Les pays Baltes, prochaines cibles de Vladimir Poutine ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vladimir Poutine (Crédits World Economic Forum, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les pays Baltes, prochaines cibles de Vladimir Poutine ?

Publié le 12 octobre 2014
- A +

Par Corinne Deloy.
Un article de Trop Libre.

Vladimir Poutine (Crédits World Economic Forum, licence Creative Commons)« Si je le voulais, les troupes russes pourraient arriver en deux jours, non seulement à Kiev, mais aussi à Riga, Vilnius, Tallinn, Varsovie et Bucarest » a déclaré Vladimir Poutine au président ukrainien Petro Porochenko selon leSüddeutsche Zeitung. Le président russe aime aussi à répéter que la protection des minorités russes où qu’elles soient dans le monde est pour Moscou une mission. Officiellement, c’est d’ailleurs au nom de son inquiétude à l’égard de la minorité russe en Ukraine que Moscou a justifié son intervention dans le pays.

Les déclarations belliqueuses de Poutine et la guerre en Ukraine accroissent l’inquiétude des Baltes. « Nous devons nous assurer que la dissuasion est suffisamment forte pour qu’il devienne impensable pour la Russie d’aller au-delà de l’Ukraine » a déclaré le Premier ministre estonien Taavi Roivas. « L’enjeu n’est pas la seule Ukraine, c’est le monde de l’après-Deuxième Guerre mondiale qui est remis en question » a pour sa part indiqué le président estonien Toomas Ilves. Enfin, la chef de l’État lituanien Dalia Grybauskaite a indiqué : « La Russie est prête à aller à la guerre. Pas l’Europe (…) Tous les pays voisins de la Russie sont menacés par Vladimir Poutine. »

Les Baltes demandent aujourd’hui une présence militaire alliée sur leur sol, une exigence a priori impossible à satisfaire puisque l’acte fondateur Otan-Russie empêche l’Alliance atlantique d’entretenir des bases permanentes dans les pays membres ayant une frontière commune avec la Russie.

D’importantes minorités russophones

Les « Lettons ethniques » représentent 60% de la population de la Lettonie qui compte également 600 000 russophones, soit environ 37% de ses habitants. Les deux tiers de ceux-ci jouissent de la nationalité lettone (Riga a accordé la nationalité aux personnes qui en bénéficiaient avant le 17 juin 1940 et à leurs descendants), les autres sont des « non citoyens » (voir ci-dessous). Les russophones sont majoritaires dans sept des huit plus grandes villes dont la capitale Riga.

Vingt ans après le recouvrement de leur indépendance, les Lettons peinent à intégrer leur minorité russophone, non issue d’une migration « naturelle » mais d’une violente politique de russification menée par le pouvoir soviétique qui a par exemple, conduit près de la moitié des Lettons en Sibérie dans les années 1940 et 1950. Lettons et russophones ne parlent pas la même langue, ne votent pas pour les mêmes partis, envoient leurs enfants dans des écoles différentes et ne s’informent pas auprès des mêmes médias.

À la notable exception du ministre sortant de l’Économie Vjaceslavs Dombrovskis, aucun politique russophone n’a jamais participé à un gouvernement ni exercé de fonction clé depuis le retour du pays à l’indépendance en 1991. Sur le plan politique, la Lettonie est ethniquement divisée et un tiers de sa population demeure marginalisé. Les russophones lettons votent majoritairement pour le Centre de l’harmonie (SC), formation de gauche qui a obtenu sa première grande victoire en remportant la mairie de Riga en 2009. Ces dernières années, le parti a progressé en raison de la (relative) diminution de la polarisation de l’électorat.

Les événements d’Ukraine ont indéniablement renforcé les partis de gouvernement dans une Lettonie où les manœuvres militaires russes inquiètent et où la menace venue de Moscou est ressentie plus fortement qu’ailleurs. Lors des dernières européennes de mai, le Centre de l’harmonie, pourtant donné en tête par les enquêtes d’opinion, a en effet été largement devancé par le parti au pouvoir, Unité (V) et les nationalistes de l’Union pour la patrie et la liberté (TB/LNNK).

Le 26 août dernier, les résultats d’une grande enquête effectuée auprès des minorités nationales présentes en Lettonie (dont environ 70% sont des russophones) ont été rendus publics. Plus de la moitié des personnes interrogées (58%) se sont déclarées fières d’être citoyens-nes lettons-es ; elles n’étaient qu’un peu plus d’un tiers (35%) il y a cinq ans. Concernant la guerre d’Ukraine, quatre personnes sur dix n’expriment de sympathie ni pour la Russie ni pour l’Ukraine et 45% portent un jugement négatif sur la décision de Moscou de déployer des troupes en Ukraine (29% soutiennent cette action).

De drôles d’Européens : les non citoyens

Le 4 octobre, 2 millions de Lettons se rendent aux urnes pour renouveler leur parlement. 283 000 habitants de la République balte seront toutefois exclus de ce scrutin en raison de leur non citoyenneté. La Lettonie compte au total 336 000 non citoyens1, soit 15% de sa population totale. Ceux-ci sont d’anciens Soviétiques (Russes, Biélorusses ou encore Ukrainiens) qui ne remplissaient pas les critères fixés par Riga (bonne connaissance de la langue lettone, de l’histoire et des institutions de la Lettonie) pour accéder à la nationalité lettone en 1991.

Les non citoyens peuvent résider dans le pays et bénéficier des services sociaux mais il leur est interdit de former un parti politique, de voter ou d’être élus aux élections nationale et locale ou de posséder une parcelle de terre ; ils ne disposent pas non plus de la liberté de mouvement et doivent obtenir un visa pour se rendre dans 82 pays (pour 31 seulement pour les Lettons). Trente-trois catégories d’emplois (dont celles de militaire ou de policier) leur sont prohibées.

Les non citoyens représentent également 7% de la population estonienne mais n’existent pas en Lituanie, pays qui, en 1991, a choisi d’accorder la nationalité à tous ses habitants ayant résidé au moins 2 ans sur son territoire. 90% des non Lituaniens ont pu bénéficier de cette mesure. Les russophones étaient cependant moins nombreux dans la plus méridionale des Républiques baltes ; ils représentent aujourd’hui  9% de la population.

Quelle est la teneur de la menace Poutine ?

Vladimir Poutine, pour lequel la dislocation de l’URSS constitue la plus grande tragédie du XXesiècle, s’attaque aujourd’hui à la stabilité politique mise en place après la fin de la guerre froide, faisant fi des frontières et de l’intégrité territoriale des États (Moldavie, Géorgie, Ukraine). Les Baltes redoutent toutefois moins une éventuelle agression militaire russe qu’ils ne craignent les tentatives de déstabilisation du président russe sur leur territoire.

Les précédents existent. En 2007, Moscou avait lancé des cyberattaques sur les sites internet de journaux, de banques et d’institutions gouvernementales en Estonie. Pour parer à ce danger, l’OTAN a créé un centre de cyberdéfense à Tallinn l’année suivante.

En Estonie encore, Moscou a obtenu en 2013 l’inscription par Interpol d’Erik-Niiles Kross, candidat à la mairie de Tallinn, sur la liste des personnes recherchées dans le monde deux jours avant le scrutin. Les Russes l’accusent d’être lié au détournement d’un navire à équipage russe en mer Baltique en 2009. Ancien diplomate et conseiller en sécurité, Erik-Niiles Kross avait conseillé les autorités géorgiennes durant et après la guerre opposant Tbilissi à Moscou en 2008.

Le 5 septembre, soit deux jours après la visite de Barack Obama à Tallinn, la sécurité intérieure russe a arrêté l’Estonien Eston Kohver. Membre du service de sécurité intérieure de son pays et responsable de la surveillance de groupes criminels soupçonnés de contrebande à la frontière russo-estonienne, l’homme, désormais emprisonné à Moscou et soupçonné d’espionnage, risque vingt ans de prison. Trois jours plus tard, soit lors de la réunion du comité militaire de l’OTAN à Vilnius, un navire de pêche lituanien a été interpellé par les forces russes dans les eaux internationales de la mer de Barents et arraisonné dans le port de Mourmansk. Enfin, le nombre d’avions militaires russes survolant la frontière lettone a cette année déjà été multiplié par dix par rapport à 2013.

Les Baltes éprouvent deux peurs distinctes face à leurs compatriotes russophones : que ceux-ci finissent par les devancer en nombre et que Moscou se servent d’eux pour s’ingérer dans le pays. La guerre en Ukraine aurait au moins une utilité si elle permettait à Riga et à Tallinn de comprendre qu’il est urgent d’améliorer la politique d’intégration de leurs populations russophones.

Crédit photo : World Economic Forum

  1. Chiffre du Bureau de la citoyenneté et des affaires migratoires de 2010.
Voir les commentaires (73)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (73)
  • quand c’est obama , prix nobel de la guerre qui répète à l’envie que sa mission est de protéger les américains ou qu’ils soient dans le monde , ce ne sont pas des paroles bélliqueuses ; quand poutine dit la même chose , ce sont des paroles bélliqueuses ; quand les usa mettent un bordel monstre partout ou ils posent le pied , par pur intérets américains , laissant derrière eux des morts , du sang et des larmes , on ne moufte pas ; quand la russie remue le petit doigt , tout de suite on estime qu’il y a danger….quelque chose m’échappe là ….

    • « quand les usa mettent un bordel monstre partout ou ils posent le pied , par pur intérets américains , laissant derrière eux des morts , du sang et des larmes , on ne moufte pas »

      Ah bon ?

      Sinon, je fais remarquer que les USA ne nous menacent pas directement.

    • Euh, une différence quand même, et de taille: Poutine ne cherche pas à défendre les Russes mais les russophones descendants de russes venus envahir d’autres pays du temps des ordures communistes.
      Les américains ont envoyé des populations envahir et coloniser d’autres pays et les défendent aujourd’hui? Allons!

    • Avis que je partage entièrement ….

  • Autant de stupidités dans cet article est remarquable ! Qui peut croire un seul instant que Poutine pouvait se confier à Porochenko ou à Barosso (?)
    http://www.causeur.fr/vladimir-poutine-russie-ukraine-26803.html

  • Ne pourrait-on pas dire que la Russie ( URSS à l’époque) a une part indéniable dans le bordel actuel suite à son intervention en Afghanistan ?
    Et la différence il me semble est que les USA ne cherchent pas à agrandir leur territoire en les intégrant à leur empire.

    • à défault d’agrandir leur térritoire , les américains s’approprient toutes les richesses possibles d’autres pays par la violence , le chantage , les intimidations…..nous sommes en 2014 et il n’y a jamais eu autant de guerre que depuis l’élection d’obama ;

      • Lol, la théorie du vol des ressources, le truc utilisé par les tiers-mondistes pour expliquer autrement que par la liberté la prospérité de l’occident.

        Sinon pour votre premier commentaire, ces gens ne sont pas russes mais juste russophone et personne n’a jamais fait chier la Russie pour ce qu’elle fait subir aux populations déportés en Sibérie…

        • Rémy D. WIEDEMANN
          12 octobre 2014 at 14 h 40 min

          Marie a absolument raison. L’axe USA-Israël est garant du chaos et de la guerre, des millions de km carrés ont été dévastés, des peuples entiers disparaissent. EIIL créé par eux, Irak anéantie, Lybie, Syrie quasi-détruites.
          Quant à évoquer les populations déportées en Sibérie du temps du régime communiste, vous avez raté un train: Poutine est plus anti bolchevique que l’Occident.

          • poutine est impérialiste. il est difficile de le contester. ce qui n’empêche pas que les usa ont foutu la merde en irak et en libye (mais en libye c’est en partie de la faute de sarko). si la syrie est quasi détruite par contre ce n’est pas à cause de l’occident que vous le voulez ou non. il y a eu une révolution populaire qui s’est transformé en rébellion qui aujourd’hui est controlé par des fanatiques islamistes coupeur de têtes (le régime d’assad a d’ailleurs tout fait pour favoriser les islamistes au sein de l’opposition et détruire les éléments modérés). je vois pas le rapport avec israel. israel ne fout pas la merde elle fait que se défendre.

          • Poutine a déclaré que celui qui ne regrette pas l’URSS n’a pas de coeur et que sa disparition est la plus grande tragédie du 20e siècle… Gros troll…

  • « Vladimir Poutine, pour lequel la dislocation de l’URSS constitue la plus grande tragédie du XXesiècle »

    Citation tronquée, issue d’une traduction partiale et hors contexte.
    L’auteur est évidemment partial…

    Elle qui parle de précédents oublie soigneusement de rappeler le précédent ukrainien sur les populations russophones…

    Nota: Au fait, il semblerait qu’un responsable hollandais aurait gaffé en disant que des passagers du vol MH17 portaient un masque… Bizarre, alors qu’un missile aurait dû détruire l’avion dès l’impact.

    • Il y a en effet une véritable guerre froide de l’information en ce moment.
      J’ai voyagé en Ukraine l’année dernière et voici mes constatations.

      Tout d’abord 100% de la population ukrainienne est russophone, il existe une population d’origine Russe à l’est au sud et dans les grandes villes. Les Ukrainiens qui sont allés à l’école avant 1991 parlent mal ukrainien, ils parlent un patois mêlé de russe uniquement dans l’ouest. Depuis l’indépendance l’Ukraine favorise l’enseignement de l’ukrainien, les documents administratifs, la signalisation, les publicités, de nombreuses télévisions sont en ukrainiens, le pole d’attraction culturel c’est Moscou ou la Russie.
      Les Ukrainiens peuvent voyager, travailler librement en Russie, un visa Schengen reste une galère.

    • « Elle qui parle de précédents oublie soigneusement de rappeler le précédent ukrainien sur les populations russophones… »

      Lequel ?

      « Nota: Au fait, il semblerait qu’un responsable hollandais aurait gaffé en disant que des passagers du vol MH17 portaient un masque… Bizarre, alors qu’un missile aurait dû détruire l’avion dès l’impact. »

      Et des tours jumelles ne devraient pas s’écrouler en chute libre…

      • Quel précédent ? Mais l’abrogation de la loi ukrainienne qui octroyait au russe le statut de langue régionale. C’est d’ailleurs toute l’explication de la conclusion…

        Quant au vol MH17, je ne fais que répéter le doute de journalistes hollandais qui continuent de s’interroger sur le drame qui a touché leurs compatriotes. Les Echos.fr en ont aussi parlé.

        • En réalité de nombreux éléments accréditent la thèse de la destruction par les insurgés pro-russes, un avion criblé de trous avec un motif particulier comme ce que font les shrapnels d’un missile sol-air SA-11

          Les propos des rebelles sur la possession d’un Buk – malgré leurs dénégations – et l’interception (authentifié par la NSA et le SBU) d’un message des pro-russes comme quoi ils avaient abattu par mégarde un avion civil.

          Il y a aussi la vidéo qui montrait le déplacement d’un Buk M-1 (dont il manquait un missile) prés de Snizhne, en zone contrôlée par les insurgés.

          Sans parler des différentes versions contradictoires que la chaîne gouvernementale Russia Today a pondu dans les jours qui ont suivi…

          https://en.wikipedia.org/wiki/Malaysia_Airlines_Flight_17#Cause_of_crash

          • Rémy D. WIEDEMANN
            13 octobre 2014 at 9 h 26 min

            Il n’y a AUCUN ELEMENT accréditant la thèse imposée aux médias, reconnaissent à mi-voix les officiels de l’OTAN. Les boîtes noires ont d’ailleurs tout dit mais le résultat n’a pas été révélé. Un aveu qui en dit long.
            Le missile a probablement été tiré sur ordre de l’OTAN elle-même. Cet avion malaysien, bizarrement, appartient à une compagnie qui refusait de se poser en Israël. C’est le deuxième qui disparaît durant le même mois, suivant des menaces qui avaient été exprimées par l’Ouest quelques semaines auparavant.

            • Rémy D. WIEDEMANN
              13 octobre 2014 at 13 h 24 min

              ça tire quoi, les avions ? 😉 Le missile est probablement air-air en effet.

              • Pas de missile, je viens d’en donner les explications (faible dispersions des débris, victimes encore sanglées sur leurs sièges, etc).
                Par contre les nombreux impacts de tirs au canon de 30m/m ne laissent planer aucun doute sur le fait que l’appareil a été « mitraillé » à courte distance.

                • Rémy D. WIEDEMANN
                  14 octobre 2014 at 14 h 28 min

                  Vous êtes un peu dur de la feuille. Ce que tire un avion s’appelle… un missile. Et quand ce missile vise une cible aérienne, c’est un missile air-air.
                  Par ailleurs, il n’est pas certain que ces débris soit de cet avion-là.

                  • Quand un « dur de la feuille » essaye d’échanger avec un « mal entendant », ça donne un dialogue de sourds, non ? … Outre les missiles , la totalité des chasseurs actuellement en service est équipée de canons (en général du 30 m/m) destinés aux tirs à courte distance. C’est le cas des SU-25 et des MIG 29 ukrainiens susceptibles d’avoir tiré sur le MH17.
                    Quoiqu’il en soit ni vous ni moi ne détenons la vérité. Nous en sommes donc réduits à énumérer les différents scénarios possibles ayant permis de détruire cet avion.
                    http://reseauinternational.net/vol-mh-17-abattu-avion-chasse-ukrainien/

                • Rémy D. WIEDEMANN
                  14 octobre 2014 at 16 h 25 min

                  Vous me dites ce que je sais déjà. Mais vous réaffirmiez les choses comme si les avions ne tiraient pas de missile.
                  Sinon, le Boeing n’est certainement pas tombé du seul fait du canon embarqué. Les missiles ne détruisent pas forcément l’intégralité de l’habitacle ou de la carlingue, ils peuvent endommager par exemple le ou les seuls moteurs. Le seul canon est hautement douteux, qui plus est, si l’on tient compte du facteur temps: l’éventuel tireur avait à faire vite, sachant la zone très fréquentée. Il y a pu y avoir des tirs de canon sur l’équipage par exemple accompagnant autre chose. Mystère pour l’instant. L’OTAN sait tout et ne dit rien.

                  • On progresse dans le dialogue et l’échange de point de vues : Parfait !
                    « vous réaffirmiez les choses comme si les avions ne tiraient pas de missile. » Absolument pas ! Le missile fait partie de la panoplie classique du chasseur moderne, et personne ne dit le contraire.
                    Dans le cas du MH17, son usage est à exclure pour les différentes raisons explicitées précédemment (débris retrouvés sur une zone de seulement quelques centaines de m2, passagers sanglés sur leurs sièges (signe qu’ils avaient été invités à rester assis et à s’attacher), encore vêtus de leurs habits. A 30.000 pieds, un missile aurait provoqué la destruction immédiate de l’appareil . La décompression massive dévêtant et projetant les gens dans le vide, les corps (et les débris) auraient été dispersés sur une zone plusieurs dizaines de kilomètres.
                    Dans l’état actuel des informations disponibles, il n’a pas été retrouvé de traces d’incendie, ou de débris, qu’un missile aurait inévitablement laissé sur certains éléments de l’épave.

                    « …si l’on tient compte du facteur temps: l’éventuel tireur avait à faire vite,… » Tout à fait d’accord avec vous !
                    Si vous avez pris le temps de lire l’article (signé du Colonel Valentin Vasilescu, ançien pilote de chasse de l’Armée de l’Air Roumaine) dont j’ai laissé le lien précédemment, vous avez pu lire que :
                    « Les MiG-29, dont est dotée l’armée ukrainienne ont des canons GS-301 cal. 30 mm, avec une cadence de tir de 1500 projectiles/mn et sont alimentés par une bande de 150 projectiles explosifs, explosif-incendiaire et alliage de tungstène. Une courte rafale de près d’une seconde d’un canon GS-301 du MiG-29, envoie sur l’avion cible environ 40-50 différents types de projectiles.  »
                    C’est à dire qu’en une seule rafale d’une seconde ce sont plusieurs kilos de projectiles (explosifs, explosifs-incendiaires et perforants) qui s’abattent sur un appareil civil volant à haute altitude.
                    D’autre-part :  » L’ensemble de la manœuvre, c’est-à-dire l’approche avec une pente ascensionnelle forte, visée et tir avec le canon à bord sur le vol MH-17, et enfin dégagement après l’attaque, ne pouvait pas durer plus de 7 minutes. » : Soit largement plus de temps qu’il n’en faut pour « exécuter » l’opération.

                    « L’OTAN sait tout et ne dit rien »: Bien résumé !

                    Du même auteur : http://reseauinternational.net/interet-ce-quil-ny-ait-pas-enquete-objective-les-causes-du-crash-malaysia-airlines-mh-17/

                • Rémy D. WIEDEMANN
                  15 octobre 2014 at 11 h 38 min

                  Je pense simplement qu’il y a eu malentendu, on était d’accord dès le départ.
                  Cela dit,je pense qu’on trouvera la trace d’un engin complémentaire au tir par canon. Le tir par canon a pu sembler trop peu consistant pour un commanditaire. Les pilotes pouvaient réagir dès la première seconde en décrochant et laissant un SOS par radio. Il fallait donc s’assurer que l’équipage soit annihilé immédiatement, ce qu’un tir au canon ne peut assurer. Il fallait donc dédoubler par un enfin de destruction. La question est de savoir de quel engin on parle, s’il s’agissait d’une machine infernale embarquée ou non. De simples perforations de canon auraient laissé au sol un appareil à peu près intact et facile à diagnostiquer. Il fallait donc une destruction plus complète et rapide.
                  Vous avez bien sûr remarqué qu’il s’agit exactement du même avion que celui qui a « disparu » en Asie, de cette compagnie qui était quelque peu fâchée avec Israël…

      • vive les complotistes. ce n’est en rien un fait établi que l’avion a été abattu par l’otan. le fait que vous remettez en cause le 11 septembre, malgré toutes les preuves finit de vous décrébiliser complétement

        • Rémy D. WIEDEMANN
          12 octobre 2014 at 17 h 14 min

          Les gens qui croient en complotistes sont des complotisateurs. Comme la masse, manquant totalement d’information., vous avez des croyances. Nous, seuls les faits nous intéressent. L’avion en Ukraine, c’est une évidence que les services reconnaissent occultement (notamment les services français).
          Quant au 11 septembre, que dire ? FABULEUX ! Il existe donc encore un naïf pour croire que c’est un authentique attentat. On vous garde !
          (remarquez il y avait bien des gens comme Colomb qui ignoraient que le manque de vitamines produisait le scorbut. Il y a bien des gens qui pensent que Pearl Harbour était une attaque-surprise. Il y a bien des gens qui pensent que ce sont les Viet-minhs qui ont provoqué l’entrée en guerre des USA. Il y a aussi des gens qui ne se posent aucune question et qui gobent ce que leur raconte le système…)

          • Heureusement vous vous détenez la vérité et allé nous guider vers le salut poutiniste !

          • Quelle hypocrisie de votre part de faire passer l’avis des autres comme minoritaires alors que vous faites partie des marginaux.
            Si au moins ça vous rassure un peu dans notre monde complexe, c’est déjà ça.

          • « Quant au 11 septembre, que dire ? FABULEUX ! Il existe donc encore un naïf pour croire que c’est un authentique attentat. On vous garde ! » On se passera de votre condescendance complotiste. D’ailleurs, c’est drole, les complotistes nous reprochent de ne pas avoir d’esprit critique…

            L’esprit critique ça ne consiste pas à douter de tout et n’importe quoi, ça consiste aussi et surtout à s’assurer de la cohérence d’ensemble. Les thèses complotistes sont toutes profondément débiles, en ce qu’elles supposent un cynisme, un machiavélisme, et une puissance colossale, le tout associé à une stupidité sans nom (stupidité, parce que si vous êtes capable de « faire croire » que des terroristes ont commis les actes dont on parle, tout en gardant le secret sur des turpitudes monstrueuses impliquant des centaines de comploteurs, il y a quand même d’autres choses à faire avec cette puissance … c’est quand même beaucoup plus facile, plus rapide et moins couteux de, pas au hasard du tout, annoncer que l’Irak possède des armes de destructions massives ou que le chef d’un état sud-américain est un narco-trafiquant, que de lancer une attaque terroriste d’une ampleur pareil tout en s’arrangeant pour faire porter le chapeau à un autre). Les complotistes bâtissent leurs scénarios hollywoodiens en n’ayant justement que les films comme expérience. Googlez « gorge profonde » et allez m’expliquer comment au moins 200 agents et fonctionnaires *américain* on été recruté pour faire péter les tours et monter ce complot, comment tous ont accepté et l’ont fait évidemment joyeusement avant de rentrer embrasser leurs gosses, que personne n’a jamais parlé etc. etc. Quand on est pas foutu de cacher un cambriolage ou une pipe dans un bureau ça laisse rêveur. Quand on pige rien au monde il ne reste que le complot: Ça au moins c’est aussi simple à comprendre qu’un bon vieux nanar made in Hollywood. (juste retour des choses ? ne soyons pas cynique)

            • Mais mon cher, être naïf n’est pas un crime, c’est votre droit. On a le droit aussi d’être désinformé. Sinon, restez-en aux faits, aux seuls faits, et évitez-nous les effets de manche; comme l’ont fait tous ceux qui ont établi sans le moindre doute la machination du 11/9. On ne peut pas avor un minimum de logique et admettre l’attentat fortuit. C’est strictement incompatible. Les chefs de section de la CIA démissionnaires l’ont dit. Les chefs de la police new-yorkaise l’ont dit. Les agents spécieux sont nombreux à l’avoir dit. Les militaires l’ont dit. Les néo-cons l’ont reconnu. Les documents officiels le trahissent par les correctifs successifs. Les thèses officielles ont changé à chaque fois qu’un élément a été relevé.
              Il n’y a pas de doute. Il n’y a qu’une propagande qui subsiste plus ou moins en Europe. Aux USA, c’est 80% des gens qui disent que c’est un coup monté.
              Sans avoir dit encore toute l’affaire, le gouvernement a admis 50%. Mais vous, vous niez encore, façon gouvernement français à la traîne. La France a décidément toujours cet fierté du retard…
              Vous avez entendu parler de Pearl Harbour ? Du Lusitania ? Du Golfe du Tonquin ? A chaque fois, le même scénario: gros accident et entrée en guerre après modification législative. J’ai contribué à un gros chapitre sur Pearl Harbour que je connais sur le bout des doigts. Pearl Harbour n’a jamais été une « attaque-surprise », ce fut un coup monté de A à Z par les services américains. Or, 3.000 hommes ont péri. Cela froisse votre sensibilité et je le respecte. Mais le monde est dur, je le regrette amèrement, croyez-le.
              Les historiens américains les premiers ont tout établi. Ce n’est un secret que pour la masse et Hollywood. Vous n’êtes pas à Hollywood, vous êtes juste dans la masse. Mais ce n’est pas un crime, je le répète.
              Pour le 11/9, je vous recommande de regarder les documents en libre diffusion, c’est un bon début.
              Il est normal que vous ayez besoin d’être rassuré, il est un peu moins normal que vous pensiez que ceux qui étudient et analysent sont de dangereux monomaniaques. Mais dans le fond, cela rassure votre inquiétude: le monde ne peut pas être si affreux. Vous ne savez sans doute pas que les armes de destruction massives n’existaient pas en Irak, vous l’avez négligé mais rappelez-vous, à l’époque, vous étiez totalement d’accord pour la guerre contre Saddam, à cause de ces armes. La justice, la démocratie. Il n’est pas possible, dans votre esprit que le monde soit si méchant et si cruel que les motifs aient pu être tout autres. Non, ce n’est pas possible. Eh bien, je respecte votre candeur. Mais si vous saviez de quoi il est question, de 10% de ce dont il est question, vous ne diriez plus un mot.
              Que voulez-vous qu’on vous dise ? Insulter autrui n’y changera rien: vous dites ce que les officiels américains eux-mêmes ne disent plus.
              « Quand on ne pige rien au monde », comme vous dites. Emouvante confession. Nous, nous comprenons très bien. C’est cohérent. Il n’y a rien de déroutant quand on a la grille de lecture.

            • « condescendance complotiste », « thèses complotistes … toutes profondément débiles », »stupidité sans nom »,  » le secret sur des turpitudes monstrueuses impliquant des centaines de comploteurs », etc, etc ….

              Comment expliquez-vous que le projet « Manhattan » (1938 – 1945) ait pu employer des milliers de personnes, pendant des dizaines de mois, sans qu’aucune d’elles (ou presque) n’ait eu la moindre idée de ce sur quoi elle travaillait ?
              Seule une poignée de personnes connaissait le projet dans sa globalité, et pendant des années rien, absolument rien, n’a été dévoilé tellement le système était structuré et compartimenté
              Le projet Manhattan n’a rien d’un fantasme complotiste : C’est une réalité tangible qui a permis de rayer de la carte du monde les villes de Nagazaki et d’Hiroshima causant la mort de plus de 250.000 personnes.

              • Rémy D. WIEDEMANN
                14 octobre 2014 at 14 h 30 min

                Absolument. Et le projet Manhattan est lui-même conduit à la suite de Pearl Harbour, opération de manipulation complète. C’est au cri de « rappelez-vous Pearl Harbour » qu’on a convaincu les pilotes de lâcher la bombe sur Hiroshima.

          • les complotistes n’ont pas d’arguments concernant la thèse du 11 septembre. certes, la version officielle n’est que partiellement vrai car elle oublie de mentionner le role des monarchies du golfe (surtout de l’arabie saoudite) dans le 11 septembre mais les complotistes sont juste ridicule. il faut se renseigner un minimum. http://www.bastison.net/
            http://scepticismescientifique.blogspot.be/search/label/11%20septembre%202001 (lisez surtout le premier article)
            http://www.erta-tcrg.org/analyses/911intro.htm

  • « La chute du mur est un cadeau empoisonne »parole de Gorbatchev,du moins c’etait la traduction,un jour vu a la TV.

  • Oui, les pays Baltes ont raison d’avoir peur, mais d’eux-mêmes, de ne pas avoir l’intelligence de profiter de leur situation privilégiée entre deux blocs qui s’affrontent pour commercer à grand profit avec les deux. Poutine n’a aucun intérêt à l’ouverture d’un front supplémentaire, l’UE non plus et n’a pas les moyens de soutenir économiquement des pays qui préféreraient abandonner leur croissance pour se rapprocher d’elle et vivre en assistés. Un peu de bon sens et de refus des provocations chez les dirigeants suffiraient à éliminer toute menace. Et quand on voit les conditions d’intégration des russophones en Lettonie, on doit effectivement craindre le pire.

    • Heu la Russie est très protectionniste et les pays baltes sont loin d’être assisté, bien moins que la France et les pays latins… Sinon la Russie n’a pas intérêt à un nouveau front mais Poutine s’en fou, c’est un idéologue qui se bat pour une cause mystique « la grandeur de la nation russe ».

      • Idéologue mystique. Mais bien sûr. C’est ce qu’on apprend au KGB. Poutine est un malin qui sait flatter son peuple et faire des choix pragmatiques, et dont les propos sont à prendre comme un moyen supplémentaire de troubler ses adversaires.

        Les pays Baltes ne sont peut-être pas assistés, mais la Lettonie a quand même pris plus de 4 milliards sur les 7 d’aide apportés par l’UE et le FMI fin 2011. Et ça n’empêche pas la tentation de perdurer du « Aidez-nous, sinon l’ours va nous manger ! »

        • Ces pays comme tout ceux qui sont plus compétitifs sont sans cesse visé par la France et ses normes à la con qu’elle fait passer à l’UE, ils sont plus libre que nous et ont surement plus d’avenir. Sinon militairement en effet ils sont faibles et ça me gène pas d’être allié à des petits pays peuplés de gens souhaitant être libre. D’ailleurs c’est dans notre intérêt.

  • Il nous fait ch.. le gay russe avec ses minorités montées en mayonnaise ..!!

  • Excellente conclusion.

  • Quel vilain méchant, ce Poutine, on ne se méfiera jamais assez de lui. Heureusement que l’Otan est là pour nous protéger !

    • +1, quelqu’un qui regrette l’URSS et fait enseigner aux enfants tout le progrès qu’elle a apporté au monde…

      • Parce qu’on n’enseigne pas aux petits Français tout le progrès que le pays des droits de l’Homme a apporté au monde ? En jetant ici aussi un voile pudique sur les 3 dernières décennies…

        • Les droits de l’homme sont d’inspiration libéral, rechercher plutôt du coté de Rousseau si vous voulez voir une horreur qu’on apprend aux enfants.

    • C’est du deuxième degré …….. j’espère

      • ça passe mal par écrit, mais oui c’était du second degré. Je suppose que le rédacteur de cet article est très jeune, seule explication que j’ai pour expliquer autant de naïveté. Les méchants, les gentils etc.

  • Tiens, les néo-cons sont de sortie sur contrepoints…

    • Tiens, les poutinophiles sont de sortie sur contrepoint…

      • Rémy D. WIEDEMANN
        13 octobre 2014 at 9 h 21 min

        Poutine recueille plus de 80% d’avis positifs en Europe, à côté d’un Obama autour de 14%, Cameron à 12% et ne parlons pas de Hollande. Ils sont donc majoritaires. Il vaudrait mieux dire, au contraire: « Tiens, les eurofolles sont de sortie aujourd’hui sur Contrepoints ».

        • 80% c’est quasi stalinien comme score :mrgreen:

          • Rémy D. WIEDEMANN
            13 octobre 2014 at 11 h 44 min

            Non, car ce n’est pas un vote, c’est un sondage d’opinion. Il est très amusant de constater qu’en occident, dès lors qu’une personnalité ou une vérité atteint un assentiment écrasant, il soit suspect. Règne du relativisme, tout doit être pour et contre, il n’y a plus de vérité absolue, on peut être homme ou femme etc…

            • 80 %, surement pas dans les pays de l’est. La ce serait la réponse à « craigniez vous Poutine ? » .

              • Rémy D. WIEDEMANN
                13 octobre 2014 at 11 h 59 min

                C’est vite dit. Les choses ont évolué. En Ukraine, plus de 90% était favorable à l’option pro-russe avant le putsch, depuis il n’y a pas de chiffre. En général, la prise de conscience anti-occident se fait sentir de manière croissante.

                • Tirer au canon sur la population civile comme l’ont les ukrainiens (milices d’extrême droite) à Donetsk est particulièrement stupide.
                  Vouloir supprimer le russe dans les régions de l’est c’est particulièrement crétin.

                  Il faudrait arrêter d’être dogmatique, quelque soit le camp.

        • Même si c’était vrai la majorité a souvent tord. C’est un non argument.

          • Rémy D. WIEDEMANN
            13 octobre 2014 at 20 h 16 min

            Qui a parlé d’argument ? C’est un fait. Disant que les gens donnent plutôt raison à Poutine. En fait, on a beaucoup moins à lui reprocher que ce que dit la presse occidentales aux ordres de la mafia mondialiste va-t-en-guerre. Poutine nous a vérité la IIIème guerre mondiale, ils vont réessayer. Il eut mérité le Nobel.

  • Il y a ce que l’on pense, ce que l’on imagine et il y a comment les russes et en particulier Poutine voient le monde. Ca n’est ni russe ni américain, mais ça permet de prendre un peu de recule et offre une perspective intéressante qui fait réfléchir.

  • Je suis scandalisé par le titre de cet article …. Ce serait donc Poutine qui serait le fauteur de troubles !!!
    Pour un scoop c’est un scoop.
    Poutine est désigné par les démocrates pacifistes américains comme le « responsable » et ce serait bien entendu à lui de prouver le contraire … tout comme c’est à l’Iran de prouver qu’il n’a pas la bombe et non aux USA de prouver qu’il l’a.
    Technique éprouvée du renversement de la preuve …..
    Qui possède des bases militaires partout dans le monde et avec une densité certaine autour des frontières Russes: les Russes? Non les américains champions de la paix (imposée à coup de canon).
    Derrière tous les conflits du siècle dernier et ceux de ce siècle il y a systématiquement les « pacifistes » US et ces « pacifistes » feraient bien de se poser les bonnes questions avant de continuer à mettre la planète à feu et à sang.
    Quand à décerner le prix Nobel de la paix à Obama, il y a mieux comme bévue …..

  • Dr. Andrei Illarionov, ancien conseiller économique du Président Vladimir Poutine fera une discussion demain à Washington à l’Atlantic Council.
    Il y témoignera de ce que le cabinet de Poutine concocte depuis 2003, un an avant la Révolution Orange de Kiev, que l’on peut découvrir dans l’article cité ci-dessous.
    C’est pire que ce Fabry nous a expliqué. Il s’agit bien pour la Russie de modifier l’ordre en Europe en la menaçant, le cas échéant, de frappes nucléáires. On comprend alors que les Alliés (France, Royaume Uni, Allemagne, USA) ont su répondre à la terrible menace depuis déjà 2008
    Et ce n’est pas près de finir. L’Europe continuera à faire face au chantage nucléaire de la Russie.
    J’espère que ce Forum comprenne la gravité de la situation à laquelle l’UE et le Président Hollande répondent de leur mieux.
    http://charter97.org/en/news/2014/11/21/127194/

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Julien Théron. Un article de The Conversation

Les graphies officielles des noms utilisés dans cet article sont, en langue ukrainienne : Kyiv (Kiev), Donbas (Donbass) et Kharkiv (Kharkov).

Quel que soit le cadre, les pourparlers entre la Russie et les Occidentaux ont échoué. Moscou considère sa situation vis-à-vis de l’OTAN, qui serait pour la Russie une « question de vie et de mort », comme « intolérable ». L’acmé a été récemment atteint quand Vladimir Poutine en personne a allégué que la situation dans l’est de l’Ukraine «... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Le 17 janvier 2022, aux Cafés Géographiques, Michel Bruneau a présenté son livre, L’Eurasie. Continent, empire, idéologie ou projet.

Voici ce que j’en ai retenu.

L’idée générale est de comprendre que l’Europe et l’Asie forment un seul continent et notamment que les États ou les empires (une vingtaine) ont souvent été à cheval sur les deux. Les plus connus sont ceux d’Alexandre, l’empire romain puis byzantin, ceux des turco-mongols dont l’empire ottoman, et la Russie.

La géo-histoire

Michel Bruneau commence par une rapide ... Poursuivre la lecture

Un mensonge d’État et une collusion d’intérêts financiers et politiques ont réussi à persuader une grande partie de l’opinion publique que le développement des sources intermittentes d’électricité éolienne et solaire photovoltaïque était indispensable pour faire face efficacement au réchauffement climatique.

Or, c’est faux mais chacun le répète à qui mieux mieux, faute de compréhension du sujet.

Mensonges ?

Il s’agit là d’une imposture entretenue soigneusement depuis des années par les promoteurs de l’éolien et du voltaïque, ain... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles