Le bandit manchot de la CGT-EDF

cgt edf rené le honzec

Le regard de René Le Honzec.

cgt edf rené le honzec

Nos distingués lecteur férus de saines lectures classiques reconnaîtront le « bandit manchot » des BD de Lucky Luke, machine à sous à levier dont l’abaissement tarifé peut déclencher le jack-pot. « Bandit « , parce qu’il avait la réputation d’être truqué. C’est aussi le cas avec le fameux « compteur bleu » de l’EDF, truqué avec la complicité des pouvoirs publics depuis qu’en 1946, le député communiste Marcel Paul, ancien Kapo de Ravensbrück, avait mitonné un statut privilégié à ses dévoués Kamarades de la CGT d’EDF. La CCASS, comité d’entreprise le plus riche de France, touche près de 500 millions d’euros par an pour ses petits prolétaires nécessiteux. Parce que chaque « client-esclave » heureux possesseur d’un compteur Bleu « Bandit manchot » lui paye 1% du chiffre d’affaire-pas de la masse salariale, comme en règle générale (lire, par exemple ici). Ce système mafieux s’est vu condamné, après une très longue procédure de 10 ans, avec des peines sévères pour 12 personnes impliquées dans divers détournements et abus, dont une sénatrice PCF et le journal l’Huma…Les médias subventionnés n’ont pas jugé bon d’en faire autant de bruit que, par exemple, pour certaines affaires similaires à « Droite ». Le Nuremberg du communisme n’a pas été fait, ils sont toujours là, de Filoche qui insulte la mémoire de Margerie à Besancenot qui réclame sa révolution, en passant par les délires verbaux de Mélenchon, mais aussi, surtout, dans les médias, la création « artistique », l’Education Nationale, etc.