Sécurité routière : l’État teste une nouvelle génération de radars

La Sécurité routière expérimente de nouveaux radars à double face et double cabine. Objectif : augmenter les recettes des infractions routières.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sécurité routière : l’État teste une nouvelle génération de radars

Publié le 15 décembre 2014
- A +

Une tribune de « 40 millions d’automobilistes »

radar credit sécurité routière (site du gouvernement)Depuis vendredi 12 décembre 2014, la Sécurité routière expérimente de nouveaux radars : double face et double cabine. Le radar double face flashe les véhicules par l’avant et par l’arrière. Le radar double cabine (composé de deux appareils distants d’une dizaine de mètres) flashe un même véhicule simultanément, par l’avant et par l’arrière. Pour l’association « 40 millions d’automobilistes », installer de nouveaux radars ne servirait qu’à renflouer une fois de plus les caisses de l’État.

Selon le communiqué de la Sécurité routière, cette expérimentation se déroule sur quatre sites dans le Rhône, pour une période de trois mois renouvelables si nécessaire. Pendant cette période test, les radars flasheront, mais les usagers ne devraient pas recevoir d’amende.

38 % des flashs n’aboutissent pas, par manque de lisibilité de la plaque d’immatriculation. Par ailleurs, les recettes prévisionnelles des infractions routières sont en baisse par rapport aux années précédentes. On peut donc supposer que cette mesure est prise pour améliorer le nombre de flashs exploitables et diminuer les contestations qui permettent de ne pas perdre de points, dans la mesure où l’on ne reconnait pas le conducteur lorsque le véhicule est flashé par l’arrière. Cette mesure permettrait d’améliorer la rentabilité du système.

radars rené le honzec« 40 millions d’automobilistes » s’oppose à cette expérimentation qui s’en prend encore une fois au porte-monnaie des automobilistes plutôt qu’à leur sécurité. Nous rappelons que 2014 est la deuxième meilleure année après 2013 en termes de mortalité sur les routes et que l’alcool au volant reste la première cause de mortalité. Pour Daniel Quéro, président de 40 millions d’automobilistes « il faut davantage de présence des Forces de l’Ordre sur la route pour déceler les comportements dangereux ce qu’une machine ne pourra jamais faire. »

L’association rappelle également que, dans le Projet annuel de Performance annexé au Projet de Loi de Finance pour l’année 2015, il est mentionné que les radars devraient rapporter 783,1 millions d’euros à l’État. Si la Sécurité routière voulait réellement réduire le nombre de décès sur les routes, elle se pencherait davantage sur les premières causes de mortalité, qui sont l’alcoolémie et la somnolence au volant.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Elles fleurissent déjà sur les autoroutes suisses, ces petites bêtes goulues, là où il est aisé de remplir les caisses de l’Etat. Par contre, dans les villages, où les radars pourraient éventuellement faire preuve d’utilité et remplacer les innombrables chicanes amusantes qui donnent envie de dynamiter le bazar, que dalle (hormis une ou deux exceptions). Pour la « sécurité routière », on repassera.

    • Moui, bon, vous ne savez visiblement pas comment fonctionne la Suisse.

      Il n y a pas de radars dans les villages car ce serait à chaque municipalité de les payer. Et d’ailleurs, certaines villes dee moyenne importance en ont implanté (Nyon, Morges).

      Si cela vous chante, passez donc lancer la proposition lors de votre prochaine assemblée municipale, et defendez y la hausse d’id’impôts inévitable qui s’en suivra.

  • Par devant par derrière….ca me rappelle une chanson de corps de garde , il est vrai que notre président est un spécialiste….alors quand on montre le bon exemple, bien sûr….normal quoi!

  • Je suggère:
    Un radar devant;
    Un radar derrière;
    Un radar dessus;
    Un radar dessous
    Un de 3/4 avant;
    Un de 3/4 arrière …
    Et pour faire bonne mesure pourquoi pas un radar GPS à demeure dans l’informatique de la voiture qui pourra récolter de bons gros sous, à gaspiller, au moindre coup d’accélérateur.

  • Pendant ce temps là d’autres testent une nouvelle génération de camions…!
    Vincent Champain disait: « Faire mieux avec moins est la définition même de l’innovation. Et les exemples abondent qui démontrent que les contraintes de développement durable stimulent l’inventivité. » C’est l’entrepreneuriat des Artisans de « L’ESPACE ».
    https://www.facebook.com/MONTPELLIERA9/photos/t.100003337740317/558420350928463/?type=3&theater

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yannick Harrel.

Est-ce du cynisme politique ? Du réalisme fiscal ? Voire les deux ? Toujours est-il que la proposition du ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin publiée dans l’édition du 4 novembre dans Ouest France risque bien de jeter de l’huile sur le feu et placer les élus locaux dans une position inconfortable.

Concrètement que propose le ministre ?

Les maires autorisés à installer des radars sur leur commune

Il propose d'intégrer un amendement autorisant les maires à se passer de l’accord préalable du ... Poursuivre la lecture

Par Alain Astouric.

Croyez-moi ou pas mais j’ai connu une époque où conduire était un plaisir.

Depuis que les autorités ont trouvé plus intelligent et surtout plus facile de multiplier les radars plutôt que verbaliser les fainéants qui se croient seuls et « oublient » le clignotant ;

depuis que je dois dépenser presque autant d’énergie à deviner la vitesse à laquelle j’ai le droit de rouler qu’il n’en faut pour surveiller la route ;

depuis qu’il existe des limitations impossibles à respecter, surtout quand un poids... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

La Sécurité routière a délivré ses chiffres d’accidentologie pour mars et avril 2020, ce qui aurait permis de jauger de l’efficacité de confinement sur le taux de mortalité routière. Sauf qu’il est préférable désormais de délaisser, ou plutôt de dépasser, le commentaire de chiffres. Car ils n’ont au final que peu d’importance en raison de la politique invariable du gouvernement français.

Celle-ci demeure intangible puisqu’actée sur le fondement d’une autre logique, celui de la sécurité rentière et d’une haute... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles