman et Lucie Olbrechts-Tyteca, datant – excusez du peu – de 1958

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Dan Sanchez.

 

Partout dans le monde, les États ont mené une guerre contre la liberté, faisant disparaître nos droits par une succession rapide de politiques radicalement tyranniques. Comment ceux d'entre nous qui croient en la liberté peuvent-ils contrer cela ?

Tout d'abord, nous pouvons persuader davantage de personnes de se joindre à nous pour s'opposer aux mauvaises politiques. Mais, cela peut être une bataille difficile. Comme vous le savez peut-être par expérience, il est difficile de faire changer les gens... Poursuivre la lecture

Acropole, Athènes
1
Sauvegarder cet article

Notre septième centre de progrès est Athènes, à l'époque classique (Ve et IVe siècles avant J.-C.) en général et plus particulièrement à l'âge d'or de la paix et de l'épanouissement culturel entre la fin des guerres perses et le début de la guerre du Péloponnèse (449 à 431 avant J.-C.). La cité-État d'Athènes accordait une grande importance à la recherche intellectuelle et à l'ouverture d'esprit, ce qui a conduit au développement de la "philosophie", qui signifie l'amour de la sagesse. La philosophie athénienne englobait la philosophie nature... Poursuivre la lecture

Par Stephen Kent.

Chacun donne à l'espoir une signification différente. Certains disent que l'espoir est inhérent à la façon dont une personne se comporte face à l'adversité. D'autres considèrent l'espoir comme une forme de superstition, une croyance infondée que tout finira par s'arranger. Les plus cyniques qualifient l'espoir de pure folie ou de naïveté. Au cours de la pandémie de Covid-19, notre capacité à trouver l'espoir a été régulièrement mise à l'épreuve par les lockdowns, les fausses promesses des bureaucrates et de l'establis... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles