Mur de Berlin : la menace russe et Reagan oubliés par la presse française

Il est frappant de voir le rôle du président Reagan complétement ignoré, ou même nié, par un journal comme Le Monde.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Capture d'écran Générique de début de Rocky IV Credit TD5RockyRambo (Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mur de Berlin : la menace russe et Reagan oubliés par la presse française

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 10 novembre 2014
- A +

Pour ceux qui ont vécu la chute du mur de Berlin, il est frappant de voir le rôle du président Reagan complétement ignoré, ou même nié, par un journal comme Le Monde.

Par Bernard Zimmern

Capture d'écran Générique de début de Rocky IV Credit TD5RockyRambo (Creative Commons)

On rappelle que le 12 juin 1987, à la porte de Brandebourg, devant plusieurs dizaines de milliers de Berlinois, Ronald Reagan tint un discours fameux où, après avoir rappelé que la politique de l’Amérique n’était pas dirigée contre un pays ou une doctrine, mais contre la faim, la désespérance et le chaos, que le rêve américain de prospérité s’était réalisé au Japon, en Italie, en France, en Allemagne de l’Ouest, et que ce rêve était le fruit de la liberté, qu’au contraire, dans l’empire communiste nous ne voyions qu’échec, retard technologique, même l’impossibilité pour la Russie de se nourrir elle-même, mais qu’il s’est levé un espoir [avec Gorbatchev]. Il prononça ces mots fameux :

« Monsieur le secrétaire général Gorbatchev, si vous voulez la paix, si vous cherchez la prospérité pour l’Union Soviétique et l’Europe de l’Est, si vous voulez la libéralisation : venez ici, à cette porte ! M. Gorbatchev, ouvrez cette grille ! M. Gorbatchev, démolissez ce mur ! »

C’est deux ans plus tard, il y a 25 ans, que le Mur tombait enfin et que des dizaines de milliers d’Allemands de l’Est avaient le courage de franchir les grilles.

Il est assez consternant de voir la presse française célébrer cet anniversaire en oubliant complétement celui qui en fut le grand architecte. Ou pire, le journal Le Monde qui, dans son blog, Big Browser, nie le rôle de Reagan avec des arguments dont la futilité ne le cède qu’à l’ignorance historique.

Le Mur est en effet tombé, non parce que ces paroles ont été prononcées, mais parce que celui auquel elles s’adressaient, Mikhaïl Gorbatchev les a reçues 5 sur 5. Tous les leaders de l’URSS avaient noyé les tentatives de libération des pays de l’Est avant lui, sous la force des armes et un bain de sang : la Hongrie en 1956, la Tchécoslovaquie en 1968. Gorbatchev, lui, n’a pas réagi, n’a pas envoyé les blindés. Pourquoi ? Parce que par les faits et par les rencontres avec Ronald Reagan à Genève en 1985, à Reykjavik en 1986, Gorbatchev avait été convaincu que la Russie n’aurait pas le dernier mot.

Les faits ? En réarmant puissamment l’Amérique, en lançant en 1983 la Strategic Defense Initiative (SDI), la guerre des étoiles, où il menaçait de détruire tout engin balistique envoyé par les Russes par des tirs laser ou balistiques en provenance de satellites, il avait convaincu Gorbatchev de la supériorité technologique américaine s’appuyant sur une économie beaucoup plus forte. Techniquement, SDI était une utopie mais elle a convaincu Gorbatchev que c’était une course à la suprématie technologique perdue d’avance1.

D’autant que, nous l’avons oublié, malgré les multiples résistances occidentales et la cinquième colonne soviétique, l’installation en Europe de l’Ouest de fusées Pershing et de missiles de croisières avait considérablement réduit, sinon supprimé, la menace russe des missiles SS-20, ces missiles nucléaires de moyenne portée contre lesquels l’Europe de l’Ouest n’avait aucune défense jusqu’à l’arrivée des Pershing II. Jusqu’au sommet de Washington de décembre 1987 où Russes et Américains se mirent d’accord pour tout supprimer.

Quand on voit le développement extraordinaire des armements russes dans tous les domaines, depuis les torpilles à grande vitesse jusqu’aux S-500 qui seraient capables de neutraliser tout dispositif américain de missiles et anti-missiles, il serait peut-être temps que, non seulement Le Monde réapprenne l’histoire, mais que les médias français s’inquiètent de l’érosion de la conquête qu’avait réussie le président Reagan : le retour à une paix mondiale par l’éradication de la terreur.


Sur le web.

  1. Pour ceux dont l’anti-américanisme oblitère la vue, rappelons que le président Reagan, conscient de la supériorité qu’aurait donnée le SDI aux États-Unis et de la menace qu’il représentait pour les Russes, avait offert d’en partager les résultats avec eux.
Voir les commentaires (84)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (84)
  • l’urss s’est avant tout effondré d’elle même, de l’intérieur car le communisme n’est pas viable et fini tjs par s’écrouler. néamoins, nier que Reagan (et Tatcher dans une moindre mesure) ont été les artisans de la chute du communisme, de la fin de la guerre froide cela s’appelle fair du révisionnisme. Reagan a joué un role non négligeable dans l’effondrement du communisme même si sans Reagan le communisme aurait fini par s’effondrer. par contre, moi je ne suis pas du tout étonné que les médias n’en aient pas parlé. le monde est un torchon gauchiste habitué aux révisionnisme historiques (par exemple sur les crimes communistes)

    • Malheureusement Le Monde n’est pas seul, le gouvernement crée ou restaure des monuments à la gloire de communistes ou de l’URSS et menace ceux qui tentent de faire vivre la mémoire des gens ayant souffert du communisme sous l’URSS.

  • « Quand on voit le développement extraordinaire des armements russes dans tous les domaines, depuis les torpilles à grande vitesse jusqu’aux S-500 qui seraient capables de neutraliser tout dispositif américain de missiles et anti-missiles, il serait peut-être temps que, non seulement Le Monde réapprenne l’histoire, mais que les médias français s’inquiètent de l’érosion de la conquête qu’avait réussie le président Reagan : le retour à une paix mondiale par l’éradication de la terreur. » Il est bon de voir que Reagan ne fut pas oublié ici, jamais les socialistes ne pourront effacer les accomplissements de ce grand homme ni ses succès, pas au 21ème siècle et à l’ère du numérique.Cependant vous surestimez méchamment les russes en termes d’armement, le budget militaire russe a certes beaucoup augmenté mais même avec ça le budget militaire US reste beaucoup plus élevé et la partie R&D est également bien plus forte, les armes et autres projets développés par la DARPA sont extraordinaires et il n’y a aucun équivalent russe pouvant rivaliser avec cela, d’ailleurs les dépenses globales de la Russie en R&D (public + privé) ne sont que de 1,1% du PIB Russe soit 22 milliards de $, celles des USA sont de 2,7% du PIB et devraient donc atteindre les 450 milliards cette année, bref c’est pas ce que j’appelle une menace. Je dis pas qu’il ne faut pas s’inquiéter de la Russie, bien sûr que c’est inquiétant de voir un régime autoritaire et totalement anti-libéral tentant de revenir à des attitudes dignes du 19ème et inadaptées au monde d’aujourd’hui mais la mascarade ne durera probablement pas longtemps vu qu’une crise financière se développe en Russie en plus d’une crise économique qui a commencé : les salaires stagnent, l’inflation grimpe méchamment, la fuite des capitaux va dépasser les 100 milliards de $, le rouble s’est effondré, les prix du pétrole privent le pays des fonds nécessaires à son développement et pourrait obliger le pays à baisser son budget de 10%, sa notation ne cesse d’être abaissée, la consommation baisse (la baisse des ventes de voiture et objets high-tech est très net)..Bref il faut être prudent mais globalement on peut dire que Poutine vient de semer les graines de sa propre destruction.

    • et comme du temps de la guerre froide, le grand problème de la russie s’est l’économie (il existe d’autres problèmes très inquiétant en russie comme la démographie, la corruption, l’alcoolisme,…). il y a une telle différence avec les usa que la russie ne peut pas prétendre rivaliser avec les usa. Poutine a certes sauvé son pays de l’anarchie, il a redonné des valeurs morales aux russes,…..mais il n’a pas réformé l’économie russe. or c’est bien d’avoir de l’ambition pour son pays mais il faut avoir les moyens de les concrétiser. au lieu de réformer l’économie il s’est assuré que l’économie russe soit controlé par son clan. le problème en russie s’est qu’il n’y a pas d’alternative à poutine

      • +1

        De toute façon la différence en termes de PIB est trop grande :
        -17 000 milliards de $ pour les USA
        -2000 milliards pour la Russie

        +1

        Et ça ne fera que s’accroître vu que cette année la croissance US atteindra 2,3% et 3% l’an prochain, la Russie elle atteindra 0,2% au mieux cette année et entre 0 et 1% l’an prochain si tout va bien (et c’est loin d’être sûr) donc cette différence ne va faire que s’accroître.
        Hors avec 2,3% de croissance les USA agrandiraient leur PIB d’environ 385 milliards de $, celui de la Russie avec 0,2% ne s’accroîtrait que de 4 milliards, et même avec une croissance comme avant 2009 (7%) ce PIB ne s’accroîtrait que de 140 milliards donc là encore ce serait très insuffisant, et bien sûr ces années de folle croissance sont finies et ne reviendront pas, c’est le début du grand déclin, l’étatisme est déjà nocif à la base (voir la France) mais quand on y rajoute l’ultranationalisme et la réhabilitation de l’URSS ça ne peut que mener à l’horreur.

        • On rajoutera le 140ème rang mondial de la Russie sur la liberté économique. Ce qui n’est pas très bon sachant que c’est l’esprit d’entreprise qui rend une économie innovante et dynamique.

          D.J

          • Tout-à-fait.
            D’ailleurs les PME ne représentent que 4% de l’économie et sont apparemment en grande difficulté, donc c’est déjà très faible mais leur part diminue en plus de ça.
            Il faut ajouter que la part des russes qui sont fonctionnaires en pourcentage de la population active ayant un emploi est la même qu’en France, bref une économie de fonctionnaires gavés à la dépense !

        • il ne faut pas oublié le fait que l’économie russe dépent (beaucoup trop) des ressources naturelles. l’économie surdépent des ressources naturelles. or ces ressources ne sont pas inépuisables et en plus, cela fait que la russie dépent du prix international de ces ressources. alors que les américains même s’ils dépendent aussi de leurs ressources (le gaz schiste est en partie responsable de pa reprise économique des usa), leur dépendance est dans une moindre mesure, leur économie n’est pas basée sur les ressources naturelles. ils ont aussi l’avantage de la mentalité car ils ont une mentalité qui favorise l’entreprenariat et les innovations (ils sont en pointe dans le secteur des nouvelles technologie) là où les russes ont une mentalité qui est encore influencé par le communisme (ils sont resté communistes assez longtemps) ce qui fait que leur mentalité est clairement un frein pour l’entreprenariat et les innovations

    •  » Cependant vous surestimez méchamment les russes en termes d’armement, le budget militaire russe a certes beaucoup augmenté mais même avec ça le budget militaire US reste beaucoup plus élevé et la partie R&D est également bien plus forte, les armes et autres projets développés par la DARPA sont extraordinaires et il n’y a aucun équivalent russe pouvant rivaliser avec cela,  »

      De toute façon la technologie est à l’avantage de l’occident et des USA. Le nombre de brevets dans l’innovation, le nombre de prix nobel scientifique ainsi que toutes les nouvelles technologie dans l’informatique le numérique ou les biotechnologies sont du côté de l’occident du japon et l’UE.

      Les américains viennent de mettre au point un destroyer furtif le plus moderne de tout les temps. Doté d’armement hight tech dernier cri.

      http://leblogdjetliberte.blog.tdg.ch/archive/2014/04/22/zumwalt-le-nouveau-destroyer-de-l-us-navy-le-plus-moderne-de-255237.html

      Ou la dernière génération de drones furtifs américain un bijou de technologie tandis que les russes en sont qu’a un projet.

      http://leblogdjetliberte.blog.tdg.ch/archive/2014/01/04/le-nouveau-bijou-technologique-de-l-armee-de-l-air-americain-251509.html

      D.J

      • C’est bon à savoir, je n’y connais pas grand chose en armement donc ça éclaircit bien les choses.

      • Juste pour info, pour avoir le prix nobel, il faut être nominé par ses pairs, en premier lieu les anciens prix nobel et vu que la majorité des prix nobel dans les sciences sont américains, il faut négocier. Tu publies dans une de leur université pendant qq années et en échange tu es sur la liste, c’était ouvertement le deal, qd j’étais étudiant…

    • C’est cool tout ça mais pour les pays réellement menacés par la Russie comme l’Estonie ou la Pologne la supériorité américaine ne sert à rien avec un président américain qui préfère « aider » des gens qui haïssent l’Amérique au moyen orient plutôt que de défendre ses alliées…

      • Qu’Obama ne soit pas le président US le plus courageux c’est plus que certain, mais même lui a des limites qu’il n’acceptera que l’on franchisse, il a bien décidé d’attaquer l’Etat Islamique alors qu’il avait juré de ne pas entraîner le pays dans une nouvelle guerre, il a mis en place des sanctions dures envers la Russie alors qu’en 2009 il prônait le « Reset » pour créer une nouvelle coopération avec le pays.
        Aussi borné soit il il s’est montré capable de changer ses positions, bien que trop lentement et timidement, mais il l’a fait quand même.
        L’Estonie et la Pologne, contrairement à l’Ukraine, font partie de l’OTAN et sont des alliés US, c’est pas la même chose, il sera obligé de faire quelque chose si la Russie agit contre ces pays.

        • Le Reset partait d’une bonne attention est était une bonne idée, mais Poutine lui a dit clairement « Nous on vous aime pas alors on reset rien ». ça montre bien que c’est la Russie qui nous est hostile et pas l’inverse. N’en déplaire à ceux qui ont gobé la victimisation de Poutine.

          • Je suis de ceux qui soutenaient le Reset et qui voyaient la Russie évoluer et se libéraliser peu à peu, mais ça s’est pas du tout passé ainsi..

    • Le pétrole étant vendu en $, le baril qui baisse et le rouble qui baisse par rapport au $ s’annulent, pas de catastrophe a attendre de ce coté là.

  • « il est frappant de voir le rôle du président Reagan complètement ignoré, ou même nié, par un journal comme Le Monde. »
    C’est marrant mais je ne suis même pas (ou plus) frappé par ce comportement du Monde. De toute façon, dans la mesure où ce canard ne tiendrait pas 6 mois sans subventions publiques, c’est bien la preuve que les Français connaissent sa valeur.

    Comme Jacques, je pense que le bloc de l’est se serait effondré sans Reagan mais nous dirons qu’il a fait gagner du temps aux populations qui vivaient dans cet enfer, ce qui est déjà remarquable.

  • La russie n’est pas de taille
    Je pense que les annonces et rumeurs sur ses armes tiennent plus a la communication et a maintenir sa réputation. Rappelez vous comme on nous les présentait comme des surhommes a l’époque! Yvan!… Lol!

    Quant a son effondrement je crois me rappeler que la baisse importante du cours du pétrole a donné le coup de grace financier a l’empire soviétique, qui dépendait déja beaucoup de son gazprom… Comme quoi reagan n’a pas abattu l’URSS qu’avec des discours!…

    • Un peu comme à l’époque du MiG-25, où les observateurs occidentaux paniquaient à l’idée que l’avion soit plus avancé technologiquement que les nôtres, en réalité après la défection de Viktor Belenko pilote soviétique d’un MiG-25 PD, les Américains se sont rendu compte que l’avionique était archaïque, elle était encore constituée d’électroniques à lampe…

  • Article pas idiot, mais ce clown de Reagan a juste un peu aidé, tant qu’il avait sa tête. C’est son staff qui a été bon.

    Les services secrets US se sont vraiment bien repris, après les calamiteuses années Angleton, et la 2e partie des années 70 ont été émaillées de gros succès dans la guerre froide (et de grosses conneries aussi, comme aider à foutre le bordel au Chili). Pendant les années 80-85, les service secret US ont très bien joué la partie en aidant l’arbre pourri à tomber.

    Pas moins maline a été la stratégie d’armement (le déploiement terrestre, en tout cas, car on ne sait pas encore le fin mot sur l’effet du SDI) qui, comme le rappelle l’article, a vraiment mis l’URSS à genoux.

    Plus généralement, je trouve en effet que les historiens n’ont pas encore assez travaillé sur cette période absolument décisive.

    • « omme aider à foutre le bordel au Chili » si vous voulez parlé du coup d’état de Pinochet. ce n’est pas de la faute des américains mais d’allende qui avait des tendances dictatoriales et qui avait une politique trop extrémiste pour la majorité des chiliens. sans le coup d’état de pinochet, il y aurait eu une guerre civile au chili. Quelques mois avant la chute d’Allende, le sénateur communiste Volodia Teitelboim pronostiquait entre 500.000 et un million de morts en cas de guerre civile. l’armée a fait le coup d’état à cause de l’infiltration de mouvements d’extreme gauche dans l’armée. dans la vie, il faut assumer les conséquences de ces actes. le 4 mai 1973, l’opposition au gouvernement d’Allende a raté de peu la majorité des deux tiers à la chambre (qui lui aurait permis de passer outre les vetos présidentiels) et au sénat (qui lui aurait permis de destituer le président) car il y a eu des fraudes massives organisé par allende. si allende avait respecté le processus démocratique, il n’y aurait pas eu de coup d’état.
      lisez « Pinochet, l’autre vérité » de Philippe Chesnay. la majorité des vctimes du régime de pinochet furent les chefs de la gauche, des gens qui avaient pour but de créer une dictature du prolétariat.

    • oui la cia a aidé pinochet mais ce ne sont pas les américains qui ont foutu la merde au chili, c’est allende

      • On va pas pleurer non plus vu ce qu’est devenu le Chili : le pays le plus prospère d’Amérique Latine avec le Panama et devenu un exemple, pays qui est d’ailleurs un allié des US et ont un traité de libre-échange avec eux.
        Donc on peut chialer tant qu’on veut mais quand je vois ce que sont devenus des pays anti-américains comme le Venezuela ou l’Argentine je me dit qu’il vaut mieux être pro qu’anti-US, du moins si on aime voir les peuples prospérer.

        • vous oublié la Colombie qui est devenu grâce à Uribe l’un des pays les plus prometteur d’Amérique latine. Uribe a réussi à créer un état de droit en Colombie

          • Oui bien sûr, je parlais surtout en termes de niveau de développement, le Chili et le Panama étant loin devant la Colombie à ce niveau là.
            Mais la Colombie est un pays très prometteur et rempli d’opportunités, j’admire leur foi envers le libre-échange, c’est très bon pour eux ça.

            • La politique étrangère des USA a été positive quand elle a promu la liberté, mais on peut néanmoins critiquer la partie liberticide de leur politique comme war on drug qui fou un beau bordel à l’étranger.

              Bref, le politique étrangère US a des bons et des mauvais points. En tant que libéral il faut savoir critiquer certaines absurdités sans tomber dans le piège de critiquer tout et n’importe quoi comme le font certains « libéraux » fans de Poutine…

              • ce que SweepingWave voulait dire (enfin je crois qu’il voulais dire) c’est que ce sont les pays pro américains en amérique latine qui sont économiquement dans une meilleure situation que les pays antiaméricains. moi, je n ‘explique pas cela par la politique étrangère des américains mais parce que les proaméricains en amérique latine sont en général les gens pragmatiques et réalistes qui n’ont pas choisi la voie du socialisme mais la voie de la prospérité alors que les antiaméricains sont ceux qui ont choisi la voie du socialisme, du nationalisme et du populisme (autrement dit la voie qui les mène à la ruine). la politique américaine était bien pendant la guerre froide car les usa avaient une politique d’arrêter la progression communiste dans le monde mais après, leur politique étrangère a été un vrai désastre. regardez ce qu’ils ont fait à l’irak, ils ont mis le bordel au moyen orient. la seule chose de bien qu’ils ont fait au moyen orient c’est soutenir israel

                • Oui vous avez compris, je ne dis pas que leur prospérité vient de la politique étrangère US mais des valeurs US qu’ils ont transposé à leur économie.

                • Concernant le Moyen-Orient les ennuis et les guerre auraient eu lieu même sans intervention américaine, le développement de l’islamisme, de l’autoritarisme et la rivalité sunnite/shiite ne pouvant pas mener à la prospérité.

                  • Le moyen orient est une poudrière depuis la fin de l’empire Ottoman, chercher à le stabiliser avec ses frontières actuelles et une erreur et nous amènera qu’a soutenir des pourris, il faut laissez de nouvelles frontières se dessiner, comme un Kurdistan pour commencer.

                    Le problème c’est que la Russie a besoin de certains régimes pour saboter l’acheminement énergétique vers l’Europe et nous imposer un monopole pour mieux nous encu…

              • Il y a des erreurs de politique étrangère du côté US c’est certain, et le nier ne rendrait service à personne, ils sont humains et peuvent donc se tromper dans leur jugement…Mais globalement leur action a été positive et ont permis d’avoir un monde plus libre et plus prospère, ils ont sécurisé autant l’Europe que l’Asie, et ceux qui suivent leur modèle en Amérique Latine s’en sortent mieux que ceux qui ne le font pas.

                Et puis les libéraux fans de Poutine ça n’existe pas, ceux qui viennent glorifier Poutine ici sont des mecs d’extrême droite qui cherchent à donner un maximum de voix à leur déesse en nous faisant croire qu’il faut voter pour elle pour que le système s’écroule et qu’on fait une bonne action, alors qu’elle est aussi anti-libérale que Mélenchon.
                Poutine et libérale n’est pas un mélange possible, son modèle de gouvernement autoritaire est l’antithèse du libéralisme et promeut la perte de liberté et de libre arbitre au profit d’une élite mafieuse contrôlant la quasi totalité de l’économie et choisissant qui gagne et qui perd.

                • On est globalement d’accord sauf pour l’Asie, si le Japon et la Corée du sud sont de bons alliés, contrairement à ce qu’Obama pense l’Amérique ne peut pas être sur tout les fronts et on ne peut rien faire pour l’Asie du sud-est qui va subir expansionnisme chinois. Menace tellement sérieuse que même le Vietnam a demandé des bases américaines…

                  Je pense qu’étant donné le rapport de force actuel l’OTAN devrait se focaliser sur la défense de ses membres et rien de plus. On a vraiment pas les moyens de mener une guerre froide à la Chine comme Obama le souhaite.

                  • Abandonner l’Asie qui est le continent le plus peuplé et qui sera le centre du commerce mondial serait une erreur très grave, laisser ça à une dictature serait de la folie.

                    L’erreur de vous faîtes est de considérer l’Amérique comme étant purement occidentale alors qu’elle est historiquement liée à l’Asie et que ses débouchés d’exportation sont là-bas, l’Amérique est une puissance autant Asiatique qu’Europénne, elle a même un état (Hawaï) dont la population est majoritairement Asiatique.

                    Obama a bien raison de vouloir pivoter vers l’Asie qui non seulement demande la protection Américaine mais en a besoin, et la volonté de conclure le Partenariat Trans-Pacifique est l’illustration même de cette volonté américaine, ce gigantesque traité de libre-échange façonnera le futur économique de la région en la libéralisant et l’ouvrant totalement d’un point de vue commercial et règlementaire, sous des règles principalement américaines, les négociations seront conclues dans quelques mois et j’attends ça avec impatience.

                    De plus, vous parlez de la Chine mais depuis quand les Etats-Unis fuient ils face à leurs adversaires ? Ils ne l’ont pas fait pour l’Angleterre, ni pour l’Allemagne nazi ni le Japon impérial ni l’Union Soviétique donc pourquoi laisseraient ils la Chine faire ce qu’elle veut ?
                    La Chine est surestimée, les chiffres de croissance et de PIB qu’elle donne sont mêmes truqués…Sa croissance réelle cette année serait pas de 7% mais de 2%, en tout cas la croissance baisse et la démographie commence à faire effet et le pays commence à être craint en Asie.
                    La Chine est un adversaire incroyable mais les USA ont largement les moyens de faire face et vont dans le bon sens, surtout avec l’appui d’un Japon sûr de lui et déterminé.

                    La Russie peut être gérée, mais l’Amérique ne peut pas juste rester concentrée sur une Europe à la croissance stagnante et démographiquement à la traîne, ils n’y sont pas forcés.

                  • Et puis le rapport de force est toujours en faveur des USA dont le budget militaire reste bien plus haut et je ne parle même pas du pouvoir réel de cette armée, considérée par les revues diplomatiques et militaires comme plus proche de l’armée française que de l’armée US.

                    Je sais bien que les médias ont bien joué leur tempo mais arrêtez de voir la Chine comme le bulldozer qui écrase tout, ils seront redoutables certes mais leurs avantages se réduisent petit à petit et la croissance commence à flancher.

                    Le pivot américain vers l’Asie est inéluctable et ne serz pas stoppé, leur destin est là-bas.

                    • je suis d’accord sur l’avenir de l’Asie mais pas sur la longue avance de l’armée US. Les programmes de drones coûtent une fortune et les USA dépensent beaucoup pour être capable de mener des guerres asymétriques. De nouveau programmes de drones vont être lancé en Afrique, ce qui ne va pas améliorer leur popularité las bas et coûter beaucoup d’argent. Pendant ce temps la la Chine a tout les contrats dans ces pays sans dépenser un centime pour les sécuriser.

                      Le Japon et la Corée du sud n’ont pas l’arme atomique mais une guerre entre eux et la Chine serait une catastrophe pour cette dernière. Aussi il ne feront rien pour le Vietnam ou la Thaïlande ce qui fait que les USA seront seuls.

                      Il faut vraiment arrêter de sous estimer le projet politique de la Russie, qui a considérablement augmenter la taille de son armé alors que les bombe nucléaires suffiraient à défendre son territoire, elle a aussi développer toute une idéologie inspiré par Poutine et lancé une nouvelle agence d’information d’état il y a quelques jours pour en faire la promotion et assurer son soutient dans les milieux d’extrême droite et d’extrême gauche européens.

                      Le meilleur moyen d’arriver à ses objectifs, c’est de sous-estimer sa puissance et surestimer celle de l’adversaire. On aura l’air malin quand Poutine dépassera la frontière Polonaise et qu’Obama dira que la ligne rouge est a Varsovie…

                    • @un_lecteur

                      Poutine peut dépenser autant qu’il le veut, même ça est insuffisant pour rattraper le retard technologique qu’ils font car les dépenses militaires américaines dans la R&D restent très supérieures.
                      Les dépenses en matière de défense en Russie atteignant 88 milliards de $ en 2013 Et celles des USA de 650 milliards, les dépenses américaines ont augmenté cette année pour la première fois depuis la crise de 2009 grâce au rebond de l’économie US et l’arrivée des Républicains va apparemment permettre une augmentation en 2015.

                      Je dis pas qu’il faut sous-estimer Poutine mais il n’a pas les capacités financières pour faire le poids, surtout pas avec l’économie russe actuelle avec une crise financière qui pointe son nez.
                      La puissance militaire ne peut s’obtenir qu’avec une économie performante qui autorise à accroître la dépense, sans ça ce sera la ruine.

                      Concernant les programmes de propagande qu’est-ce qui se passera si l’économie russe se crashe ? Le modèle russe sera ridiculisé et perdra son crédit.

                      Et concernant l’Asie tout se passe bien puisque les Américains s’y renforcent réellement, ce n’est pas une théorie ou un débat, c’est en cours, et l’allié japonais est pressé de participer.
                      La pierre angulaire de tout ça c’est le partenariat trans-pacifique, s’ils arrivent au bout la présence forte de l’Amérique sera gravé dans le marbre pour toujours, vu qu’une grande partie de l’Asie agira selon des règles commerciales et économiques américaines.

                    • On est d’accord la Russie ne fait pas le poids, mais pour moi l’objectif c’est d’être assez dissuasif pour éviter toute guerre qui serait une catastrophe pour nos amis de l’est qui ont eu tant de mal à se séparer de l’emprise russe et à devenir libéraux.

                      Il faut aussi noté que l’Europe a complètement laissé tomber le domaine régalien pour faire du welfare state, comme en Asie les USA seraient quasiment seuls…

                      On voit aussi des mouvement positif, comme la Suède et la Finlande qui se rapprochent de plus en plus de l’OTAN (curieux alors que selon les poutinistes ça serait l’OTAN qui aurait une politique impérialiste…) et eux ils en ont cassé du soviet =)

                      Sinon l’économie russe se crache mais ça ce n’est pas grave, les nationalistes et leur soutient ici disent qu’il faut mieux vivre indépendant (de quoi, on sait pas…) et pauvre que prospère et dans « l’empire »…

                      ça fait longtemps que les socialistes ont compris que leur idée n’amenaient que la misère et la violence, donc maintenant il la justifient avec des arguments comme l’égalité, l’environnement ou la fierté nationale…

                • je suis d’accord avec vous pour dire que le moyen orient était déja une poudrière avant que les usa interviennnent. néamoins ils sont en grande partie responsable du chaos actuelle en irak (pas dans les autres pays). reprocher aux usa la montée de l’islamisme est stupide. l’islamisme existaient bien avant. cependant, vous idéalisez un peu la politique étrangère des usa. comme si leur seul but de leur politique étrangère était d’amener la liberté. les états n’ont que des intérets. la politique étrangère des usa est surtout basé sur la défense de leurs intérêts. et c’est la même chose pour les autres états. quand aux antiaméricains qui reprochent l’impérialisme des usa ce sont des idiots car toutes les grandes puissances sont impérialistes. la russie, la chine,…. sont aussi très impérialistes. en plus, on ne peut pas dire que la france n’est pas impérialiste

                  • Les USA défendent leur intérêts mais je pense qu’ils s’alignent avec les nôtres et ceux de nos partenaires européens ainsi que ceux des partenaires asiatiques des USA. Il faut arrêter de croire que les USA jouent toujours pour eux même, vous ne me trouverez pas une intervention qui n’a pas arrangé un des alliés des USA.

                    Après bien sur comme ils sont amis avec beaucoup de monde ils se retrouvent souvent dans des situations compliqués ou les intérêts de leurs alliés ne s’alignent pas tout à fait, ou tout du moins ce que les politiciens pensent être leur intérêts.

                    • oui nos intérets s’alignent souvent sur ceux des usa mais ils ne coincident pas totalement car aucun état n’a d’intéret qui coincident parfaitement avec ceux d’un autre état. ceci dit il est sur que les pays européens ont beaucoup d’intéret en commun tout comme ils ont bcp d’intérêts en commun avec les usa

      • « Oui la CIA a aidé Pinochet »

        Et ce n’était pas une bonne idée. Tant FUBELT que CONDOR d’ailleurs. L’interventionnisme laisse toujours des traces durables, et c’était encore une occasion manquée de ne rien faire, comme les US ont le secret.

        D’une manière générale, les US sont incapables d’établir une politique régionale saine sur l’Amérique du Sud, hormis l’Alena et encore. Ils ne comprennent pas leurs propres voisins.

        De 70 à 90, Les US ont été aussi performants contre la Russie et plutot bons en Europe qu’ils ont été nases sur leur propre continent. Mais bon on ne peut pas être bons partout.

        • C’est surtout que les bonnes décisions sont toujours plus évidentes à posteriori. Et l’Amérique du sud c’est extrêmement compliqué, mais les pays aidés par les US s’en sont mieux sorti.

        • oké avec vous pour dire que la politique des usa en amérique latine est plutot mauvaise mais je ne vois pas en quoi les usa ont foutu le bordel au chili (voir commentaire précédent qui explique que le bordel a été foutu par allende qui était un extrémiste aux méthodes dictatoriales). et en plus, je ne vois pas en quoi cela a été mauvaise chose que les usa aident pinochet. pour rappel on était en pleine guerre froide, allende était proche de l’urss, il voulait faire du chili une dictature du prolétariat. Pinochet a évité cela et a fait d chili un pays prospère.

    • « ce clown de Reagan »
      « comme aider à foutre le bordel au Chili »

      Socialaud détecté…

    • Commentaire tout à fait pertinent: Reagan était un clown juste un peu aidé par un staff de qualité. De la même façon, Obama est un sémillant libertarien malheureusement entouré d’une équipe de vilains étatistes qui l’empêchent de libéraliser en rond…

    • si Reagan était un clown, les autres présidents (Carter, Bush père et fils, Clinton, Obama,…) étaient quoi ??? parce que Reagan était bien meilleur qu’eux, c’est le dernier bon président américain. j’ai quand même un peu de mal à croire que tout le mérité de ce qu’a fait Reagan vient de son staff, c’est un peu exag&r& même si la qualité de son staff a pu joué un rôle. d’ailleurs, il a quand même eu l’intelligence de nommer ce staff et de l’écouter

  • N oublions pas egalement le contre choc petrolier qui a abaissé considerablement les ressources dont disposait l URSS.
    Sans cette manne, l URSS ne pouvait pas mener de front la poursuite de la course a l armement et le maintien d un semblant de niveau de vie acceptable par le peuple. (en touit cas par le parti, le KGB et l armee, gardiens de prisons pour le reste de la population).
    Notons que ce qui arrive actuellement est du meme acabit avec potentiellement des consequences similaires.

    De toute facon, dans l imaginaire francais, Raagan et encore plus Thatcher sont synomynes d’insultes atroces alors que l on nous explique que Lenine avait un bon fond ou que Mao a quand meme ecrit des trucs intelligents dans son petit livre rouge.

    • La baisse du pétrole c’était une tactique des USA menée en coordination avec l’Arabie saoudite.

    • « Sans cette manne, l URSS ne pouvait pas mener de front la poursuite de la course a l armement et le maintien d un semblant de niveau de vie acceptable par le peuple. »

      Et pas uniquement par SON peuple : les transferts au sein du CAEM vers les pays satellites étaient aussi super couteux.

      Reagan était un clown, mais un clown peut avoir du talent, au moins par moment. Entre deux irangates dont il oublie les détails…

  • En partant de là l’on a aussi oublié le rôle de Jena-Paul II et son rôle dans la résistance morale contre le communisme et son soutient aux polonais de Solidarnosc!

  • Le mur est tombé certes, mais il n’est pas très honnête de s’arrêter là, ce qui a suivis en Russie fut une anarchie sans nom, il suffit de voir la chute du taux de naissance… et cela n’a rien à voir avec le communisme mais avec le n’importe quoi qui a suivis… et aujourd’hui nous avons un retour au « bon vieux dirigisme »…. La leçon que personnellement je retient de cette période, c’est que l’on ne sait pas comment passer d’un état communisme vers un société libre… Les russes sont dans une situation peu enviable, mais si vous allez dans le nord de l’Angleterre ou à Glasqow vous trouverez des familles qui n’ont pas travaillé depuis des générations… Quand je vois la situation en France, nous allons avoir le même problème sauf à bien réfléchir comment on reconstruit le cadre réglementaire pour qu’il soit réellement et intelligemment incitatif…

    • Pologne, Estonie, Lituanie, Tchéquie… On a beaucoup de succès tel que le gouvernement russe fait tout son possible pour les saboter.

      • Il y a une différence de taille: tous ces pays ont une unité de fait, qu’elle soit géographique, psychologique, émotionnelle (d’ailleurs, la Tchécoslovaquie n’as pas fait long avant de se scinder). Le problème de la Russie est son manque de cohérence ethnique, géographique, culturel et probablement émotionnel (les points communs entre Tchouktches et Tchétchènes ne sont pas légions). Les richesses du pays n’étant pas franchement dans la zone géographique où s’est développée la Russie kiévienne puis tsariste, il est nécessaire pour l’Etat central de tenir le tout d’une main de fer. Comme historiquement, ce pays n’a jamais connu la liberté, le chemin pour lui est d’autant plus difficile (et il est clair que des autocrates tels que Poutine ou Dmitri Poutinovitch Medvedev n’aident pas à la manoeuvre en ce qui concerne la libéralisation du pays).

        • on est d’accord, donc ceci:

          « c’est que l’on ne sait pas comment passer d’un état communisme vers un société libre »

          doit être remplacé par:

          « c’est que l’on ne sait pas comment passer d’un état communisme vers un société libre pour certain pays »

    • C’est vrai que si l’on veut critiquer l’économie en Russie faut pas prendre la France en exemple.

      D.J

    • « ce qui a suivis en Russie fut une anarchie sans nom,  »
      Oui, totalement désastreux en effet. C’est surtout le pillage par les ex KGB et les mafieux qui m’a marqué à l’époque. Ca a planté les graines du poutinisme, qui est une sorte de grosse couche de peinture blanche par dessus un cloaque de mafieux et de corrompus.

  • @ Lecteur,

     » Bref, le politique étrangère US a des bons et des mauvais points.  »

    Vous avez raison; mais il y a surtout ceux qui ne font rien et qui forcement ne font jamais de conneries en jouant l’autruche et qui vont après jouer les moralistes.

    D.J

  • Alors que la Russie s’approchait cahin caha des pays de l’OCDE, l’affaire d’Ukraine a déclenché un décrochage qui ne fait que croître. C’est certainement une situation dangereuse car le pouvoir kagibiste du Kremlin peut fuir les contraintes économiques et financières en ouvrant une guerre froide (ou tiède) avec l’Occident. La propagande de masse actuelle va dans ce sens, les palinodies du renversement d’alliance au bénéfice de la Chine, aussi. En ce sens, Gorbatchev voit clair.

    • En fait l’économie russe allait déjà dans la mauvaise direction avant cela, avec une croissance de 1,3% en 2013, hors pour un pays non développé béni en ressources énergétiques c’était déjà très faiblard.
      La crise ukrainienne aura aggravé tout cela et mène vers une crise financière russe que de plus en plus d’économistes voient se pointer, mais cela ne l’a pas déclenché, ce sont les politiques protectionnistes de Poutine et son refus de réformer l’économie qui ont affaibli l’économie en premier lieu.

    • Je viens de lire ça et je n’en avais aucune idée, s’ils en arrivent à baisser le budget de la santé de 15% et licencier des milliers de personnels soignants dans un pays qui dépense déjà relativement peu dans le domaine de la santé c’est que la crise économique actuelle et la baisse des prix du pétrole commencent à réduire l’argent disponible.
      Poutine ne voulant pas réduire son budget militaire mais au contraire l’augmenter il se venge de ceux qui se sont opposés à lui en dégraissant la santé..Une population en mauvaise santé ne risque pas d’aider l’économie à long terme, et si au moins c’était fait dans un souci d’efficacité réelle je dis pas mais là…

  • Article intéressant :

    5 reasons Russia may face worse times

    Things in Russia are going from bad to worse.

    A double whammy of falling oil prices and sanctions imposed over Ukraine has led to rampant inflation, a plunging currency, a stagnant economy and a loss of confidence among foreign investors.

    The Russian central bank said Monday it expected no growth in 2015, and little improvement the following year, confirming what many economists and external officials have been saying for months.

    Here are five reasons the country could face even tougher times:

    http://money.cnn.com/2014/11/10/news/economy/russian-economy-putin/index.html?iid=HP_River

  • Je n’ai aucun problème à ce qu’on doute des bien fondés des choix de nos états respectifs (USA pour lui, France ou Europe pour nous) surtout quand ces choix amènent à des gains difficilement quantifiables voire à des pertes quasi-sûres.
    En cela, on peut être critique voir un opposant à la manière dont nos états sont gouvernés (ce qui est mon cas par exemple et le cas des libertariens aux US) mais cela n’implique pas forcement un alignement sur les thèses d’autres Etats qui pratiquent des politiques aussi mauvaises voir pires…..
    En gros, on passe du « mal » ou « mal » en prêtant à l’opposant des intentions qu’il n’a pas.
    Diaboliser les siens pour excuser les autres…quel intérêt ? et c’est ce que fait manifestement une partie des libertariens US derrière RON PAUL vis à vis des USA/Russie (en s’alignant sur les thèses russes) ou encore chez nous nos nationalistes ‪‎FN‬, extrémistes gauchistes ou droites dures ‪UMPistes‬….
    Dans le cas de l’‪Ukraine‬, ne pas reconnaître une visée impérialiste à la ‪Russie‬ c’est faire preuve d’une cécité assez étonnante. A partir de combien de % d’invasion du territoire ukrainien, aura-t-on « une visée impérialiste » ?
    Championne d’Europe de beaucoup de fléau, la Russie est un cancre européen en matière de libertés individuelles et politiques discriminatoires, elle n’est donc certainement pas un exemple de défense « des libertés » de quiconque.
    En faire donc le chantre d’une résistance « à une ordre mondial » confine au ridicule : elle a simplement comme ambition de partager la gâteau de l’ordre mondial, c’est tout.
    Poutine n’a pas plus de qualité humaine que n’importe quel KGBiste ou homme d’Etat ….en faire un homme sensible tournée vers le bien être de tous serait marrant si je ne voyais pas un nombre élevé de blogs « dits sérieux » lui prêter des qualités de cœur et de compassion.
    En cela ne pas se chercher « un maître » devrait être pour moi le BA-BA de n’importe quel libéral ou libertarien et j’ai l’impression que beaucoup de commentateurs au final se sentent désarçonnés quand ce maître n’existe pas.
    Oui, on peut reconnaître des difficultés à notre situation sans pour autant fantasmer sur les intentions « humanistes » d’une quelconque autre entité étatiste.
    Car au final , l’Etat n’aura et n’a jamais de morale.
    Sa seule finalité est de nourrir sa propre structure, parfois avec succès, parfois avec difficultés, parfois en épuisants « ses sujets ».
    Et que tout Etat qui se veut puissant devient un loup pour les siens et ses voisins. Un Etat « Fort » rime toujours avec impérialisme et expansionnisme comme si l’ivresse du pouvoir ne faisait que renforcer sa satiété pour ce même pouvoir.
    Il nous faut réduire l’Etat. Réduire ses ambitions pour que les citoyens puissent avoir de l’ambition, eux.
    En raisonnement de cette manière, on ne peut qu’être favorable à la volonté d’un peuple de ne pas s’enfermer dans une zone de contrôle produite par un puissant voisin.
    Dans le cas Ukrainien, pays qui n’a jamais attaqué ni envahi personne, on ne peut que défendre l’idée selon laquelle que tout séparation d’une Russie « qui se veut puissante » ne pourra être que bénéfique, pour tous.
    Car en luttant contre un Etat fort qui se voit et se veut puissant, nous luttons pour l’idée même du libéralisme c’est à dire pour la suprématie de l’individu sur le groupe, en tout circonstance.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de Conflits

Emmanuel Macron n’a pas retenu la leçon que Clemenceau a apprise à la dure. Reagan a appris celle de Churchill. Faute de solution à la crise des prix de l’énergie, crise dont il a largement contribué à la création, le président de la République française, M. Emmanuel Macron, n’a rien trouvé de mieux que de plaider pour la décroissance, puisqu’il décrète la fin de l’abondance.

Il faut dire qu’il a eu d’illustres prédécesseurs qui ont également succombé au pessimisme de cette rengaine.

 

La p... Poursuivre la lecture
perestroïka
0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Robert Raviot[1. Docteur en sciences politiques. Professeur de civilisation russe contemporaine à l'université Paris-Nanterre.]. Un article de Conflits

Mikhaïl Gorbatchev est né le 2 mars 1931 dans une famille paysanne du territoire de Stavropol (Russie méridionale). En 1950, il est reçu au concours d’entrée de la faculté de droit de la très prestigieuse Université d’État de Moscou. Membre des Jeunesses communistes (Komsomol), il est admis dès 1952 dans les rangs du parti communiste.

En 1953, il épouse une étudiante d... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

Le dernier livre de l’essayiste conservateur Christopher Caldwell The Age of Entitlement passionne par l’acuité de son analyse… et la radicalité de ses implications pour le présent. Le mouvement des droits civiques, qui culmine avec l’abolition de la ségrégation raciale et l’accès à l’égalité civique des Noirs grâce au Civil Rights Act de 1964, est aussi à l’origine d’une explosion sans précédent de l’intervention fédérale à tous les niveaux de l’existence.

La mise en place technocratique, puis la généralisatio... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles