Hollande nous prépare encore un train de réformettes et de pipeau musclés

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
François Hollande (Crédits : Donkeyhotey, licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hollande nous prépare encore un train de réformettes et de pipeau musclés

Publié le 6 octobre 2014
- A +

On va voir ce qu’on va voir. Certes, cela fait maintenant plus de deux ans qu’on va voir ce qu’on va voir, mais là, maintenant, c’est décidé, on va voir ce qu’on va voir pour de bon. Ça va dépoter, le Chef de l’État s’est personnellement emparé du problème à bras-le-corps et va directement traiter le sujet comme jamais, car il est impératif que des réformes soient lancées, nom de nom d’une pipe en bois de sacrebleu de scrogneugneu.

Et pour bien préparer le terrain, notamment pour prévenir les Français et bien les disposer devant les profonds changements qui vont avoir lieu, François Hollande a donc prévenu la presse. Sur toutes les ondes, dans toutes les rédactions, la nouvelle est tombée, limpide et sans équivoque : la réforme institutionnelle, c’est maintenant.

le changement c'est sans dent

Bon, certes, le 14 juillet dernier, le Roi Solex avait annoncé que ces réformes devraient attendre un peu (par exemple la fin de son mandat) et qu’il ne fallait pas trop se presser, d’autres choses semblaient plus urgentes et c’est difficile de gouverner et c’est dur de prendre des décisions et c’est compliqué d’être Président et c’est ardu d’affronter la crise tout ça, gnagnagna. Mais justement.hollande et son casque (vignette) Comme les autres réformes, les « pas institutionnelles », celles qui consistent essentiellement à réduire la voilure de l’État, à virer des staffs pléthoriques, à diminuer les émoluments des uns et des autres, à calmer le train de vie de la République, à réduire un peu la redistribution tous azimuts de l’argent des autres, ces réformes-là étant particulièrement complexes à mener quand on n’a pas un kopeck d’argent de côté et pas un microlitre de courage, il a fallu rapidement rétro-pédaler et admettre que, finalement, une ou deux réformes institutionnelles seraient une bonne façon d’occuper les esprits.

Bien sûr, je passerai rapidement sur la réforme territoriale, abomination morte-née sortie des esprits torturés d’un Premier ministre à court de cartouches et d’un Président très mal en point dans les sondages. Pour le moment, mis-à-part quelques annonces qui ont créé un peu d’émoi, des regroupements de régions plutôt hasardeux et une volonté farouche de ne surtout pas toucher au mille-feuille administratif en abandonnant toute velléité de supprimer les conseillers généraux (et, par voie de conséquence, tous les frais afférents), l’affreux bricolage administratif proposé tient essentiellement à rajouter une surcouche (les « super-régions » ?) et … c’est tout. Il n’y aura pas de simplification de ce côté. Quant aux économies qu’une telle réforme entraînerait, la blague n’a jamais été crue que par les plus naïfs.

bricoler les territoires

Cette « réforme »-là écartée, il reste donc pour Hollande à nous proposer un truc qui bouscule du poney, quelque chose qui nous secoue un peu hors de notre train-train quotidien où les factures s’ajoutent les unes aux autres, enflent et se multiplient entre elles comme un élevage de petits lapins grignotant du Viagra. Et pour nous secouer, le chef de l’État nous propose donc deux réformes : une réduction du nombre des députés d’un côté, et l’introduction de la proportionnelle à l’élection législative de l’autre.

Fouyaya, c’est du lourd.

grimace hollande gaucheL’idée serait donc de passer de 577 députés actuellement (ce qui nous coûte une piscine d’argent frais tous les mois) à un nombre « significativement » plus bas, selon les bruits de couloir de l’Élysée. Évidemment, pour moi, significativement voudrait dire une centaine, soit à peu près un par département, et ce serait déjà beaucoup. On imagine sans mal que ce ne sera pas cette option qui sera retenue. Attendons-nous à ce que « significativement » soit particulièrement surfait. Si on se retrouve en dessous de 430, ce serait déjà un miracle.

grimace hollande droiteQuant à la dose de proportionnelle, si elle correspond en effet à un engagement de campagne du candidat François, elle représente aussi une phase politique aussi décisive que délicate pour le pauvret pour lequel tout semble décidément tourner au vinaigre. En effet, une telle modification du scrutin représente une triple opportunité, celle de tenir un engagement de campagne, d’occuper les esprits lorsqu’il s’agira de médiatiser cette réforme, et surtout la possibilité que le Front National (et les autres « petits » partis) jouent un rôle plus important dans la nouvelle assemblée. D’ailleurs, si l’autre réforme de réduction du nombre de députés arrive à son terme, on se retrouve avec des députés dont chaque poste représente mécaniquement plus de pouvoir et plus de poids électoral.

Or, donner plus de pouvoir au FN et aux autres partis, c’est diminuer le poids du PS, certes, mais aussi de l’UMP. Ceci sert le futur candidat Hollande qui n’entend probablement pas laisser l’Élysée trop tôt. L’introduction de la proportionnelle est, dans ce calcul politique, parfaitement compris. Évidemment, le risque est que le FN prenne un poids subitement trop important, et que l’assemblée résultante, composée schématiquement de trois blocs (UMP, PS et FN), ne permette pas de dégager une majorité stable. Tout ceci, du point du vue du président Hollande, et dans l’hypothèse où il veut effectivement rempiler en 2017, est une opportunité croustillante qui doit le faire saliver. En laissant le terrain de jeu aux incapables des autres partis et en jouant la cohabitation instable, il croit jouer sur du velours.

Cependant, deux obstacles majeurs pourraient altérer ces perspectives rebondissantes pour le capitaine de pédalo.

D’une part, bien malin celui qui pourra s’assurer que cette proportionnelle ne va pas claquer au museau de celui qui l’aura mise en place. Un pays ingouvernable serait rapidement une pétaudière économique, politique et personnelle pour Hollande. Et si le FN devenait subitement plus puissant, difficile pour ses camarades officiellement socialistes de ne pas lui en tenir rigueur. Un régal.

D’autre part, tout ceci se place dans l’hypothèse où ces réformes peuvent effectivement voir le jour. Et ici, je n’ai même pas besoin de sortir la Carte Léthargie ou l’Option Procrastination de notre aimable pépère pour envisager un échec de ces réformes, car si ses précédentes tentatives de changer des trucs et des machins ont toutes abouti en grand barnum plein d’air chaud (à l’exception du mariage homosexuel), cette fois-ci, il n’aura même pas besoin de faire des efforts pour échouer misérablement. En effet, entre la quantité grandissante de députés qui hésitent de plus en plus fermement à le suivre, et la perte du Sénat par lequel devront passer ces réformes, on a de bonne chance pour que ces belles tentatives de bricolages parlementaires se terminent en jus de boudin à la porte de la Chambre Haute.

Et le pompon est que cela rentrerait pile-poil dans le plan probable que le chafouin François a conçu : découvrant que ses demandes de diminuer le nombre de députés et d’introduire la proportionnelle ont explosé en vol au-dessus du Sénat, il pourra s’écrier, les yeux humides, les sourcils attristés et la bouche tordue d’émotion : « Les méchants conservateurs de l’UMP au Sénat ont tout cassé mes belles réformes, j’ai pourtant fait tout ce que je pouvais ! »

Procrastination

Eh oui, vous l’avez compris : non seulement, le président et son gouvernement ne sont toujours pas mûrs pour prendre la moindre décision d’importance concernant la survie économique du pays, non seulement les seules réformes qu’ils envisagent sont du domaine de la cosmétique politique et ne changeront absolument rien à la marche du pays, et encore moins à la vie du peuple dont ils se foutent éperdument, mais en plus, les réformes que le chef de l’Exécutif prétend nous proposer vont très probablement échouer pour des raisons de politique politicienne des plus mesquines.

Et pendant ce temps, la dette continue d’enfler, les déficits de se creuser, et les perspectives de s’assombrir. Décidément, ce pays est foutu.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (36)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (36)
  • bon ben moi je me dis que finalement , il y a du pognon à gogo en france ; augmentation du rsa , de l’AAH , 75 millions d’euro de plus pour l’AME ….ça ne me dérange pas que l’on revalorise le pouvoir d’achat d’une partie de la population , mais dans ce cas , on le fait pour tout les autres , nottament les smigards qui ne s’en sortent plus ; et on le fait quand et si on a les moyens ; tant mieux si des gens peuvent se faire soigner gratuitement mais ceux qui bossent ne peuvent généralement plus se soigner et pourtant il serait préférable de garder les travailleurs en bonne santé puisque ce sont eux qui remplissent les caisses de l’état ….enfin , que faire face à un gouvernement qui lorgne sur 2017 en se disant que plus il y aura de pauvres aidés par l’état , plus les chances d’être réelu par les dits pauvres sont en hausse ; ce pays est vraiemnt foutu ;

    • A un moment on se dit que c’est tellement gros qu’on va finir par se réveiller mais non notre pays fonctionne complètement à l’envers, il n’y a aucune logique (ça ne m’étonne qu’à moitié venant de littéraire pur et dur). L’assurance maladie fonctionne à l’opposé d’une assurance et semble avoir des frais de fonctionnements gargantuesque. Effectivement ce pays est foutu mais nos politiques seront les derniers survivants du bateau qui coule.

      • Un petit, léger espoir, que Bruxelles retoque le budget. Il semblerait qu’il en soit question.
        Un telle chose pourrait, peut être, éventuellement, les faire bouger, mais je n’ose pas trop y croire.
        Je leur proposerai comme grande réforme de ripoliner l’Élysée en vert fluo. Ça aurait de la gueule……

      • « Littéraires purs et durs » ? Vous plaisantez ! Ces types ne lisent rien !!! Hollande est le moins « littéraire » de tous nos présidents…

    • Ce n’est pas du tout évident. Ceux qui sont aidés par l’état, le sont souvent par obligation et faute de mieux. Ils préféreraient vivre plus décemment de leur travail ou de leur mérite. Leur situation contrainte ne fait souvent qu’augmenter leur ressenti face au gouvernement. Il y a des profiteurs, mais je pense pas tant que ça.

      • « Ceux qui sont aidés par l’état, le sont souvent par obligation et faute de mieux  » : l’argument est pure spéculation. Mais peu importe, car c’est l’existence de ces aides qui met leurs bénéficiaires en situation de dépendance vis-à-vis de l’Etat. Le socialisme crée les pauvres qu’il prétend aider.

        • Ce n’est pas de la spéculation. Quand vous ne trouvez pas de revenus suffisant pour vivre, malgré tout vos efforts pour ne pas rester les « bras croisés » et la « bouche ouverte », vous vous tournez vers les aides, pour passer le mauvais cap, en espérant vous en séparer le plus vite possible. Mais cela ne vous rend pas pour autant redevable ou reconnaissant envers l’état, car vous avez en même temps conscience que c’est l’état ,qui par sa politique, vous empêche de vous en sortir par vous-même. Ce qui confirme mon souhait, comme vous, je pense, de moins d’état pour que chacun ne soit pas entraver dans sa réussite. L’état est très fort pour limiter les libertés d’entreprendre et donc de réussir, et justifie ainsi ses aides bienveillantes, que beaucoup sont quasi obligé d’accepter pour tout simplement ne pas crever.

          • Seule votre appréciation « souvent » relève de la spéculation. D’autres affirmeront « rarement » sur le même sujet. On reste dans la subjectivité, dans l’émotionnel, tant qu’on ne sait pas si le recours aux aides est effectivement subi par des honnêtes gens ou avidement recherché par des fainéants.

  • Et pendant ce temps là Thomas Thevenoud est toujours député ….

  • oui, ce pays est vraiment foutu

  • Je voterais

    Pour celui qui parlera de stabilité
    Les augmentations du toujours plus ne réglerons pas les problèmes de société Personne ne veut régler les problèmes par la stabilité
    Les augmentations c’est le chien qui coure après sa queue
    Changeons de système allons vers la stabilité
    Pour régler la société, Il serait préférable de constituer une stabilité, que le toujours plus des syndicats, des patrons, et spéculateurs et des gouvernants
    Nous savons très bien que toutes augmentations entrainent automatiquement le système de tout augmenter pour faire face. (C’est le chien qui coure après sa queue) pour aller dans le mur Les syndicats, les patrons, les spéculateurs tous sur les même chemins.

  • la France est sans doute foutue mais pas eux , ils s’en sortiront toujours d’ailleurs, ils n’ont même pas besoin de faire d’épargne comme les gens normaux , c’est un signe qui ne trompe pas !

    • Parce que tu crois ce qui est écrit sur leurs déclarations de patrimoine ? Ces gens se foutent de nous en permanence : moi si je gagnais 10000€ par mois, j’en aurais de côté. Eux, ils n’ont soit-disant « rien », même en ayant le « de base » (voiture, logement, nourriture, fringue,…) fourni par nos soins…

      • Si je puis me permettre, si tu gagnais 10K€ tu aurais déjà changé de pays pour en « mettre de côté ». D’une part au niveau fiscal, et d’autre part au niveau des jaloux !

      • l’épargne de petits n’existe que par l’entretien de leur peur en l’avenir.. crois tu qu’ils ont peur d’une baisse de leur revenu alors qu’ils sont en général bien né et/ou fonctionnaire ?

  • Il y a une coquille me semble-t-il : si on se retrouve en dessous de 530, je présume, et non en dessous de 430 (ce qui serait une vraie diminution).

  • Le robinet est toujours ouvert, on paye à crédit tous ce beau monde, tans que c’est le cas rien ne se passera.

    En attendant soyons patients afutont nos serpe de cerf… notre temps viendra….

    • « de cerf »…volant:)

    • Oh que oui, ce temps approche. Il va pas être drôle. On va juste nous tendre la note, avec le petit commentaire habituel: ferme ta gueule.

      Ne pas espérer une quelconque prise de responsabilité de la part de nos dirigeants.
      Ne pas espérer une solution miracle qui pourrait (même avec de la vaseline) passer en douceur.

      Chaque jour qui passe, fait que la douleur sera plus violente. Et le gouvernement veut jouer les prolongation jusqu’en 2017. ça va déchirer, moi je vous le dis.

  • De toute façon les socialiste n’ont aucune envie de quitter…le socialisme. Ce qui est, malheureusement, logique.
    Pour les réformes structurelles et un début de libéralisme en France, il faudra attendre.
    A moins que l’Europe nous mettent un bon coup de pied aux fesses, ce qui pourrait peut être arriver avec la mauvaise appréciation du budget de la France.
    Souhaitons que les autres pays ne nous laissent pas nous refermer sur nous-même, parce que de l’intérieur il n’y a pas grand chose à espérer.

  • Le smig..c’etait un poste a souder il fut un temps..le smic est un petit salaire,ampute,circoncis hi hi.
    Je connais des smicards,differentes regions,qui vivants chichement,ont de cote des 10zaines de milliers d’euros..mais pour se faire,c’est privations tous azimuts,pas de voiture pas de vacances par exemple,ceci pendant des lustres,2,3..

  • Un baton de Bergé dans le fion du Hollande avec une grosse hausse de TVA .ah ah ..LOL

  • Mais non, ce pays n’est pas foutu.

    Le socialisme, souvent critiqué ici, a bien des vertus. Par exemple ma voisine. Elle a perdue 3 kilos à grâce aux taxes: elle n’a plus de thunes pour manger.

    Bientôt, nous pourrons également supprimer les pub à la TV contre le manger gras, sucré, salé. Supprimer les pub avec des morts sur les cigarettes, supprimer les messages boire avec modération. Supprimer les panneaux radars sur les bords des routes.

    Bientôt il n’y aura plus aucun problème entre choisir une renault ou un Bmw, plus de problème pour choisir sa nourriture au super marché du coin.

    Plus de problème entre vivre ou pas vivre. Plus de déprime, plus de gens qui souffrent. Bref, nous aurons enfin une bonne dictature, ou mieux du fascisme. Le problème humain ou financier passera alors au second plan. Le premier plan sera (est) plus occupé par la survie. Je vous dis pas le bordel que ça va être.(ou que c’est déjà)

    Elle est pas belle la vie ? Oui, comme une tranche de jambon industrielle.

  • « Pourquoi hair dit la chanson »,passage d ‘un texte de Mirbeau,sagement resigne semble t il a ce moment..
    Et pour encore plus de resignation il y a Vicenzo Blasco Ibanes(j’ecris a coup sur mal son nom,excuse)et sa fable qui est une morale sur la vie du petit peuple »les 4 fils d’eve »;impressionnant de clairvoyance surtout quand Blasco imagine le role des ministres et leurs implications,guerres,finances suicides de banquiers accules a la defaite..allez sur litteratureaudio,il y y a quelques Grands Personnages dont de biens aimables donneurs(euses) de voix nous lisent des textes ou livres et d’autres ecrits tout a fait indispensables.

  • Pourquoi « Le Monde » cherche t-il a nous faire croire inlassablement que Sarkozy est politiquement mort ?

    http://www.lemonde.fr/enquetes/article/2014/10/06/affaire-bygmalion-nicolas-sarkozy-directement-menace_4501092_1653553.html

    • Peut être finiront ils (au Monde ) comme les Islamistes à égorger leur victime en direct pour asseoir leur vérité historique . Même l’intervention de l’Imam Hollande et de Powerpoint n’y pourrons rien…LOL

    • En même temps, Sarkozy ça fait pas rêver.

  • 10 bonnes raisons de procrastiner :
    1-

  • Dommage que le flutiau ne soit plus un instrument à la mode, ce gouvernement (et les précédents) nous auraient fait des concerts absolument brillant et exceptionnels.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Suspense intenable ! François Hollande va-t-il bientôt nous annoncer sa candidature présidentielle ? Des propos habilement équivoques tenus récemment par l'ancien chef de l'État devant des lycéens relancent la machine à spéculation politico-médiatique : "pour l'instant", il n'est pas candidat. Mais comme "ça ne va pas bien" - sous-entendu, à gauche, vous l'aurez immédiatement compris - forcément, il s'interroge :

"Est-ce qu'une candidature de plus serait utile ? Je ne sais pas. Je ne le pense pas, d'ailleurs. J'ai les mêmes idées qu'av... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles