Cette loi discrète qui oblige à cotiser pour les syndicats

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Lepaon cgt rené le honzec

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cette loi discrète qui oblige à cotiser pour les syndicats

Publié le 28 novembre 2014
- A +

Le regard de René Le Honzec.

Lepaon cgt rené le honzec

La petite loi était passée discrètement. À partir de janvier 2015, une nouvelle cotisation sera intégrée à la belle feuille salariale des Français sans-dents qui payent 0, 014%, moitié pour le syndicat salariés, moitié pour le syndicat employeurs. Pas LE syndicat du salarié, vous savez tous que les syndicats, depuis longtemps, n’ont plus aucune représentativité réelle ; non, pour LES syndicats seuls reconnus par l’État, idem pour ceux censés représenter le patronat.

On rappellera pour mémoire le rapport Perruchot sur les financements et les fonctionnements desdits syndicats, rapport enterré avec la bénédiction générale des clergés politiques, patronaux et syndicaux. Depuis des décennies, les financements des syndicats français sont l’illustration du capitalisme de connivence : rappelez-vous le scandale de la caisse noire du Syndicat des Métaux qui arrosait les divers syndicats, les emplois fictifs genre chauffeur de Blondel, les postes créés dans les mutuelles, les organismes de gestion paritaire, les juteuses formations professionnelles, etc.

Quelque part, soyez satisfait : vous avez acquis des parts sociales dans l’appartement de Thierry Lepaon, respectable leader ouvrier de la toute non moins respectable CGT (130 000 euros de réfection, puis, aux dernières nouvelles dans son beau bureau – peut-on dire « directorial » chez des communistes ? – 62 000 euros). Bon, il n’y a plus qu’à attendre le prix de l’annexe retapée. Un yacht, sans doute.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • La nomenklatura communiste donne des leçons aux sales riches qui osent profiter du fruit de leur travail !!!!!
    mais se réserve le droit de faire pire car ce n’est pas son argent et ce n’est pas le fruit de son travail !!!!!
    Cette classe qui aspire à remplacer nos élites ne rêve que de profits mesquins et comme dit notre président qui ne coûtent rien puisque c’est l’état qui paie !!!!!Et il y a encore quelques adhérents ????

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Présenté ce mercredi, le troisième rapport de la Commission européenne relatif à l’État de droit dans les 27 pays membres de l’Union interroge.

Si le document d’une trentaine de pages accompagné d’autant de recommandations cite notamment la Pologne et la Hongrie, alors que les Uber Files secouent l’Hexagone le volet relatif aux lobbies du rapport semble répondre à cet épisode qui fait pourtant figure d’exception dans l’océan du capitalisme de connivence français.

 

La France pointée du doigt

Annoncé lors de son disco... Poursuivre la lecture

Par Alain Mathieu.

Jean-Pierre Farandou, le pdg de la SNCF a déclaré : « C’est le moment de réinventer le modèle TGV. »

La situation de la SNCF n’est pas brillante : des grèves à répétition, 14 milliards d'euros par an de subventions payées par les contribuables, une dette gigantesque, dont 63 % repris par les contribuables (soit 2200 euros pour chaque contribuable à l’impôt sur le revenu), des retards fréquents, des TER remplis à 25 %, etc.

Pourquoi Jean-Pierre Farandou ne réinventerait-il pas la SNCF, en s’inspirant de... Poursuivre la lecture

Le système des prix est un synonyme de liberté. Ou du moins, il est une condition nécessaire à l’existence des libertés les plus primaires, ce dont la plupart de nos contemporains n’ont pas conscience, eux qui fustigent facilement l’économie de marché.

En général, ils souhaitent donc des formes d’organisation sociales plus solidaires, impliquant l’abolition du système de prix et de la monnaie, accusée de conduire à un règne de la marchandisation de l’homme. Il ne se passe guère un jour sans qu’un intellectuel quelconque rédige des pamp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles