La lâcheté ordinaire et l’apathie de la justice française

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
principe de non agression

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La lâcheté ordinaire et l’apathie de la justice française

Publié le 5 novembre 2014
- A +

En avril dernier, dans le métro lillois, une jeune femme se faisait agresser par un ivrogne. Appelant à l’aide, personne ne vint cependant au secours de la victime qui ne reçut de l’aide qu’une fois sortie du métro. Quelques mois plus tard, une vidéo rebondit sur ce fait divers malheureusement banal.

Le petit film, en compétition pour le Nikon Film Festival, présente l’histoire d’un individu qui sera confronté en tant qu’observateur à une scène de viol dans le wagon qui le mène à la Défense où il a rendez-vous pour un entretien d’embauche. Le film est visible ci-dessous.

Le nombre de vues de cette vidéo grimpant, la presse s’est rapidement emparée du sujet pour revenir, une fois de plus, sur le constat effarant que les gens ont une fâcheuse tendance à ne pas réagir, quelle bande de gros mollassons tout de même, ça et le fait qu’on vit dans une société de plus en plus individualiste, égoïste et ultralibérale, m’ame Ginette, et ils nous détraquent les gens avec leurs vaccins je vous le dis, tout ceci nous conduit vers les heures les plus sombres de notre Histoire et tout le tralala.

Isabelle Quintart, journaliste et réalisatrice de ce court-métrage, l’explique ainsi :

« Cet homme, c’est un « personnage neutre ». Ce n’est ni un salaud, ni un héros. C’est l’incarnation de la lâcheté ordinaire. »

Au passage, on notera que le lâche ordinaire est aussi commodément non-stigmatisant, mais là n’est pas la question, qui est de savoir comment on peut à la fois expliquer l’absence de réactions de ce personnage, et, logiquement, le comportement tout aussi atone des autres voyageurs entourant notre anti-héros. Une fois cette explication trouvée, la presse s’empressera de fournir quelques conseils simples sur la marche à tenir lorsqu’on est soi-même témoin d’une agression.

Bref, le sujet est compris, la question est close puisque les réponses ont été apportées et les évidences s’accumulent : les gens, ces chiffes molles, ne réagissent pas, c’est un scandale, et c’est d’abord parce qu’ils sont mal informés sur ce qu’il faut faire, bien sûr, et ensuite peut-être parce que les villes sont méchamment conçues pour les hommes et pas pour les femmes. D’ailleurs, l’actualité récente corrobore ces évidences

… Ou peut-être pas.

Car oui, la réalité est finalement bien plus complexe que la vidéo, ou, disons, que son interprétation répétée à l’envi dans les douzaines d’articles de presse qui lui sont consacrés : les individus ne sont pas toujours apathiques, et leur réaction dépend en pratique de facteurs assez complexes. Si différentes études montrent bien qu’à mesure que le nombre de témoins d’un acte violent augmente, la responsabilité individuelle se dilue lentement, mais non, elle ne s’évapore pas complètement.

self defense pro tip

Le cas, déjà vieux et pourtant largement documenté, de Kitty Genovese, mérite d’être plus souvent rappelé : en mars 1964, une femme de 28 ans était assassinée alors que, selon la presse de l’époque, plus d’une trentaine de personnes furent témoins, d’une façon ou d’une autre, de son agression. Le nombre de témoins et leur passivité fit, quelques jours plus tard, les gros titres de toute la presse au point de déclencher la rédaction de lois spécifiques. La tension retombée, il s’avéra que le nombre de témoins directs était bien plus faible, que beaucoup avaient agi, de différentes façons, et que l’inaction observée chez certains d’entre eux était due bien plus à un manque d’information sur ce qui se passait vraiment qu’à une apathie inexplicable.

Je pourrais aussi rappeler l’affaire Rossignol, où la sénatrice PS de l’Oise découvrait stupéfaite que personne ne daignait bouger ses fesses pour l’aider alors qu’elle venait de se faire piquer son argent à un distributeur automatique. Ce cas s’agglutinera d’ailleurs assez bien avec d’autres, plus récents, où le témoin, rejetant l’apathie, agit et … se fait inculper, où la victime se rebelle et tue son agresseur pour se retrouver derrière les barreaux. Oui, malheureusement, s’il existe parfois des cas où l’on ne peut que s’étonner de l’absence de réaction des témoins, on trouve aussi des cas où la saine réaction des agressés ou des témoins se termine assez mal pour eux.

S’il on y rajoute les cas, pas toujours médiatisés mais suffisamment nombreux pour finir par faire un petit bruit de fond constant, où les autorités montrent leur totale nullité à gérer des cas de violence et d’agression et montrent à leur tour leur apathie, on comprend que la question de la réponse à apporter à un cas d’agression est bien plus complexe qu’une liste de comportements idoines à garder à l’esprit.

self defenseDe ce point de vue, la vidéo met en exergue un comportement bien particulier, alors que, statistiquement, rien ne permet d’affirmer qu’il serait devenu franchement prédominant dans la société. D’une part, il n’y a pas plus ou moins de héros de nos jours qu’on en trouvait 20, 50 ou 100 ans auparavant. La probabilité réelle que personne ne réagisse devant les cas clairs d’agressions violentes reste faible et le cas du métro de Lille n’illustre, justement, pas du tout l’absence de réaction devant un viol, mais bien la difficulté que tout un chacun peut avoir à déterminer s’il s’agit réellement d’une simple altercation, d’une agression verbale, d’une agression à caractère sexuel, d’un vol avec violence ou d’un viol pur et simple.

Parce qu’en définitive, chacun, confronté à un événement plus ou moins grave, fait un calcul complexe de risque, tenant compte de la dangerosité potentielle ou réelle de l’agresseur (ou des agresseurs), de sa propre force, des alternatives à toute confrontation, et, inévitablement, ce calcul comprendra aussi le risque des conséquences d’une riposte que la justice, après coup, jugerait disproportionnée. Est-il besoin, ici, de rappeler que la légitime défense est extrêmement encadrée en France et que, de témoin, on passe plus souvent qu’à son tour au banc des accusés si, d’aventure, l’agresseur, le nez cassé par une riposte trop virulente, se retourne contre vous ? Est-il utile de rappeler qu’en cas d’agression uniquement verbale, tout action physique sur une personne, méritant pourtant largement une bonne remise en place, sera systématiquement sanctionnée ? Est-il utile de rappeler qu’en France, force restant à l’État, et celui-ci ne pouvant jamais supporter la moindre concurrence, tout emploi de celle-ci sur un individu, même en cas d’agression, peut se retourner (et, statistiquement, se retournera) contre vous ?

Non, la passivité n’est pas une fatalité, ni un automatisme. D’une part, il est statistiquement probable qu’en cas d’agression violente, dans un wagon empli de gens normaux, ni des héros, ni des salauds, il se trouvera plusieurs personnes pour réagir. D’autre part, l’indifférence ou l’apathie se nourrissent du calcul de risque que j’ai exposé, et de la connaissance maintenant diffuse mais bien implantée des lacunes du système judiciaire : à force de dévoyer la Justice en minimisant chaque jour les petites agressions, les injures et insultes, les « incivilités », les dégradations, à force de relâcher, en quelques heures, des turbo-multi-récidivistes, les individus honnêtes n’ont plus aucune envie de risquer des coups ou des misères paperassières pour ce que le système judiciaire considère à l’évidence comme des broutilles.

Et c’est justement parce que la frontière entre les broutilles et les faits graves se fait tous les jours plus floue que les individus normaux, ni héros, ni salauds, ne savent plus, n’osent plus agir et prendre la décision qui permettrait peut-être, sans doute, de faire disparaître cet entêtant sentiment d’insécurité qui s’installe doucement. Dès lors, l’analyse manichéenne pour laquelle l’homme banal est un bulot incapable de se rassembler pour éviter un viol prend du plomb dans l’aile.

En fait, l’homme banal connaît la valeur de la Justice à laquelle il se soumet. Son apathie répond à celle du système. Et ce genre de message, dans une petite vidéo, ça passerait assez mal.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (128)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (128)
  • IL y a une solution toute simple à ce type de problème c’est d’ajouter comme circonstance aggravante aux actes de violences le fait d’agresser une femme quand on est un homme avec des peines planchées lourdes et dissuasives voir des peines complémentaires adaptées comme l’interdiction pour un agresseur condamné de prendre les transports publics.

    Idem pour la non assistance à personne en danger, le même type d’aggravation pourrait être fait si un homme ne porte pas assistance à une femme en danger.

    C’est ainsi que les femmes obtiendront la liberté réelle car je rappelle que la sureté est la première des libertés et même le socle de toute liberté.

    Et oui !, le libéralisme c’est pas QUE une doctrine et une théorie, ça ne sert à rien de proclamer et vanter la liberté si elle n’est pas EFFECTIVE. Or aujourd’hui la liberté des femmes n’est pas effective en tout domaine. Les discriminations perdurent à tout les niveaux.

    Enfin il n’y a pas de broutilles d’un coté et de l’autre des faits graves. Il faut une tolérance zéro y compris pour les soit-disant broutilles (froteurs, agression verbales, harcélement etc.) voir des mesures efficaces avec des wagons réservés aux femmes (Londres projette de le faire).

    • Faire des lois supplémentaires pour des gens qui ne respectent pas les lois actuelles va évidemment régler le problème.
      De même, faire des lois qui introduisent une inégalité devant la Justice ne va produire aucun effet pervers et n’est absolument pas en contradiction avec vos soit-disant valeurs libérales.

      • C’est amusant comment certains parle d’inégalités soudainement … Il faut changer votre logiciel « égalité en droit c’est tout », ce dont je parle c’est de libertés effectives et donc ni d’inégalité ni de liberté théorique.

        Je suis le libéralisme de demain, vous vous êtes resté dans une conception totalement dépassée du libéralisme (e.g libéralisme théorique et non effectif), rétrograde, has been et emprunte de patriarcat.

        • Avant, il n’y avait pas besoin de loi pour inciter les hommes à sauver les demoiselles en détresse. ça s’appelait la galanterie. La galanterie, concept désormais suranné basé sur le postulat qu’une femme est plus faible qu’un homme et doit faire l’objet d’attention.
          En gros, vous voulez légiférez l’esprit chevaleresque. Très féministe toussa.

          • Oui, elle se dit libérale alors qu’elle demande l’aide de l’état. … Féminisme de connivence !

          • @ FrancisKus : Il ne faut pas non plus oublier que dans n’importe quel groupe d’humains, n’importe lequel, il y a 4 % d’asociaux…

            Qu’il ne faut donc pas non plus compter sur la galanterie oubliée (que de tenir une porte derrière soi, à une femme ou un homme d’ailleurs) et noter qu’il y a 60 % de personnes, 60 %, là encore dans n’importe quel groupe d’humains, capables du pire : Se souvenir
            1 – Du jeu de la mort diffusé il y a quelques années sur TF2 ;
            2 – Du film « I comme Icare ».

            Tout y est, tout y est dit, tout y est démontré de façon scientifique et reste incontournable, quelle que soit l’époque !

            Notre rôle de citoyen responsable, c’est de rester vigilants, de garder son sens critique et d’anticiper.

            • @I-Cube : 60 % des gens sont capables du pire, sous la contrainte ou en tout cas l’influence d’une autorité, puisque vous faites allusion à l’expérience de Milgram.
              Sans cette influence, je pense qu’on retombe sur vos 4% d’asociaux.
              Conclusion : le problème, c’est l’Etat.

            • 97 % de la population carcéral est masculine pour mémoire.

              • Il serait quand même plus simple de castrer les hommes dés la naissance, non ?
                Je suis quand même étonné que cela ne soit pas dans votre liste.

                Pov’ femme va. Rentre chez ta mère.

              • Effectivement c’est du sexisme. Les femmes qui battent leur mari devraient être emprisonnées aussi.

                • Il est bien de remettre les chiffres sous le nez, car @icube avec ces stats noie le poisson. Les femmes transgressent extrêmement rarement la loi pénale, et quand elle le font elles sont généralement condamnées comme complice et très très rarement comme auteure principale. Et même dans ces derniers cas elles sont généralement sous emprise (peur, dépendance économique etc).

                  • Et quand elle découpe leur mari ? C’est un acte sur un coup de tête ?
                    Pffff

                  • Personne ici ne nie que les hommes sont davantage criminels que les femmes. Une question de testostérone probablement. Donc si je vais au bout de votre pensée, il est normal d’appliquer une loi pénale différemment en fonction du sexe du délinquant. Mais si on s’amuse à ça, ça marche pour tout : 70% des taulards sont musulmans. Donc, Islam, circonstance aggravante en cas de délit. Pouf.

                  • @ Adèle, je ne noie personne derrière les études comportementalistes bien réelles.
                    Parce que dans les 4 % d’asociaux, il y a autant d’hommes que de femmes ;
                    Parce que dans les études de Milgram et « le jeu de la mort » et les 60 % « soumis à l’autorité », il y a autant d’hommes que de femmes.

                    Tu devrais faire un tour dans les prétoires (les audiences sont libres d’accès) même en matière purement civile (sans pénal) et écouter les « délires » que démêlent nos juges.
                    Tu cherches la femme et tu comprends le délire du mek.
                    Ca marche à tous les coups !

              • « 97 % »

                Encore un consensus scientifique ?

                • En cherchant les données (dans les 4%-5% de femmes il semblerait !??) je suis tombé sur cette perle: un article paru dans « le torchonMonde Diplomatique »:

                  « Jamais les prisons françaises n’ont été aussi remplies depuis la Libération »
                  http://prisons.free.fr/femmesenprison.htm

                  C’est peut-être parce qu’il y a 25 millions de personnes en plus dans le pays ? Eh pommes !

              • @ Adèle : Oui et alors ?

                Faudra quand même qu’un jour les gens comprennent qu’un mek, ça reste au service des femmes (et de leur plaisir de femme, de tous leurs plaisirs et même 4 volontés), uniquement ça et rien d’autre.
                Ils sont nés que pour ça, sans ça on s’en passerait bien et on aurait inventé la parthénogénèse depuis belle lurette.

                Et parce que madame, elle a besoin d’eau pour laver la vaisselle, ils sont même capables de faire la guerre pour un peu de flotte (guerre du Golan notamment et la source du Jourdain…).
                Je ne te raconte pas non plus, le gibier du voisin, ses récoltes etc.
                Bon : Interdiction de ramener la « pouliche » du voisin à la maison, hein, on est bien d’accord, même si son « gazon » est plus vert…

                Alors tu ne m’étonnes pas que les « gamins », pour garder la « meuf » qui les met en érection, parfois ils sont prêts à tout pour la couvrir de bijoux et autres fanfreluches.

                Et depuis toujours.

        • «  » »ce dont je parle c’est de libertés effectives » » ».
          Vous parlez de libertés positives. Les libéraux s’intéressent eux, aux libertés négatives.

          • Le droit « à » = socialiste. Le droit « de » = libéral.
            Le droit créance = socialiste. Le droit liberté = libéral

            Plutôt que les femmes ait un droit « à » être secourue, je préfèrerais que les hommes ait le droit « de » les secourir, ce qui est loin d’être le cas en France, comme le souligne H16 sur la légitime défense, pour soi ou autrui.

            • cas réel
              altercation avec deux racailles qui bloquaient une porte de RER
              un banlieusard tente de débloquer la porte, et après une discussion finalement courtoise se prend un coup violent sur la tête… sang. il tien tête sans violence.

              aucune réaction des 80 passagers.
              après quelque minutes un 50naire de la même couleur de peau que l’un des agresseur marque son soutient at sa compassion a mon encontre. « ils en valent pas le coup monsieur »…
              qq stations après
              d’autres conseillent de fuir de peur que les racailles me trouvent…

              affaire réglé aux urgences par qq point de sutures et une remarque de l’interne que n’importe quel coup violent à la tête peut être mortel.

              lendemain à la police qui m’explique que j’aurais du les prévenir plus tot car ils peuven retrouver la racaillen en question…

              bilan mitigé.
              si la situation se réprésente, soit je fais rien… sois je dépasse le cadre de la légitime défense pour passer à la vengeance. l’esprit humain est complexe et je ne peux prévoir ce qu’il adviendra.

              Marine n’a pas gagné un électeur, merci à la préfecture et aux longues files d’attente pour la carte de séjour de ma femme et de mon beau fils. J’ai compris avec un fils de Harki que le pire des racisme c’est de laisser les victimes de racismes être impunies, et de ne pas leur dire leurs 4 véritées.

        • « Liberté effective »

          Un synonyme des « droits à » je suppose ?
          Vous voulez que les femmes aient la liberté de ne pas se faire agresser dans le métro. Mais je ne savais pas que les hommes disposaient de cette liberté.

        • Adèle, vous n’êtes d’aucun libéralisme, vous voulez réinventer en 2 lignes 2 siècles de philosophie politique…. un peu de modestie tout de même.

          Relisez votre post: vos solutions sont toutes antilibérales et totalement constructivistes et étatistes, elles passent par…
          1/ une palanquée de lois supplémentaires opérant des distinctions entre les personnes sur la base de leur sexe,
          2/ une proposition parfaitement utopique de tolérance zéro qui ouvre un boulevard à toutes les dérives autoritaires que l’on constate lorsque la puissance publique se met à réprimer très durement les faits légers en lieu et place de se focaliser et de réussir ses missions sur les faits graves,
          3/ une proposition de discrimination globale des hommes dans les transports en commun.

          Comme chacun voit midi à sa porte, vos solutions simples de femme doivent-elles aussi être répliquées pour les autres situations de vulnérabilité statistiquement établies ? Vous devriez proposer un fonctionnaire devant chaque wagon afin de dispatcher et isoler les voyageurs après remplissage d’un petit Cerfa, entre les catégories suivantes:
          1/ personnes âgés
          2/ enfants et adolescents
          3/ femmes
          4/ LGBT
          5/ Origine ethnique
          6/ personnes de petites tailles ? ou alors selon le poids ?
          7/ handicapés
          8/ personnes vulnérables portant des actifs professionnels (ordinateur portable) ou autre
          9/ toutes personnes en groupes à isoler des autres
          etc… Dans un souci d’efficacité, il sera peut-être utile de faire catégoriser les gens selon leur dangerosité statistique, de leur donner une petite carte à porter de façon visible… tout cela par une belle administration centrale telle que « Direction Centrale de la Liberté Effective ».

          Comme vous le dites « il y a une solution toute simple à ce type de problème… »
          Bien à vous.

            • Eduquer les garçons à bien utiliser leur force. Se contrôler (notamment pulsions sexuelles et dominatrices), et protéger les plus faibles. Pas de loi, juste de l’éducation. Une sorte de chevalerie parfaitement compatible avec libéralisme et la nature.

              • Je crois que cette personne a de graves troubles fonctionnels.

                On a le droit de troller, d’être con, touça, touça, mais là c’est le pompon.

            • « comité d’usagères » « séparation entre hommes et femmes » « wagons roses »
              Si c’est ca le futur… non merci !

              • Wagon bleus, Wagons roses ? Je monte où moi ?! (je rigole) ☺♂

              • Wagons bleus, rose… Tout ça c’est sexiste, vous allez vous prendre le collectif LGBT ou le site macholand sur le coin de la figure. Et comment ils feront nos futurs androgynes ou ceux d’un genre différent d’homme ou femme? Wagon violet?

                On vit une époque difficile ^^

            • La politicienne en question propose des « wagons roses » parce que « 1000 cas d’attouchements, c’est beaucoup trop »
              Le métro de Londres transporte un milliard de personnes par an.

              C’est une proposition digne de Ségolène Royal, et ça prouve surtout que les politiciens sont aussi populistes et média putassiers des deux côtés de la Manche.

              • Wagons roses ? Les petites frappes en virée ne seront pas fâchées de voir qu’on a rassemblé les poulettes à leur intention.

            • Et puis quoi d’autre? Des écoles pour filles et pour garçons? Des rues réservées aux femmes et d’autres aux hommes, des harems et des ghettos selon le genre et l’orientation sexuelle?

              Les agressions ne concernent pas que les femmes, tous les jours des hommes se font tabasser aussi. La seule solution envisageable est d’augmenter les effectifs dans les forces de l’ordre et de reconnaître la légitime défense lorsqu’un citoyen décide de secourir une victime.

            • Et puis, les bigotes vont exiger des piscines pour femme, de manger dans une pièce séparée, de se voiler le visage pour se défendre contre le viol du regard…

              Ça vous rappelle quelque chose ?

        • Propos péremptoires qui prouvent l’ignorance de son auteur de ce qu’est le libéralisme.

        • Adèle: « C’est amusant comment certains parle d’inégalités soudainement … »

          Ce n’est pas amusant, c’est un fait que vous faites la promotion de l’inégalité des droits.
          Le binoclard ou le transsexuel de 65kg qui se ferait agresser par une brute de 100kg n’aurait pas droit à la même justice.

    • Pourquoi que pour les agressions contre les femmes ?
      Et les hommes là dedans ? Vous voulez parlez d’égalité en commencant par discriminer par la loi !
      TOUTE AGRESSION, quelle qu’elle soit doit etre punie sévèrement !

    • Tiens j’y pense mais il y a 2 semaines, je me suis fait agresser par une femme à qui je demandais de baisser le ton au téléphone dans une rame RER bondée. Ce n’est pas grave je suppose ? ou moins grave…

    • Non. Je refuse d’être traitée différemment par la justice ou le droit parce que je suis une femme. Votre proposition est humiliante. Je suis un Homme avec tous ses droits naturels et si je suis attaquée, je veux être traitée en Homme et non pas en un être inférieur qui a besoin d’être protégé comme les espèces en voie de disparition.

      Vous rendez vous compte Adèle, que, en bonne féministe, vous demandez des lois spécifiques et que c’est anti libéral. Vous demandez l’aide de l’état, cela s’appelle de la connivence, alors que le seul ennemi c’est l’état.

      Anti racisme, antifa, féminisme, anticapitaliste : même combat de ceux qui sont incapables de s’assumer seuls sans l’aide de l’état.

      • Il y a deux libéralismes. Le libéralisme « à papa », théorique, pensé au XIX siècle et très « macho » et le libéralisme effectif défendant des libertés effectives, celui de demain.

        • « pensé au XIX siècle »

          Mouais. La base quand on trolle, c’est d’étudier le sujet un minimum.

          • Il y a le bon chasseur, et puis le mauvais. Le bon, il tire, bon, il tire quoi. Le mauvais, il tire, mais bon, il est mauvais.

        • Non votre libéralisme n’en est pas un puisque vous demandez l’aide de l’état.

          Votre libéralisme à vous demande que chacun soit triaté différemment selon qu’il est femme ou homme, et pourquoi pas alors, Noir ou Blanc, ou encore Chrétien ou Musulman, ou même Chinois et Français etc… vous sombrez dans l’arbitraire, ennemi du libéralisme.

        • Vous ne répondez pas à mes arguments sauf à affirmer que le libéralisme serait patriarcal (lol) et que donc il nuirait aux femmes (lol). Dites-nous en quoi votre « libéralisme » est le libéralisme d’avant garde et en quoi il garantit la liberté de chacun également et le traitement de manière égale devant les droits naturels.
          pour moi, tel que je pressens votre libéralisme est un modèle de constructivisme du style Déclaration Universelle des DH, qui n’a strictement rien à voir avec la DDH de 1793 , avec plein de « droits à » inside!

        • On attend votre ouvrage philosophique sur le « libéralisme de demain » avec une impatience folle. Au vu de la cohérence de vos propos, tenez un blog sur Lemonde.fr, au moins vous serez confortée dans votre entreprise par des réactions aussi idiotes que les vôtres.

      • je suis un être humain et un citoyen avec les mêmes droits et les mêmes devoirs

    • Ah. Mais le dernier cas dont j’ai entendu parler était l’agression d’une femme par une bande de filles. Cette bande de faibles filles armées de cutters devra-t-elle dorénavant s’en prendre uniquement aux hommes pour ne rien risquer ?

    • Mais enfin ! L’interdiction des transports public est une récompense et non une punition. il convient d’interdire tous les transports publics pour les remplacer systématiquement par des transports privés.

      Note 1 : la confusion entre transport en commun et transport public est évidemment absurde.

      Note 2 : « liberté réelle », « liberté effective ». Adèle, affligeante banalité d’une marxiste ordinaire…

    • Bon, je vais le faire ici, vu que personne n’a relevé cette perle :
      « la première des libertés, c’est la sûreté, et même le socle de toutes les libertés »

      Vous êtes sûre que vous vous relisez avant d’écrire ce genre d’inepties ? Si la liberté doit avoir un socle, c’est la responsabilité…

    • Faudrait surtout des peines plancher lourdes et dissuasives. Pour tout le monde. Les Francais et les autres, les hommes et les femmes, sans discrimination. Et pour les crimes serieux ou les multirecidivistes, pas la peine d’attendre d’en etre a la 150eme incivilite, au bout de 4 ou 5 petits delits maxi, on part a Cayenne (ou ailleurs je ne vais pas faire une obsession quant a la destination), et on y reste juqu’a la fin de ses jours. On porte le pyjama raye, on bosse du matin jusqu’au soir pour assurer sa gamelle, et pour les crimes violents on rajoute la chaine et le boulet. Il y en a des quantites qui sont la, qui volent, qui revolent, qui intimident, qui font leur loi dans les banlieues, et on les laisse continuer de voter ?

      Avec ca il faut pas s’etonner qu’on finisse avec Holland et Taubira !

      Il faut que se reinstalle la peur de la justice et que celle de l’etat soit aussi celle du citoyen, par exemple regardez la presque totale absence de petite delinquence en Corse.

      La peur remplace et precede toute necessite a la reinsertion. C’est le peuple qui doit faire la loi.

      Le reste c’est des conneries !

      • Ce n’est pas tant la sévérité de la peine qui dissuade que la certitude d’être pris et puni. Hors l’une comme l’autre sont trop faibles.

        • J’insiste. La severite de la peine a aussi une influence considerable. Une des choses qui fait justement que la Corse soit un endroit particulierement tranquille (notamment pour les jeunes filles, puisqu’on en parlait justement hier) c’est que les Corses ne plaisantent pas avec ces choses la.

          Et la-bas tout le monde s’integre parfaitement…

          • La certitude d’etre pris n’est pas un deterrent sans la certitude d’etre puni avec severite. Il s’agit surtout que les peines aillent crescendo, et avec rapidite, jusqu’a la punition la plus ultime de privation, totale et definitive, de la liberte, pour le cas des multirecidivistes. Le message donne doit etre clair.

            Si vous etiez gendarme ou policier, seriez vous tellement motive pour aller cueillir des multirecidivistes, ad infinitum as nauseam, au peril de votre vie, pour que la « justice Francaise » les relache dans la nature apres un petit avertissement ?

            Restons serieux.

            La ou je vais probablement vous choquer – mais prenez quelques minutes pour y penser serieusement quand-meme – c’est qu’en parallele de ce durcicement penal, je suis tout a fait persuade qu’il serait essentiel de totalement legaliser le commerce des stupefiants. Il s’agit la aussi de reduire les domaines d’illegalite dont le controle, a la fin, ne regarde absolument pas l’etat. Et de ne remplir les prisons qu’avec de vrais delinquants. Que je vende du hash, de la cocaine, du vin rouge, du whisky, des cigarettes ou mon cul, ce ne sont pas les affaires de l’etat. En contraste, la vente de la drogue aux mineurs devrait etre punie d’une maniere extremement violente, surtout les drogues dures comme l’heroine ou la cocaine, ou certaines de ces nouvelles drogues recreationnelles.

            La prohibition des stupefiants, en parallele avec une disponibilite reelle, totale, et sous-terraine de ces produits sur le marche francais, partout en France, jusque dans la plus petite comune, cree un identitaire alternatif, une subculture, en particulier chez les jeunes, ce qui vient renforcer un climat d’insecurite, de violence et d’incivilite. Dans un marche illegale le plus fort applique sa loi. Et ce plus fort aujourd’hui ce n’est ni l’etat ni le peuple. Des zones de non loi se sont developpees partout en France, parallelement au marche des stupefiants. Les policiers risquent leurs vies, chaque jour, pour un combat perdu d’avance ou leurs victoires, ponctuelles, lorsqu’ils demantelent finalement un reseau (fruit souvent de plusieurs mois d’un travail acharne et dangereux), sont immediatement reduites a neant par la constitution d’un nouveau reseau qui vient prendre la place du reseau precedent, profitant d’un phenomene de « vaccum » et d’envolee ponctuelle des prix ou ces trafficants suivants, quelques jours apres la capture des premiers, peuvent profiter d’une embellie et s’emparer du marche des precedents.

            Tous les problemes sont visibles – evidents meme – il s’agirait d’avoir le courage et l’honnete de regarder les choses en face.

            • Qu’on decide de legaliser la drogue

              1/ Celle-ci devient vendue sous licence par des honnetes commercants.

              2 /L’etat vend les licences commerciales et recupere la TVA ainsi que les taxes d’importation.

              3/ Un controle qualitatif s’installe ou on ne vend plus n’importe quoi, avec l’introduction d’un standard.

              4/ On peut sur les paquets informer le consommateur de la dangereusite des produits – avec comme sur les paquets de cigarettes, de jolies photos en illustration si necessaire.

              5/ Les prix, de par la legalisation des produits et l’introduction d’une certaine concurrence sur le marche, connaissent une baisse importante.

              6/ Grace a cette baisse des couts d’achat et d’utilisation les utilisateurs ont moins besoin d’argent et volent moins.

              7/ Donc moins de violence, de vols, de cambriolages et d’incivilites

              8/ Les produits sont legaux et donc les utilisateurs n’ont plus a se cacher et peuvent etre suivis medicalement. On peut meme ouvrir des salles de shoot.

              9/ Le commerce des stupefiants echappe au grand banditisme et aux petits malfrats, affaiblissant au passage leur pouvoir et leur capacite de nuisance en les privant d’une source de revenus colossale.

              10/ Pour qui veut encore importer la drogue illegalement, les quantites achetees sont plus faibles (du fait de la competition du secteur legal) et donc les prix d’achat plus eleves.

              11/ Les arrivees de drogue sur le territoire Francais ou Europeen se fait sans l’addition des armes de guerre vendues « en option » avec le reste du cargo.

              12/ La police n’a plus a s’occuper que des ventes aux mineurs et peut se concentrer fortement, dans le domaine de la drogue, sur ces derniers delits.

              13/ Les zones de non droits perdent progressivement leur pouvoir par manque de moyens.

              14/ A un niveau societal, l’incivilite associee a l’exitence du non droit recule

              15/ Comme on a moins de crime lie a la drogue sur le territoire et que cela ne concerne plus une grande partie de la population Francaise (dans ma generation – j’ai 54 ans – et les generations qui m’ont suivi, rares sont ceux qui n’ont jamais touche aux substances.) la police peut enfin s’occuper de ce que j’appellerai les vrais crimes. Dois-je meme en faire une liste ? Allons-y : Cambriolages, violences, attaques a mains armees, enlevements, viols, excroqueries, etc…

              16/ Devenus legal, le commerce des stupefiants aide l’economie.

              Vous n’etes toujours pas convaincus ?

              • Et pendant qu’on y est on pourrait egalement legaliser la prostitution. Les avantages ici aussi sont nombreux pour tout le monde.

                Meme pour l’etat…

                On legalise les deux et la crise a disparue !

                • Quelques petits oublis…

                  17/ Une partie des taxes payees sur les produits vendus permettent a l’etat de financer les traitements medicaux associes a l’abus de ces substances

                  18/ Les citoyens deviennent libres de toute contrainte, quant a la consommation, precedemment imposee par l’etat.

                  19/ Baisse considerable des couts associes aux controles des douanes et a la police des stupefiants.

                  20/ Baisse de la corruption.

                • Légalisé, ça veux dire que l’État « autorise » !!!
                  L’État ne doit que faire respecter la loi et la loi ce n’est pas lui qui la fait, normalement !
                  Faut dire qu’avec tout ces fonctionnaires au pouvoir!!!

          • inanutshell: « La sévérité de la peine a aussi une influence considérable. »

            70’000 peines de prison ne sont pas effectuées. Vous pouvez mettre mille ans dans le code, si le juge relâche le prévenu avec seulement 10 mois de sursis….

            C’est d’ailleurs une des caractéristiques amusante du droit appliqué français, si on lit le code on trouve des peines sacrements corsées mais elles ne sont, en pratique, jamais appliquées.

            • La severite de la peine a aussi une influence quand aux nouvelles vocations. Plus les peines seront severes et moins de nouveaux candidats a la prison se presenteront devant les juges. Mettez les multirecidivistes « turbo », en taule dans des conditions vraiment deplorables – qu’ils meritent – et a vie ! vous verrez que le nombre de cas a traiter, avec les encombrements en taule, qui vont avec la surpopulation carcerale, diminuera tres rapidement. On n’aura plus 70.000 cas d’encombrement, necessitant en aval pour pouvoir gerer la situation de ne pas appliquer les peines.

              A l’evidence il s’agirait aussi de mettre les gardes des sots, ideologistes marxisants et ex independentistes, du style Taubira, a la retraite. Et les juges gauchistes qui vont avec, ainsi que les psychologues naifs appliquant leur pseudo science dans la peripherie des palais de justice. Sans parler du, fort souhaitable, changement du gouvernement de feu la republique…

              Il s’agit surtout que le bon sens regagne la partie.

              Francois Holland enregistre une popularite record de 3% mais, apparemment, ses proches le disent heureux…

              • D’autre part je vous invite a relire mes suggestions quant a la legalisation des supefiants.

                Dans les 70.000 cas cites, combien sont lies directement ou indirectement avec la drogue ?

          • Il faudrait commencer avec nos élus avec une étiquette, un label, certifiant de la qualité de l’élu.
            Ainsi, l’on pourrait voter en fonction:

            – Du cout
            – Du rejet de CO2
            – De la consommation d’énergie fossile
            – Des casseroles au cul
            Et enfin, last but not the least:
            – la performance et le résultat obtenu dans la société civile. (ou en général même)

    • Le recours à la contrainte produit TOUJOURS l’exact opposé de l’objectif recherché.

      Les hommes blancs risquent plus que les femmes, parce qu’ils sont l’objet du racisme développé par le socialisme chez les autres et au sein de la « justice », à grand renfort de révisionnisme historique.
      Faut-il mourir éventré pour empêcher un viol ?

      La situation va donc s’aggraver.

    • Adèle a raison, pour défendre la Liberté – et pas celle « vague », celle « effective » je parle bien ! – il faut priver les gens de leurs libertés effectives ! En plus, le fait de donner des peines spécialement dirigé contre les hommes n’est pas du tout stigmatisant et ne va surtout pas conduire à des dérives inquiétantes, loin de là…(« Touche moi encore l’épaule et tu seras doublement puni du fait que tu es un homme ! »).

      C’est un peu les même arguments que le Marx donnait contre la liberté bourgeoise : « ça ne sert à rien de proclamer et vanter la liberté si elle n’est pas EFFECTIVE » donc il faut priver la liberté aux plus forts pour que les faibles puissent être plus libres. La liberté est donc perçu comme relative (certains, les « honnêtes citoyens », la mériteraient plus que d’autres…) et ainsi on peut donc priver certains de leurs droits la conscience tranquille.

      Stirner aurait dit : « La Liberté n’existe pas, ce qui existe ce sont les hommes libres ». Proclamer la Liberté (encore plus si on demande qu’elle soit effective…) contribue à légitimer la révocation de nos droits les plus fondamentales (comme prendre le métro, la liberté de déplacement…), c’est la dictature du fait divers sur le Droit.

      • La liberté est une notion trop facile à pervertir par le socialisme.
        Ne se propose-t-il pas de nous spolier au bénéfice d’autres personnes, lesquelles seront dès lors plus libres ?

        Il faut parler de non-agression.
        Plus précisément, de ne pas initier la violence – car il est légitime d’y recourir pour s’en défendre.

    • pourquoi voulez vous toujours « genrer », agresser une personne faible en général rend plus blâmable toute agression, curieuse vision du monde.

      Votre vision est vraiment biaisée vous estimez qu’à l’évidence TOUTE femme est incapable de se défendre face à TOUT homme… c’est faux, comme pour la violence conjugale, il y a des hommes battus…il y a des femmes violentes, il y a des femmes fortes…

      d’un coté on a affaire a des gens qui nous disent que le sexe est un continuum…soit acceptons, d’un autre côté on a affaire à des gens que les femmes doivent avoir plus de droits que les hommes..ben voyons..

      parce que vous croyez que d’être un homme va automatiquement vous donner le courage pour aller secourir une femme qui se fait agresser par un groupe de mecs qui n’a rien à perdre???et que si il ne fait pas il doit être puni? tandis que un mec peut violer une femme dans un train remplie de catcheuses?

      l’incapacité des femmes à se défendre physiquement , c’est comme les jupes…c’est culturel , la force n’est qu’une composante dans un affrontement.

      comment sortira on du sexisme comme ça? Les préjugés sur les femmes sont inacceptables!!!!.sauf un certain nombre de vérités definies par adèle…

      Interdisons l’armée aux femmes, ou la gendarmerie ou la police……

      qu’est ce que vous appelez la liberté réelle??? Personne n’est réellement libre…
      .

      vous dites dans votre texte que les discriminations perdurent à tous les niveaux…et vous passez votre temps à discriminer…et quand un homme n’est pas d’accord avec vous , il a tort ben oui…évidemment.

      je ne crois pas aux vertus de la discrimination positive , désolé.

      des transports en commun réservés aux femmes , pourquoi pas…? mais qui paie? Je ne suis pas certain que ce soit le signe que la société évolue vers des mœurs s plus apaisées toutefois.

    • Pour le bon déroulement du débat, il est important de savoir reconnaître un troll quand on en voit un.

      Ici l’indice serait le recours systématique à l’insulte que vous constaterez dans les postes précédents.

    • Cool, la loi fait en sorte qu’intervenir est plus dangereux pour celui qui porte assistance que pour l’agresseur, on fait quoi ? On crée une loi pour punir l’assitance et la non assistance.
      Pile je gagne, face tu perds.

      C’est logique.

    • Chère Adèle,
      Vous m’intriguez:
      Pensez qu’une femme qui agresse un homme mérite une peine moindre qu’un homme qui agresse une femme, dans l’hypothèse de blessures identiques?

      Pensez vous, qu’un homme violant un homme mérite une peine moindre qu’un homme violant une femme?

      Pensez vous qu’une femmes agressant une femme mérite une peine moindre qu’un homme agressant la même femme , dans l’hypothèse de blessures identiques?

  • Un violeur en prison ne violera plus de femmes, un violeur relâché en quelques heures recommencera.
    Tout ça c’est la faute à la justice, elle décourage l’héroïsme t l’individualisme.

    • Mettre un violeur en prison, ça lui permet de gouter aux joies du viol !

      • Se réjouir de la justice rendue par les caids en prison me laise toujours pentois… Et qui vous dit que cet homme ne va plus devenir un prédateur qu’une victime en prison? Moi je crois plutot qu’il va violer votre fils qui se retrouvera en détention pour un délit de grande vitesse. Et j’imagine que la ca vous semblera vachement moins fendard la justice par les caids en taule…

  • « les autorités montrent leur totale nullité à gérer des cas de violence et d’agression et montrent à leur tour leur apathie, on comprend que la question de la réponse à apporter à un cas d’agression est bien plus complexe qu’une liste de comportements idoines à garder à l’esprit. »

    Ah mais voilà, le coeur du problème est exposé: les « autorités » ne veulent pas d’individus moralement autonomes, car ils pourraient, horreur des horreurs, se mettre à juger ces mêmes autorités à l’aune de ses propres valeurs éthiques !

    Fortuitement, je sais qu’il y a parmi nous des individus capables de juger moralement des situations mêmes exceptionnelles qu’ils observent, et mieux encore qui sont préparés à y faire face – qui en s’armant au mépris de la législation, qui en constituant des organisations de soutien en dehors des institutions judiciaires, etc. Ils ont ainsi, tous, décidé d’être responsables d’eux-mêmes, mais aussi de ceux, déresponsabilisés par la société, qui les entourent. C’est paradoxalement une forme de générosité… et nous bénéficions tous de leur engagement, même quand on en ignore jusqu’à l’existence.

    • Bien sûr. Et nos maîtres savent bien qu’il y a pas mai d’armes en circulation. Croyez-vous qu’ils prendraient la peine de procéder à des élections s’ils ne pensaient pas que la violence pourrait se retourner contre eux ?

  • La fin de l’article résume très bien le fond du problème :
    « En fait, l’homme banal connaît la valeur de la Justice à laquelle il se soumet. »

    Réagir à une attaque pour secourir une autre personne (homme ou femme, c’est pareil, le danger n’a pas de sexe jusqu’à preuve du contraire), c’est :

    a – risquer son intégrité physique (normal, quoiqu’à plusieurs le risque soit moindre face à un agresseur). Le blocage n’est pas là, puisqu’il y a toujours eu des gens pour en secourir d’autres par le passé

    b – risquer son intégrité mentale au cours de batailles judiciaires longues, coûteuses, à l’issue incertaine pour peu que suite à la réaction l’agresseur ne soit considéré comme une victime (de plus en plus le cas de nos jours); + toutes les conséquences que cela peut avoir sur la famille (laisser conjoint et enfant seuls parce qu’on se fait emprisonner pour avoir défendu quelqu’un) ou sur les relations sociales en général; ou le risque de se retrouver endetté pendant des années pour verser des indemnités à la famille de l’agresseur.

    C’est ce deuxième point qui a beaucoup évolué ces dernières années. La jurisprudence montre qu’il y a plus de risques à secourir une personne ou à se défendre (on punit les gens au lieu de les féliciter) qu’à ne pas réagir. Que répondre à un procureur qui demande, seconde par seconde, pourquoi on a réagit ainsi, pourquoi on a frappé à ce moment là, etc.
    Les gens ne sont pas foncièrement lâches, ils s’adaptent aux limites qu’on leur impose.

    La réponse bête de base serait de dire « on n’a qu’à obliger les gens à défendre autrui ». Génial.. On risque la prison en défendant autrui, et on la risque en ne la défendant pas. Comment fait-on lorsque la loi conduit FORCEMENT en prison quel que soit le chemin qu’on prend?
    Par contre, peut être la question de fond est-elle de revenir sur ce qu’est fondamentalement la notion de légitime défense et de cesser de traîner les sauveurs dans la boue pour leur redonner le statut qui leur est dû : héro.

    • « Que répondre à un procureur qui demande, seconde par seconde, pourquoi on a réagit ainsi, pourquoi on a frappé à ce moment là, etc. »

      Il faut le remettre à sa place.
      Il faut lui dire d’aller faire des patrouilles dans la rue.
      Et il faut des jurés populaires.

      • Absolument, il ne faut pas craindre l’outrage à magistrat ! ☻

        Il faut faire sentir qu’il est fonctionnaire (donc frileux), qu’il est au service, de service et que son estrade, son podium n’est pas un piédestal, en général, il font mine de prendre de la hauteur et magnanime… ☺

      • Il faut répondre que nemo auditur propriam turpitudinem allegans. Et toc !

  • J’ai jamais vraiment été fan du port d’arme et encore moins des armes, mais avec ce qui se passe en France je comprends pourquoi les Américains combattent si durement pour conserver ce droit.

  • Selon Peter Sloterdijk dans « palais de cristal » :

    Un des aspects du système de décharge des individus sur la collectivité est la « sécurité politique sans être soi-même en état de se battre » et « la prétention irréfléchie à une sécurité sans combat a aujourd’hui pratiquement pénétré dans l’existence de chaque individu, quel que soit son sexe. »

  • Punaise de punaise : Votre vidéo a réussi à me faire pleurer !
    Que j’ai même eu du mal à finir de lire le billet…

    Quant à réagir.

    Perso, vu ma taille et ma corpulence, il suffit que je m’approche du lieu du commencement de l’agression à venir, assez près, pour que tout d’un coup et même sans rien dire, les « crapules » s’éloignent.
    Plus tard, j’ai compris qu’il fallait leur laisser un échappatoire, physique et verbal, à en rester stoïque sous les injures, pour éviter l’affrontement.
    Mais tout le monde n’est pas bâti comme un trois-quart-aile qui bouge son double quintal non plus, je l’admets.

    • Et il arrive que l’agresseuse ressemble à lanceuse de poids de l’ex-RDA…

      • Si j’éternue, elle restera tout de même collée sur les vitres du RER…

        • Vous avez de la chance… Mais ca peut se retourner contre vous. Si vous intervenez pour corriger quelqu’un, on vous le reprochera d’autant plus dans une cour de justice. les juges n’ont que faire de votre carrure. Ils ont des policiers armés pour vous soumettre.

          • Mais justement, vu ma carrure, je n’ai jamais à intervenir !

            Je vais même vous dire, pour mes 18 ans, avec mes potes, on voulait passer la nuit « au violon ». On est allé se promener dans la station du RER Châtelet-les Halles où on était sûr de trouver des flics (y’avait pas « Vigipirate » à l’époque mais des patrouilles pour veiller sur tout le monde).
            On en a fait des tonnes quand on croisait des flics…
            Eh bin rien !
            Mais si…
            Il a fallu rentrer passablement éméchés pour se faire « câliner » de notre déception…

    • Aie aie aie mon ami, vous êtes potentiellement dangereux, Adèle va vous faire mettre dans un wagon spécial avec l’incroyable Hulk 🙂

      • Je suis doux comme un agneau et fond comme une crème glacée à la vanille au soleil quand je regarde une femme dont les yeux sont « mouillants ».
        Mais c’est vrai que je suis obligé de me balafrer le matin au rasoir, sur décision du préfet de police (pas encore rapportée) pour éviter les émeutes…
        Et là, je me fais franchement peur quand j’y réussi.

    •  » double quintal  »

      Double quintal !!! Soit on sent qu’il ose, soit on s’ankylose !

    • Je rajoute toutefois que quand « l’agresseur-putatif » est « chargé » aux substances liposolubles illicites, il faut se méfier : Ils sont parfaitement imprévisibles et ça se voit tout de suite dans leur regard.
      Ne jamais leur tourner le dos et les fixer sans broncher du regard.

  •  » l’affaire Rossignol, où la sénatrice PS de l’Oise »
    Tout est là. Ceux et celles qui font la loi sont députés et sénat(eurs) (rices).
    Mais ne sont guère confrontés aux réalités de violence, leurs lois sont imparfaites et c’est de leur faute
    Et la notre de les avoir élus, quoique que.

    La justice n’applique que la loi.

  • bonjour ,aménagement en France du deuxième amendement Américain .

  • Moi je propose une seule mesure ! Oui une seule. Qui réglera le problème, et il y a des exemples internationaux qui le prouve (Chicago notamment). Et qui en plus ne coute pas un rond à l’Etat.

    Oui vous avez bien entendu : une solution très simple, qui ne coute rien à l’Etat, et qui peut régler le problème.

    Cette solution : le DROIT de PORTER des ARMES à feu CAMOUFLEES.

    Quoi ? La Socialie ne veut pas en entendre parler … Etonnant !

    • Je serai plus pour le port d’une arme bien en vue (open carry), à condition de pouvoir s’en servir en cas de nécessité urgente. Au moins l’agresseur potentiel saura à quoi s’en tenir.

      • Les études et statistiques tendent à montrer que le concealed carry est plus efficace que l’open carry, et ce pour plusieurs raisons:
        1. Dès un certain taux de port dans la population, le coût d’opportunité pour l’agresseur monte en flèche
        2. le fait d’être en concealed carry augmente l’incertitude de l’agresseur sur la possibilité de sa victime potentielle ou d’un de ses voisins directs d’être à même de riposter
        3. le concealed carry empêche l’affreux de « nettoyer le terrain » avant son agression principale en éliminant les risques de riposte, risques dûment identifiés pour peu qu’en plus d’être affreux, l’affreux ne soit pas myope comme une taupe.

        Cela étant, quel chance y a-t-il qu’une société comme celle dans laquelle nous vivons puisse un jour ouvrir l’accès au port d’armes de la sorte. Nos honnêtes et respectables gouvernant craignent bien trop le saturnisme 🙂

        • Je rajouterai que le concealed carry est également « moins agressif ».

          En Libéralie, ça n’a aucune importance, je vous accorde le point. Mais en Socialie : c’est très important.

  • Déjà à l’école on prenait trop cher quand on frappait un petit con !
    Pardon… un « camarade » (notez le choix du mot).
    Sans aller jusqu’à inclure des stages de kung-fu en maternelle, je tiens juste à signaler que ce phénomène n’est pas nouveau. Le système entier est laxiste, mou et frustrant d’injustice.

    A l’école, les cancres, les individus violents ou impolis ne sont jamais vraiment sanctionnés, jamais vraiment remis dans le droit chemin. Ils se font un peu gronder voilà tout, « c’est pas ta faute mais c’est pas bien, valà valà bisou ». Et par souci d’égalité solidaire et de non-discrimination stigmatisante on préfère ne pas trop mettre en valeur le bon élève. Et ce même si celui-ci se voit tenté de se laisser tirer vers le bas pour paraître tantôt plus « cool », tantôt moins « bourge ».
    Oui, être un voyou c’est trop « cool ».

    (soupir)

    Pas étonnant que les valeurs de courage, d’intégrité, d’altérité et d’honneur soient en train de disparaître. Pas étonnant que les adultes ne veulent plus réagir face à l’incivilité ou à la violence.
    Lâcheté ou finalement sentiment flou de découragement ? Je ne saurai dire mais je pense que la France récupère les citoyens que son Education Nationale a formaté.

    Alors qu’elle ne vienne pas se plaindre.

    • Quand j’étais gosse, j’ai parlé une fois avec des adultes des problèmes à l’école et du fait que j’avais des « ennemis ». Une adulte (adultoïde?) m’a reprise, en m’expliquant qu’à mon age je ne pouvais pas avoir des ennemis. (Je ne sais pas comment il faut dire : « camarades inamicaux »?)

      Je me demande bien ce qui se passe dans la tête des adultoïdes. A quel age peut-on avoir des ennemis? Faut-il être un Etat pour avoir des ennemis? Un adultoïde a t-il déjà été enfant? Dans cette vie ou dans une autre?

      • Les profs et les pions nient la violence que subissent certains élèves pour ne pas avoir admettre leur incompétence. Comme ils ne peuvent pas être virés, ils ne risquent rien.

  • Pour le film c’est bien vu:

    La femme s’appelait Ad…..
    A bon, ça explique pas mal de trucs quand même.

    Bah, oui elle réclamait les mêmes droits que pour les autres:
    – elle a obtenu l’indifférence, comme les autres.

    • – « La femme s’appelait Ad….. »
      – et que lui est-il arrivé ?
      – Elle est morte, Adèle.

      • Comme on dit en socialie:

        Les dommages collatéraux sont une nécessité dans une démocratie, ripoublicaine corrompue.
        Si un peu de sang du peuple doit couler pour qu’une poignée d’élus reste en place, et ben, que le sang coule !

        C’est pas qq incivilités de rien du trou qui va leur enlever le caviar de la bouche. Foie de canard, de cynisme et de boule de gomme fourrée au Champagne Made in France. (France=FARCE)

      • Ahah 🙂
        E-moi: ben oui vous avez raison, le monde entier fonctionne ainsi ou presque ainsi non?

        • Des fois j’ai l’impression que personne ne me voit à part vous.
          Ça me réchauffe le coeur, merci.
          Tient, si on faisait l’amour bestialement tout nu au milieu de ces pages ?

          C’est vrai que nos 2 QI réunis ne valent pas celui de Cavaignac, mais nos culs réunis pourraient peut être changer la donne !

          Bah, qui sait.

          • Ben si vous dites des choses justes, je vais vous voir, c’est sur! Franchement vous êtes bien plus beau qu’Eugene et ça ça vaut le QI 🙂 et puis je vais citer un auteur que Moi affectionne : l’essentiel est invisible pour les yeux 😉
            Ah c’est une hypothèse à vérifier! Quand vous voulez pour l’amour bestial au milieu de ces pages, euh vous voulez faire une sex tape et la mettre en édito ?

            • Non, pas en vidéo. Imaginez que Adèle tombe dessus ! Berk.
              Non, avec des mots. Il n’y a rien de plus puissant que les mots.
              En plus ça à l’avantage (par rapport au réel) de pouvoir rembobiner, accélérer, faire stop, puis recommencer.

              L’essentiel est invisible pour les yeux ! Oui, c’est beau comme phrase.
              Imaginez chaque petite molécule d’air que l’on respire, l’eau que l’on rejette, nos petites cellules travaillant 24h/24h pour nous maintenir en bonne forme.

              Nous avons pour ainsi dire dans notre corps: des milliards d’amis.
              La vie est belle !

              • Ohhh oui j’imagine bien, tout le temps, j’aime bien l’idée d’avoir des milliards d’amis qui œuvrent pour moi:)
                Euh vraiment la la? Pourquoi pas, mais faut m’apprendre avec les mots je ne suis pas très douée!
                Petit filou pour rembobiner, mettre en pause et recommencer 😉

  • Et si la Justice s’obligeait à rendre une décision en pas plus de temps qu’a duré l’altercation?

    On pourrait faire appel, mais la décision d’appel serait rendue dans les mêmes conditions, avec un magistrat tiré au sort, et les deux décisions devraient coïncider précisément sinon la procédure est nulle.

    • Une fois j’ai été jugé pour une amende à 11€, ils étaient 5 contre moi + la phrase magique:
      nul n’est censé ignorer la loi !

      J’étais sur un parking sans nom, sans adresse.
      Rien à foutre qu’ils m’ont dit.

      Moralité, mieux vaut violer que gruger une place de parking. L’on voit bien le décalage qu’il y a entre le « con » comme moi qui veut faire son malin, et l’acte ignoble qui mérite un coupage de couilles.

      Bref, ce pays est foutu.

  • La première action est de filmer ostensiblement la scène avec son portable, ça peut servir plus tard. ☺

    Sur l’instant, en cas d’un groupe d’hommes agresseurs d’une femme ou d’un homme, ça peut, aussi, être dissuasif et séparé le groupe si l’un des agresseurs s’en prend au preneur d’image (moi en héros). ☺

    Dans ce cas le rapport de force change et un bon coup de genou dans les parties qui caractérisent un homme peut êtes salutaire.. ouille ouille, et s’il se baisse dans la douleur, lui remonter la tête avec un nouveau vigoureux coup de genou, le même, je suis droitier ☺

  • une fois j ai defendu une voisine que son copain tapait ,des casos.. pendant un an elle est son copain n ont pas cessé de m emmerder ,maôtenant si on agresse ,vite je degage .en plus si on tabasse un agresseur ,il porte plainte et on a des emmerdes ….desole …!!

  • Que pensez-vous des agressions commises par José Bové et ses sbires contre les biens en plein air de cultivateurs et organismes de recherche, en présence de gendarmes qui n’osent pas intervenir ?
    On n’est plus dans la lâcheté privée, mais dans la lâcheté publique !
    YB24

  • What the fuck ?
    Quel est ton propos en une phrase ? Parce que la on ne sais pas si c’est du troll…

  • Baisse de 89% de la criminalité dans une ville imposant aux habitants de posséder une arme à feu.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Kennesaw#L.C3.A9gislation_sur_les_armes :

    « En 1982, le conseil municipal de Kennesaw a pris à l’unanimité un arrêté imposant aux habitants de posséder au moins une arme à feu et des munitions dans le but d’« assurer la sécurité et le bien-être général de la ville ». Sont exemptés les objecteurs de conscience, les criminels, les personnes atteintes de troubles mentaux ainsi que celles qui n’ont pas les moyens de s’en acheter. Aucune peine n’est prévue contre ceux qui ne respecterait pas l’obligation1. Après l’application de la loi le taux de criminalité a diminué de 89 % contre une baisse de 10 % au niveau de l’État. »

  • Perso, faut aussi penser au représailles, si tu venais à blaisser l’agresseur en protégeant la victime, c’est toi qui enfin de compte sera emmerdé…

    • un point important ets la dissymétrie de sensibilité à la peine.
      Pour un honête citoye, avoir a prendre un avocat et perdre une semaine à se défendre pour finir innocenter c’est une grosse galère.
      pour d’autres avoir un avocat gratuit et se prendre 10 mois fermes sans emprisonnement (moins de 12) c’est une victoire.

      ce qui dissuade c’est la première peine quand on débute. on avait calculé que chez les récidivistes il y avait eu 17 vols non concrètement punis avant le premier emprisonnement.

      les études scientifique sont d’accord ce qui compte c’est pas la dureté des peines extrêmes, car les voyoux se croient plus malins et chanceux.
      il faut :
      – une élucidation quasi certaine (le bracelet électronique , l’ADN, la vidéo, ou le port d’arme obligatoire, ca rend la peine quasi certaine)
      – une sanction réelle mais pas forcément énorme dès le début.

      en gros 7 jours de tole au premier chapardage, hors école ou travail, avec bracelet pour 4 ans, empreinte ADN/digitale, et vidéosurveillance utilisable partout… ca calmerais, sans déinsérer le gars/la meuf.

      et un innocent ou un bon gars qui a déconné, il aurait une deuxième chance. il serait juste certain de pas avoir la moindre chance d’échaper à la police.

      une psy pénitentiaire expliquait ainsi que les pervers violeurs qui prétendent avoir des pulsion irrépressibles, savent très bien réprimer leurs pulsions quand ils ont un bracelet et qu’il sont certains d’être pris…

  • Bonjour à toutes et à tous,

    Quel vaste sujet que celui ci!!!

    Oui, c’est vrai, nous devrions tous intervenir pour secourir une personne en détresse immédiate victime d’agression physique.
    Avoir cette faculté de compréhension de l’instant, de courage, d’abnégation etc…

    Mais le souci est que c’est plus facile à dire qu’à faire.

    Nous sommes tous différents face à des situations de stress.

    Il ne faut pas dire que les gens n’interviennent jamais car c’est faux!!!Je dirai même plus, dans la majorité des cas, il y à intervention des témoin de l’agression.

    Un paramètre aussi très important, un agresseur ne choisi pas au hasard la personne qu’il va agresser, il va attendre stratégiquement que tout soi propice à son acte dénué de tout courage.
    le plus souvent en groupe pour des agressions en public.

    Un paramètre important rappelé est ce que va arriver à la personne qui porte secours.
    Nous ne sommes pas tous de supers guerriers plein de muscle et de technique de ninja, arrêtant dix agresseurs avec le petit doigt, ni armé d’ailleurs, seul les voyous et la Police sont armés dans nos rues, alors que nous simples citoyens, ne nous faisons pas prendre avec une fourchette dans la poche.

    Combien de personnes blessées ou tuées suite à une intervention courageuse, combien de personnes écrouées après une intervention héroïque?
    Pas facile de gérer une intervention en faisant attention de ne pas blesser l’agresseur et devenir soi même coupable devant la loi de notre beau pays!!!

    Et bah, oui, c’est vrai, malheureusement cela fait réfléchir.On à ce sentiment que les lois Françaises protègent plus les agresseurs que les victimes et défenseurs héroïques.

    Ne pas oublier que le fait d’appeler les secours est déjà un geste important…

    Bref, je n’ai pas la solution, j’essaie en tout cas pour ma part d’aider quand je le peux ou au pire d’appeler la police en espérant qu’elle arrivera un jours.

    D’ailleurs, je vous conseil de regarder cette vidéo sur you tube très intéressante de cet avocat qui je pense vois les chose plus intelligemment que notre gouvernement.

    lien: https://www.youtube.com/watch?v=h0l1EYgeH8M

    Bon courage à tous, serrons nous les coudes car je penses que le pire reste à venir.

    Jean

    • Bonjour Jean,

      Je suis entièrement d’accord avec votre analyse!

      Je connais cet avocat spécialiste en légitime défense, une personne qui parle vrai, ça fait du bien à entendre.

  • Si vous êtes, dans les lieux publics tel le métro, rasant les murs, baissant les yeux et marchant sur la pointe des pieds vous êtes à plaindre. ☻

    Je serais fier de passer devant les juges pour violences (à proportion de mes moyens et cheveux blancs), sur voyous agresseurs de femmes ou tireur de sac à main, fier et content aussi, en cas de d’outrage à magistrat, ce dont j’ai été menacé 4 fois, sans effet. ☺

    Y a pas beaucoup de ROSA PARKS ici !

    • Bravo vous êtes un héros, c’est votre droit et votre honneur.
      Néanmoins, d’autres ont un travail précaire, une famille à faire vivre, des enfants à embrasser le soir, des moyens limités pour se défendre, et peut-être aucune envie d’être persécuté en GAV, puis dans le système judiciaire par des fonctionnaires aux ordres. Ils ne demandent pas grand chose à l’Etat, seulement de remplir correctement son seul rôle régalien sans dénier aux ci. C’est leur droit et leur honneur…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nul n’a le droit de se faire justice soi-même. Cet adage de sagesse est la base même de la vie en société, pour éviter les abominations de la loi du Talion ou de la vendetta, ou des vengeances individuelles occultes.

Le Président Macron en déplacement à Fouras a précisé sa position sur la légitime défense suite à la mort d’un des quatre cambrioleurs qui entraient par effraction chez un agriculteur :

"Chacun doit avoir la sécurité et c'est le devoir de la puissance publique de l'assurer. Mais, je suis opposé à la légitime défense... Poursuivre la lecture

Suite à la démission du juge Stephen Breyer, le président Biden a élevé la juge d’appel Ketanji Brown Jackson à la Cour suprême.

Cette dernière vient de terminer son audience au Sénat, qui doit encore statuer sur son sort à la majorité simple. Si le Sénat la confirme, la juge Jackson sera l’un des huit membres de la plus haute juridiction du pays qui a le dernier mot pour toutes les affaires légales du pays.

Ceci appelle une question immédiate qui est celle de savoir s’il faut craindre un coup de barre à gauche avec cette nomina... Poursuivre la lecture

Dans un précédent article a été abordée la vision du juge selon Hayek, notamment qu'il conçoit le juge comme étant au service de l’ordre spontané, se devant de corriger les erreurs et de résoudre les conflits qui apparaîtraient en son sein.

Pour autant, bien que le juge ait pour Hayek une place importante, le législateur ne voit pas son rôle réduit à peau de chagrin. Au contraire, il se voit confier d’importantes missions pour garantir le bon fonctionnement de l’ordre spontané. Pour traiter cette partie, on se référera à deux livres de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles