Naissance des « class actions » françaises

La loi « Hamon », qui entre en vigueur aujourd’hui, va permettre aux consommateurs d’intenter des actions en justice collectivement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Benoit Hamon (Crédits philippe grangeaud-solfé communications licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Naissance des « class actions » françaises

Publié le 1 octobre 2014
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Benoit Hamon (Crédits philippe grangeaud-solfé communications licence Creative Commons)

 

La loi Hamon sur la consommation (loi du 17 mars 2014) a institué l’action de groupe, une disposition phare qui permet à des consommateurs, victimes d’un même préjudice, de se regrouper et d’agir en justice pour demander réparation. Un décret paru vendredi dernier au Journal officiel organise la procédure. Il entre en vigueur au 1er octobre.

Il prévoit une règle de compétence territoriale spécifique afin d’éviter un éclatement des contentieux (tribunal de grande instance du lieu où demeure le défendeur). Il précise les modalités d’information des consommateurs, en action de groupe ordinaire ou simplifiée, ainsi que les conséquences de leur adhésion au groupe, notamment sur le mandat qui les liera à l’association ou aux associations de défense qui les représenteront pour la suite de la procédure. Il prévoit les modalités de fonctionnement des comptes de dépôt ouverts à la Caisse des dépôts et consignations par les associations en vue de l’indemnisation des consommateurs lésés. Il fixe enfin la liste des professions réglementées (à savoir, les avocats et les huissiers de justice) dont les membres pourront assister l’association sur autorisation du juge dans la phase d’exécution du jugement sur la responsabilité.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La formation du nouveau gouvernement entraîne son lot habituel de révélations sur la vie des ministres. La dernière d’entre elles vise Damien Abad pour de présumées violences sexuelles… datant de plus d’une décennie, et déjà classées sans suite par la justice.

Malgré le rapport d’octobre 2021 de l’ancienne garde des Sceaux Élisabeth Guigou sur la protection de la présomption d’innocence mise à mal par la presse, ce principe est de nouveau piétiné quelques jours après la formation du gouvernement avec la mise en cause d’un nouveau minis... Poursuivre la lecture

Nul n’a le droit de se faire justice soi-même. Cet adage de sagesse est la base même de la vie en société, pour éviter les abominations de la loi du Talion ou de la vendetta, ou des vengeances individuelles occultes.

Le Président Macron en déplacement à Fouras a précisé sa position sur la légitime défense suite à la mort d’un des quatre cambrioleurs qui entraient par effraction chez un agriculteur :

"Chacun doit avoir la sécurité et c'est le devoir de la puissance publique de l'assurer. Mais, je suis opposé à la légitime défense... Poursuivre la lecture

Suite à la démission du juge Stephen Breyer, le président Biden a élevé la juge d’appel Ketanji Brown Jackson à la Cour suprême.

Cette dernière vient de terminer son audience au Sénat, qui doit encore statuer sur son sort à la majorité simple. Si le Sénat la confirme, la juge Jackson sera l’un des huit membres de la plus haute juridiction du pays qui a le dernier mot pour toutes les affaires légales du pays.

Ceci appelle une question immédiate qui est celle de savoir s’il faut craindre un coup de barre à gauche avec cette nomina... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles