Tabac : la liberté plutôt que la répression

« Je propose donc au gouvernement d’essayer une voie nouvelle pour lutter contre la tabagie : la seule que nous réclamons : la liberté et sa fidèle compagne, la prospérité. »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
cigarette credits corrie (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tabac : la liberté plutôt que la répression

Publié le 17 octobre 2014
- A +

Par Olivier Méresse.

cigarette credits corrie (licence creative commons)

Le paquet de cigarettes dit neutre, c’est-à-dire dépourvu de logotype et de toute décoration commerciale, est la mesure phare du plan anti-tabac présenté le 25 septembre dernier par Marisol Touraine, notre ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes. Le 8 octobre, elle nous a assuré qu’il devrait arriver début 2016 dans les bureaux de tabac.

Pour l’instant, seule l’Australie a mis en place une telle mesure et vous conviendrez qu’il faut être vicieux pour aller aux antipodes copier la seule législation fasciste de ce pays par ailleurs exemplairement libéral. Ce qu’on appelle un paquet neutre est tout sauf neutre puisque les photos de gangrène ou de cancer ainsi que de fort peu subtils avertissements sanitaires occupent la majeure part de sa surface. La marque et le type des cigarettes n’y est noté qu’en tout petit dans une typographie standardisée sur le bas du paquet, ce qui ne devrait pas faciliter la vie des buralistes.

Cette mesure s’inscrit dans une vaste lignée de mesures délirantes : taxation à 400 % ; augmentations continues du prix du paquet ; interdiction du tabac à la télévision, dans les lieux publics, dans les cafés, bars, brasseries, restaurants, bureaux, ateliers, tous lieux on ne peut plus privés ; interdiction de la publicité pour les industries du tabac ; campagnes anti-tabac toujours plus nombreuses en revanche ; multiplication des avertissements sanitaires ; informations dans les écoles, et tant d’autres. Pourtant, les adolescents, particulièrement les jeunes filles, n’ont jamais été aussi nombreux à fumer et il serait peut-être temps de s’interroger sur l’inefficacité de toutes ces mesures.

Généralement, ce sont les cadres qui vont faire un peu de course à pied au bois le dimanche matin tandis que ce sont les chômeurs qui vont au bistrot du quartier dépenser leurs allocations. C’est l’exact contraire de ce que nous devrions observer puisque la course à pied coûte beaucoup moins cher que de boire des canons de rouge sur le zinc. L’explication que je me permets de donner à cet apparent paradoxe est que le cadre se projette dans l’avenir tandis que le chômeur s’efforce de supporter le présent. Le premier surveille et entretient son rythme cardiaque là où le second essaie d’oublier dans l’instant, par une jouissance immédiate, la misère de sa condition.

Je propose donc au gouvernement d’essayer une voie nouvelle pour lutter contre la tabagie : la seule que nous réclamons : la liberté et sa fidèle compagne, la prospérité. Laissez-nous travailler, laissez-nous investir, laissez-nous nous enrichir : cela nous redonnera l’envie de penser à long terme. Montrez aux adolescents que la vie n’est pas qu’une succession de formulaires à remplir, d’impôts à supporter, de taxes à acquitter. Qu’il existe d’autres horizons que de se faire prélever ou subventionner, interdire ou obliger. Laissez à ces enfants des raisons de croire que demain peut être meilleur qu’aujourd’hui, de croire en l’avenir, en un avenir enthousiasmant… et vous les verrez prendre soin d’eux.

Je vous propose de concentrer vos efforts sur les fumeurs. Pour ses deux paquets de Marlboro quotidiens un gros fumeur est maintenant amputé de plus de 400 euros chaque mois. Redonnez-lui du pouvoir d’achat plutôt que de l’enfoncer dans sa condition misérable de toxicomane, et lui aussi pourra se remettre à faire des projets, partir en vacances, peut-être même faire du sport.

Lors de la dernière augmentation des prix du tabac je me souviens avoir vu au journal télévisé une femme âgée ayant beaucoup de classe, parlant fort bien et fort bien apprêtée — ce pourrait être votre mère — expliquer qu’elle était passée au tabac à rouler pour des raisons budgétaires. N’avez-vous rien de mieux à faire, vous qui nous gouvernez, que de dégrader cette noble dame en la contraignant à se comporter comme un vieux tatoué, mataf sur son rafiot ou taulard en cabane ?

Une fois encore le gouvernement prête à la publicité plus de pouvoir qu’elle n’en a. Et par quel mystère les jolis paquets colorés feraient-ils fumer les adolescents tandis que les campagnes anti-tabac ne parviendraient pas à les en dissuader ? Le rôle des marques, des emballages ou de la publicité a d’abord pour effet d’orienter les clients vers les cigarettes légères, ou sans additifs, vers la cigarette électronique ou toute autre innovation salutaire.

Chers gouvernants, essayez la prospérité, et qui sait si vous n’y trouverez pas certains avantages, d’autres effets bénéfiques induits ? Tout ce à quoi vous êtes parvenu pour l’instant est de donner une odeur à la liberté, celle de ces volutes de fumée que vous vous échinez à réprimer sans succès.

Voir les commentaires (79)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (79)
  • Je suis pour le droit au suicide sans finir dans un hopital psy

    Je suis pour le droit à l’euthanasie sans finir sous morphine

    Je suis pour ne pas mettre de ceinture de sécurité

    Je suis contre l’obligation de mettre de barrières aux piscines

    Je suis contre les détecteurs de fumée

    Je suis donc contre cette réforme du tabac

    • il est logique que l’effet contraire se produise dans une campagne anti tabac. Le tabac trafiqué permet de maintenir les bureaux de tabacs en activité. La campagne anti tabac incite à la consommation. C’est comme l’histoire de la courbe inversée.
      Plus il y aura d’interdits de consommer et plus grande sera.la consommation.

    • Oui, et vous êtes aussi pour le féminisme. On sait.

      A quand un féminisme édulcoré ? Où l’homme et la femme peuvent avoir des couleurs et un sexe différent ?

  • « Le rôle des marques, des emballages ou de la publicité a d’abord pour effet d’orienter les clients vers les cigarettes légères, ou sans additifs » Il est un peu naïf de croire qu’il existe des « cigarettes sans additifs !
    D’autre part, si le paquet neutre n’était d’aucun effet sur la consommation du tabac, pourquoi les industriels de la cigarette dépensent-ils autant d’énergie (et d’argent) pour conter l’application de cette mesure ?

    • Le rôle du paquet permet de distinguer les marques entre elles. Si les fabricants veulent garder l’identité de leur paquet c »est pour une raison de concurrence entre les marques, pas pour une raison de baisse éventuelle de la consommation en général.

      • Et la concurrence, ça ne consiste pas à faire mieux que concurrent justement, donc a avoir de meilleurs résultats, réaliser de meilleurs volumes de vente ?

        • Oui mais je suis d’accord avec Pascale. Il ne faut pas confondre l’incitation pour le fumeur à choisir telle marque plutôt que telle autre avec l’incitation à fumer.

          En clair, si moi fumeur je choisis de fumer des Malboro, Philip Morris sera content mais ça n’est pas parce que le paquet de Malboro est tel qu’il est qu’un jeune va subitement se décider à fumer.

        • Lebras, si le volume de vente est fixe ce n’est qu’une histoire de parts de marché.
          L’image de marque c’est pour se démarquer du concurrent dans un volume fini.

          Sinon, on n’a pas à porter des jugements moraux sur des comportements de consommation mais surtout ne pas accepter que d’autres le fassent pour nous.

          Prochaines étapes : le coca avec étiquette neutre, les voitures avec la même carrosserie.

          A noter que le lobby des végétariens est à l’attaque : il y a une mesure en cours pour que les morceux de viande ne soient plus étiquetés avec leur nom mais leur mode de cuisson sous forme 1,2 ou 3.
          Fini le filet, le contre filet, le jarret, le jumeau, la poire et le merlan, l’araignée…
          Cela procède exactement de la même démarche.
          Mais bon, le socialisme c’est pareil, ils préfèrent qu’on les appelle « progressistes » ; on change l’étiquette mais dedans c’est pareil.

  • c’est de la publicité. La publicité accompagne l’industrie et developpe sa consommation et alimente la pollution verbale
    Un autre paquet de cigarettes sur les étagères du buraliste. C’est un nouveau produit.

  • J’ai vu un film récemment, une dystopie. La moitié du film était en noir et blanc, sans couleurs.

    C’est assez « drôle » quand on y pense. Chaque jour qui passe, nous nous enfonçons profondément dans une idéologie communiste tellement écrite, décrite comme étant la pire ignominie sur terre.

    Et pourtant les peuples regardent cela passivement, bave au coin de la bouche.

    Et bien tant pis pour eux ! Double peine, triple peine, rien à foutre.
    Perso je garde ma liberté de penser et de dire. Au pire, je m’exilerais. Là c’est dit.

  • Le problème avec la sacro-sainte liberté, c’est qu’à un moment donné les libertés des uns s’opposent à la liberté des autres et dans ce cas si, même si oui tout le monde à le droit de choisir de fumer, personne n’a le droit d’enfumer son voisin contre son gré. C’est l’exemple typique de cette liberté qui se heurte à elle même. L’interdiction de fumer dans les bâtiments par exemple peut donc être considéré comme une bonne chose puisqu’elle protège le principe de santé des uns contre le principe de plaisir des autres. On a établis une échelle dans les libertés pour arbitrer ce conflit. Dans le même registre des libertés : le fait d’avoir un paquet neutre avec certaines photos n’entrave pas votre liberté d’acheter un paquet, de même mettre des taxes sur le tabac est la liberté de l’état démocratiquement élu. La question qui se pose est la justification et l’objectif qu’on cherche à atteindre. Si c’est réduire la facture pour la sécurité sociale et bien c’est simple laissons la liberté à l’état de ne pas rembourser les malades du tabac, le fumeur était libre d’en consommer en toute connaissance de cause. A chaque fois le débat se polarise sur la coté santé et les mesures prises par l’état et la libertés des fumeurs qui ne veulent pas que l’état intervienne et invoque cette sacro-sainte liberté. Alors si vous êtes pour le respect de la liberté, laisser la liberté de faire à l’état tant qu’il n’interdit pas complètement la cigarette il ne contrevient pas à ce principe. Après tout, tout le monde est libre d’être c**, le plus difficile c’est d’assumer ses choix et de rester cohérent. (Un fumeur ….)

    • Duchateau: « Si c’est réduire la facture pour la sécurité sociale et bien c’est simple laissons la liberté à l’état de ne pas rembourser les malades du tabac »

      Le « cout » du tabac est un mythe, les fumeurs meurent 7 année avant les autres, donc 7 année de grande vieillesse à payer en moins. La facture de fin de vie est égal, un non fumeur a aussi des soins pour son cancer ou sa maladie terminale.

      Les taxes sur le tabacs elles, rapportent 11,2 milliards à l’état faisant des fumeurs des contributeurs net.

      • En fait, d’après une étude hollandaise, un non fumeur coute en moyenne 30% de plus qu’un fumeur.
        Si on suit la logique des anti-tabac concernant l’optimisation des soins de santé, il faut donc obliger les gens à fumer.
        Et aussi mettre un age limite de vie, controler les relations sexuelles, les comportements, obliger les gens à faire du sport mais pas trop, etc…
        La sécu publique, graine de totalitarisme…
        La nationalisation, ou comment une activité qui normalement crée des richesses devient une charge à réduire…

        • Exact ph11 le problème c’est la sécu, pas le tabac.

          Si la sécu voulait être logique avec elle-même elle ne devrait plus assurer les comportements à risques, libre à ceux là de s’assurer individuellement : alcool, tabac, voiture, ski, foot, déménagement, sexe, bouffe… et même travail si on calcule bien !

    • « le fait d’avoir un paquet neutre avec certaines photos n’entrave pas votre liberté d’acheter un paquet »
      Non mais ca entrave ma liberte de choisir le parquet que je trouve le plus beau, et ca entrave la liberte du fabricant. Que diriez vous si demain on vous oblige a avoir une voiture blanche car elle chauffe moins au soleil et donc limite les risques d’insolation?
      « de même mettre des taxes sur le tabac est la liberté de l’état démocratiquement élu »
      Democratie n’est pas synonyme de liberte, elle n’est meme pas le signe de la majorite.
      « Si c’est réduire la facture pour la sécurité sociale et bien c’est simple laissons la liberté à l’état de ne pas rembourser les malades du tabac, le fumeur était libre d’en consommer en toute connaissance de cause »
      Oui sauf que nous sommes obliges de cotiser a la secu. Dans un pays ou l’assurance est libre, l’assureur a le choix de ses tarifs et donc pourrai augmenter ses prix pour les fumeurs.

    • certes interdiction d’enfumer son voisin , en conséquence, de faire un bba de conduire une voiture à moteur thermique..etc…

      non , ce qu’on accepte ou pas est tout à fait arbitraire…la cigarette est honni désormais…
      quant au prix à faire payer..
      c’est ennuyeux car compte tenu de l’espérance de vie amoindrie des fumeurs, il pourrait apparaître légitime de moins leur prendre pour provisionner une retraite…

      c’est bien le problème pour les gouvernements, car rendre la liberté aux gens de fumer impliquerait de rendre libre leur choix de santé et libres leurs choix de retraite…

    • « Le problème avec la sacro-sainte liberté »

      Ouf… Pas la peine de lire plus si ça commence avec de telles c…ries…

  •  » le cadre se projette dans l’avenir tandis que le chômeur s’efforce de supporter le présent »

    c’est presque du Zola !

    qui a dit : « sustituer la chaude somnolence de l’alcool à la morne somnolence de l’existence » ?

    Cela étant dit, rappellons que depuis l’introduction du tabac dans le monde , vers le 15ème siècle, des millions de personnes en sont mortes !

    Et je connais des médecins et autres personnels soignants qui fument !
    Je connais aussi des cadres dirigeants qui fument pour tenir le coup…………à défaut de prendre de la cocaine !

    pas simple ?

    ps: quand il fait beau, j’aime déjeuner ou diner en terrasse. Hélas, les fumeurs y sont ……………………………….

    • oui Petitjean absolument OK. Le tabac vendu en France s’assimile à de la drogue. Comme le vin d’ailleurs, il n’y a rien sur les bouteilles d’alcool fort whisky, voka etc. La Seita a disparu. Les producteurs aussi.

    • Depuis l’introduction de l’automobile, des millions de personnes en sont mortes aussi…
      Votre santé, à qui appartient-elle ? A vous ou à l’État ?

  • Je ne fume pas, n’ai jamais fumé, le sport m’ayant gardé à l’écart du tabac. Si mes filles se mettaient à fumer, ça me désolerait pour elles. Mais: ce n’est pas à l’Etat de s’occuper de ça, c’est aux parents d’informer leurs enfants et de les responsabiliser. Point barre. De plus, je suis effarée par la multiplication des lieux sans fumée. Lieux publics??? C’est-à-dire parcs, jardins et compagnie? Mais où vont-ils s’arrêter? A quand l’interdiction de fumer en pleine forêt ou, pire, sur son propre balcon? Je me souviens que je voyais, enfant, la France comme un pays vaste et plein de promesses. Mais quel goulag est-elle devenue?!

    • Il va bien être interdit de fumer dans sa voiture en présences d’enfants de moins de 12 ans… Après 12 ans, par contre on peut y aller sans soucis !!!!

      • il faut vraiment être inconscient pour fumer en présence de son propre enfant

        • Est-ce que j’ai dit le contraire ?
          Mais par contre, a-ton besoin d’une loi pour que les gens ne le fassent pas ?

          • Ce plan anti tabac favorise la délocalisation vers la Pologne de 300 emplois au coût salarial moindre qu’en France. Le coût de production francais est de 17 centimes. Le moins cher des paquets de cigarettes est 6,50 euros. La.différence va.aux actionnaires.
            La cigarette contient des produits toxiques. L’écologie n’est pas au rendez vous. Il est possible d’avoir du bon tabac en France.

          • « Mais par contre, a-ton besoin d’une loi pour que les gens ne le fassent pas ? »
            On voit malheureusement que tant qu’il n’y avait pas de loi, les fumeurs enfumaient sans broncher (ahah) les non fumeurs dans les lieux publics clos…

            • Les non-fumeurs n’étaient pas obligés d’y aller.
              Y aller signifie consentir à supporter la tabagie, que ce qu’ils gagnent en y allant (vie sociale,…) a plus de valeur que leur propre santé.
              Consentir à contrecoeur reste un consentement et non la violation de son droit.

              La politique anti-tabac est juste une idéologie à la mode… Un jour, elle se démodera.

  • Article qui soulève des points intéressants mais qui est bourré de raccourcis… L’ouvrier misérable qui se bourre la gueule tous les jours, le cadre prospère qui fait du jogging… Et je passe l’Australie, pays « exemplairement libéral », qui vient d’ailleurs de lancer sa nouvelle campagne anti-immigration.
    Pas fameux tout ça.

    • Ca te choque peut-être mais ce n’est pas un raccourci de faire un lien entre tabac et pauvreté.
      Fais gaffe c’est socialiste de penser le monde tel qu’on voudrait qu’il soit et non tel qu’il est ;

      Etude INPES : (googler une patie du texte pour le lien)

      « La hausse du prix du tabac aurait-elle plus d’impact chez les catégories les plus aisées ? Ouvrières et employées fument davantage qu’il y a vingt ans, contrairement à la tendance générale. Chez les hommes la baisse est beaucoup plus nette chez les cadres, passés de 45,2 % en 1980 à 23,8 % en 2003, que chez les ouvriers, où le taux ne s’est réduit que de 55,5 à 48,5 %. Entre les deux catégories, l’écart est aujourd’hui du simple au double. »

      « La hausse des prix du tabac pourrait contribuer à paupériser une minorité de fumeurs. Schématiquement, les pauvres fument plus souvent, et les fumeurs pauvres fument davantage, alors même qu’ils peuvent moins se le permettre. »

      « Les personnes ayant une préférence pour le présent alliée à un pessimisme concernant leur avenir se caractérisent par un faible niveau de diplôme, une forte proportion d’ouvriers, d’employés, de bas revenus, ainsi qu’une forte prévalence tabagique (Peretti-Watel et al., 2007b). En outre, le déni du risque (penser que les antécédents familiaux ou la vie au grand air protègent des maladies dues au tabac) et les attitudes critiques à l’égard de la lutte anti-tabac (jugée contraire à la liberté individuelle, moralisatrice et cantonnée à la défense des non-fumeurs) sont plus fréquents parmi les ouvriers, les chômeurs, les personnes à faibles revenus et surtout celles qui sont peu diplômées. Ce déni et ces attitudes critiques sont aussi associés à une plus forte consommation de cigarettes (Peretti-Watel et al., 2009). »

      « Elle pourrait s’expliquer par une moindre sensibilité aux messages préventifs dans ces milieux : les personnes peu diplômées, plus présentes dans les classes défavorisées, seraient moins aptes à comprendre l’information préventive et à faire des choix optimaux, d’autant qu’une mauvaise situation matérielle n’incite pas à se préoccuper de sa santé (un cadre s’inquiétera davantage de la nocivité du tabagisme qu’un ouvrier, car il s’attend à vivre plus longtemps, en meilleure santé et avec une meilleure retraite). Une autre explication serait que l’incapacité à se projeter dans l’avenir, qui résulte souvent d’une situation de précarité matérielle (Hoggart, 1970), est un puissant déterminant du tabagisme et d’autres conduites addictives (Becker & Murphy, 1988). »
      ____________________

      Quant à l’Australie et sa politique d’immigration : LOL de LOL !
      J’y ai passé plus de 2 ans et je ne connais pas un pays avec autant de nationalités (150 dans Melbourne) et avec une telle intégration. Mais effectivement ce pays a fait depuis longtemps tout comme le Canada le choix d’une immigration choisie suivant les métiers disponibles : si vous êtes coiffeur diplômé, vous avez toutes vos chances. Mais si vous êtes non qualifié vous allez crever de faim.

    • Ce ne sont que des points de détails et ne changent pas le message central  » au nom de quoi m’empêchez vous de fumer? ».en France .au nom de la sécu mon fils m^me si les caisses de retraites te diraient fument!!!
      aux USA c’est les atteintes à autrui, doublé me semble t il d’un fond de moralisme de nature religieuse.

      Dans le premier, la question est la collectivisation obligatoire de la santé et de la retraite, dans le second, il s’agit de faits qui me semble il aussi ne sont pas défendables si il en sont pas relativisés, en gros est ce que les atteintes à autrui par le tabac sont bien supérieures à celles que nous subissons pollution , violence due à l’alcool , identiquement des autres etc etc…

      Nous ,en France , avons un objectif qui pose quelques questions qui est de minimiser les frais de santé, si et objectif n’est pas contrebalancé par une limitation aux liberté individuelles, il n’y a pas de limite justement aux contrôle de l’état sur tous les aspect de la vie.

      • à oui et cette balance se fait normalement avec un assureur de santé privé par le montant de la prime, et si vous ne voulez pas d’assurance, par votre choix…

  • vous oublié quelque chose. en france, c’est le contribuable qui paye les soins de santé des francais. alors il est normal que l’état tente d’empêcher les gens de fumer. dans un pays libéral, ce serait aux fumeurs d’assumer eux mêmes leurs actes en payant eux mêmes (ou leurs assurances) leurs soins de santé. les asssurances couteraient plus chers pour eux (vu qu’ils fument).

    • Certes, mais l’espérance de vie des fumeurs est plus faible: ils ont la bonne idée de peu profiter de leur retraite. Pour les comptes des caisses retraites, c’est tout bon.
      Au final, un fumeur ne « coûte » pas plus à la collectivité; ce serait plutôt le contraire.
      Il y a eu des études sur ce sujet en UK.

      • Je veux bien voir ces études car cela m’étonne beaucoup.

        • superresitant : « Je veux bien voir ces études car cela m’étonne beaucoup. »

          Les études le confirment mais c’est surtout totalement logique.

          Un fumeur meure 7 année avant les autres, hors les soins de grande vieillesse durant ces 7 années sont couteux. La maladie terminale coute pareil chez les deux par contre les fumeurs payent 11 milliards de taxe en plus.

          • Qu’importe ce que coûtent les fumeurs à la société, le problème n’est pas là.

            • Ah, maintenant, le cout n’est plus important… Donc on passe à autre chose…

              Les liberticides… Réfutez leurs arguments, ils sortiront d’autres arguments. Réfutez leurs arguments rationnels, ils finiront par se retrancher dans des arguments irréfutables et irrationnels…

              Le moyen est la fin. La fin n’est que prétexte. La servitude est leur désir.

        • Googler « Alcohol, Obesity and Smoking Do Not Cost Health Care Systems Money »

          C’est sur Forbes. (2012)

          « Now there is no doubt at all that these unhealthy behaviours do have costs, that’s not at issue. The major cost is of course to the imbiber, smoker or lardbucket in the form of a shorter lifespan. However, it’s pretty much a given that in anything even approximating to a free or liberal society that consenting adults have to be left to make their own cost benefit trade offs. »

          « But what about these costs to the health care systems? Well, the clue is in that shortened lifespan. Yes, certainly, there are costs to treating the diseases brought on by too much booze, tobacco or food. But there are costs to treating all diseases, all modes and methods by which we might possibly reach that undoubted destination, the grave. »

          « The lifetime costs were in Euros:

          Healthy: 281,000

          Obese: 250,000

          Smokers: 220,000 »
          _________________

          L’enfumage sur le coût du tabac vient du fait qu’en france et en Suisse aussi on a intégré le coût de la baisse de qualité de vie : èa doit être le coût de la difficulté à se lever de son canapé pour un obèse ou de prendre un taxi pour un fumeur essouflé ? Ca représente la moitié du soi-disant coût du tabac.

    • « c’est le contribuable qui paye les soins de santé des francais. »

      Et qui est le contribuable ? Les Français. Les fumeurs cotisent autant, voire plus que les non-fumeurs.

      « alors il est normal que l’état tente d’empêcher les gens de fumer. »

      Non.
      Votre santé serait propriété d’État ? Non.
      Si vous gérez mal votre santé, vous en assumez le cout. Si l’État gère mal votre santé, vous en assumez le cout aussi. (Par cout, j’entends que c’est vous qui vous retrouvez à l’hosto et risquez de mourir et pas l’assurance santé). Vous êtes propriétaire de votre santé.
      Maintenant, si l’État décide de financer votre mauvaise gestion, c’est son problème à lui, pas le votre. Je ne crois pas qu’on ait demandé aux fumeurs s’ils voulaient de cette aide (qui en plus a été extorquée au fumeur avant)

      Je pense que les justifications de ces lois liberticides ne sont que prétexte aux désirs secrets de domination, de suppression de liberté d’autrui… Et si on les réfute, on trouvera d’autres justifications qui de fil en aiguille seront mieux construits, plus justifiés, par principe de sélection naturelle…

      Des justifications de politiques liberticides, il y en a de nouvelles régulièrement, celles-ci paraissent toujours sensées ou morales. Si le fascisme, le totalitarisme, la dictature ont existé, c’est parce qu’à un moment, à une époque, des gens plus ou moins sensés ont justifié ces systèmes, les ont trouvé moraux, crédibles ou supérieurs.

      « les asssurances couteraient plus chers pour eux (vu qu’ils fument). »

      Et ce n’esst pass le cass. 🙂

  • Le problème quand on parle de drogue (le tabac en est une), c’est que par définition quand vous en devenez consommateur vous perdez votre liberté de vous en passer.
    Donc du coup…

    • Rien ne vous oblige a devenir consommateur.

      • @ Maurice, en général les consommateurs le deviennent avant leur majorité (et c’est la population visée par l’industrie du tabac). Le « choix » est une notion délicate ne matière de drogue, alors quand on plus on est même pas majeur…

        • Oui la majorité c’est qu’on peut tuer à 17 ans et 364 jours mais pas à 18 ans, là c’est interdit.
          Tu prônes juste l’irresponsabilité.

    • On ne vous mettra pas en prison, personne ne cherchera à vous en empêcher par la force si vous cherchez à arrêtez.
      Pas de perte de liberté.

      Par contre, il faut de la volonté.

      Ne confondez pas manque de volonté, de courage et servitude.

    • @ Noun qui dit : « Le problème quand on parle de drogue (le tabac en est une), c’est que par définition quand vous en devenez consommateur vous perdez votre liberté de vous en passer.
      Donc du coup… »

      Du coup… et alors ? Tu veux aussi comme tout bon socialiste que les gens marchent dans les clous ?
      Adepte du voyou pas responsable ? C’est la fotalasociété.
      La télé est une droque, le smartphone est une drogue, FB est une drogue, le sexe est une drogue, la vie est une drogue, la mort est un état de manque.

      Ta drogue c’est le socialisme.

      • @gameover: je dis juste que parler de liberté concernant le tabac est absurde. Reconnaître la réalité médicale de ce qu’est une drogue n’a rien de particulièrement socialiste.
        Fanatique…

        • pour vendre de la drogue en paquets de cigarettes, l’État impose l’achat une licence.

        • « je dis juste que parler de liberté concernant le tabac est absurde. »

          Si la liberté n’existe pas, pourquoi cherchez-vous à l’abolir ?

          Sinon, l’idéologie est aussi une drogue, la passion, le travail, l’air, la nourriture… Vous perdez donc votre liberté en étant idéologue, passionné, ou en devant vous sustenter…

          Vous confondez comme tout socialiste la liberté et l’absence de déterminisme.

          « la réalité médicale de ce qu’est une drogue n’a rien de particulièrement socialiste. »

          Vraiment ? Pourtant, les régimes qui cherchent à supprimer le tabac sont généralement socialistes et le tabac est un outil qui a permis de libérer pas mal de gens dans ces régimes…

          Le tabac, c’est un indice qui permet de révéler l’état d’une société… Tout comme l’or est un indice qui permet de révéler les manipulations étatiques de l’économie…

    • Donc du coup, on en profite pour se faire du pognon sur le dos des toxicos à coup de taxes, histoire de les enfoncer un peu plus. Ils seront vachement aidés.

    • non , il devient très difficile de s’en passer , ce qui est différent, et en conséquence , l’interdiction de la vente aux mineurs et l’éducation voire les avertissements peut avoir un sens…

      Il faut bien comprendre que la liberté a un coût…la question est toujours de savoir si c’est le rôle de l’état de faire les choix pour les gens… tu peux picoler , fumer ok , mais moins que picoler quand m^me , surtout pas fumer d’herbe.. bon quelques antidepresseurs ne peuvent pas faire de mal , le jeu oui : c’est ABSURDE.

      Mais l’efficacité ne peut pas être ce qui détermine la politique, le tabac a des effets essentiellement individuel, l’acceptation de la lutte contre le tabagisme s’est d’ailleurs toujours appuyée sur le tabagisme passif d’un côté( et sur l’anticapitalisme d’une autre le s vilaines mutlinationales du tabac/ les petits vignerons) et si les effets du tabagisme passif sont surévalués alors la vérité devient que nous ne sommes pas libres de notre corps.

      Considérerle tabagisme comme une addiction soignable ne change pas vraiment la donne, ça ouvre plutôt la porte à un monde effrayant ou l’etat sera en charge de toute votre vie, alimentation, addictions..
      l’amour est il une addiction?

  • les fumeurs ont fat preuve de leur irresponsabilite, la france est un grand cendrier.A la plage, en foret, au parc, dans les parcs de jeux pour enfants les francais clopent et balancent leur megots a la tonne, la france schlingue la clope froide.
    la LLLLLiberte a des combats plus nobles que la cigarette, surtout quand on est dans un pays de gros clopeux incorrigibles qui sont partout, tout le temps, et salissent.

    • pourquoi les femmes fument encore malgré des cigarettes blondes après toutes l’est campagnes anti tabac.
      Pourquoi les salles de schoot vont être créées ?. La drogue s’est mortelle

      • Les femmes n’auraient pas le droit de fumer ?

        • marisol Touraine est également Ministre des droits de la femme

          • wah et les voitures ça pollue, les usines ça fume, les chiens font des crottes, MacDo ça fait grossir, l’alcool tue et le travail ça fatigue…

            Un conducteur alcoolique sur la voie en face ou un mégot sur la plage : tu choisis quoi ?

            Juste gérer les priorités.

    • C’est clair que c’est bien beau la « liberté de fumer », encore faudrait t-il que ceux qui ne fument pas n’ai pas à ramasser les mégots des fumeurs.
      Sans parler du fait qu’embrasser des femmes qui fument c’est comme lécher un cendrier. Dégueulasse.

      Ok pour la liberté de fumer si ça vous plaît mais dans ce cas légalisons les autres drogues !
      Marre de cette hypocrisie !

    • Et malheureusement, la France shlingue encore plus l’intolérance et la haine ! (Exemple ci-dessus)

  • cet été, sur les plages, en plus des crottes de chiens qui viennent avec leurs maitres se soulager le matin et le soir, je comptais de nombreux mégots.

    l’incivisme en France est partout. Parlons des déchets nombreux au bords de nos routes !!!

    les français ont besoin de se faire botter le cul !!……………………………….

  • Qu’elle est la cause de la dépendance au tabac blond ?

  • Cet article est d’un optimisme beat. La prosperite, c’est la liberte individuelle, pluttot que le clientelisme servile. Vous pensez vraiment que les politiciens francais y ont le moindre interet?

    • il doit y avoir des pots de vin pour les politiques

      Pour casser la prospérité du marché, il faut du courage et dire j’arrête et trouver une activité de substitution.

  • Bon, ça ne vole pas bien haut ici, je vais vous laisser entre vous !

    • Le fumeur va aussi participer à la taxe pollueur payeur ou ecotaxe.

      Je suis contre le fait de supprimer la possibilité de se soigner en cas de maladie grave.

      Pourquoi les patches de Nicotinell ou autres ne sont pas pris en charge dans le plan anti tabac ?

      • « Pourquoi les patches de Nicotinell ou autres ne sont pas pris en charge dans le plan anti tabac ? »

        Pour info le taux d’échec est de 94% avec les patches c-a-d moins que l’arrêt volontaire sans substitut… donc ça veut dire qu’en fait l’effet est contraire. Il semble que l’e-cigarette est à 14% de succès mais l’étude date un peu et il y a eu beaucoup de progrès sur les produits depuis.

        Mais globalement les aides c’est comme d’hab c’est idiot. les trucs gratuits ça ne marche pas, il faut un investissement personnel. On ne fait pas des gosses pour les allocs.

  • « Je vous propose de concentrer vos efforts sur les fumeurs (…). Redonnez-lui du pouvoir d’achat plutôt que de l’enfoncer dans sa condition misérable de toxicomane, et lui aussi pourra se remettre à faire des projets, partir en vacances, peut-être même faire du sport ».

    A lire ceci, ils doivent bien se marrer ceux qui, en dépit de leur « misérable condition de toxicomane », ont, ma foi !, un pouvoir d’achat bien élevé, des projets pleins la tête, des vacances de rêve, des activités sportives »high tech » etc etc…

    De quoi et de qui je parle ? De la cocaïne bien sûr et de tous ceux qui s’y adonnent (particulièrement nombreux dans les hautes sphères de la finance, de la com et de la pub).

  • le contrôle tu tabagisme est intimement lié à la restriction de liberté qu’implique la collectivisation du coût des soins de santé.
    en gros les fumeurs nous coûtent des sous …or ce n’est m^me pas évident compte tenu de leur espérance de vie plus courte dont bizarrement la collectivité de félicité pas les chômeurs..vous nous coûtez moins cher de retraite bravo….

    si on compare les effets du tabagisme passif à ceux de l’alcoolisme passif….violence, collisions etc..on comprend mal la différence de traitement entre ces deux produits addictifs..

    • Pour le coût réduit du tabac à cause de l’espérance de vie réduite : voir mon lien ci-avant.

      Différence de traitement alcool-tabac : l’alcool permet d’oublier les ravages du socialisme ! Hic !

    • @ jacques Lemiere,

      C’est vous qui encaissait l’argent des malades ?

  • qui sont les loobys du tabac ?
    Réponse :
    les politiques

    • @ jacques,

      Je pense que cet élu a raison lorsqu’il dit que le gouvernement ne parle que de mort

      Le gouvernement serait il devenu négationniste ?.
      Marisol Touraine avec sa boite en carton décorée de dessin « de satan » ne risque pas faire inverser la tendance.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

La semaine dernière, le magazine Marianne nous a gratifiés d’une très jolie pièce d’anticapitalisme que je n’hésite pas une seconde à qualifier de légèrement primaire. Primaire dans sa méthode, primaire dans sa compréhension du rôle et du fonctionnement de l’entreprise, et finalement, primaire dans sa conclusion qui n’a d’autre objet, une fois de plus, que de scinder le monde économique entre les gentils travailleurs et les méchants capitalistes. Le tout bien médiatiquement enveloppé dans l’expression ô combien racoleuse de « jour du dépassem... Poursuivre la lecture

Notre système économique basé sur l’impôt est appelé à s’améliorer, à s’améliorer toujours, et à s’effacer au niveau de l’impôt sur le revenu pour réaliser autrement sa mission de service public.

Supprimer un impôt n’est pas supprimer les autres impôts. Notre système économique est malade. La suppression de l’impôt sur le revenu signifie 20 % des recettes de l’État afin de relancer l’emploi par la consommation. Il serait alors judicieux de s’interroger pour savoir si les 80 milliards dédiés au plan de relance de l’industrie seront util... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles