LuxLeaks : scandale ou enfumage ?

Les journalistes apportent leur soutien à la lutte des Etats contre l’optimisation fiscale en révélant les conditions d’installation de nombreuses multinationales au Luxembourg. Le scandale est-il là où on le pense ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

LuxLeaks : scandale ou enfumage ?

Publié le 8 novembre 2014
- A +

Les journalistes apportent leur soutien à la lutte des États contre l’optimisation fiscale en révélant les conditions d’installation de nombreuses multinationales au Luxembourg. Le scandale est-il là où on le pense ?

La chasse à l’optimisation fiscale est ouverte. Les grandes multinationales, et avant tout celles pour qui la localisation importe peu, s’adonneraient à des pratiques condamnables. Et pour cause : elles chercheraient, par un habile choix de filiales et des négociations avec des gouvernements plus conciliants, à réduire leur taux d’imposition. Le Monde s’associe à un consortium de journalistes pour mettre au jour les pratiques devenues courantes entre multinationales et Etat luxembourgeois : les multinationales négocient directement avec le Luxembourg un taux d’imposition préférentiel pour 5 ans.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, une petite parenthèse s’impose.

Rappelons que le journal ne survit que grâce aux subventions qui lui sont versées année après année au titre de… qui lui sont versées. Rappelons également que les journalistes bénéficient d’un statut fiscal spécifique, plus communément appelé niche fiscale. Rappelons aussi que la TVA appliquée à la presse est l’un des taux les plus bas (2,1 %).

N’oublions pas de mentionner le statut fiscal des hommes politiques, pas tout à fait novices en matière d’optimisation fiscale. Certains sont même experts en fraude fiscale, ou ont tout simplement la phobie des administrations et des paiements.

Cette parenthèse nous permettra de garder à l’esprit que ceux qui traquent l’optimisation et la fraude fiscale sont les premiers à les pratiquer.

Cela ne les empêche pas de le faire avec sérieux. Les enjeux sont importants : une entreprise qui réduit son taux d’imposition, c’est une part moindre du gâteau pour les États. Et quand certains États facilitent la vie des entreprises pour les attirer, les autres bavent devant cet argent qu’ils n’auront pas.

Après les bruyantes sorties des uns et des autres sur ces géants qui optimisent, fraudent et échappent à l’impôt, c’est l’OCDE qui monte au créneau. On ne parle plus d’États offrant des conditions favorables aux entreprises pour s’installer chez eux, mais de déficiences des règles de la fiscalité internationale. On ne parle pas des enfers fiscaux que les entreprises cherchent à éviter, mais des paradis fiscaux qu’elles recherchent.

Et on met, comme toujours quand on réfléchit comme un État, la charrue avant les bœufs.

L’OCDE a élaboré un plan d’action contre l’optimisation fiscale agressive des entreprises […] « Et dans ce contexte nouveau, on assistera sans doute à un mouvement général de baisse des taux d’imposition sur les sociétés », veut croire M. Saint-Amans.

Un raisonnement normal consisterait à baisser les taux d’imposition pour attirer les entreprises. Mais un État a la loi de son côté, puisqu’il l’écrit. On pourra donc peut-être, un jour, baisser les taux d’imposition sur les sociétés si plus de sociétés paient. Mais ce n’est clairement pas l’objectif. Les États ne cherchent pas à faire en sorte que tout le monde paie autant pour que tout le monde paie moins, mais à mettre la main sur tout ce qu’ils peuvent. Et pour cause : ils n’ont jamais autant dépensé et accumulé autant de dettes.

La concurrence entre États ne les arrange pas, car ils doivent alors veiller à leur attractivité, ce qui réduit leur marge de manœuvre. Ils préfèrent donc réduire la marge de manœuvre des citoyens et des entreprises. Ils veulent imposer leurs conditions aux autres pour pouvoir se permettre tout ce qu’ils veulent.

Et ce qu’ils veulent est clair. S’ils veillaient réellement aux droits fondamentaux des individus, ils ne seraient pas les premiers à les bafouer. S’ils veillaient au bien-être des populations et à l’attractivité de l’environnement économique, ils ne seraient pas obligés de se liguer pour forcer les citoyens et les entreprises à payer. Manifestement, la seule préoccupation des États, c’est d’étendre leur pouvoir et de grossir.

2013-02-25-Dépenses-publiques1

D’environ 10 % il y a 100 ans, les dépenses publiques représentent aujourd’hui près de 60 % du PIB.

Mais que voulez-vous ? Il faut bien étendre le pouvoir des hommes politiques et des administrations. Le pouvoir qu’a l’État sur les citoyens, ce sont toutes les choses qu’il peut décider à leur place, et il veut décider de beaucoup de choses. A-t-on besoin d’un aéroport de plus à Nantes ? Thierry Lepaon a-t-il besoin d’un appartement de fonction ? Les élus PS de Paris ont-ils besoin de HLM ? La presse a-t-elle besoin de subventions ? A-t-on besoin d’influencer le choix des femmes enceintes ?

Vous n’aimez pas les cigarettes ? N’en fumez pas.
Vous n’aimez pas l’avortement ? N’avortez pas.
Vous n’aimez pas le sexe ? Ne le faites pas.
Vous n’aimez pas la drogue ? N’en consommez pas.
Vous n’aimez pas le mariage homosexuel ? Ne vous mariez pas avec une personne du même sexe.
Vous n’aimez pas la pornographie ? N’en regardez pas.
Vous n’aimez pas l’alcool ? N’en buvez pas.
Vous n’aimez pas les armes ? N’en achetez pas.
Vous n’aimez pas qu’on vous enlève vos droits ? Alors n’enlevez pas les leurs aux autres.

Bien sûr, l’action de l’État est guidée par la volonté générale, exprimée régulièrement par le vote des citoyens. Citoyens dont l’éducation, l’information et la culture sont assurés par l’État, qui votent pour des partis financés par l’État. Et qui, de toute façon, n’ont pas vraiment le choix.

La réponse de l’État à ses problèmes d’attractivité et de financement, c’est de faire passer l’optimisation fiscale pour un scandale, même quand elle est parfaitement légale. Et de la rendre illégale, tant qu’à faire. Les vraies questions à se poser sont des questions de légitimité, et on peut compter sur nos journalistes et politiciens pour ne pas les poser.

Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression. – Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789

parrain EtatL’État est une institution chargée de la sauvegarde des droits des citoyens, pas de la collecte d’un tribut. Son mandat est de veiller au respect du droit naturel, pas de réguler l’économie et construire des barrages, de transformer la société et accumuler des dettes. D’autant plus que, pour cela, il piétine les droits et principes les plus fondamentaux.

On peut débattre de l’importance d’un État pour, justement, veiller au respect des droits des citoyens. Mais ici, ce n’est pas le sujet. Quelle que soit la conception que l’on a du rôle d’un État, il en est loin aujourd’hui. Avant de le laisser s’arroger des moyens supplémentaires, qu’il améliore ses résultats.

Pourquoi voter sans cesse de nouvelles taxes sans réduire la dépense publique dont personne ne peut plus affirmer qu’elle est utilisée au mieux ? Pourquoi réduire nos libertés et dicter chaque jour de nouvelles lois sans avoir au préalable assaini la vie politique et pris de vraies mesures non pas pour apaiser les scandales, mais pour faire cesser les pratiques scandaleuses ?

Avant que les citoyens n’aient le devoir de payer l’impôt, l’État a un double devoir :

  1. celui de limiter ses fonctions au minimum nécessaire pour la sauvegarde de leurs droits, afin de ne pas restreindre plus que de raison leur liberté ;
  2. celui de limiter l’impôt au minimum nécessaire pour remplir ses fonctions, afin de ne pas attenter à la propriété privée.

Chers politiciens, merci de faire votre travail avant d’exiger des individus et entreprises qu’ils en paient le prix fort. L’État doit être au service des citoyens, et non l’inverse. Nous ne sommes pas là pour vous obéir et vous payer un tribut, mais pour vivre nos vies. Vous êtes là pour assurer que nous puissions vivre nos vies dans les meilleures conditions en veillant au respect de nos droits imprescriptibles. Parmi ces droits, le droit de résistance à l’oppression légitime l’action des citoyens visant à reprendre leurs libertés confisquées par un État manquant à ses devoirs. Pensez-vous vraiment en être loin ?

Voir les commentaires (124)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (124)
  • Si Le Monde avait autant de hargne pour enquêter sur nos politiciens ce serait merveilleux, mais ce n’est qu’un rêve.

  • Notion fondamentale: Les entreprises ne paient PAS d’impôts.

    Ce sont les clients de l’entreprise qui les paient en premier lieu, après ce sont les salaires des employés, et puis ils sont payés en non-développement, non-création d’emploi, non-investissements.

    Cet impôts que ne prélève pas ce gouffre qu’est l’état part directement, pour une fois, dans les poches des clients, des employés, des ex-chômeurs etc. etc.

    Quand on arrive à faire comprendre cette notion les gens se rendent compte que c’est l’état contre les citoyens et il n’y a plus rien à dire.

    • Oui llmryn mais il semble que les gens pensent que l’argent est un bien alors que ce n’est qu’un bien intermédiaire. Ca doit venir de Oncle Picsou qui ne faisait qu’amasser des pièces d’or mais de mon souvenir il n’en faisait rien.

      Je ne sais pas si une des raisons secondaires de cette taxation n’est pas justement pour l’état de retirer toute possibilité d’accumulation de capital afin qu’il reste maître du jeu. En effet bien souvent dans les commentaires on en voit quelques uns dirent que si l’état n’avait pas été là, alors on n’aurait pas eu les grands programmes spaciaux par exemple. Comme si on avait attendu après l’état pour avoir une assurance santé, des chemins de fer, une tour eiffel…

      Ils ont simplement oublié que l’argent de l’état vient des citoyens… et vu que les impôts directs sont de zéro pour plus de la moitié maintenant cette déconnexion ne va pas aller en s’arrangeant… mais même le présigland l’a oublié quand il a sorti il y a quelques jours : ce n’est pas cher, c’est l’état qui paie.

      • gameover : « Ca doit venir de Oncle Picsou qui ne faisait qu’amasser des pièces d’or mais de mon souvenir il n’en faisait rien. »

        Oui d’ailleurs ça me fait bien rire les « 1% » qui « possèdent tout »… un bill gate n’a que quelques millions vraiment à lui, le reste est investi et travaille pour d’autre personnes qui profitent des gains.
        Les socialos croient que les riches s’assoient sur leur or est qu’il est *soustrait* de l’économie ce qui est un non sens,

        gameover : « l’état de retirer toute possibilité d’accumulation de capital afin qu’il reste maître du jeu. »

        Clair, et avec le gavage des banques par les obligations, les politiques les tiennent bien par les couilles.
        C’est une lutte de pouvoir en fait, économie (les gens) vs l’état (une corporation)

        gameover : « mais même le présigland l’a oublié quand il a sorti il y a quelques jours : ce n’est pas cher, c’est l’état qui paie. »

        A ce point d’inculture on se dit que même un trisomique ferait moins de dégât au sommet de l’état.

      • Et n’oublie pas de voter, pour que JAMAIS une telle oligarchie destructive des libertés n’arrive chez nous. :mrgreen:

        Il y a des groupes de libéraux à Genève qui font des réunions ?

        • Ce site peut vous intéresser (Institut Libéral- Institut Libéral -Place de la Fusterie 7 – 1204 Genève, Suisse) : http://www.libinst.ch/?i=inauguration-rapport–fr

        • Ainsi que la Société du Mont-Pèlerin :

          extrait Wikiberal : La Société du Mont-Pèlerin (Mont Pelerin Society, MPS) est une société de pensée internationale réunissant des économistes, des juristes, des philosophes, des historiens et des hommes politiques favorables au libéralisme, à l’économie de marché et aux valeurs politiques d’une société ouverte. Fondée en 1947 par Friedrich Hayek, elle est actuellement présidée par Allan Meltzer.

        • Mon commentaire étant en attente de validation à cause du lien que j’ai mis, je le retranscris sans le lien :

          Institut Libéral- Place de la Fusterie 7 – 1204 Genève, Suisse

          • Merci beaucoup.

            ça fait un moment que ça me titille de participer en vrai et pas seulement par internet.

            • Lyon étant à 1 h 30 de Genève, j’ai pu assister à une conférence de Pascal Salin organisé par L’Institut Libéral fin septembre 2014.
              Si d’autres Lyonnais souhaitent se rendre à une conférence , qu’ils me fassent signe.

        • Un libéral, c’est comme un socialiste, un idéologue intégriste dans sa bulle qui lance des fatwas contre les impies qui ne pensent pas comme lui. Comme tout idéologue, il n’aime pas le consensus et n’imagine pas qu’on puisse penser autrement.
          Je suis contre les dogmes, aussi bien socialistes que libéraux, j’aime surtout la liberté.

          • Admettons que les libéraux soient des idéologues intégristes comme les socialistes. Il est intéressant d’analyser les conséquences respectives des idéologues socialistes et des idéologues libéraux. Si les premiers obtiennent le pouvoir, tout le monde finit ruiné sous la charge fiscale, et perd de ce fait sa capacité à exercer sa liberté. Si les seconds obtiennent le pouvoir, il ne se passe rien ou presque : les impôts sont limités au domaine régalien et chacun vit sa vie comme il l’entend tant qu’il ne nuit pas à autrui. Donc, au meilleur comme au pire, un intégriste libéral est toujours préférable à un intégriste socialiste.

            Mais pas d’inquiétude, petit bof ! Les libéraux ne sont pas des intégristes car Ils ne cherchent pas à imposer un modèle construit sur des fantasmes et des mensonges en négation du réel. Ils demandent simplement qu’on les laisse en paix.

            En quoi la demande de vivre sa vie en paix serait-elle un intégrisme ?

          • Cela ne gêne pas que les petits au pantalon bleu à rayure rouge me les gonflent une fois sur 2 à la frontière franco-suisse quand je circule avec un plaque L ❓
            Surtout que aujourd’hui, on a les crypto-monnaies ❓
            Et ce serait manquer de finesse que de tenter de passer la frontière à la Cure avec des « biftons » …
            D’ailleurs, on se demande bien pourquoi faire … ❗

            Voilà ou nous mène le socialisme ❗

    • Je pense que vous devriez observer la chronologie suivante, ce sont d’abord les entreprises qui créent la richesse et la répartissent ensuite en salaires, réserves, investissements, charges sociales et ensuite en profits distribuables. Ce sont bien l’ensemble des entreprises qui assument le tout. Cela va mieux dans ce sens. Je vous rejoins sur l’Etat prédateur qui nuit à l’ensemble des citoyens en gaspillant le trop d’impôts qui ne renouvelle plus le capital productif, donc la croissance économique et ensuite celle des salaires. C’est tellement triste à énoncer et penser que nos politiciens savent, ne savent pas, mais dans tous les cas n’appliquent pas. C’est même dramatique, car il vont peut-être le payer très cher lors d’une possible révolution.

  • Peut on suggérer une explication plus simple? Si les sociétés savent a quoi s’attendre, adieu la rétroactivité fiscale, adieu l’arbitraire administratif et politique. Si il n’y a plus d’arbitraire, les entreprises n’ont plus besoin de payer les fonctionnaires et les politiciens pour avoir un traitement au moins équitable voire préférentiel. Si le politicien n’est a plus de faveurs a vendre , ah, eh bien, zut alors…..

  • Le plus incroyable dans tout cela, est que ce sont les hommes et les femmes politiques, à l’origine de la création de la législation facilitant la libre circulation entre les pays de l’UE (y compris celle des capitaux), qui attaquent avec véhémence des pratiques (totalement légales) qu’ils ont eux-mêmes permis.
    Cela montre encore une fois que les gens qui nous gouvernent ne créent des lois que dans leur propre intérêt ou dans l’intérêt des lobbies qui les soutiennent.

    Lorsque les entreprises et les citoyens (ex: ceux qui quittent la Sécu) utilisent ces lois dans un intérêt allant à l’encontre de celui de l’Etat Tout Puissant, les politiciens crient au scandale.

    Enfin, rappelons que le but d’une entreprise privée est de maximiser ses revenus et de diminuer ses dépenses. Qu’une entreprise cherche donc à diminuer ces dépenses fiscales de la même façon qu’elle cherche à diminuer ces autres dépenses est donc tout à fait légitime. Critiquer ce fait, me semble montrer une incurie (inquiétante) en matière économique.

    • L’État ne se comporte pas différemment de la Reine de Coeur dans Alice…

    •  » qu’elle cherche à diminuer ces autres dépenses est donc tout à fait légitime. »

      Pour baisser ses prix et être concurrentiel= argent directement dans la poche des citoyens.

  • Très bon article mais qui n’aurait pas dû juxtaposer plusieurs fois « optimisation et fraude « comme si ces deux mots étaient identiques !!!! Pour le reste il suffit de distinguer ce qui est légal de ce qui est illégal et même si l’on peut avoir des remarques sur l’aspect moral ce n’est pas le sujet !!!!Il n’y a donc pas de scandale ou s’il yen a un c’est l’enfer fiscal qui nous est « imposé « ……

  • Pascal Saint Amans, l’homme qui touche son salaire sans taxe.

  • Les entreprises ne doivent pas être imposées : ce sont le personnel ( direction – cadres – …..) – les clients – les actionnaires ( propriétaires de l’entreprise ) qui sont imposables .
    L’Etat a pour fonction essentielle d’assurer la sécurité , le respect du droit . Et cela ne concerne que les personnes physiques .
    Si une entreprise commet un délit , ce sont les Directeurs qui doivent en assumer la responsabilité ou les employés si ceux- ci sont concernés .
    Une personne morale ne peut être traduite devant un Tribunal

    • « Une personne morale ne peut être traduite devant un Tribunal »

      Euh si. Et c’est même pour ça qu’on a créé le concept de personne morale.

  • A force de dépenser l’argent des autres, les socialistes finissent par revendiquer l’argent des pays voisins…
    Comme quoi, l’impérialisme est aussi le stade ultime du socialisme et du nationalisme…

    • Excellent et historique. Vous avez oublié la guerre comme nécessité à terme, pour emplir les caisses évidées par tant d’incompétence. Mais je suppose que le mot impérialisme devait cacher dans votre esprit cet aspect moins chaleureux.

      J’avais un jour dit à un étudiant qui venait de finir Sciences Po au cours d’une discussion , encore tout imprégné des thèses marxistes et keynesiennes qu’on y enseigne (encore) de manière générale, « qu’après le socialisme, il y avait toujours la guerre » Je ne croyais pas si bien dire. Car les guerres ne sont jamais que des histoires d’argent, à la base, d’emprunts et de dettes non remboursées, entre les prêteurs et les emprunteurs.

      • Du temps de Louis XIV, la France avait envahi l’Alsace, une partie du duché de Luxembourg, et bien d’autres.
        Il fallait bien financer les fastes de la cour… L’histoire se répétera-t-elle ❓

  • Je n’invente rien , évidemment à la suite de cet article salutaire et lucide mais qu’aurait pu écrire Monsieur de La Palice, les paradis fiscaux ne doivent leur existence qu’à celle des enfers fiscaux. Comme Baptiste Créteur, je me marre d’entendre les journalistes de France Télévision ou de Radio France, aux quasi statuts de fonctionnaire, cracher contre les paradis fiscaux, au seul titre que « cet argent est retiré de notre proche » et du « manque à gagner de l’État » qui nous nourrit.

    Quel manque à gagner ? Basé lui-même sur la spoliation généralisée dont ils vivent grassement ? Certainement. Au titre aussi de la morale publique qui est devenue en France la seule morale acceptable, qui s’exprime toujours sempiternellement par cette posture inconsciente chez tous ces gens : « l’argent public c’est bien, c’est propre – l’argent privé c’est mal, c’est sale ».

    Je ne sais même pas si la psychanalyse pourrait les aider.

  • On s’approche assez dangereusement du Rideau de Fer fiscal. Un stratagème permettant de contourner la libre circulation des capitaux pour les tenir en otage avant de les spolier.

    A l’instar de l’interdiction de sortie du territoire pour les apprentis terroristes, ils pourraient bien interdire les transferts de fonds vers l’étranger à tout fraudeur présumé, c’est à dire tout le monde.

    Aussi peu que vous en ayez, planquez votre fric. A l’étranger ou sous forme non déclarée.

    • J’ai déjà connu cela en France e 1983, le fameux « contrôle des changes » instauré par Mauroy, dont els plus jeunes n’ont pas le souvenir, bien entendu, « C’était avant ».

  • Le véritable scandale n’est pas l’ optimisation fiscale, mais les lois qui le permettent : toute entreprise cherche à améliorer ses revenus.
    Par contre, il n’ est pas normal qu’ une multinationale qui pèse plusieurs dizaines de milliards d’ euros puisse localiser ses bénéfices au Luxembourg. Que peut elle produire, ou vendre, dans ce petit pays ? Rien qui ne justifie des bénéfices de plusieurs milliards. Il y a donc bien une escroquerie qui se fait au détriment des États dans lesquels sont réalisés les bénéfices, mais cette escroquerie est légale, validée par nos dirigeants politiques. La question que l’ on peut se poser, c’ est au nom de quelle idéologie nos politiques ont consacré cette escroquerie ?

    • cette « escroquerie », ca s’appelle le « transfert pricing »:

      une multinationale ouvre une filiale au Luxembourg. Cette filiale a pour but de financer via des prets d’autres filiales. Si le taux d’interet est suffisamment haut, il permet a la filiale Luxembourgeoise d’extraire le profit des filiales d’autres pays. En effet, si les interets depassent le profit realise par les filiales ainsi financees, celles-ci declarent donc des pertes (profits moins interets) dans leur pays respectifs, evitant l’impot, tandis que la filiale Luxembourgeoise fait des profits avec ces prets mais paie moins d’impots…

      Cette pratique n’est pas specifique au Luxembourg ou aux paradis fiscaux: a partir du moment ou le niveau d’imposition est different entre 2 pays ( c’est a dire tout le temps), une multinationale presente dans ces 2 pays a tout interet a pratiquer le transfer pricing.

      Si le taux d’interet est juge trop haut par les autorites, par rapport a ce que la filiale aurait pu obtenir sur les marches, alors le transfer pricing est considere abusif et il est sanctionne… mais la frontiere est floue.

      D’autant plus que meme a un taux d’interet raisonnable, le transfer pricing reste interessant: c’est toujours ca d’economise en impots!

      • Ce que vous m’ expliquez confirme ce que je pense : il s’agit bien d’ une escroquerie, même si elle est légale : quel est l’ intérêt de la filiale française de se financer à des taux abusifs auprès de sa filiale luxembourgeoise, réduisant à néant son bénéfice, si ce n’est échapper à l’ impôt sur les bénéfices ? Il s’ agit bien d’ un artifice comptable, aucune autre logique économique que l’ évasion fiscale n’ expliquant ces pratiques.

        • Effectivement, aucune autre logique n’explique ca… On est bien d’accord sur ce point spécifique. Par contre c’est au niveau du jugement de valeur qu’on est en désaccord.

          Pour vous, l’escroquerie se situe dans le fait que l’on laisse ces entreprises disposer des richesses qu’elles ont produites.

          Pour nous, l’escroquerie est double:
          1. se faire taxer à des montants tels que ce qui est pratiqué en France pour financer les achats de vote et le clientellisme de hommes politiques est une escroquerie
          2. Se faire dire que « GARDER ce que l’on a produit » est une escroquerie, peut largement être qualifié d’escroquerie intellectuelle.

          Par ailleurs, pourquoi une entreprise AMERICAINEcomme Amazon devrait elle mettre son siège européen e France et pas au Luxembourg? Pourquoi Schneider Electric; qui réalise la majeure partie de son CA hors de France devrait elle rester une entreprise Francaise?

          Enfin ce qui me fait marrer c’est que vous vous drappez de la vertu alors que vous etes dans le camp de ceux qui réclament la violence physique: La loi c’est la menace de la violence physique, de l’intervention policière. Nous nous réclamons juste la paix et la libre concurrence sans violence physique, et selon vous, c’est nous les salauds.

          Vous etes de un corps pur: De l’enfumage intellectuel à l’Etat pur. De la mauvaise foi distillée à son plus haut degré. Honte à vous.

        • «  » » il s’agit bien d’ une escroquerie » » ». Non. Il s’agit d’échapper à l’enfer fiscal et à ses bourreaux pilleurs. Il s’agit de faire jouer la concurrence entre deux marchés, et la concurrence, c’est toujours bon pour le consommateur. Les fournisseurs de services (ici les états), s’ils ne veulent pas perdre leurs clients, doivent entrer dans le jeu naturel de la concurrence.
          De plus, il n’y a aucune malhonnêteté à vouloir fuir un système qui à été imposé, qui fixe les règles à son seul et unique profit, et sur lequel on n’a aucune prise, aucun choix, bref un système qui ne respecte pas la liberté qui est, ne l’oublions pas, un des droits naturels et inaliénables de l’Homme.

          • Dire que la concurrence est toujours bonne pour le consommateur, c’ est assez dogmatique. Par exemple, à quoi servent au consommateur les milliards que Apple a accumulé dans des paradis fiscaux, et qu’ ils ne peuvent rapatrier aux Usa sans payer un lourd impôts ?
            De plus, il est réducteur de nous appeler des consommateurs. Admettons (ou plutôt admettez, moi, je n’ y crois pas) que ces systèmes d’ évasions fiscales bénéficient au consommateur : le consommateur que je suis aura la chance incroyable d’ avoir un iphone plus performant, ou 20 euros moins cher. Par contre, le citoyen que je suis verra ses impôts augmenter pour financer le système de santé,les infrastructures du pays et tout autres dépenses.
            Vous êtes sans doute pour une réduction importante des dépenses de l’ État : cela doit se régler dans les urnes, et non par la mise en place d’ un système d’ évasion fiscale qui profite essentiellement à des entreprises déjà en position dominante.

            • taxbo: « à quoi servent au consommateur les milliards que Apple a accumulé dans des paradis fiscaux, et qu’ ils ne peuvent rapatrier aux Usa sans payer un lourd impôts ? »

              Les socialistes voient les magos à un instant ‘T’ et bavent dessus mais ces magos sont investi tôt ou tard.
              Une mauvais opération et ces milliards de réserve fondent très facilement.

              Enron, WorldCom, Arthur Andersen, Kodak, Lehman Brothers, General Motors, Chrysler, Saab, Kirsch, autant de géants en faillite. Quand on gagne des milliards, on perd aussi des milliards.

              • Étant libéral, je ne peux défendre les abus d’ oligopoles. Ces oligopoles existent, car le marché l’ exige. Par contre, ils doivent contribuer de la même manière que les plus petites entreprises. Pour cela, il est nécessaire de contrer politiquement leur influence sur la loi et l’ impôt.
                Pour moi, défendre la domination d’ entreprises déjà ultra dominante ne peut être libéral, cela ressemble beaucoup plus à la défense de rentes de situation.

            • taxbo : « Par contre, le citoyen que je suis verra ses impôts augmenter pour financer le système de santé,les infrastructures du pays et tout autres dépenses. »

              Vos impôts augmenteront surtout pour payer de plus en plus de dépenses de fonctionnement inutiles puisque rien n’oblige un état à optimiser les dépenses, contrairement à une multinationale.

              • Toujours le même mensonge socialiste comme quoi le système de santé devrait être financé par les impôts alors que la santé est un marché comme un autre, financé selon le principe immuable que « le fait seul de la formation d’un produit ouvre, dès l’instant même, un débouché à d’autres produits » (loi de Say).

                Seul le domaine régalien (domaine étroit où la loi de Say ne s’applique pas, faute de prix mesurable) doit être financé par l’impôt. La santé n’en fait évidemment pas partie.

                • Pourquoi traiter de socialistes ceux qui ne partagent pas votre idéologie ? Et vous, êtes vous oligopoliste ?
                  Pour la santé, je n’ ai pas d’ opinion tranchée : d’ une part, en France, la santé publique est financée non pas par l’ impôt publique, mais par les cotisations sociales, cela pèse donc d’ abord sur les travailleurs, et leurs employeurs. Donc, aucun rapport avec l’ imposition sur le bénéfice.
                  D’ autre part, que la santé soit publique ou privée, il faut bien payer quand même. Certes, la répartition n’est pas la même, mais l’ exemple américain ne démontre pas qu’ un système privé revient moins cher.

                  • Renseignez vous avant de prononcer des jugement, les système sde santé américain est au moins aussi interventionniste que le Français. L’état et les états américain réglemente à tout de bras l’exercice de la médecine et les assurance an garantissant monopoles et prébendes à tous les étages ce qui de fait conduit à des explosions tarifaires.
                    La France n’est pas en reste à ce niveau et la parodie de financement « privé de la SS est pitoyable. le gouvernement impose tout du niveau des cotisation (pour moi une cotisation obligatoire n’est ni plus ni moins qu’un impôt), au niveau des remboursements (encore un impôt car il vous faut payer de nouveau pour être rembourser à 100%) , du nombre de médecin, d’hôpitaux, de pharmacies ect sans compter la CMU et autre joyeuseté qui sont bien financer directement par l’impôts.
                    Le système Français est 100% étatique et les sommes prélevés pour son fonctionnement étant obligatoires il s’agit bien d’un impôt.

                • Qu’il ne vous arrive jamais rien, dans le cas contraire vous seriez le premier à dire que, heureusement, la santé n’est pas un commerce. Dans quel monde vivez vous….

                  • Il m’arrive bien sûr des pépins de santé, souvent bénins, parfois graves, comme à n’importe qui. A la lumière de cette longue expérience, il apparaît plus que jamais que la santé est un marché comme un autre et doit impérativement être gérée comme tel. Croire que la santé n’est pas un marché, la confier à l’Etat ou ses excroissances, est la plus sûre des manières de la ruiner et, à terme, d’interdire aux individus de se soigner comme ils l’entendent, notamment lorsque le système collectiviste aura fait faillite, ce qui ne va manquer d’arriver à plus ou moins brève échéance. Comment ferez-vous pour soigner quand le système actuel vous interdira de vous soigner ?

            • « Par exemple, à quoi servent au consommateur les milliards que Apple a accumulé dans des paradis fiscaux, et qu’ ils ne peuvent rapatrier aux Usa sans payer un lourd impôts ? »

              L’idée que quelqu’un d’autre que celui qui a produit la richesse sache mieux à quoi doit servir cette richesse est une pensée de parasite. L’idée que les gouvernement américain servirait mieux le consommateur me fait d’autant plus marrer. Par contre, l’idée que cet argent permettra de financer la R&D des futurs produits Apple qui visiblement servent pas si mal les consommateurs qui les achètent, ca me semble moins délirant. L’idée qu’il y ait une quelconque dose de bon sens dans votre ridicule prose me fait lever les yeux au ciel.

               » le consommateur que je suis aura la chance incroyable d’ avoir un iphone plus performant, ou 20 euros moins cher. Par contre, le citoyen que je suis verra ses impôts augmenter pour financer le système de santé,les infrastructures du pays et tout autres dépenses. »

              Si vous considérez que ces dépenses auront lieu de toute facon, il n’y a pas de raison que les consommateurs d’iphone payent plus que ceux qui n’en consomment pas. En quoi le fait de vous facturer ces immondes taxes par le bieis des entreprises est il plus moral que la simple TVA par exemple?

              Vos arguments ne sont pas réfléchis. Ils sont la simple expression de votre maladive convoitise du bien d’autrui. Votre bassesse et votre hypocrisie qui consiste à cacher votre avidité de prendre le bien d’autrui derrière des pensées faussement généreuses (oh les pauvres gentils pauvres qui vont devoir payer plus d’impot) est minable. Par ailleurs vous les prenez pour des cons les pauvres. Selon vous ils ne devraient pas etre capables de faire cet arbitrage dans leur dépenses puisqu’il faudrait rendre tous ces produits de consommation plus chers afin de payer ce que les dirigeants ont décidé d’acheter: routes et protection sociale. Et si des consommateurs préfèrent avoir des iphone pas chers que des routes en super Etat (parce qu’ils n’ont pas de voiture par exemple). Ils n’ont pas le droit? Et ben selon vous non. Ils n’ont pas le droit.

              • Merci pour vos injures, mes arguments portent.
                Je ne jalouse personne, je refuse juste de payer à la place de Amazon, Google et autres.
                Vous me prenez (et ça vous arrange, rangez les gens dans des petites cases, cela colle mieux à votre idéologie) pour un défenseur du socialisme, ou de la santé publique. Vous vous leurrez. Je constate simplement que nous vivons dans un système, avec un État qui dépense l’ argent des impôts. Ces impôts sont prélevés sur les revenus des personnes et des entreprises. Quand certains arrivent à échapper à l’ impôt, d’ autres vont payer à leur place, c’ est juste du bon sens, bon sens qui vous échappe.

                • « Je constate simplement que nous vivons dans un système, avec un État qui dépense l’ argent des impôts » Hélas vous vous trompez, nous vivons dans un système où l’Etat dépense de l’argent, et où ensuite il cherche à en récolter. Si l’Etat ne faisait que dépenser l’argent des impôts, les comptes seraient à l’équilibre et il n’y’aurait pas de dette.

                  « Ces impôts sont prélevés sur les revenus des personnes et des entreprises » Ainsi que sur leurs dépenses (TVA, taxe sur les carburants, sur les cigarettes….)

                  « c’ est juste du bon sens, bon sens qui vous échappe » je crois qu’il vous échappe aussi.
                  Deux boulangeries sont sise côte à côte. Elles vendent chacune une baguette de composition, poids et qualité équivalente. Boulangerie 1 vends sa baguette 1 €, boulangerie 2 vends sa baguette 3€.
                  En tant que consommateur, j’ai le droit de choisir d’acheter ma baguette cher B1 plutôt que chez B2. B2 a sans doute des raisons de vendre sa baguette 3€, la devanture du magasin est repeinte plus souvent, les employés y sont plus nombreux etc… Mais si ce qui m’importe dans l’achat de ma baguette est d’obtenir le meilleur prix entre deux produits égaux je choisis la boulangerie n°1.
                  La même chose pour domicilier mon entreprise, si deux pays qui m’offrent des prestations égales (respect de la propriété privée, cadre juridique sain etc…) mais à des prix différents je peux choisir le moins cher. Je ne vois pas en quoi cela nuit à ceux qui choisissent le plus cher.

                  La concurrence fiscale existe entre les pays, c’est aux Etats les moins performant à se rapprocher des plus performants, et non pas essayer de les pénalisés.

                  • Je ne critique pas les entreprises qui font de l’ optimisation fiscale, une entreprise devant avant tout être concurrentielle. Si elle ne le fait pas, elle va peut-être disparaître, ou alors ses actionnaires réagiront avant, pour changer la direction de l’ entreprise. Cela ne me pose aucun problème, le rôle d’ une entreprise étant avant tout de gagner de l’ argent, certainement pas de dicter la morale.
                    La concurrence fiscale entre les États, pourquoi pas, dans une certaine mesure. En l’ occurrence, on parle là d’ un tout petit pays, qui profite (parce que on l’ autorise) de sa position au sein de l’ Europe pour faire du dumping fiscal, n’ ayant que très peu de dépenses à faire, du fait de sa petite taille.
                    Libre à eux, bien entendu, d’ appliquer la politique fiscale de leur choix, mais pourquoi les garder dans le marché commun européen, si leur seul rôle est de creuser nos déficits.
                    Pourraient-ils seulement vivre de cette politique, si l’ Europe n’existait pas, ou s’ ils n’ en faisaient pas parti ?

                    • C’est vrai que c’est un petit pays et que cela les aide sans doute. Mais la bonne gestion des finances publiques (et donc des taux d’imposition) ne dépend pas que de la taille du pays. D’autres pays de l’UE (et en dehors) sont aussi très intéressant fiscalement, que ce soit au niveau des entreprises ou des particuliers.

                      Bien sûr que cela est faciliter par le fait d’être membre de l’UE, mais on n’en revient alors à mon premier commentaire, qui était de dire que les politiciens (français entre autres) qui critiquent actuellement les pratiques du Luxembourg, font partis des familles politiques très favorable à l’UE, ce qui pour moi est donc de la belle hypocrisie.
                      Du coup, pourquoi accepter la libre circulation des Roms par exemple, mais pas celle des capitaux des grandes entreprises ?

                      L’on peut en conclure deux choses, suivant sa façon de penser :
                      1) que vouloir créer un super-Etat européen sans un minimum de cohérence en matière de réglementation, notamment fiscale, est voué à l’échec
                      2) que l’évolution du monde, notamment les NTIC, a instauré une concurrence fiscale entre Etat, que cette concurrence va obliger les Etats à assainir leurs finances publiques pour rester compétitif, et qu’au finale cela sera top ou tard bénéfique pour l’ensemble des contribuables

                    • LA GRENOUILLE QUI SE VEUT FAIRE
                      AUSSI GROSSE QUE LE BŒUF


                      Une Grenouille vit un Bœuf
                      Qui lui sembla de belle taille.
                      Elle qui n’était pas grosse en tout comme un œuf,
                      Envieuse s’étend, et s’enfle, et se travaille
                      Pour égaler l’animal en grosseur,
                      ……………Disant : Regardez bien, ma sœur ;
                      Est-ce assez ? dites-moi ; n’y suis-je point encore ?
                      Nenni. M’y voici donc ? Point du tout. M’y voilà ?
                      Vous n’en approchez point. La chétive Pécore
                      S’enfla si bien qu’elle creva.
                      Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
                      Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
                      Tout petit prince a des ambassadeurs,
                      Tout marquis veut avoir des pages.

                      Ce n’est pas à la France de décider du sort d’un pays voisin. Ni même à l’Allemagne.
                      Quelle prétention, d’ou la fable ❗

                  • « si deux pays qui m’offrent des prestations égales »

                    On peut quand même se demander si certains Etats sans armée ne profitent pas de ceux qui en financent encore une partie de l’ombre de la queue d’une (pour plus très longtemps d’ailleurs tout doit disparaître).

                • C’est vrai je vous ai traité d’hypocrite mais c’est surtout vos réflexions que j’ai qualifié de minable. Si ca vous suffit pour ne pas répondre aux arguments que j’ai avancé, c’est que vous n’en aviez pas. Allez donc étaler vos propos de bistrot ailleurs, ou répondez aux objections bien rélles que j’ai formulé à l’endroit de votre prose. Certes je méprise ce que vous dites mais moi au moins je dis pourquoi.

                  « Vous me prenez (et ça vous arrange, rangez les gens dans des petites cases, cela colle mieux à votre idéologie) pour un défenseur du socialisme, ou de la santé publique. »

                  Je me trompe peut etre? Ahh pardon, vous vous contentez de constater…

                  « Vous vous leurrez. Je constate simplement que nous vivons dans un système, avec un État qui dépense l’ argent des impôts. »

                  Et donc comme les impots sont une espèce de fatalité, une catastrophe naturelle, dira t’on, il est insupportable que ceux qui en ont les moyens essayent de s’en tirer. Par solidarité avec un système que vous n’approuvez pas, vous trouvez normal que tout le monde en souffre? C’est ca que vous vouliez dire? Si oui, vous manquez de morale bien plus que je ne manque de bon sens. Mais je dois vous avouer que je ne vous croit pas. Vous faites semblant de ne pas défendre ce système mais en fait vous vous insurgez surtout que certains ne veuillent pas participer à cette utopie-gabegie. Pire, vous refusez d’admettre que l’essence même de ce système est un parasitisme (de tous les cotés: payeurs qui s’évadent et consommateurs qui abusent, parfois les deux à la fois), et une volonté de vivre aux dépens d’autrui bien plus qu’une magnifique oeuvre collective, pour éviter de remettre en question une vie entière de lavage de cerveau sur le magnifique système social que le monde entier nous envie.

                  Bref, sans vous insulter, je pense que vous etes dans le déni et de mauvaise foi de surcroit. Et si je me trompe, l’évidente contradiction entre votre non approbation d’un système de redistribution qui exige des impots et votre reproche fait à ceux qui le peuvent, de tenter de ne pas s’y conformer, n’aide en rien à me faire penser autre chose.

                  • Pourquoi je ne répond pas à vos arguments ? J’ avoue qu’ils sont pour le moins confus, et noyés sous les jugements de valeur. Par exemple, immonde taxe : une taxe est une taxe, elle peut être faible, importante, juste, injuste, mais immonde, cela présuppose que la taxe en soit est immonde. Sans taxe, pas d’ État. L’ existence d’ un État est elle immonde ? Croyez vous vraiment que si les États n’ existaient pas, le commerce se porterait mieux ?
                    Le système est ce qu’il est, imparfait, c’ est vrai. Mais d’ une certaine manière, nous en vivons tous, vous, moi, et Apple aussi. Je ne vois pas bien ce que vous prônez, à part sa destruction par suppression totale de l’ impôt.
                    De toute façon, vos propos sont hors contexte. Vous n’ aimez pas le système social français, soit. Mais quel rapport avec les transferts de bénéfices vers de tout petits pays, pour bénéficier d’ impôts très réduits ? Ce problème ne concerne pas uniquement la France, mais bien l’ ensemble des économies développés.
                    Je relève aussi que vous trouvez mes réflexions minables, que je tiens des propos de bistrot, vous méprisez ce que je dit, je manque de morale, enfin, je suis selon vous, dans le déni et la mauvaise foi.
                    Tout ça parce que je déplore l’ évasion fiscale, que tout individu normalement constitué devrait pratiquer selon vous.
                    Désolé pour vous, mais je crois plus à l’ État de droit qu’ à votre gloubi boulga anarcho libertaire pour grand seigneur de la finance internationale.

                    • Nous sommes donc bien d’accord sur le fait que j’argumente mon désaccord et pas vous. Pour me prouver que j’ai tort, vous me parlez de Gloubi boulga (définition?).

                      Donc vous dites que vous n’approuvez pas le système social, tout en justifiant qu’il est immoral de ne pas y participer, et puis quand ca vous arrange ce n’est plus le système social dont on parle, mais de l’Etat de droit.

                      Et après c’est moi qui suis confus…

                      « Mais quel rapport avec les transferts de bénéfices vers de tout petits pays, pour bénéficier d’ impôts très réduits ? »

                      En quoi le fait que le Luxembourg soit plus petit que la France est il important? Ils doivent se plier à notre joug fiscal sous prétexte qu’ils n’ont pas la bombe atomique? Pourquoi les entreprises ne pourraient elles pas se localiser au Luxembourg? Ce pays a un système social à financer lui aussi (et il marche d’ailleurs vachement mieux). Pourquoi des entreprises devraient elles rester en France? Par Masochisme? Par un devoir moral que ces entreprises auraient envers les Francais et pas envers les luxembourgeois?

                      Vous leur reprochez de vouloir profiter de la meilleurs situation… Mais pourquoi devrait on le leur reprocher? Et pourquoi est ce mal de localiser les marges la ou les garde le plus? Concrètement que ce soit l’Etat Luxembourgeois qui gaspille cet argent ou l’Etat francais, ca change quoi moralement?

                      Vous croyez en l’Etat de droit? Mais bien sur. Vous croyez au fait que pour l’action du saint Etat Francais, la fin justifie les moyens…

            • « qu’ ils ne peuvent rapatrier aux Usa sans payer un lourd impôts ? »

              Tant que tous les taxbo du monde croient à cette fable, tout va bien…

              • Si c’est vraiment une fable, pourquoi ils ne le rapatrient pas ?
                Ah oui, c’est vrai, ils attendent que des élus grassement payés leur votent une loi fiscale sur mesure…

            • Dans les paradis fiscaux…
              Cette phrase rappelle à certains le coffre enterré de l’île au trésor, mais évidemment, l’argent prétendument dans les paradis fiscaux est en fait investi dans l’économie, à la rigueur dans les dettes souveraines. Certes, il va d’abord là où il fera des petits plutôt que là où le voudraient nos paresseux politiciens. S’il fallait le retirer pour le distribuer aux pauvres, c’est simple, il faudrait liquider exactement pour ce montant d’investissements productifs, mettre sur le carreau ceux qui y travaillent et priver de leurs produits ceux qui en bénéficient.
              Les gouvernants veulent réinvestir les bénéfices des sociétés en vue de leur réélection plutôt que pour produire plus de richesses : quand on lutte contre l’optimisation fiscale, fiscale n’est qu’un adjectif ! Aucune société, en particulier en France, ne paie pas au fisc bien plus que la valeur des services fournis par l’état en infrastructures et en protection de ses salariés. Sur ce dernier point, permettez aux entreprises de verser le salaire complet et aux salariés de choisir leurs assureurs privés pour le chômage, la santé et la retraite, et vous verrez combien on est actuellement loin de l’optimum. Enfin, optimum pour le salarié, pas pour l’élu ou le syndicat qui s’engraisse à ses dépens.

            • taxbo : le terme évasion fiscale est déjà une escroquerie puisque cet argent n’est jamais entré en france donc il n’en est pas sorti.

              • Cet argent est le fruit de la vente de divers produits, vente qui a généré un bénéfice. Bénéfice qui est imposable. Sauf à trafiquer les comptes (légalement le plus souvent, je l’ admet volontiers), cet argent, sorti de la poche du consommateur français, doit, pour une part seulement, et pas entièrement, aller dans les caisses de l’ État. C’est ce qui arrive aussi à l’ argent que je gagne, et dont une partie importante (RSI, impôt sur le revenu) par dans les comptes sociaux, et dans les caisses de l’ État. Je ne peut évidemment pas admettre que les euros que je gagne soient imposables, et que les euros que gagnent Apple en France ne le soient pas. Parce que je refuse de payer leur part. Et inutile de parler de tva, elle s’ applique à chaque activité. Il existe aussi, et c’est un fait, même si vous le déplorer, un impôt sur les bénéfices, comme dans tous les pays développés. Sauf au Luxembourg, bien entendu, puisqu’il n’y a pratiquement pas d’ habitants, et que les seuls qu’ il y a peuvent largement se contenter d’ une imposition marginale sur les bénéfices réalisés dans les autres pays européens. C’est du parasitisme, puisqu’ils ne produisent rien d’ autre que de la niche fiscale.

                • « je refuse de payer leur part » : mais il n’y a pas de « part » qu’on pourrait s’échanger à propos des impôts. Au delà des fonctions régaliennes, il n’y a que des impôts et des dépenses illégitimes. Le fait que certains acceptent de les payer, par intérêt direct ou parce qu’ils ne comprennent pas la situation, ne peut pas justifier de contraindre à payer ceux qui ne sont pas d’accord.

                  « C’est du parasitisme, puisqu’ils ne produisent rien » : les Etats ne produisant rien, nul ne peut les parasiter. Quand on reprend au voleur le fruit de son vol, on ne vole pas le voleur. On fait justice. Le temps est venu de reprendre le fruit de leur rapine fiscale aux Obèses illégitimes et aux voleurs qui les dirigent.

                  • Vous estimez ces dépenses illégitimes, alors il faut changer de gouvernants. Dans une démocratie, ce qui a été voté et décidé est par essence légitime, même si c’est stupide. Donc, quand nos élus votent un budget, il devient légitime, et je me retrouve dans l’ obligation de payer les impôts qui ont été décidé pour financer (ou essayer de financer ! ) ce budget. C’ est pourquoi, puisque je suis contraint de participer à ce budget, je garde le sentiment que si certains en sont dispensés, je vais, et vous aussi, devoir payer un peu plus encore pour compenser.
                    Et pour reprendre vos arguments sur l’ illégitimité, si moi j’ estime que la fortune d’ Apple est indue, par exemple à cause de ce système d’ évaporation fiscale, puis je dévaliser un AppStore ? Et si votre voisin pense qu’ il est injuste que sa fortune soit inférieure à la votre, alors qu’il se trouve plus méritant, peut il vous braquer ?

                    • Donc, la majorite donnerait pour vous la legitimite a n’importe quelle loi?

                      Dites-moi, supposons que vous etes une bande de pote au ski. Sur les 10, 6 decident de faire la descente tout nu apres la fermeture des pistes. Vous trouvez ca stupide et dangereux et vous n’avez pas envie. Vous sentez vous OBLIGE de les suivre dans leur delire?

                    • Non la démocratie ne rend pas tout ce qu’elle touche légitime. la démocratie n’est pas une sorte d’incantation magique transformant le mal en bien l’injuste en juste. l’état démocratique, les lois qui en sont issu doivent à chaque instant être remises en cause par les seules vrai juge de la légitimité : les individus. Et si un seul de ces individus estime une loi comme illégitime c’est non seulement son droit mais son devoir de la combattre quitte à utiliser des moyens « illégaux » car, l’état disposant du monopole de la violence et s’arrogeant cette fameuse légitimité automatiquement il sera difficile, voir impossible de faire valoir son droit. De fait, essayer d’échapper à l’impôts est non seulement légitime mais moralement honorable car nul ne peut contester une victime le droit de se défendre et c’est bien de cela qu’il s’agit malgré toutes les pirouettes linguistiques que l’on peut imaginer (contrat social, consentement implicte à l’impôts…).

                    • « Vous estimez ces dépenses illégitimes, alors il faut changer de gouvernants. Dans une démocratie, ce qui a été voté et décidé est par essence légitime, même si c’est stupide.  »

                      Donc c’est parfait, Si 51% des francais décident de de mettre une minorité dans des camps d’extermination (les roms c’est à la mode en ce moment), alors c’est légitime… Ouais! Super Taxbo! Merci pour cette belle lecon de cretinisme démocratique….

                      « Donc, quand nos élus votent un budget, il devient légitime, et je me retrouve dans l’ obligation de payer les impôts qui ont été décidé pour financer (ou essayer de financer ! ) ce budget. »

                      C’est génial alors: Je me fais élire avecla promesse de ne pas augmenter les impots et une fois au pouvoir, si je décrète le communisme et la taxation totale, c’est légitime! Ouais encore une belle lecon de démocratie de la part de Taxbo. La propriété privée? Pui ben elle existe jusqu’à ce que des armées de taxbo armés d’un bulletin de vote décident que ma maison en m’appartient pas. Quand ils décideront que ma femme doit se prostituer gratuitement pour eux, j’imagine que je devrais leur demander s’ils sont plus que 50% de la population à vouloir la passer dans un gangbang… Mais si ca peut permettre de réduire les frais de fonctionnement des bandes de DSK qui peuplent nos assemblées, j’imagine que ca se justifie moralement. Et puis quoi, c’est pas normal que vous payez votre part et pas femme après tout!

                      « Et pour reprendre vos arguments sur l’ illégitimité, si moi j’ estime que la fortune d’ Apple est indue, par exemple à cause de ce système d’ évaporation fiscale, puis je dévaliser un AppStore ? »

                      Ben selon votre définition de la démocratie, oui vous le pouvez, si vous etes plus de 50% de la population à le vouloir. C’est marrant que vous essayez de tirer cette ficelle après avoir justement clairement expliqué que la propriété doit s’effacer devant les bulletins de vote.

                      « Et si votre voisin pense qu’ il est injuste que sa fortune soit inférieure à la votre, alors qu’il se trouve plus méritant, peut il vous braquer ? »

                      Toujours selons vous meme, OUI, il suffit que la majorité de la population partage votre cupidité.

                      Pour résumer, nous autres libéraux estimons que chacun est propriétaire légitime de ce qu’il produit, peu importe ce que des armées de concupiscents dans votre genre en pensent, et qu’il est normal de penser que ces propriétaires légitimes fassent tout ce qu’il peuvent pour garder le fruit de leur travail et le numéraire qu’ils ont pacifiquement échange contre ces richesses produits.
                      De votre coté vous pensez que cette légitimité de la propriété n’existe que tant que le nombre n’en décide pas autrement.

                    • « Vous estimez ces dépenses illégitimes » : non, je n’estime rien ; elles sont illégitimes sans avoir besoin de mon jugement ou du vôtre. « si moi j’ estime » : ça ne marche pas comme ça. « Moi je » ne décide pas, seul dans son coin, de ce qui est légitime ou non.

                      Vous semblez confondre légalité et légitimité. Finalement, vous jugez légitime ce qui est légal, à condition que ce qui a été décidé l’ait été sous régime démocratique. Mais c’est une erreur. La démocratie ne suffit pas à rendre légitime ce qui ne l’est pas. Sans la morale, la démocratie n’est rien.

                    • Mitch: « Donc c’est parfait, Si 51% des francais décident de de mettre une minorité dans des camps d’extermination (les roms c’est à la mode en ce moment), alors c’est légitime… Ouais! Super »

                      Il faut arrêter avec ce genre d’auto-goal. Dans un pays ou le libéralisme ne représente rien ça ne va pas aider à ce que des gens vous trouvent crédible. (On ce demande si ce n’est pas lié d’ailleurs?)

                      La France n’est pas une démocratie, personne n’a voté les 10’500 lois et deuxièmement la démocratie fonctionne dans la limite du droit et de la constitution, on ne peut pas voter l’extermination des ROMS.
                      Ensuite l’argument est complètement en dehors des réalités, les exterminations sont toujours décrétées par quelques élus qui ont tous les pouvoirs comme en France.

                      Pour finir les VRAIS démocratie participative (ou le citoyen vote les lois au contraire de la France ou 3 péteux issus DE l’état votent les lois faites POUR l’état) vont infiniment mieux, sont plus libérale et personne n’y extermine les roms évidemment.

                      CLASSEMENT DEMOCRATIE VS LIBERTE
                      ———————————————————
                      Indice de démocratie vs liberté économique

                      Démocratie participative (« Démocratie » )
                      1-Norvège – Classement liberté économique: 32eme – Dette: 33%
                      2-Islande – Classement liberté économique: 23eme – Dette: 99% (crise bancaire)
                      3-Danemark – Classement liberté économique: 10eme – Dette: 46%
                      4-Suède – Classement liberté économique: 20eme – Dette 37%
                      5-Nouvelle-Zélande – Classement liberté économique: 5eme – Dette: 25%
                      6-Australie – Classement liberté économique: 3eme – Dette: 22%
                      7-Suisse – Classement liberté économique: 4eme – Dette 40%
                      8-Canada – Classement liberté économique: 6eme – Dette 48%
                      9-Finlande – Classement liberté économique: 19eme – Dette 38%



                      Démocratie représentative (« oligarchie de connivence » )
                      29-France – Classement liberté économique: 70eme (« Modérément libre » )

        • il y a differentes methodes de transfer pricing. par exemple, une filiale peut facturer un bien ou un service plus (ou moins) cher qu’elle ne l’aurait autrement fait si elle paie moins (ou plus) de taxe que l’autre filiale.

          C’est une pratique qui est presque naturelle pour une multinationale: pourquoi facturer plus (ou moins) cher une transaction inter-filiales si ca veut dire moins de profits apres taxe pour le groupe?

          Le but d’une entreprise etant de maximiser le profits apres impots de ses actionnaires (dans le respect de la loi), il serait immoral, et ce serait une escroquerie, si les entreprises ne pratiquaient pas l’optimisation fiscale. L’Etat decide des regles, a lui de s’assurer qu’elles ne peuvent pas etre contournees legalement. Il s’appercevra alors que si on retire cette possibilite aux entreprises, elles delocaliseront une partie de l’activite dans des pays plus acceuillants fiscalement, et la perte de revenus pour l’Etat sera d’autant plus grande.

          L’immoralite est du cote de ceux qui creent les regles stupides qui entravent l’economie et qui favorisent les multinationales seules capables de les contourner legalement.

          • Je comprends bien vos arguments sur la nécessité d’ une optimisation fiscale, et que les États doivent être prudent sur les réglementations qu’ ils mettent en place. Mais il me semble que ces multinationales ont, en Europe, la nécessité d’ avoir une présence au sein du marché commun. Ensuite, il est normal que les différents pays européens cherchent à les attirer. Mais si ces pays se mettaient d’ accord sur des limites raisonnables, afin d’ éviter que cette optimisation tende vers le zéro impôt, on éviterait la délocalisation de l’ activité, tout en prélevant un impôt raisonnable. Ce qui crée, comme vous le souligner, un situation de faveur pour les grosses multinationales, et donc pénalise leurs plus petits concurrents
            Enfin, je vous rejoins entièrement sur l’ immoralité, qui ne peut se trouver que du côté de celui qui fait la loi, et non de celui qui l’ utilise.

            • le taux d’imposoition sur les societes au Luxembourg est de 20% a 22%, selon les benefices.

              il est superieur ou similaire aux taux de la Bulgarie, Chypre, la Croatie, le Danemark, la Grece, la Hongrie, l’Irlande, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, le Portugal, la Republique Tcheque, la Roumanie, le Royaume Uni, la Slovaquie, la Slovenie, la Suede: soit 17 autres pays de l’UE.

              et bien loin de 0, ce qui serait une tres bon taux rien ne justifie que les entreprises paient des impots. seuls les individus auxquelles elles appartiennent devraient en payer.

              • Seuls l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la France, l’Italie et Malte ont un taux superieur a 25 pour cent. La moyenne de ces pays est superieure a 30 pour cent, contre un peu plus de 20 pourcent pour
                le reste de l’UE.

                Donc si il doit y avoir harmonisation c’est plutot a la France de baisser son taux, donc on est mal places pour critiquer la fiscalite du Luxembourg etant donne que c’est plutot la notre qui est hors norme.

                • C’est le taux officiel, que vous m’ annoncez. Ce qui mis en cause actuellement, ce sont les taux négociés. .qui existent aussi en France !

                  • les Etats chercheront toujours a attire sur leur sol les multinationales, qui creent des milliers d’emplois bien remuneres (voir Arcelor-Mittal a Luxembourg par exemple). Meme si la fiscalite etait harmonisee, meme si il etait illegal en Europe d’imposer une entreprise a un taux inferieur a X%, il y aura toujours une lutte entre pays pour attirer le siege sociale d’une entreprise, ou ses centres de production.

                    la seule solution, c’est interdire le socialisme (Cavaignac TM), c’est a dire limiter legalement tout les Etats d’europe a leurs fonctions regaliennes, leur interdire toute intervention dans l’economie.

        • Essayer de ses soustraire à la rapine de l’état est une attitude hautement morale

        • Propos simplement abusif. Leur rôle n’est pas creuser votre déficit : les socialistes y arrivent très bien tout seul.

    • taxbo: « Par contre, il n’ est pas normal qu’ une multinationale qui pèse plusieurs dizaines de milliards d’ euros puisse localiser ses bénéfices au Luxembourg »

      Et pourquoi pas ?
      Aucune entreprise ne paie d’impôts, ce sont les clients qui les paient, les salariés et la non croissance, le non investissement, le non emploi qui les paient.

      Les sous des ces impôts « manquant » vont directement dans votre poche de client. Alors que l’état n’a jamais cessé de grossir, de couter plus cher pour moins de services rendu, ces multinationales optimisent leur couts et vous donnent l’argent directement et créent de l’emploi.

      Les 40’000 euro que vos enfants doivent à l’état et la retraite misérable que vous allez toucher ce n’est pas l’œuvre des multinationales (des états s’en sortent parfaitement avec 40% de moins d’impôts) et le budget est monstrueux, ce n’est pas les impôts des multinationales qui lui manquent mais l’incurie.

      La SEULE idée juste qu’a eu Montebourg dans sa vie c’est quand il a dit que Free avait fait plus pour le pouvoir d’achat des français que n’importe quel politique.

      Free dont le président vient de dire qu’il ne payait pas beaucoup d’impôts… (copinage imho mais bon)

      • Aucune entreprise ne paie d’ impôt ? Si, un impôt sur les bénéfices, qui est l’ équivalent de l’ impôt sur le revenu. Après, vous estimez sans doute que ce que paie l’ entreprise est au final payé par le consommateur, c’ est fort possible. Mais ce qui sort de France pour ne plus y revenir (l’ évasion fiscale) est aussi payé par le consommateur français, et ne risque pas de lui bénéficier au final.

        • L’impôt sur les bénéfices n’est pas l’équivalent de l’impôt sur le revenu.
          C’est l’impôt payé par les actionnaires sur les dividendes qui représente cet équivalent.

        • taxbo: « Mais ce qui sort de France pour ne plus y revenir (l’ évasion fiscale) est aussi payé par le consommateur français, et ne risque pas de lui bénéficier au final. »

          Oui ça c’est ce qui est écrit dans les médias.
          Les journalistes sont subventionnés à mort et paient 2% de TVA. Leur salaire vient de l’état et vous voulez qu’il vous informent en toute indépendance sur les revenus et la place de l’état ? :mrgreen:
          Pourquoi pas une étude de Monsanto sur les effets du BT à ce compte… ?

          Je suis boulanger, à 30% de taxes je fais mon pain moins cher, je gagne du marché et j’engage 5 personnes.
          -Bénéfice net: 5 places de travail (moins de social à dépenser), gain des consommateur sur chaque baguette, économie plus dynamique, gens plus riches, l’économie croit.

          -Je paie 50% de taxes, je fait la baguette plus cher, je n’ai plus que 2 employés, 2 autres sont au chômage. L’activité économique ralenti, les consommateurs sont moins riches, il faut plus d’argent pour payer les gens en difficulté. L’activité économique est moyenne.

          -Je paie 65% de taxes (la France)…. et voila…. Les entreprises Françaises sont celles qui on le plus bas taux de marge.

          Comment ça marche: plus l’état est gros, plus il coute et pèse sur la société de production, moins elle est performante, moins elle embauche, paie les salariés plus il y a de gens en difficultés, plus il faut d’état pour compenser, plus il coute etc. etc.

          La boucle est bouclée ! Pas une seul fois l’état n’a signé un budget positif depuis 1974, en 2015 il va dépenser 154 milliards de trop (35% du budget) les entreprises ont le taux de marge le plus faible d’Europe, l’état a grossi de 3% en moyenne chaque année… il occupe maintenant quasi les 2/3 de la société. (1/3 d’un village peut payer 2/3 ? depuis quand ?)

          Je ne sais pas ce qu’il ont réussi à vous faire croire pour que vous confondiez à ce point les caisses de l’état et vos propres poches !???

          • Je ne confond rien du tout. Et je suis parfaitement d’ accord que votre boulanger surtaxé, et ses clients aussi, a une activité au ralenti. C’est juste que je ne vois pas en quoi permettre le transfert de bénéfices de multinationales au Luxembourg va régler les problèmes de votre boulanger.
            Je vous rappelle aussi que ce problème ne concerne pas que la France, même si l’ État français est effectivement obèse, mais les autres pays européens, ainsi que les américains, sont aussi concernés.

            • Gageons que si il n’y avait pas de pays comme le Luxembourg la France ne serait pas à 57% de niveau de dépense mais 70 ou 80%. le Luxembourg joue le rôle déterminant de frein à la gabegie française (et d’autre). Rien que pour cela je lui en suis infiniment reconnaissant. De plus vous écrivez plus haut que l’argent que ne verse pas les sociétés à l’état français doivent être payés par d’autre. Croyez vous vraiment que si demain ce même sociétés payaient ces impôts les votre diminueraient? bien sur que non! nos « élites » trouveraient en un 1/4 de secondes 1000 et une idées foireuses pour dépenser ces sommes illico. Elles tomberont comme le reste dans le tonneau de danaïdes pour y disparaître à tout jamais. Je préfère infiniment que ces multinationales gardent cette argent et le fasse fructifier pour le plus grand bien de l’humanité plutôt que de servir à faire vivre quelques milliers de fonctionnaires supplémentaires.

            • Comparons ce qui est comparable:
              Apple fait 3.5 milliards de chiffre d’affaire en France, admettons des marges énormes de 50% et 30% d’impôts dessus, ça fait 525 millions. (chiffre irréaliste, ce serait bien plus bas)

              L’état claque va claquer 154 milliards de trop en 2015 ! La France redresserait ses comptes de 0.34% !!!!

              Et à cela s’ajoutera le deuxième effet kiss-cool: Tous les produits des multinationales seraient plus chers en France pour payer ces impôts. Les citoyens seraient plus pauvres et ça couterais encore plus en social.

              taxbo : « même si l’ État français est effectivement obèse, mais les autres pays européens, ainsi que les américains, sont aussi concernés. »

              Vous croyez que les politiciens des états surendettés vont dire « okay, on est vraiment des merdes, on ne sait pas gérer un pays on a acheté vos votes avec de l’endettement » ? ou plutôt des trucs comme « c’est la faute à la crise » « a l’euro » , »l’Allemagne », « les multinationales », « la mondialisation » etc. etc.

    • Votre raisonnement ne tient pas. Si on le poursuit alors une société dont le siège social est à paris devrait verser une parti de ses impôts dans toute s commune ou il réalise un chiffre d’affaire ce qui est totalement ridicule.

        • Pas tant que ça. Ce que récolte l’ Etat français, bénéficiera aussi à Paris. Ce que récolte le Luxembourg, ou Apple, par contre…

          • Le fait que le Luxembourg ou Apple contribuent à la ruine des Obèses ne nuit pas aux populations. Au contraire, la libération des populations de la sujétion des Obèses s’en trouve accélérée. Vive le Luxembourg ! Vive Apple !

            • Cavaignac@ vous avez tout à fait raison, plus il peut y avoir d’évasion fiscale, plus cela tend à réduire l’obésité sans limite de l’Etat par ses fonctionnaires et élus. Malheureusement, l’échange automatique d’information entre toutes les banques et organismes financiers de tous le pays de la planète sur la détention de comptes à l’étranger à partir du 1er janvier 2017 aura l’effet de faire disparaitre cet contre pouvoir et bonjour la taxe et la police répressive et les méchants qui ne payaient pas leurs impôts, tous leurs impôts dans leur pays d’origine et là bonjour le lynchage médiatique, mais nous connaitrons à partir de ce moment des heures sombres du Big Brother, cela ressemblera à des films de science fiction que nous avons pu voir mais il y a déjà eu 1984 qui était déjà suffisamment édifiant. 2017 sera le commencement d’un futur redoutable avec le chômage mais aussi l’appauvrissement de tous car on ne s’enrichi pas tous avec des taxes et une prolifération de fonctionnaires avec leurs réglementations sur le secteur privé qui faut ensuite appliquer. Pensez donc qu’aujourd’hui, 57 % du PIB français c’est la dépense publique et que 43 % c’est la création seule de richesses, cela veut dire que nous dépensons 133 % de ce que nous créons comme richesse, d’où les déficits, d’où la dette. Jusqu’où ?

              • « 57 % du PIB français c’est la dépense publique et que 43 % c’est la création seule de richesses »

                La création de richesses, c’est 100%. L’Obèse vole 57% pour mener ses petites affaires louches. Dans son immense bonté, il nous laisse quand même jouir directement des 43% restants. Ceci dit, pour un quidam comme vous et moi, le prélèvement est en réalité bien plus important, de l’ordre de 70%. De l’argent de poche, en somme…

          • Pensez vous que les entreprises Francaises qui ont des activités au Luxembourg devraient verser une partie de leur IS au Luxembourg pour le business qu’ils réalisent la bas?

  • les mafieux qui composent nos administrations hyper pléthoriques sont prêts a tout , pour continuer a pouvoir se goinfrer , sur le dos du peuple , aidés en cela par des journaux et journalistes embrayages, et subventionnés par ce même peuple .

  • arrivé a un certain point , j’ai préféré saborder le navire et fonctionner autrement . il faut faire crever la bête immonde .

    • Tant que les marchés lui prêteront à des taux très bas la bête immonde survivra..

      • Les marchés??? les banques ne sont que des succursales étatiques, ces mafieux s’entendent comme larrons en foire pour tondre la population. Les banques prêtes au états en contreparties les états les renfloues quand elle sont en difficultés, elle est pas belle la vie!!

        • Laurent@ vous faites une erreur. Les banques ne financent pas la dette de l’Etat c’est l’épargne des particuliers principalement le fonds euro des compagnies d’assurance françaises ainsi que les OPCVM gérés par les organismes financiers français et étrangers. L’article 103 du Traité de Lisbonne interdit tout financement de l’Etat et de ses administrations par le système bancaire dans toute la zone euro.
          Bonne journée

          • L’Agence France Trésor (AFT) est l’institution chargée de lever les fonds pour le compte de l’Etat. Dans cette tâche herculéenne, parfois dionysiaque, elle est assistée par les spécialistes en valeurs du Trésor (SVT), établissements bancaires autorisés à participer aux adjudications de dette de l’Obèse et contreparties privilégiées de l’AFT. Les principaux SVT :
            BNP Paribas
            Société Générale
            Crédit Agricole
            Natixis
            Barclays
            HSBC
            Morgan Stanley
            Bank of America – Merrill Lynch
            Citigroup

            Voir http://www.aft.gouv.fr/rubriques/les-svt_83.html

            « L’article 103 du Traité de Lisbonne interdit tout financement de l’Etat et de ses administrations par le système bancaire » ???

            Voir https://www.ecb.europa.eu/ecb/tasks/html/index.fr.html

            Voir http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX:12012E/TXT&from=EN

            Article 123 du TFUE
            (ex-article 101 TCE)
            1. Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées « banques centrales nationales », d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l’Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres; l’acquisition directe, auprès d’eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite.
            2. Le paragraphe 1 ne s’applique pas aux établissements publics de crédit qui, dans le cadre de la mise à disposition de liquidités par les banques centrales, bénéficient, de la part des banques centrales nationales et de la Banque centrale européenne, du même traitement que les établissements privés de crédit.

  • Comme toujours, vous regardez le monde avec pour seul bagage le mot « libéral », ce qui transforme vos essais d’écriture en une critique permanente de tout, opposant éternel à tout, posture pratique qui vous dispense de toute réflexion.
    Vous avez peur et votre seul refuge est celui d’un libéralisme à géométrie variable.

    • « …opposant éternel à tout,… »

      On s’oppose juste à ce qu’on vienne fouiller dans notre slip, pas toi ?

    • Comme toujours, vous regardez le monde avec pour seul bagage le mot « socialisme », ce qui transforme vos essais d’écriture en une critique permanente de tout, opposant éternel à tout, posture pratique qui vous dispense de toute réflexion.
      Vous avez peur et votre seul refuge est celui d’un socialisme à géométrie variable

    • paltock: « opposant éternel à tout, posture pratique qui vous dispense de toute réflexion. »

      La vraie réalité c’est que les pays libéraux sont infiniment plus riche que les autres avec des populations et des pays qui vont bien mieux y compris socialement. Nous on sait pourquoi avec des tas de données économiques et des tas de savoirs accumulés depuis des siècles.

      Vous, vous n’avez que quelques slogans émis par des élus et des journalistes payés par l’état.

  • Le collectivisme generalisé est la calamité du 21ème siècle.

  • Au dela du debat (fonde) du role, obligations et devoir de l’etat, personne ne s’interroge sur l’influence mortifere de toutes ces lois mal torchees sur le marche. Vendre du cafe? Vous allez y laisser 60% en taxes et cotisations. Starbucks rigole. Des livres? Amazon se fend une cote. Un journal? Idem. Ce n’est que quand l’economie digitale permet de sortir des carcans nationnaux (uber, airbb) qu’au regard du grand public, ce paradoxe explose. Aujourd’hui Je ne pretends pas connaitre la solution. Force est de constater qu’a partir d’une taille critique, les grosses entreprises faussent le marche et detruisent leur concurrence. En cela elles be different pas tellement de l’etat que vous denoncez, et le consomateur est a terme perdant.

    • Amazon aussi rigole avec son centime d’euro pour l’expédition des livres. Nos politocards, quand ils ont voulu les brider, se sont bien faits avoir. Et moi aussi je rigole.

    • Les entreprises s’adaptent à leur environnement, tu veux quoi au juste ? Qu’elles se laissent couler ?

    • Si l’état ne met pas de barrières à l’entrée sur un marché, il n’y a pas de monopoles privés qui puissent durer.
      Lorsqu’un marché dégage beaucoup de profit, les concurrents apparaissent.

      Exemple: Imaginez vous à l’époque de la bougie, imaginez un entrepreneur qui ai acheté la totalité de la cire produite.
      Il est heureux de faire de gros profits, il ne voit pas de nuages à l’horizon.
      Puis apparaît l’électricité et l’ampoule … il n’a plus qu’a brader sa cire : le consommateur est gagnant.

    • « Aujourd’hui Je ne pretends pas connaitre la solution. »

      Sans oxygène on ne pourrait pas vivre. L’état ou les collectivités n’y sont pour rien dans la présence d’oxygène, ils ne la taxent pas.

      Remplacer « oxygène » par « entreprises » dans la phrase ci-dessus.

      Qu’une entreprise accumule des centaines de Mds de bénéfices on devrait se vanter de sa bonne santé.
      Mais tant que cet argent n’est pas distribué il n’y a aucune raison de le taxer, surtout au profit de quelqu’un qui n’a pas participé.

      Si un pays veut être attractif et rester en bonne santé il doiy taxer au minimum ses entreprises, voire zéro. La seule chose qu’utilise les entreprises dans un pays ce sont les salariés formés et les infrastructures.

      En france les infrastructures coûtent 15Mds par an et sont largement payées par la TIPP.
      En france l’instruction est largement payé (5 fois) par les salariés et les consommateurs.

      What else ?

      (Je rappelle que comme l’état est infoutu d’assurer la sécurité de la propriété, toutes les entreprises doivent faire appel à une société de gardiennage.)

  • « Les vraies questions à se poser sont des questions de légitimité, et on peut compter sur nos journalistes et politiciens pour ne pas les poser. »

    Pire, ils oeuvrent, parmi les autres obésuféraires, pour que les citoyens ne soient plus en mesure de se poser la question de la légitimité, soit par lavage de cerveau, soit par contrainte directe.

  • Parce que vous croyez vraiment à un sursaut de civisme de la part des multinationales et de tous les privilégiés de la caste politique ???
    Alors vous rêvez !!!!
    Mieux vaut augmenter le chômage, la tonte des PME et des artisans (qui eux fournissent effectivement du travail) que de toucher à un seul cheveu d’un honorable et très dévoué (à sa cause) homme politique ou député ou sénateur ou haut fonctionnaire ou rentier des banques … Il faut être raisonnable … Voyons !!!!

    D’ailleurs il devient de plus en plus évident que la politique suivie depuis au moins 7 ans est la bonne et la seule et unique voie à suivre: étrangler les citoyens de ce pays et les PME et artisans cela permet de redresser d’une façon magistrale les comptes.

    N’avez vous pas remarqué que grâce à ces mesures drastiques le déficit de la nation a baissé, que la dette est en train de se résorber et que le pouvoir d’achat du citoyen lambda est en croissance exponentielle, que le chômage est enfin en baisse, que nos politiques jubilent devant autant de merveilleux et inattendus résultats dus à leur seul incommensurable génie politique …

    Continuons donc à foncier tête baissée dans le mur … C’est la solution évidente.

    Et un grand merci pour autant de dévouement et de preuves d’humanisme

    • Une histoire similaire à votre exemple est arrivée pour de bon à ce pauvre Malthus qui a investi sa fortune dans le papier et s’est retrouvé ruiné quand le coût de fabrication du papier s’est effondré. Sa ruine l’a poussé à développer ses thèses haineuses envers l’humanité, thèses que les criminels verts tentent d’appliquer au monde d’aujourd’hui.

    • tintincan: « un sursaut de civisme »

      Qu’entendez vous par « civisme » ? Payer les privilégiés d’un système étatique cancéreux ?

      Tout le monde achète chez amazon parce que les prix y sont plus bas, ils sont plus bas parce que les voleurs de l’état ne peuvent le racketter= les citoyens y gagnent. (pour une fois)

  • Merci pour cette excellente analyse.
    Nous constatons, jour après jour, que les citoyens ont donné le pouvoir aux parasites.
    Parasites de toute la France, soyons solidaires et défendons nos privilèges, n’hésitons pas à nous servir dans les caisses de l’Etat, puisque c’est gratuit. C’est votre président qui vous le dit.

  • Tout politique, à tout échelon, devrait recopier ce texte 10 fois !

    Bravo !

  • Pfew. Je clarifie: je ne pense pas que les taxes soient une bonne chose, point. Juste le constat que le foutoir actuel laisse encore moins sa chance a un entrepreneur qui sera tondu. A contrario, une grosse entreprise peut y echapper. C’est tout. Il n’y a la aucune malice et encore moins de l’envie. Et non Je ne vois pas la solution a cette distortion du marche. En revanche, il faudrait peut être cesser de faire des proces d’intention, on se croirait sur un forum integristre socialiste. Desole du pleonasme.

  • Decidement vous etes fache avec la courtoisie. Vous vous mepreprenez de surcroit et me faites encore un proces d’intention. Je hais l’etat, me mets au garde-a-vous des que vous dites Margaret, et bien sur, passe mon temps libre a ecrabouiller les chatons contre le mur. Vous devriez essayer, ca calme les nerfs et ferait des vacances a votre clavier.

  • Llrym: vous faites confusion, je ne parle pas de civisme?
    F. bastiat: c’est exactement ca. Les lois mal torchees par des minables incultes en economie et completement inconscients de la competition mondiale ont cet effet pervers de distortion EN PLUS.

    • Llrym: « vous faites confusion, je ne parle pas de civisme? »

      Mauvaise quote, c’était Marc qui avait dit ça. (cf: plus haut)
      Mais moi c’est « Ilmryn » et pas du tout « Llrym » 😉

  • Bref, tout le monde est d’accord sur l’article? Parce que, en fin de compte, c’est un eclairage plutot rare dans les medias francais, domines, c’est bien vrai, par des pouffiasses subventionnees. C’est sur ce terrain que Margaret (garde-a-vous) a gagne, et accessoirement, sauve la perfide de la ruine. Ce qui me deprime, c’est qu’elle a commence 12 ans avant d’être prime minister. En France, rien a l’horizon. Notre prochain president sera le meme que maintenant. Status quo. Protection du clerge. Corruption totale.

  • Dans la même veine pour les syndicats : Mais où est donc passé la Rapport Perruchot qui a été rejeté le 30 novembre 2011, fait exceptionnel sous la Ve République (Président N Sarkozy, mais il revient), entraînant sa non-publication. Nicolas Perruchot estime que le sujet a été jugé « trop sensible à six mois de la présidentielle ».

    La déduction fiscale de 66 % de la cotisation syndicale, dans la limite de 1 % du revenu brut imposable relevant de la catégorie des traitements, salaires, pensions et rentes viagères à titre gratuit. Ce qui veut dire que le contribuable qui cotise ne débourse que 34 %, alors que l’ensemble des contribuables cotisent de force les 66 % restants. Comment appeler cela autrement qu’un vaste détournement fiscal, de plus organisé par l’Etat lui-même, enfin ce que l’on nome la démocratie représentative. I
    l a été déclaré 233 335 156 € de cotisations déductibles en 2012 (cf. impots.gouv)

  • Trouvé ce commentaire sur internet :

    Depuis 2006 Juncker a demandé régulièrement une discussion sur la fiscalité, mais sur une fiscalité complète, de A à Z. A chaque fois ce sont les mêmes qui ne voulaient pas, l’Allemagne, l’Angleterre, la France et l’Italie. Tous voulaient une discussion mais seulement sur quelques point précis et non pas sur la fiscalité complète. Si aujourd’hui nous en sommes arrivés là ce n’est pas la faute d’un seul mais tout le monde devrait se demander où se trouvent les torts et combien il est impliqué lui même!

    Les politiciens braillent, c’est bien tout ce qu’il savent faire 🙁

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robert Guiscard.

Le Club de l'économie du Monde se propose de faire débattre décideurs et "experts" sur les grandes mutations économiques. Quels traits constitutifs se dégagent de leur Cité idéale ?

Trois aspects semblent se dessiner : la souveraineté européenne et numérique, la transition écologique et enfin des conceptions économiques originales sur la dette, l’inflation ou la dépense publique que je regroupe sous le terme de nouveaux économistes.

Malheurs de la souveraineté : l'autarcie et la citadelle assiégée

Sur... Poursuivre la lecture

le monde bitcoin
0
Sauvegarder cet article

Par Elie Blanc.

Dans un récent article paru dans le journal Le Monde, le bitcoin était une nouvelle fois attaqué par Jean-Michel Servet et Nicolas Dufrêne. Malheureusement, si certaines critiques sont tout à fait audibles au sujet de la reine des cryptomonnaies, les reproches qui lui étaient adressés ici sont une fois de plus très discutables.

Reprenons donc quelques-unes de ces critiques pour montrer dans quelle mesure elles sont infondées.

Le bitcoin est une menace pour le système monétaire et financier et pour les citoyen... Poursuivre la lecture

Par Jean Kircher.

Patron de deux PME, l’une en France et l’autre au Luxembourg, je cherche en vain de quelle façon mon entreprise française pourrait devenir une start-up performante !

Parlons coût du salaire d’un cadre moyen que je déplace du Luxembourg vers la France tout en lui assurant le même revenu net.

Le Luxembourg est peut-être un paradis fiscal, surtout pour les 15 000 portefeuilles français qui y sont logés mais il est sûrement un paradis social. Il y a certes 2,5 fois plus d’inspecteurs du travail qu’ailleurs ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles