Importation de pétrole : les députés votent la préférence nationale

La loi sur la transition énergétique votée mardi autorise le patriotisme économique en matière d’importation de pétrole raffiné… au détriment du consommateur français.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pétrolier à quai CC Flickr Michel

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Importation de pétrole : les députés votent la préférence nationale

Publié le 19 octobre 2014
- A +

Par Thibault Mercier

Pétrolier à quai CC Flickr Michel

L’Assemblée Nationale a adopté mardi 14 octobre en première lecture, le projet de « Loi pour la transition énergétique et la croissance verte ». Outre l’interdiction des sacs plastiques, le soutien à grand coup d’argent public aux énergies renouvelables et autres joyeusetés étatistes et liberticides, cette loi prévoit en son article 16 d’étendre l’obligation d’importation de pétrole brut sous pavillon1 français aux produits raffinés.

L’obligation d’importation sous pavillon français ?

Le pétrole étant quasi exclusivement importé en France par bateaux, les importateurs de pétrole brut sur le territoire national sont obligés, depuis une loi du 31 décembre 1992, d’avoir recours en partie2 à des navires battant pavillon français.

Les armateurs français bénéficient donc depuis plus de vingt d’une politique de préférence nationale, les importateurs de brut étant obligés de recourir à leurs services pour faire venir de la marchandise sur le territoire nationale.

L’extension aux produits raffinés

Les importations de pétrole brut en France ayant radicalement baissé ces dernières années suite à la disparition d’un grand nombre de raffineries de notre territoire, la loi de 1992 était devenue quasiment obsolète. En effet le nombre de transporteurs de brut sous pavillon français est passé de 17 pétroliers de brut en 2005 à 9 en 2013.

Les produits pétroliers arrivant maintenant majoritairement déjà raffinés dans l’Hexagone, il ne rentraient donc pas dans le cadre de la loi de 1992. Dès lors les armateurs français réclamaient depuis plusieurs années l’extension de la loi de 1992 aux produits raffinés.

C’est donc chose faite avec l’adoption de ce projet de loi (qui devra encore passer entre les mains des Sénateurs).

Quel coût final pour cette obligation ?

Le pavillon français souffre cruellement de son manque de compétitivité, et pour cause il est entre 20 et 40% plus cher que les pavillons britannique, danois ou italien !

En effet, les contraintes légales et économiques sont grandes pour qui souhaite armer un navire battant pavillon français. C’est pourquoi de nombreux armateurs dépavillonnent leurs navires au profit de pays bénéficiant d’avantages fiscaux et légaux plus important (Grèce, Chypre, Luxembourg3). Cette « exil maritime » a d’ailleurs un effet désastreux sur l’emploi et l’activité économique du secteur, sans compter les problèmes de perte du savoir-faire français.

L’obligation de recourir aux services d’armateurs français plutôt qu’étrangers pourrait paraître comme une réponse adaptée à cette crise. Pourtant cette obligation d’importation aura bel et bien un coût pour les distributeurs qui, étant obligés d’utiliser des navires plus chers, devront donc bien répercuter ces coûts quelque-part. Et devinez sur qui ? Eh bien sur le consommateur final bien sûr, c’est-à-dire vous et moi !

La mauvaise réponse pour pallier le manque de compétitivité du pavillon français

Plutôt que de proposer une fiscalité et une règlementation plus avantageuses rendant l’immatriculation sous pavillon français plus attractive, l’État utilise encore une fois la coercition pour forcer le consommateur à acheter « français » et, en l’espèce, plus cher.

Frédéric Cuvillier, le ministre des Transport, salue d’ailleurs benoîtement sur son blog « une belle victoire pour la compétitivité du pavillon français » sans comprendre que c’est plutôt l’inverse.

Mais alors le patriotisme économique serait-il autorisé ?

Alors que l’Union Européenne se montre normalement très méfiante à l’égard de la préférence nationale en matière économique, on pourrait s’étonner qu’en l’espèce, la loi de 1992 ait été validée (et donc de facto son extension).

C’est là toute la malice de nos gouvernants qui, dans l’objectif de plaire aux armateurs et aux syndicats (donc par clientélisme), justifient cette préférence nationale par la politique de défense nationale ! En effet, « la sécurisation des approvisionnements maritimes apparaît indispensable en cas de crise majeure ». Ainsi le Conseil d’État avait validé la loi de 1992 en jugeant que « l’obligation de détenir une capacité de transport sous pavillon français est nécessaire et proportionnée aux objectifs poursuivis »4.

Le rapport préparatoire à la modification de la loi de 1992 ne traite d’ailleurs que de cette problématique de défense en occultant en toute mauvaise foi les motivations réelles du législateur : mettre en place un patriotisme économique dans le secteur maritime.

La gauche française se serait-elle décidée à réaliser le programme économique du FN ? Il est maintenant permis de se poser la question !

  1. Immatriculation.
  2. Entre 5,5 et 8%.
  3. Oui vous avez bien lu ! Malgré son absence d’accès à la mer du pays, il est possible d’immatriculer un navire au Luxembourg…
  4. CE n°209419 28/02/2011.
Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Et c’est encore les pauvres qui trinquent.
    Le socialisme triomphant qu’y disaient.

  • « La gauche française se serait-elle décidée à réaliser le programme économique du FN ? Il est maintenant permis de se poser la question ! »

    Les politiques économiques du FN sont socialistes donc forcément le PS n’a pas de problème avec ça.
    La France ne cesse de s’enfoncer.

  • Je ne comprends plus rien ! La France dispose d’un pavillon de complaisance défiscalisé à Port-aux-Français (Kerguelen) alors pourquoi ne pas immatriculer les quelques tankers qui restent aux Kerguelen … Mais il doit certainement y avoir un lézard administratif quelque part.

  • Voila où mène l’économie dirigée !!!!De plus c’est une façon de confier les clefs de notre approvisionnement à la CGT syndicat connu pour son patriotisme et si nous validons un instant l’argument de la défense nationale , c’est confier la défense nationale à la CGT !!!! On a pas encore de syndicat dans l’armée mais la rendre dépendante de la CGT revient quasiment au même !!!!bravo et encore bravo !!!!

  • Les voies maritimes amenant le pétrole « n’appartiennent » pas à la France.
    Cela revient à en interdire le commerce aux étrangers (même européens).
    L’argument « défense » est pour le moins étrange et inquiétant. Passe encore que l’armée décide de se laisser approvisionner sous pavillon francais… mais quelle guerre sommes nous donc en train de préparer? Pourquoi ne pas étendre la loi au raffinage en fait? Et finalement à l’extraction?

    La France un impérialisme que le monde entier lui envie!

  • Je tiens à ajouter quelques précisions.
    D’une part la hausse du prix à l’achat pour le consommateur sera inexistante (moins de 1 centime par litre) le transport ne représente pas plus de 5cent/litre donc une hausse de 20% sur 5cent reste trés marginale.

    De plus, aujourd’hui un navire au pavillon RIF (pavillon de complaisance français) n’emploi pas plus de 3 français par navire (voire 1 seul dans certains cas, le Commandant).
    La majorité des équipages sont philippins ou ressortissant de l’europe de l’est (moins cher eux aussi).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

Notre société n’en peut plus. Après plusieurs décennies de surenchère en matière d’interventionnisme, qui se paye par une taxation et un endettement (donc des impôts futurs) de plus en plus colossaux, le peuple réagit.

De manière parfois confuse, mais en réponse à une accumulation de souffrances qui résultent pour une bonne part de l’horreur politique et de la prétention de certaines élites à constamment tenter de régenter la vie des autres. Une impasse, mais aussi un leurre dont on n’a pas fini de mesurer l... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux. Un article de l'Iref-Europe

L’élection présidentielle algérienne occupe une place importante dans l’actualité. Les récentes manifestations contre le président sortant Bouteflika et sa démission mettent en avant les faiblesses politiques du pays et font craindre une crise majeure qui aurait des répercussions à l’international.

Pour autant, il ne faut pas ignorer un acteur ayant des intérêts en Algérie et qui ne resterait certainement pas inactif en cas de troubles sévères : la Russie.

 

Un r... Poursuivre la lecture
Biden Riyad inflation Etats-Unis récession
0
Sauvegarder cet article

Par Lina Kennouche.

La visite du président américain à Djeddah dans le cadre du sommet CCG+ 3 (Conseil de Coopération du Golfe + Égypte, Jordanie et Irak) à la mi-juillet s’est achevée sans résultats tangibles.

Si, sur la forme, le fait même que Joe Biden se soit rendu dans le royaume a témoigné d’un certain réchauffement de la relation américano-saoudienne, sur le fond, les États-Unis ont échoué à obtenir un engagement ferme sur les principaux objectifs de ce déplacement.

Un épisode qui illustre le déclin de plus en plus... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles