Pourquoi le tueur de Michael Brown aurait été acquitté

Les témoignages discordants et le manque de preuves physiques rendaient le doute raisonnable plausible.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Justice (Crédits Michael Coghlan (licence CC-BY-SA)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi le tueur de Michael Brown aurait été acquitté

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 29 novembre 2014
- A +

Par Jacob Sullum, depuis les États-Unis.

Justice credits Michael Coghlan (licence creative commons)

Étant donné les circonstances particulières de la mort de Michael Brown, on peut comprendre que bien des personnes aient été consternées par la décision prise par le grand jury de lever les accusations contre l’agent de police qui a tué ce jeune homme noir désarmé de 18 ans originaire de Ferguson, dans le Missouri, l’été dernier. Mais si Darren Wilson avait été inculpé, il aurait probablement été acquitté par la suite, justement parce que des détails importants de sa confrontation avec Brown restent flous.

Voilà ce qu’on peut considérer comme certain : un peu après midi, le 9 août, Wilson voit Brown avec un ami, Dorian Johnson, âgé de 22 ans. Ils se tiennent sur la chaussée et le policier leur dit de marcher sur le trottoir. Johnson répond qu’ils sont presque arrivés à destination, et Wilson les dépasse, pour s’arrêter ensuite juste à côté de Brown.

Ensuite, la confrontation a lieu, et là, les versions divergent selon les témoignages. Dans un cas, Wilson a attrapé Brown et a menacé de lui tirer dessus alors que Brown tentait de fuir, dans l’autre, Brown a donné un coup de poing à Wilson et essayé d’attraper son arme. Le pistolet de Wilson a tiré deux fois à l’intérieur du véhicule, et une des balles a frôlé la main de Brown. Brown et Johnson ont fui à ce moment-là, et Wilson est sorti du véhicule. Il a tiré 10 balles supplémentaires sur Brown, le touchant au moins six fois.

D’après certains témoins, Wilson a tiré sur Brown alors qu’il fuyait, et a continué alors qu’il faisait volte-face, les mains en l’air. D’après d’autres, quand le policier a tiré, Brown s’approchait de lui avec une agressivité évidente.

Wilson affirme qu’il a tué Brown pour se défendre, effrayé par l’adolescent d’1,95m et de 136 kilos qui aurait facilement pu l’immobiliser. Selon les lois en vigueur au Missouri, les tirs étaient justifiés si Wilson était raisonnablement convaincu qu’ils étaient nécessaires pour empêcher Brown de le tuer ou de le blesser grièvement. Wilson peut aussi utiliser une disposition qui établit que la police peut user de force létale si elle estime « immédiatement nécessaire » d’arrêter quelqu’un qui a « commis ou essayé de commettre une infraction grave ». Wilson affirme qu’il a arrêté son véhicule pour confronter Brown et Johnson après avoir entendu l’annonce d’un cambriolage sur sa radio et trouvé que les deux jeunes gens correspondaient à la description des suspects.

Des vidéos de sécurité montrent Brown en train de voler un paquet de cigares dans une supérette plus tôt dans la journée, poussant un employé en sortant. C’est bien un acte délictueux grave, et l’attaque supposée dans la voiture de Wilson en est un aussi. Cela signifie-t-il que Wilson était en droit de tirer sur Brown quand il a fui ?

Pas vraiment. Comme le souligne Paul Cassell, professeur de droit à l’Université d’Utah, le laxisme remarquable de la loi au sujet de la violence policière est « absolument inconstitutionnel », puisqu’il viole le quatrième amendement. Dans le cas Tennessee c. Garner de 1985, la Cour a déclaré qu’un officier de police pouvait user de force létale contre un suspect en fuite seulement s’il constituait une menace de « blessures physiques graves pour le policier ou d’autres personnes ». Quatre ans plus tard, dans Graham c. Connor, la Cour déclare que l’usage de la violence pendant une arrestation est constitutionnelle quand elle est « objectivement raisonnable », ajoutant que « le calcul de la raison d’être de cette violence doit prendre en compte le fait que les policiers sont souvent dans l’obligation de prendre une décision en une fraction de seconde – dans des circonstances tendues, incertaines et évoluant rapidement – sur le niveau de violence nécessaire dans une situation unique ». En bref, la police a le droit de tuer quelqu’un, mais pas aussi facilement que ce qu’affirme la loi du Missouri.

Le plus grand avantage de Wilson, s’il y avait eu procès, est commun à tous les accusés : l’accusation doit pouvoir apporter des preuves tangibles de sa culpabilité. Avec des preuves physiques ambiguës, des témoignages contradictoires et aucune réponse claire à des questions comme « qui est à l’origine de cette violence ? » ou « Wilson a-t-il tiré sur Brown alors que Brown fuyait, qu’il essayait de se rendre, ou qu’il tentait d’attaquer Wilson ? », on peut difficilement imaginer comment c’eût été possible.


Article original titré « Why Michael Brown’s Killer Would Have Been Acquitted » publié par Reason le 25.11.2014. Traduction de Lexane Sirac pour Contrepoints.

Voir les commentaires (37)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (37)
  • De toute façon ceux qui veulent la condamnation du policier sont biaisés, plus de la moitié des noirs tués chaque année aux USA sont tués par d’autres noirs et ce dans l’anonymat le plus total mais dès que c’est un blanc c’est à chaque fois un scandale….Ces gens se moquent de la vie des Afro-Américains, ils veulent juste avoir du grain à moudre pour se défouler…

    • ils oublient aussi de parlé de tous les blancs tués par les noirs (sans oublié les femmes blanches violés par les noirs). près d’un jeune noir sur deux aux usa est en prison. alors on peut comprendre que les flics se méfient des jeunes noirs

      • « un jeune noir sur deux aux usa est en prison »
        Un sur neuf, ce qui est déjà impressionnant.

        • je parle des noirs entre 15 et 25 ans. de plus, je me suis mal exprimé je parle des jeunes noirs en prison ou en liberté conditionnelle. En 2007, environ un tiers de tous les hommes noirs entre 20 et 30 ans sont soit en prison, soit en liberté surveillée (parole ou probation) (Tonry Michael 2009, Explanations of American punishment policies : A national history, Punishment & Society)

  • j’ai vu la vidéosurveillance où on voit clairement le noir agresser violemment le patron du magazin. cela montre une chose: ce mec était agressif et violent et ce mec n’était en rien un ange. je serais plus enclin à croire le flic.

  • Ce que j’ai du mal à comprendre c’est pourquoi on maintient la présomption de légitime défense. Alors que l’on cherche pas à savoir si Darew Wilson a tué mais bien dans quel condition il a tué. Sans caméra sans témoins on considère donc que le policier est systématiquement innocent???
    De plus devrait inclure des éléments de proportion dans l’utilisation de l’arme. Parce qu’un vole de cigare n’est pas anodin mais Brown n’était pas armé. Lors d’un altercation sortir une arme augmente la violence de son opposant. Je vois vraiment pas ce qui empêchait le policier d’utiliser sa matraque. C’était l’arme approprié si ce que dit le policier est vrai.

    • le policier comme toute personne a le droit à la présomption d’innocence.

    • ce qui implique une présomption de légitime défense

    • c’est à l’accusation de prouver que le policier n’a pas tué Darew Wilson dans le cadre de la légitime défense pas à l’accusé. or ici, il n’y a aucune preuve qui montre que le policier n’ait pas tué Darew Wilson dans le cadre de la légitime défense comme il le prétend

      • Ou de tirer sans volonté de tuer, l’autre étant non armé. Mais bon il y en a qui considèrent qu’en tuer quelques uns calmera les autres apparemment.
        Légitime défense quand l’un est armé et pas l’autre et que c’est celui qui n’est pas arme qui reste sur le carreau.

        • V, il me semble bien qu’un flic aux US ne peut utiliser son arme QUE dans le but de tuer son assaillant. Je m’étais posé la question à une époque en me demandant pourquoi les flics ne tiraient pas dans des zones non vitales et j’avais vu une émission US qui disait clairement qu’une arme devait être léthale. Donc quand le type est que blessé, c’est un coup de bol.

          Sinon là dans l’affaire je ne comprends pas trop : il serait assez facile de savoir si la victime fuyait ou faisait face… et dans ce dernier cas, avec 10 balles il est facile de savoir s’il avait les bras levés ou baissés : angle de pénétration dans les muscles, impact dans les vêtements par rapport au corps etc…

          • les gens regardent trop la télé. ce n’est pas en blessant quelqu’un que vous le mettez hors d’état de nuire. souvent dans ce genre de situation, même blessés, les combattants continuent à se battre (grace à l’adrénaline). le meilleur moyen de mettre hors d’état de nuire quelqu’un s’est de le tuer

      • Le policier est Darren Wilson. Le criminel présumé est Michael Brown.

    • Ou de tirer sans volonté de tuer, l’autre étant non armé. Mais bon il y en a qui considèrent qu’en tuer quelque uns calmera les autres
      ,

    • Il y avait de très nombreux témoins qui ont raconté à peu près la même chose que les experts légistes : médecin et balisticiens.

    • Plein de policiers ont été tués avec leurs propre armes de service….
      Les policiers ont le droit de défendre leurs vies , c’est bien normal.
      C’est normal qu’il est tiré sur un type qui s’est jeté sur lui pour essayer de lui prendre son arme.

    • Cédric,

      Inclure des « éléments de proportion » dans la risposte, c’est ce que la loi française édicte… Tu as certainement vu où ça nous a mené dans diverses affaires récentes. D’autre part je mets au défi quiconque de savoir ce qui se passe dans la tête de quelqu’un qui est menacé… surtout que lors d’une bagarre dans un tel cas c’est le voyou qui peut prendre possession de l’arme du flic.

      Il me semble que dans l’avenir il est prévu de mettre des mini-caméras sur les flingues des flics qui se déclenchent dès qu’ils sont sortis de l’étui et aussi d’avoir des bio-sécurités empêchant l’utilisation par quelqu’un d’autre que le porteur déclaré de l’arme.

    • Cedric: « des éléments de proportion dans l’utilisation de l’arme »
      On n’a pas d’element de proportion dans le droit au self-defense aux Etats Unis. On peut-etre attaque avec un couteau et se defendre avec un pistolet sans pour autant etre accuse de manslaughter. Nous ne sommes pas limites comme vous l’etes en France.

      Michael Brown faisait 1 m 89 et pesait 131 kilos. De nombreux détails on déjà fait surface sur le fait que Michael attaqua à coups de poings le policier dans la voiture de police, en essayant de lui prendre son pistolet (note : nombreuses preuves le confirme, tel la présence de sang du mort sur le gun, le tir à l’intérieur de la voiture, et des hématomes sur la joue gauche du flic). Apres cet incident, Michael s’éloigna de la voiture, puis fit demi-tour et revient pour attaquer le policier qui était sorti du vehicle – « Michael charged him » d’une manière spécifique à une technique de football américain ou le joueur fonce en avant la tête baissée pour plaquer un joueur de l’autre équipe, tel un taureau dans une corrida. On sait que Michael devait obtenir une bourse scolaire de footballeur, afin d’étudier à l’université. Ces deux points se recoupent donc.

  • Voler un paquet de cigares est un acte délictueux grave ???
    Le Missouri n’est pas un état libéral, c’est évident, si un policier peut s’estimer en droit de tirer 10 fois sur une personne (fût-elle « menaçante ») sans même risquer de poursuite : il y a manifestement des gens qui ont le droit d’en tuer d’autres. D’ailleurs, la justice américaine s’autorise à tuer des gens…

  • bonjour , on peut comprendre l’attitude des policiers Américains : En compagnie de 2 autres marins français en escale à San-Francisco dans les années 70 ,une patrouille de police bloque notre voiture de location ,car nous roulions trop vite .Nous sommes alignés contre « notre  » véhicule sans trop de ménagements. Dès qu’ils se rendent compte que nous sommes des marins en goguette ;direction le poste de police ,et explication polie mais sèche : Ils déplorent plusieurs agressions violentes de policiers ,Par Mois !! Une bonne demi-douzaine de morts Par AN !!!
    En résumé : Face à cette situation avérée : interpellés vous n’avez pas intérêt à bouger une oreille , ils n’ont pas de cadeau à vous faire .

  • La traduction du titre est horrible. Le titre de l’article original de Reason est « Why Michael Brown’s Killer Would Have Been Acquitted ». La bonne traduction était donc « Pourquoi le tueur de Michael Brown aurait été acquitté ».

    Le policier qui a tué Michael Brown est son tueur. Ce point n’est pas juridiquement disputé par les parties. En fait, aux Etats-Unis, pour bénéficier de la légitime défense, il faut avoir reconnu avoir tué la personne contre laquelle on se défendait. Ce type de défense légale s’appelle la « défense affirmative » (cf. http://en.wikipedia.org/wiki/Affirmative_defense).

    En revanche, si le policier Darren Wilson est bien le « tueur » de Michael Brown, il n’est pas l’« assassin » de ce dernier puisque le jury populaire a refusé de traduire Darren Wilson au pénal en première instance considérant qu’il avait agi dans le cadre légal de sa fonction.

    Les jurés d’un grand jury ont des pouvoirs extrêmes étendus. En particulier, ces simples citoyens tirés au sort peuvent forcer à témoigner. Dans le cas de Darren Wilson, ils ne s’en sont pas privé et on entendu TOUS les témoins. Il y a un peu plus de 200 heures de témoignages dans les retranscriptions qui ont été rendues publiques. Au passage, les témoignages sont essentiellement concordants contrairement au mensonge de la dernière phrase de l’article.

    Les grands jurés ont donc vu tous les éléments qui auraient pu être apportés à un procès et ont jugé, à la majorité simple, que Darren Wilson n’aurait pas pu être prouvé coupable d’aucun des 5 chefs d’inculpation. Or, si les décisions des grands jurys se font à la majorité simple, ceux des procès pénaux se font à la majorité absolue. C’est là que l’on peut dire que « le tueur de Michael Brown aurait été acquitté » car si il y a à peine une majorité sur 20+ grands jurés, comment va-t-on avoir l’unanimité à 12 jurés ? C’est l’idée même du grand jury : économiser les frais de procès et l’arbitraire des procureurs.

    Modération Contrepoints >> Le titre a été modifié.

  • Les minutes du procès :
    http://www.nytimes.com/interactive/2014/11/25/us/evidence-released-in-michael-brown-case.html

    Soit dit en passant, l’article de Wikipédia dit : « According to several people close to the grand jury investigation, seven or eight witnesses have given testimony consistent with Wilson’s account. Details of the testimony were not reported. » ce que je traduirais par « selon plusieurs personnes proches de l’enquête du grand jury, sept ou huit témoins ont fait un témoignage concordant avec celui [du policier] Wilson. Les détails des témoignages n’ont pas été publiés. » La dernière phrase est clairement fausse puisque je donne ci-dessus la retranscription complète telle que parue dans le New York Times.

  •  » De toute façon ceux qui veulent la condamnation du policier sont biaisés, plus de la moitié des noirs tués chaque année aux USA sont tués par d’autres noirs  »

    C’est même pire; c’est le 93% des noirs assassinés qui le sont par d’autres noirs

    http://www.bjs.gov/content/pub/pdf/htus8008.pdf

    D.J

  • Détail publié par Guy Millière qui a conduit à la mort de Brown

     » Le jeune noir en question était un revendeur de crack. Il venait d’attaquer une épicerie, et d’y voler des cigares en agressant violemment l’épicier.

    Il marchait au milieu de la rue, sous l’emprise de stupéfiants, en compagnie d’un complice.

    Un policier lui a demandé de ne pas rester au milieu de la rue.

    Le jeune noir s’est dirigé vers la voiture de police, a insulté et frappé le policier, puis a tenté de lui dérober son arme.

    N’y étant pas parvenu, il a tenté de s’enfuir.

    Le policier est sorti de la voiture de police et a demandé au jeune noir de s’arrêter.

    Le jeune noir s’est rué avec violence sur le policier, qui a tiré, et tué le jeune noir.

    On peut préciser que le policier mesure trente centimètres de moins et pèse quarante kilos de moins que sa victime.

    Le grand jury a pris sa décision sur la base de trois rapports d’autopsie, de plusieurs expertises balistiques, et de rapports médicaux établissant les blessures subies par le policier, et la présence de l’ADN du jeune noir sur les blessures.  »

    http://www.dreuz.info/2014/11/les-emeutes-de-ferguson-resteront-un-signe-sombre-sur-les-annees-obama/

  • A partir du moment où un jury serieux (cela semble avoir été le cas d’après les commentaires) estime quil n’y a pas assez de preuve pour quun éventuel proces condamne le, tueur… inutile et coûteux de faire un procès.

    Le policier nest en rien innocent.
    Il n’est tout simplement pas en mesure d’être jugé coupable.

  • Une histoire très semblable avait eu lieu de mtl il y quelques années, un jeune essaie de prendre le fusil d’un policier et ça se termine avec une balle.

    Les médias ont fait pareil, ils ont presenté l’histoire comme du racisme, qu’il jouait au bille tranquillement lorsqu’un policier est venu l’abattre sans raison.

  • simple parce qu’il a tué Michael Brown en état de légitime défense

  • J’ai quand même du mal avec le concept du flic présumé en état de légitime défense sauf preuve inverse …
    Et puis la police américaine est excessivement violente, au dire même du magazine Reason qui a publié quantité d’article à propos de la militarisation et robocopisation de la police.
    Une proportion bien trop forte de la population des jeunes mâles noirs est transformée en délinquants.
    Il y a quantité de choses qui auraient pu éviter ce drame ou cette polémique :
    le flic aurait pu être en binôme. Son véhicule et son arme aurait pu être équipées d’une caméra visible. Cette arme aurait pu être un flashball, un taser. etc.
    Bref : je peux comprendre l’acquittement pénal du flic (mais qu’en sera-t-il au civil ?), mais ça ne dispense pas d’une réflexion sur l’état de la police et de la justice aux USA.

  • selon les données officielles du FBI pour l’année 2012, sur les 2.648 Noirs tués, 2.412 l’ont été par des Noirs (soit 91 %) et 193 par des Blancs (soit 7 %). Face à ces 193 Noirs tués par des Blancs, on dénombre 431 Blancs tués par des Noirs cette année-là. Et il y a 6,22 fois plus de Blancs que de Noirs dans ce pays

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Brad Polumbo.

L'adoption généralisée du bitcoin et d'autres crypto-monnaies a laissé de nombreux fonctionnaires à l'écart. Pour tenter de participer à l'action, de nombreux gouvernements ont lancé l'idée d'une "monnaie numérique de banque centrale" (CBDC), c'est-à-dire une crypto-monnaie émise par le gouvernement et utilisant la technologie blockchain. Le président Biden a demandé au gouvernement fédéral d'explorer cette idée, et de nouveaux rapports suggèrent que l'administration Biden pourrait bientôt faire avancer les efforts po... Poursuivre la lecture

Quand vient le temps d'afficher sa vertu, la Californie crie toujours présent. Malheureusement, ladite vertu est presque toujours un mal net, particulièrement pour les plus pauvres que le gouvernement (surtout démocrate) prétend avoir à cœur.

La dernière trouvaille : bannir les voitures à essence d’ici 2035. Dès 2026, 35 % des nouveaux véhicules devront être « zéro émission », même si chacun sait qu’une telle énormité serait qualifiée de pants on fire si les fact-checker étaient sérieux. On accorde toutefois une grâce en autorisant les... Poursuivre la lecture

Par Emma Camp.

Mercredi, la Foundation for Individual Rights and Expression (FIRE) a publié son classement annuel des universités en matière de liberté d'expression. Ce classement est issu d'une enquête menée auprès de près de 45 000 collégiens dans plus de 200 universités aux États-Unis. L'enquête est menée depuis 2020 et permet de recueillir un large éventail d'informations sur le climat politique du campus dans un éventail d'universités.

Reason Sean Stevens, chercheur principal de FIRE explique :

"Les écoles dont l'adm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles