Banque : sale temps pour HSBC !

La banque passe à la caisse, tant à New York qu’à Paris et à Bruxelles. Dommage que tout cela ne profite pas aux clients…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
hsbc credits gyver chang (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Banque : sale temps pour HSBC !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 29 novembre 2014
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

hsbc credits gyver chang (licence creative commons)

HSBC Holdings va verser une amende de 12, 5 millions de dollars (10 millions d’euros) pour mettre fin à des poursuites contre sa filiale de banque privée suisse. Sa faute : avoir proposé des services à des clients américains sans être dûment enregistrée auprès de la SEC, le gendarme boursier américain.

Aux USA, faute avouée, faute pardonnée… ou presque !

La règle est plutôt : « Faute avouée, procès évité ». HSBC Private Bank a accepté mardi 25 novembre de reconnaître ses torts pour régler cette affaire, la dernière d’une série de poursuites des autorités américaines contre les banques suisses qui ont aidé de riches Américains à placer leur argent à l’étranger pour payer moins d’impôts. Il lui en coûtera 12,5 millions de dollars (10 millions d’euros) pour obtenir la « clémence » de la SEC (Securities and exchange commission), le gendarme boursier américain.

La SEC reproche à HSBC Private Bank d’avoir amassé 368 comptes aux États-Unis et que ses employés soient venus au moins 40 fois aux États-Unis pour solliciter des clients et leur donner des conseils d’investissement sans être enregistrés comme intermédiaires financiers auprès de l’Autorité. Depuis 2011, la banque a cessé ses activités transfrontalières. Ce qui ne l’empêche pas de continuer à faire l’objet d’une investigation du département américain de la Justice qui poursuit son enquête auprès de dizaines de banques suisses pour savoir si elles ont aidé des clients américains à échapper au fisc.

En France, pas d’arrangement possible (du moins officiellement)

Le même jour, mardi dernier, alors qu’elle acceptait la transaction avec la SEC, la filiale suisse de la banque britannique a été mise en examen à Paris pour blanchiment de fraude fiscale et démarchage bancaire illicite. Le porte-parole de la banque explique dans le communiqué qu’« une caution de 50 millions d’euros a été demandée » à sa filiale suisse. Le texte précise : « Nous continuerons de coopérer avec les autorités françaises autant qu’il sera possible. »

Il semble que, bénéficiant de l’aide de leurs homologues américains, les juges « disposent de nouveaux éléments leur permettant d’avancer que les gestionnaires de fonds de HSBC ont fréquemment franchi la frontière franco-helvétique afin, notamment, de proposer aux clients français des montages offshore pour contourner le fisc ».

Procédure en cours en Belgique

Le 17 novembre dernier, la banque a été inculpée en Belgique pour blanchiment et fraude fiscale grave. Comme aux États-Unis et en France, la justice belge soupçonne HSBC Private Bank d’avoir « sciemment » aidé des centaines de clients, en particulier des diamantaires anversois, à frauder le fisc.

Pour mémoire, HSBC avait déjà fait parler d’elle au début du mois en recevant une amende des régulateurs financiers suisse, américain et britannique, cette fois « pour manipulation du marché des changes »


Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • L idée débile est d’ouvrir des filiales aux USA…

  • Encore un exemple d’une loi sensée protéger les « clients » (ici investisseurs) qui finalement se retourne contre eux (moins de concurrence, moins de services, des coûts plus élevés).

    Comme quoi, les seuls à bénéficier des lois « pour notre bien/sécurité/protection » ce sont toujours les politiciens et les fonctionnaires. Jamais les consommateurs (saloperie de société de consommation !).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Selon le média russe Kommersant, la Turquie aurait signé un contrat avec la Russie pour la fourniture du deuxième régiment de systèmes de missiles antiaériens S-400. Celui-ci prévoirait en outre la localisation de la production de composants individuels. Une coopération aussi bien commerciale que technique.

Ankara, quant à elle, nie l'existence d'un tel contrat, arguant que le deuxième régiment était prévu dans le contrat original signé des années auparavant.

Dans tous les cas, la coopération entre la Russie et la Turquie se mai... Poursuivre la lecture

Trump
0
Sauvegarder cet article

Depuis la présidentielle de 2016, il semble que l’establishment médiatique et Washington veulent la peau de Donald Trump coûte que coûte. Ça a lamentablement échoué durant sa présidence et même après avec la commission hyper-biaisée du 6 janvier.

Mais maintenant, le ton monte d’un cran. La semaine dernière, non seulement le FBI est arrivé sans crier gare à son manoir de Floride, mais l’État de New York l’a longuement questionné sur ses pratiques fiscales, soupçonnées frauduleuses.

Sur ce dernier point, il est demeuré muet comme ... Poursuivre la lecture

Par J. Bracken Lee.

C'était, bien sûr, "la patrie des libertés et le pays des braves". Les Américains étaient libres simplement parce que le gouvernement était trop faible pour intervenir dans leurs affaires privées - il n'avait pas l'argent pour le faire - et ils étaient courageux parce qu'un peuple libre est toujours audacieux. La condition de la liberté est la volonté de se tenir debout sur ses pieds.

C'est ce que voulait le premier Américain. Il se méfiait de l’État, surtout s'il était hors de sa portée. Il venait de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles