Le meilleur du pire de la semaine sur Twitter

Les 10 meilleurs (pires) tweets de la semaine politique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le meilleur du pire de la semaine sur Twitter

Publié le 28 septembre 2014
- A +

Par Daniel Tourre

Votez en commentaire pour votre tweet préféré de la semaine. Ou signalez-nous les perles que vous avez dégotées de votre côté sur Twitter.

1. Alain Juppé, libéral !

Juppe

Personnellement, je suis républicain et monarchiste, macho et féministe, athée et catholique. Et j’espère que tous vont voter pour moi.

 

2. Bruno Le Maire, anti-libéral !

LeMaire

Comme Juppé ou Fillon, Le Maire fait partie de ces dirigeants UMP qui prononcent facilement le terme liberté actuellement. C’est plutôt bon signe, le vent tourne et ils ont senti qu’il y avait un créneau à prendre. Malheureusement on n’efface pas comme ça des décennies d’étatisme et de clientélisme. Il y a de sérieux ratés dès que l’on rentre dans les détails.

 

3. Liberté pour les brocolis !

LeFoll

Les grandes luttes politiques aujourd’hui consistent à faire entrer une clientèle politique dans la liste des arrosés de l’argent public. C’est exaltant.

Je ne sais pas qui est ce « on » mais de mon côté, même si j’aime les brocolis (oui, les brocolis.) je n’ai pas besoin d’un ministre pour « aider » un producteur en lui achetant sa production. Et je ne m’en voudrais de spolier ceux qui préfèrent les asperges, même s’ils ont des goûts bizarres.

Liberté aussi pour les brocolis. Liberté pour les asperges. Et liberté pour les contribuables.

 

4. Équité pour Yves Jégo !

Jego

En matière de mobilisation exaltante, Yves Jego sait aussi nous faire vibrer.

En passant, on se demande pourquoi il ne pourrait pas demander aussi l’équité dans la presse écrite, le web ou les bibliothèques.

 

5. Régulation pour le CSA !

DT_Septembre_CSA

Réguler le web, le CSA en rêve aussi mais préfère ne pas le dire tout de suite.

Oliver Schrameck président du CSA veut simplement réguler Netflix. Après la pub sur les trisomiques ou la rentabilité de LCI, le CSA, notre champion bienveillant de l’audiovisuel, va une nouvelle fois nous protéger. Ouf.

Le CSA est l’illustration parfaite de ces nombreux bidules à cliquet (augmentant leur périmètre sans jamais le diminuer) rognant nos libertés à l’heure actuelle.

Le danger ne vient plus de la botte d’un totalitarisme ouvertement liberticide, mais de ce biotope bavard de bidules para-étatiques dont l’existence passe par la production d’injonctions inutiles ou de réglementations liberticides. Nous finançons ces rouleaux compresseurs illégitimes pour qu’ils s’offrent ensuite de la communication à leur gloire, des séminaires savants pour leur pouvoir et des atteintes à notre liberté de choisir.

 

6. La culture, la fleur au fusil

MinistereDeLaCulture

Cette définition un peu réductrice de la culture ou de l’éducation n’aurait pas été reniée par Mussolini. Fleur Pellerin, ministre de la culture, a le mérite d’être claire.

L’étatisation générale du monde de la culture comme de l’éducation est telle que ce genre de déclaration ne provoque pas l’ombre d’un remous.

 

7. L’économie circulaire de Mme Royal

NovLangue

Derrière ce gros jargon qui tâche, il y a des nouvelles réglementations, taxes, exigences pour les marchés publics, critères abscons pour arroser de subventions, inspecteurs pour contrôler et punir, commissions et strapontins inamovibles pour contrôler les inspecteurs.

Cela s’appelle l’économie circulaire parce que cela permet de faire tourner en rond les citoyens.

 

8. Trop de liberté pour les médecins et les patients !

Sante

En soins comme ailleurs, la liberté des acteurs sur le terrain est le vrai problème de ce pays. Cela nuit à la liberté d’un niveau central omniscient pour nous diriger tous.

 

9. Médiapart, journal indépendant !

Edwy_Plenel

Edwy Plenel, maintenant que vous avez créé votre média financé par ses lecteurs, rejoignez les libéraux dans leur combat contre les subventions à la presse. Le méchant Nouvel Observateur ne sera plus là pour vous faire le procès vraiment surréaliste d’un parti pris dans le choix de vos cibles.

 

10. Alter Éco, au côté de Sarko ?

DT_Septembre_Chavaneux

Un éditorialiste d’Alternatives Économiques, le magazine économique de tous les interventionnismes, se découvre quasi-Sarkoziste face aux libéraux.

Alternatives Économiques, dont la présence massive dans l’éducation nationale permet à l’État de partager ses valeurs, s’est découvert un nouveau champion.


Vous pouvez suivre l’auteur sur @bastiat2022.

Sur Facebook, vous pouvez retrouver le groupe stupidités étatistes d’où certains tweets de cette chronique sont issus.

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Merci ! Toujours très pertinent cette revue de tweets étatistes !

    Ce pauvre Bruno Le Maire, coincé entre prendre la voie la moins anti-libérale du pays tout en s’assurant les votes de son électorat traditionnel : les petits pharmaciens, petits avocats, petits notaires de province accrochés à leurs monopoles.

  • Mediapart n’est pas financé par ses lecteurs mais par l’impôt : la majorité des abonnements provient des bibliothèques publiques.

  • Je vote pour la 6, Fleur Pellerin. Une déclaration hallucinante, et qui en plus passe inaperçue.
    Mais le prix de la novlangue revient à Ségolène.

  • quelqu’un peut m’expliquer ce qu’est une libéralisation sauvage ??? existe t il une libéralisation ordonné ???

    • Une libéralisation avec force poils dressées et canines dégoulinantes de baves, avec évidemment l’addition de yeux rouges et de griffes rétractiles.
      La libéralisation sauvage est notamment un grave danger pour les bébés communistes. En fait, c’est une sorte de Chupacabra.

  • Je ne comprends même pas le tweet de Chavagneux. En quoi est-il marrant que des libéraux se plaignent d’une augmentation des dépenses de l’Etat ? En temps normal, un libéral appelle à des plans de dépenses keynésiennes peut-être ? Ou Sarko est un bon libéral kasher et tout ce qu’il fait devrait contenter les libéraux ?

    • Dans la tête de ce type, Sarko est ultra-libéral et les libéraux « purs et durs » des vampires assoiffés de fric et du sang des jolis bébés roses sponsorisés par la Securité sociale

  • Ah ils sont brillant ces politiciens. Des génies !

  • « Alternatives Économiques, dont la présence massive dans l’éducation nationale permet à l’État de partager ses valeurs, s’est découvert un nouveau champion. »

    Oui je confirme, quand j’étais au lycée, mon prof d’éco se faisait VRP de ce torchon, que la bande de bobos gauchos de la classe s’est précipitée pour acheter évidemment… C’est toujours amusant d’ailleurs de voir des gosses de notaires arriver en Range Rovers (pour faire 1km) et nous parler des pauvres et d’écologie :).

    Triste éducation.

  • Ah, l’économie circulaire de Ségo, c’est une véritable révolution: c’est-à-dire, tourner sur soi-même sans aller nulle part. Et quand on fait la révolution assez fort les bras écartés, ça en brasse, de l’air !

    Daniel, je vous réexprime mon admiration, pour s’infliger la prose de ces pitres, il faut bien du mérite.

  • Juppé est ni pour, ni contre, bien au contraire !!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fin octobre, dans la version révisée de son Projet de loi de finances pour 2022, le gouvernement annonçait les chiffres suivants pour 2021 : croissance à 6,25 %, déficit public à 8,1 % du PIB et dette publique à 115,3 % du PIB. Alors forcément, quand l’Insee a publié la semaine dernière sa première évaluation des comptes nationaux 2021, c’était la joie à Bercy. Croissance ? Un immense 7 %. Déficit ? Un tout petit 6,5 %. Dette publique ? Ramenée à 112,9 %. Du mieux partout, partout, partout !

 

Bonne nou... Poursuivre la lecture

La contribution à l'audiovisuel public, plus connue sous son petit nom de redevance télé, est sur la sellette. Les candidats présidentiels Macron, Pécresse, Le Pen et Zemmour ont prévu de la supprimer, les deux derniers envisageant en outre de privatiser certains éléments de notre audiovisuel public. Parmi les motivations avancées, la question du pouvoir d'achat des Français et celle du pluralisme et de l'indépendance des médias.

Marine Le Pen

Éric Zemmour

Valérie Pécresse

Emmanuel Macron

S'agissant du p... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Le dernier-né des rapports régulièrement consacrés à la question de l’audiovisuel public nous vient du Sénat. Il n’échappe pas à la règle propre à ce type d’exercices : comme ses (trop) nombreux prédécesseurs, ce document constate la gestion défaillante des sociétés de l’audiovisuel public, et propose comme d’habitude une augmentation du financement public et une nouvelle version du mécano institutionnel. Sans oublier, bien sûr, de prévoir la création de plusieurs  commissions et autres missions de préfiguration chargées de donner suite à ses... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles