Retour sur l’anniversaire de la loi Veil sur l’IVG

hollande ivg rené le honzec

Le regard de René Le Honzec.

hollande ivg rené le honzecEn cet anniversaire étatique de la loi Veil qui ne vous aura pas échappé, la grave question de l’IVG pour Hollande s’impose. Bien sûr, il en est déjà à 2 ans, 11 mois et 7 jours de gestation pour autrui (rappelons que c’est le peuple français qui engrosse Marianne), ce qui peut poser de délicats problèmes de conscience : n’est-ce encore que l’amas de cellule que décrivait Halimi, ou a-t-il acquis sa pleine maturité d’embryon socialiste susceptible d’arriver au terme de la difficile grossesse imposée à Marianne ? Les praticiens sont divisés sur les facultés que l’on aurait pu, suivant certains, déceler par échographie. D’autres pensent que les fonctions cérébrales sont d’ores et déjà atteintes, en particulier dans l’aire de la décision (certains avancent qu’il serait né sans). Par contre des signes encourageants sont mis en avant dans la sphère génitale à l’activité nettement plus significative.

Rappelons que la loi autorise un délai maximum de 5 ans dans ces cas d’Interruption Volontaire de Gabegie avant que le fœtus soit déclaré viable, parfois avec de tristes conséquences comme le montre actuellement les déplacements difficiles d’un ancien bébé qui était resté en tout 12 ans sous couveuse artificielle (À cette occasion, des soupçons de détournements de fonds publics et d’emplois de nourrices fictives avaient été évoqués).

Le groupe socialiste à l’assemblée a déclaré qu’il allait déposer une proposition de loi pour interdire l’Interruption Volontaire de Gabegie, aussitôt vivement critiqué par l’opposition qui y voit la fin des institutions françaises.