Avec ses propres cellules souches, un enfant peut être sauvé

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
enfant credits felipe fernandes (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Avec ses propres cellules souches, un enfant peut être sauvé

Publié le 15 octobre 2014
- A +

Par Jacques Henry.

enfant credits felipe fernandes (licence creative commons)

L’une des récentes avancées les plus prometteuses de la biologie est l’utilisation des cellules souches dans des domaines médicaux de plus en plus nombreux, du traitement de maladies orphelines, de certaines formes de leucémie et des dégénérescences cérébrales à la régénération de tissus. Le 8 octobre 2014 était la journée mondiale des cellules souches. Je n’ai rien vu transparaître dans la presse en ligne française à ce sujet, et pour cause, les cellules souches et embryonnaires sont un sujet tabou en France, tout comme l’open-data médical, pour de confuses raisons d’éthique et de respect du citoyen ou encore en raison de l’inepte principe de précaution inscrit dans « le marbre » de la constitution française. Tant pis pour la France, elle est déjà à la traîne dans le domaine des innovations biomédicales, cette fois-ci elle s’enfonce définitivement dans l’obscurantisme.

Les cellules souches peuvent provenir d’un embryon au stade blastocyste, il en existe aussi dans le liquide amniotique, dans le sang du cordon ombilical et enfin on peut réorienter des cellules adultes dites somatiques par divers procédés. Les cellules somatiques se retrouvent dans de nombreux tissus comme les épithéliums et remplissent durant la vie des fonctions essentielles de réparation des tissus. Le problème avec les cellules d’adulte est qu’elles sont déjà « vieilles » – c’est le cas par exemple des greffes de moelle osseuse – un donneur jeune est donc préférable.

L’utilisation des cellules souches en médecine est un domaine en pleine expansion et très prometteur, on estime en effet que près d’une centaine de pathologies pourront dans un avenir relativement proche être traitées avec des cellules souches. Cette illustration résume les principales applications potentielles des cellules souches :

henry

La première transplantation de cellules souches de moelle osseuse dans le traitement de la leucémie date de 1988. Depuis cette date, plus de 30000 leucémiques, surtout des enfants, ont été sauvés. C’est la raison pour laquelle de plus en plus de parents, soucieux de la santé future de leurs enfants approchent des sociétés pouvant assurer la conservation nominative dans de bonnes conditions des cellules souches du sang ombilical ou des cellules amniotiques de leur progéniture, considérant que les progrès futurs de la médecine justifieront cet investissement sur l’avenir. N’est-ce pas un immense service à rendre à ses enfants en les munissant de leurs propres cellules souches pour leur santé future ? C’est la base de l’approche marketing de la société SmartCells en Grande-Bretagne qui depuis 2001 propose le traitement et la séparation, le conditionnement et la conservation de longue durée dans l’azote liquide des cellules souches du sang de cordon ombilical du nouveau-né. Même le Vatican a donné son accord pour l’utilisation de cellules souches de sang de cordon ombilical, car les questions éthiques apparaissant avec les cellules embryonnaires étaient résolues.

Depuis le début de l’année, SmartCells a transmis 10 échantillons de cellules pour sauver la vie des enfants dont ces cellules provenaient. Le nombre peut paraître ridiculement faible mais il faut rappeler que SmartCells a sauvé depuis sa création plus d’enfants que toutes les autres banques publiques de sang de cordon de Grande-Bretagne. Il reste pourtant dans ce pays plus de 400 jeunes malades ne pouvant pas être soignés en raison de l’absence de donneurs appropriés et qui sont condamnés à plus ou moins brève échéance à une mort certaine. Dans un futur proche, il sera peut-être obligatoire de préserver des cellules souches des enfants mais pour le moment les couples ayant décidé de prendre cette précaution pour la santé future de leur enfant sans passer par les organismes hospitaliers investissent 2500 £ (environ 3150 euros) pour préserver ces cellules pendant 25 ans, c’est peu cher payé pour éventuellement sauver son enfant d’une leucémie.

Source : Smartcells


Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Cela fait des années que des laboratoires travaillent sur les cellules souches embryonnaires sans aucun résultat.

    en revanche, pour les cellules souches adultes, les avancées sont réelles, ainsi que pour les cellules de sang de cordon qui devraient être systématiquement conservées.

  • Là, je dis oui.

    L’on peut trouver des cellules souches dans les dents de lait. (à condition de les arracher avant qu’elles tombent….)

    Perso au niveau éthique, je me demande si cela serait utile de me sauver. Pour mes enfants, je dis oui de suite.

    Après on peut extrapoler façon Globalia. Imaginer une société de vieux qui se régénère, qui à le capital et le pouvoir. Imaginez deux seconde Hollande qui pourrait rajeunir ?

    Non, peut être qu’il faut quelques barrières quand même. Mais sinon, c’est fantastique. Extra, merveilleux, super méga cool !

    Il y a l’imprimante 3D qui est bien aussi:
    imprimer un cœur, une oreille, un pénis, etc….

    Les femmes risquent d’abuser de ces genres de technologies pour se faire faire des trucs de malade !
    Bon, je sors….

    • Un peu d’humour grivois sur contrepoints ?! Vous avez passé la censure ?

      Bravo.

      Pour votre question : »au niveau éthique, je me demande si cela serait utile de me sauver ».

      J’ai la réponse !

      Humoristiquement vôtre

  • Mathilde de St Amour
    15 octobre 2014 at 16 h 11 min

    Toute ces études sur le génome sont prometteuses, c’est vrai et celles des cellules souches mais rien de bien bien nouveau!
    Hyper responsable Moi… Dc pour sauver vos enfants pas de souci mais vous non, vous préférez laisser femme et enfants sans vos précieuses épaules…
    Euh non moi j’imagine même pas 😉
    Il me semble que l’imprimante 3D a permis de faire une colonne vertébrale, à vérifier!
    Ça peut enlever du ventre et rajouter des seins l’imprimante 3D, Moi? Ça intéresse Moi…:)

    • Votre pseudo et votre humour constants, me semblent plus intéressant q’une paire seins et moins de ventre…

      Ceci dit si c’est un plus et que ça vous plait ! Vous avez raison ! (Plaisanterie potache)

      • Mathilde de St Amour
        15 octobre 2014 at 18 h 57 min

        Merci Balsec 😉
        mais oui bien sur qu’on sauvera Moi, de force, moi ne lui laissera pas le choix 🙂

        • Non, ne me sauvez pas. Svp.

          Mon rôle est d’etre un bouffon, ils ne me supportaient plus chez les socialistes. Comme je n’ai pas une âme violente j’ai refusé l’extremisme. Le seul endroit chauffé où ils acceptaient ma personnalité dérangeante etait précisément ici.

          Mais, je ne minimise pas mon utilité ici. Je suis en quelque sorte le lien indispensable entre la théorie liberale qui demande un effort pour sa compréhension, et le monde léger des subventions dont sont gavés les Français à longueur d’année.

          Meme si parfois j’ai l’air debile, chose que l’on me répétait à longueur d’année durant ma scolarité religieuse ( tu parles de valeurs…), il se cache en moi un grand cœur et une envie d’un monde meilleur pour tous et toutes. Avec chacun nos différences, nos richesses, nos défauts, nos inégalités, nos sexes, nos religions.

          Bref, je reste un idéaliste con, qui n’a trouvé que la dérision pour justifier son existence. Amen.

    • Bien sûr, pourquoi pas, c’est évidemment un truc à testé ^^.

      Ça intéresse Moi.

  • J’avais cru comprendre que les cellules souches ne se dégradaient pas au cours de la vie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Pascal Sommer. Un article de The Conversation

L’auteur de cet article sera présent au Forum du CNRS 2017 dont The Conversation France est partenaire. Il interviendra le dimanche 26 novembre de 16h30 à 18h à la Cité internationale universitaire de Paris.

Entre l’espoir d’immortalité et la fatalité de la mortalité, l’humain a de tout temps cherché à contrer le vieillissement et la défectuosité de parties fonctionnelles de son corps.

Ainsi, le mythe de Prométhée montre que les Grecs anciens connaissaient déjà la poten... Poursuivre la lecture

Par Jacques Henry.

Une innovation dans le domaine des cellules souches redirigées à partir de cellules adultes a fait grand bruit dans les médias ces derniers jours. Il s’agit de la mise au point des conditions de culture cellulaire permettant d’obtenir des ébauches de gamètes à partir de cellules de peau d’adulte.

Cette effervescence médiatique paraît totalement injustifiée pour plusieurs raisons. La première et non des moindres est que l’horloge chronologique dont ne peuvent pas s’affranchir les cellules en dehors de c... Poursuivre la lecture

Par Sylvain Fontan.

Au même titre que la machine à vapeur, l'électricité ou encore l'informatique ont constitué des ruptures technologiques majeures. Les biotechnologies pourraient également s'inscrire dans cette histoire. En effet, encore méconnues du grand public, elles constituent pourtant potentiellement des relais de croissance dans plusieurs secteurs d'activités, même si les obstacles à leur développement sont encore nombreux.

Origines des biotechnologies

Les biotechnologies sont le résultat des avancées technologiq... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles