Référendum en Écosse : ce n’est que partie remise

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
oui écosse indépendante credits phyllis buchanan (licence creative commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Référendum en Écosse : ce n’est que partie remise

Publié le 19 septembre 2014
- A +

indépendance Ecosse credits the justified sinner (licence creative commonsFinalement, la majorité des Écossais ayant pris part au vote a décidé de rester dans le giron du Royaume-Uni. Le « non » à l’indépendance l’a finalement emporté. Le résultat officiel livre 55,3 % pour les partisans d’un maintien dans le Royaume Uni contre 44,7 % pour le camp du « oui » à l’indépendance. La campagne orchestrée par Alex Salmond, le représentant du Parti National Écossais (classé au centre gauche), s’était montée contre la politique d’austérité proposée par David Cameron, et proposait de faire de la rente pétrolière le principal support pour l’indépendance du pays.
Malgré le résultat négatif pour les indépendantistes, ce référendum est un signe fort vers les autres formes de régionalismes et de velléités indépendantistes à travers l’Europe. Le rôle de l’Union Européenne dans ce retour aux identités infra-nationales est indéniable. En fustigeant les nationalismes, elle a aussi encouragé les localismes à renaître et à se fortifier.

L’indépendance de l’Écosse aurait eu des effets économiques positifs probables, et cela indépendamment des programmes politiques des uns et des autres. Les économies d’échelle, la nécessaire remise à plat de l’État providence et le changement de relation entre l’Écosse et Westminster auraient pu aboutir à un ordre social beaucoup plus libéral que celui souhaité par ses propres thuriféraires. Gardons à l’esprit que cette initiative promet de n’être que la première parmi de nombreuses autres à travers l’Europe, et même le monde, et que la sécession n’a de valeur qu’à condition de protéger et d’étendre la protection des droits individuels.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
brexit
3
Sauvegarder cet article

Pourquoi Sadiq Khan, maire progressiste de Londres est-il anti-Brexit ? Parce qu’il aspire à la destruction des nations comme tous les wokistes. Le Brexit n’est pas à blâmer pour les problèmes du Royaume-Uni ; c’est plutôt une bonne opportunité pour les résoudre. Il reste à voir si l’occasion du Brexit sera saisie ou bradée, mais les prévisions désastreuses ne se sont pas concrétisées, nous dit Larry Elliott, éditorialiste au Guardian spécialiste des questions économiques, répondant par avance au maire de Londres.

Le maire progressiste... Poursuivre la lecture

Par Elise Amez-Droz.

 

Après des semaines de spéculation, les Britanniques ont découvert la honteuse vérité : le Premier ministre Rishi Sunak a effectivement eu recours à des soins de santé privés dans le passé. Le chef conservateur du Royaume-Uni s'est empressé d'ajouter qu'il a toujours été inscrit auprès d'un médecin généraliste du National Health Service (NHS) et que sa famille a reçu des "soins fantastiques" dans un hôpital NHS de sa circonscription mais cela n'empêche pas les Britanniques de le prendre pour un hypocri... Poursuivre la lecture

Après le bref passage de Liz Truss au poste de Premier ministre britannique, le Parti conservateur britannique continue de lutter, accusant un retard de 15 points de pourcentage sur l'opposition travailliste dans les sondages d'opinion. Il est intéressant de noter que Boris Johnson et Liz Truss ont lancé un défi à l'autorité du nouveau Premier ministre Rishi Sunak en rejoignant une rébellion conservatrice soutenant les parcs éoliens pour faire face à la crise énergétique.

Le journaliste britannique de GB News, Tom Harwood, a déploré la... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles