Centristes : l’approche ratée de Manuel Valls

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Manuel Valls en juin 2014 (Crédits : Parti Socialiste, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Centristes : l’approche ratée de Manuel Valls

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 5 novembre 2014
- A +

Par Le Parisien Libéral.

Manuel Valls en juin 2014 (Crédits Philippe Grangeaud Parti Socialiste, licence Creative Commons)

En général, quand quelqu’un est en train de se noyer, on ne rejette pas son bras qui tente de s’agripper au canot de sauvetage. On tend sa main vers la sienne, afin de le hisser à bord. Alors, faut-il se réjouir du fait que, bien que François Hollande et Manuel Valls fassent de l’œil aux centristes en leur proposant une « alliance des progressistes », le Modem et l’UDI lui signifient une fin de non recevoir ?

Eh bien oui !

Les centristes ont raison de ne pas vouloir s’associer à un François Hollande et à un Manuel Valls en perdition, et ce pour des raisons de forme aussi bien que de fond. Elles portent sur la personnalité et le bilan de François Hollande et Manuel Valls aussi bien que sur l’opportunité de s’allier à une gauche dont elle prouve tous les jours qu’elle coule et qu’elle entraîne le pays dans son sillage.

Hollande est en permanence dans le flou

François Hollande est passé du statut de député de la première circonscription de la Corrèze et président du conseil général de la Corrèze à celui de président de la République grâce à trois éléments :

  • l’explosion en vol de Dominique Strauss-Kahn,
  • les mensonges de François Hollande durant la campagne (ce qui ne veut pas dire que le programme de Sarkozy était valable),
  • la coalition de votes et de soutiens aux intérêts pourtant divergents : le Parti Socialiste, les communistes et les écolos, et Bayrou.

Sur ce dernier point, ne nous trompons pas. Hollande a rendu hommage au communisme, un système qui a pourtant généré 100 millions de morts. Question : comment des centristes, donc attachés à la démocratie libérale, au fédéralisme européen, à la libre entreprise et aux quatre libertés fondamentales de l’UE, pourraient gouverner avec une personne assez cynique pour rendre hommage au communisme ? Que Bayrou ait trahi les valeurs de sa famille politique ne change rien à l’affaire. Ce faisant, le maire de Pau s’est exclu du centre, qui s’est reconstruit autour de l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI), clairement anti-socialiste. Il n’aura fallu que l’erreur du retour de Bayrou à l’occasion des Européennes pour laisser croire que le Modem existe encore. Valls, fin connaisseur de la vie politique du pays, ne peut ignorer cela.

Le PS est républicain, pas démocrate

Contrepoints-Le-Honzec-valls-ultraliberalToujours au niveau des valeurs, Manuel Valls prouve, jour après jour, qu’il ne partage en rien les valeurs centristes. Ne cesse-t-il pas de répéter que son objectif est de défendre la République, y compris au détriment, s’il le faut, de la démocratie ? Où est le respect de la séparation des pouvoirs ? L’esprit de Montesquieu ne souffle plus à Matignon depuis un moment, mais Manuel Valls a bien fait en sorte qu’il n’y revienne plus.

Et Hollande, quand cela l’arrange, n’affirme-t-il pas que la Commission n’a pas à nous dicter ce que nous avons à faire ? Où est le respect du schéma institutionnel européen que François Hollande, contre l’avis d’une majorité des Français en 2005, y compris au PS, a toujours soutenu ? Tenir de tels propos, contre son avis, mais en ligne avec l’opinion, n’est-ce pas le principe du populisme ?
Enfin, Valls et Hollande, par leurs attaques incessantes contre l’Europe, ne légitiment-ils pas Marine Le Pen, une socialiste cohérente puisque clairement nationaliste ?

Valls est un instable, et change sans arrêt d’avis, comme Hollande

Quel Valls faut-il écouter ? Celui qui déclame sa flamme à la Palestine, ou celui qui énonce son attachement éternel à Israël ? Celui qui dit que la GPA doit être autorisée en France, ou celui qui affirme avec force son opposition à cette pratique ? Celui qui veut affirmer l’autorité de l’État, ou celui qui piétine en public l’autorité de son supérieur hiérarchique, Jean-Marc Ayrault ?

Quel François Hollande faut-il croire ? Celui qui affirme qu’il veut une France apaisée, ou celui qui porte envers et contre tout le mariage pour tous ? Celui qui se dit proche du peuple, ou celui qui dîne chez Laurent et se repose à la Lanterne ? Celui qui affirme que son ennemi c’est la finance, ou celui qui a pour trésorier de campagne un gérant de fonds implanté aux îles Caïmans ?

Hollande a passé dix ans à faire la synthèse entre des gens aussi radicalement différents que Ségolène Royal, Arnaud Montebourg ou Jean-Luc Mélenchon. La seule constance, chez lui, c’est sa recherche du pouvoir.

Soyons quand même précis. Valls et Hollande ne sont pas instables sur tous les sujets. Sur un point précis, ils poursuivent une route précise, route d’ailleurs privilégiée par 99% de la classe politique française : celle du toujours plus d’État, toujours plus de lois.

Pourquoi s’associer à un Premier Ministre et à un Président en situation d’échec ?

Manuel Valls laisse entendre dans les médias que le quinquennat souffre de l’absence des centristes au sein de l’exécutif. C’est faux. Le quinquennat souffre des erreurs d’analyse du PS, qui prouve jour après jour son inaptitude en économie. En 2012 et jusqu’à ce que les frondeurs se réveillent, Hollande avait de quoi mener sa politique : majorité absolue à l’Assemblée Nationale, majorité relative au Sénat, contrôle par le PS des principales villes du pays (Paris, Lyon, Lille, Nantes…), des principaux ministères (Intérieur, Économie, Défense, Affaires étrangères…), des principales collectivités locales (large majorité des régions et départements) et soutien des journalistes.

Ce n’est pas l’absence de centristes au gouvernement qui a abouti à :

  • l’absence d’inversion de la courbe du chômage,
  • la poursuite de plans sociaux comme chez PSA Aulnay sous Bois,
  • l’échec en matière de sécurité (Trocadéro ?),
  • la violente répression de la Manif pour Tous,
  • le bourbier de Notre-Dame-des-Landes,
  • les guerres au Mali, en Centrafrique et en Irak,
  • l’absence de révision des traités européens et le Nein d’Angela Merkel,
  • le vote de nouveaux impôts au lieu de baisser les dépenses,
  • les nombreux scandales internes au PS (Cahuzac, Andrieux, Thévenoud, Kaltenbach, Guérini, Dalongeville, Kucheida…).

Ce sont des décisions de François Hollande ou des faits sur lesquels le PS avait le levier pour agir seul qui ont abouti à cela.

Ce n’est pas la faute des centristes si Hollande a délibérément choisi d’interdire l’espace aérien français à l’avion du président d’un pays contre lequel nous ne sommes pas en guerre. Ce n’est pas la faute des centristes si Valls a choisi de livrer à la justice espagnole une jeune française accusée en Espagne pour des faits non répréhensibles en France.

Il faut que les socialistes assument leurs actes. Apparemment, ce n’est pas leur fort ! Si le PS se sent incapable de gouverner, il sait ce qu’il doit faire : proposer à François Hollande de démissionner, après avoir dissous l’Assemblée Nationale.

En tout cas, voila ce que les centristes doivent demander, sur le plan institutionnel. Après tout, avec leur contre-gouvernement, ne prouvent-ils pas qu’ils sont prêts à gouverner ?


Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Rassurez-moi, la dernière phrase est ironique ?

  • De toute façon aucune alliance n’est possible avec le Catalan, pour une raison très simple : il est non seulement « instable », mais nerveux, autoritaire… Sarkozy (pour une fois) dit une chose très juste : « Il devrait porter des lunettes, il a le regard fuyant »

    Avec Valls, on rentre de plain pieds… dans le domaine du psychiatrique.

    Il faut « quand même » se souvenir lorsque ministre de l’intérieur, il parlait chaque jour (fin 2013)… de Dieudonné, d’une manière totalement hystérique, d’une manière réellement hallucinée.

    Enfin rappelons que Valls ce n’est que de la communication, des coups de mentons et rien d’autre. Aucune substance, et surtout aucune assise populaire.

    Le Catalan c’est la tauromachie politique : les oreilles et la queue, comme disait Frédéric Dard.

    Ajoutons le collant moulant pour la panoplie.

    Il se voit un destin national, il est surtout totalement à côté de ses pompes. Un peu comme un Jupé qui s’imagine pouvoir être « élu ». Fabius en son temps fit la même erreur.

    Le « centre » a compris tout cela… Et ils ne vont surtout pas se compromettre.

  • la volontée des socialo est de rester aux pourvoir pas de s’allier aux centriste ca serait trop leur faire honneur.

    Dés que tous ces partis sont aux pouvoir leur but est d’y rester le plus longtemp possible donc peut importe le reniement peut importe les fait peut importe les francais le but est d’y rester….

    Il n’y aura pas d’homme ou de femme providentielle en 2017 par contre on plongera dans le denie de voir la réalité et la france continuera a sombré.

    L’opposition est si pauvre dans le débat que je crains le pire.

    Il attende tapis dans l’ombre qu’elle honte au lieu de battre le fer, quel preuve de lâcheté et d’impuissance.

    Ça confirme ce qu’on peut lire sur la toile.

  • le ps est un parti sournois dirigé par des individus sournois ; ils font toutes leur saloperies en douce ; je peux vous dire qu’à ce jour , ce parti merdique s’en prend aux travailleurs les moins rémunérés , ceux qui se lèvent tôt ; hollande l’énneme de la finance ? et mon cul , c’est pas du poulet ? je suis bien contente que l’udi et le modem ne se soient pas acoquiner avec le ps , qui est de toute façon en pleine déroute ; qu’il se plante tout seul , une bonne fois pour toute , et que l’on vire tout ce petit monde décidément bien nocif pour la france ;

  • Bayrou était le seul à parler de la dette et de la rigueur budgétaire en 2007, on lui doit bien ça.
    Les centristes arriveraient mieux à gouverner que le PS et l’UMP.

    • Faut pas non plus prendre ses désirs pour des réalités.

      Le « centre » est une fiction. Une de plus.

      Exercice très simple : visualisez Bayrou… et Borloo.

      Maintenant cherchez des associations d’idées : vous penserez à beaucoup de choses, mais certainement pas à « rigueur », « honnêteté », « audace », « imagination », « libéralisme », « baisse d’impôts », « état modeste ».

      Voyez ? 😉

      Ces gens là font partie du sérail. Ils en vivent depuis trop longtemps. Ils sont littéralement cramés, comme tous les autres.

      • J’ai pas dit qu’ils étaient meilleurs mais j’ai dit qu’ils gouverneraient mieux, il y a une nuance 😀 Surtout que c’est pas dur de mieux gouverner que ça vous en conviendrez ^^
        Le centre n’est pas une fiction dans le sens où l’on peut parfaitement avoir des idées de gauche et droite à la fois sur divers sujets, en tant que libéral j’en sais quelque chose ^^

        • Gouverner mieux, pour moi c’est gouverner moins. Et le seul centre qui vaille n’est pas celui qui a aussi bien des idées de gauche que des idées de droite, mais celui qui refuse les conneries de droite et refuse les conneries de gauche sans distinction. Là, du coup, il y aurait des chances que quelques mesures libérales deviennent les seules échappatoires !

    • Absolument pas. Fillon avait fait une sortie autrement plus intéressante. Souvenez vous … « La France est en faillite ».

      J’ajoute : le Béarnais a appelé a voté pour qui en 2012, en le faisant savoir… hum ?

      Pourtant, tout le monde savait. Et lui aussi. Amis ou ennemis, ils connaissaient tout la veulerie, la vacuité de Sans-Dent.

      Bref, indéfendable.

      Le « centre », en France, est une fiction.

      Prétendre que la France aurait besoin d’un gouvernement au « centre » c’est faire fi des défis posés.

      Est-ce que Bayrou et ses amis supprimeraient l’ISF ? Les 35h ? Le Code du travail ? Baisseraient les impôts ?

      A toutes ces questions, la réponse est non, non, non.

      • « La France est en faillite »

        Fillon a « osé » dire ça lors d’un voyage au Japon !

        quel courage !

        Fillon, 5 ans à la tête du gouvernement Sarkoy. Pourquoi faire ? Quel est son bilan ??…………………..

      • « Le « centre », en France, est une fiction »

        absolument !

        dans un pays aussi enfoncé dans le socialisme, le « centre » n’a rien à proposer à part continuer dans la même direction par d’autres moyens.

        quelle rigolade

    • Bayrou a appelé à voter Hollande !

      Bayrou c’est le néant absolu !

      vous souvenez vous qu’il a été ministre de l’éducation nazionale ?………………….

  • Apocryphe Paillard ©
    5 novembre 2014 at 11 h 41 min

    ☺ Bien que probablement ils ne soient pas aussi nombreux j’écris cent-tristes pour centristes ☻

  • Quel charabia cet article.

  • On peut toujours tenter de marier la carpe et le lapin …..
    Quand vous aurez compris que nous tous, Européens et le reste du monde, ne sommes gouvernés QUE par la finance: banques, fonds de pension, agences de notation …. FMI … (la liste est trop longue) vos politiques hexagonaux qu’ils soient de droite, de gauche, du centre des extrêmes (y compris Le Pen) n’ont plus aucun pouvoir autre que celui d’obéir aux injonctions.
    Le style peut changer mais pas le fond.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Denis Dupuy.

J’ai analysé maladroitement la situation en Guadeloupe dans un article récent publié par notre précieux Contrepoints et un commentateur m’a justement reproché ma légèreté. Je passais en revue les inepties gouvernementales, en réaction à une épidémie guère menaçante passé mars 2020.

Je faisais référence à l’opposition métropole/outre-mer et aux pressions syndicales locales sans plus m’attarder. Je voyais la combinaison des deux maux, politique de santé aberrante et particularismes insulaires. Je minimisais les op... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Robert.

Hollande et Macron ont tous deux polarisé la vie politique à leur manière. Comme leur maître Mitterrand, ils ont su casser le jeu politique, le retourner à leur avantage en imposant des règles défavorables à leurs adversaires.

Surtout, ils l’ont fait en s’appuyant sur des ressorts affectifs, au détriment bien sûr de la transparence démocratique. Ils l’ont fait dans un seul but, celui d’accéder au pouvoir suprême.

Une fois installés à l’Élysée, ils ont continué d’abuser de cette technique pour à la fois ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

par h16

Surprise : Bayrou est toujours en vie. Mieux, même : il émarge toujours joyeusement aux frais du contribuable, à l'un de ces postes douillets que les Fromages Républicains Français offrent à foison aux fidèles du pouvoir. Et comme Commissaire Au Plan, le voilà qui s'exprime sur le peuple, la démographie et les retraites.

Et s'il y a bien une chose qu'on peut déduire de ses saillies, c'est que lorsque l'extrême-centre cogne, il cogne extrêmement fort : dans une note transmise à l’Agence France-Presse (AFP), celui qu'on pe... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles