Cette loi discrète qui oblige à cotiser pour les syndicats

Lepaon cgt rené le honzec

Le regard de René Le Honzec.

Lepaon cgt rené le honzec

La petite loi était passée discrètement. À partir de janvier 2015, une nouvelle cotisation sera intégrée à la belle feuille salariale des Français sans-dents qui payent 0, 014%, moitié pour le syndicat salariés, moitié pour le syndicat employeurs. Pas LE syndicat du salarié, vous savez tous que les syndicats, depuis longtemps, n’ont plus aucune représentativité réelle ; non, pour LES syndicats seuls reconnus par l’État, idem pour ceux censés représenter le patronat.

On rappellera pour mémoire le rapport Perruchot sur les financements et les fonctionnements desdits syndicats, rapport enterré avec la bénédiction générale des clergés politiques, patronaux et syndicaux. Depuis des décennies, les financements des syndicats français sont l’illustration du capitalisme de connivence : rappelez-vous le scandale de la caisse noire du Syndicat des Métaux qui arrosait les divers syndicats, les emplois fictifs genre chauffeur de Blondel, les postes créés dans les mutuelles, les organismes de gestion paritaire, les juteuses formations professionnelles, etc.

Quelque part, soyez satisfait : vous avez acquis des parts sociales dans l’appartement de Thierry Lepaon, respectable leader ouvrier de la toute non moins respectable CGT (130 000 euros de réfection, puis, aux dernières nouvelles dans son beau bureau – peut-on dire « directorial » chez des communistes ? – 62 000 euros). Bon, il n’y a plus qu’à attendre le prix de l’annexe retapée. Un yacht, sans doute.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.