À gauche on rêve, à droite on rame…

Deux univers, aujourd’hui, s’opposent en France : les pragmatiques et les idéalistes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Gauche déboussolée (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence CC-BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À gauche on rêve, à droite on rame…

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 19 septembre 2014
- A +

Par Yves Montenay

imgscan contrepoints 2013-2326 gauche déboussoléJe ne sais pas si le changement de cap proclamé par nos dirigeants se traduira effectivement par les mesures indispensables. Par contre, les discussions que ce changement a entraînées depuis quelques mois, et encore à La Rochelle, montrent la profondeur du fossé culturel qui divise la France.

Le gouffre entre rêve et réalité

Il y a deux univers en France, et il se trouve que j’ai toujours eu un pied dans chacun : deux grands-parents communistes et anticolonialistes, un père entrepreneur, une mère intellectuelle de gauche, une enfance dans une ville ouvrière et communiste, un enseignement encore imprégné de marxisme y compris à Sciences-Po (1964–66), une expérience industrielle internationale, une autoformation complémentaire libérale et la fréquentation d’enseignants français et étrangers « idéalistes de gauche ». Je passe donc mon temps à m’arracher les cheveux en voyant à quel point notre pays est divisé par un fossé culturel béant.

Cette division pourrait être féconde et entraîner de passionnantes controverses, mais le drame, le mot n’est pas trop fort, est que l’un des camps a davantage de prestige intellectuel que l’autre, et qu’il pèse sur les équipes au pouvoir, gauchisant l’action des gouvernements de droite et rendant catastrophique celle des gouvernements de gauche.

Vous avez compris que pour moi il y a le côté A du fossé, le bon, où l’on tire les leçons de l’ouverture sur le monde et de l’expérience de terrain. Bien sûr, les gens d’en face, côté B, pensent également être ouverts sur le monde et avoir une expérience de terrain. Mais ils se trompent, et je vais essayer de vous dire pourquoi.

Quelques exemples pour commencer

À l’occasion d’une discussion sur la transparence du patrimoine des élus et les éventuels conflits d’intérêts, mon interlocuteur du côté B me dit : « Ça nous évitera d’avoir un avocat d’affaires comme ministre ». Je lui rappelle les immenses maladresses du début de l’action de Montebourg, tapant sur la famille Peugeot et sur des investisseurs étrangers et oubliant que si l’on veut réduire le chômage, il faut commencer par ne pas faire fuir les employeurs.

D’où ma conclusion « un homme connaissant le monde patronal aurait évité ces erreurs et sauvé beaucoup d’emplois ». « Comment, fut la réponse, vous voulez multiplier les conflits d’intérêts, la corruption et l’ingérence ! » L’actualité a montré depuis que cette chute de l’emploi par méconnaissance des employeurs n’empêchait pas un rapport trouble à l’argent : l’ignorance n’implique pas la probité.

De même, un ministre connaissant les entreprises ne parlerait pas de « cadeau au patronat » lorsque l’on rembourse une partie de la surtaxation qu’elles ont subie depuis deux ans et qui est l’une des causes du chômage. Et des élus de terrain quelque peu au courant  ne siffleraient pas le mot « entreprise », comme c’est arrivé à La Rochelle.

De même, cet éditorial récent du Monde, s’élevant contre l’idée « indécente » de vérifier que tous les chômeurs recherchent effectivement un emploi, alors que chacun d’entre nous connait des cas de non-recherche, voire de refus (par exemple, si l’emploi proposé a un salaire inférieur au précédent), qui scandalisent le grand public et pèsent sur l’économie, donc sur l’emploi des autres. Les grands pays industrialisés qui sont nos concurrents sont beaucoup plus sévères, et s’en portent mieux.

Même aveuglement du camp B pour la situation à l’étranger. Je suis frappé par les opinions longtemps dithyrambiques sur Cuba, où un régime stalinien féroce (pléonasme) est resté populaire (en France) bien après l’URSS, avec un Che Guevara, héros romantique, faisant rêver les jeunes, alors qu’il s’agit d’un massacreur et que le pays est bien plus pauvre et opprimé qu’il ne l’était sous le régime précédent.

Comment cela s’explique-t-il ?

La première idée qui vient à l’esprit est que cette ignorance du terrain et du reste du monde vient de l’école. Certes, beaucoup d’enseignants sont dans un état d’esprit, disons, idéaliste, mais leurs opinions n’ont pas beaucoup de conséquences en mathématiques ou en sciences. Peut-être un peu plus dans les autres matières, mais beaucoup d’enseignants sont « laïques », c’est-à-dire font abstraction de leur opinion pendant les cours. Pas tous certes, mais ça ne suffit pas à expliquer cette déconnexion de la réalité pour la moitié de la population.

À mon avis, c’est le genre de vie du groupe B qui est en cause. Un fonctionnaire titulaire a une sécurité d’emploi, de salaire et de retraite. Ce salaire continue à croître même lorsque la conjoncture est mauvaise (précision technique : le point d’indice est gelé depuis 2 ans, mais pas l’ancienneté ni les promotions automatiques). Même sécurité pour les employés des entreprises plus ou moins publiques, La Poste, l’EDF, la SNCF et j’en oublie.

En effet, contrairement aux entreprises, l’État ne licencie pas, et même embauche, même s’il est mal géré, même si l’argent manque, et Dieu sait s’il manque ! On nous dit que le déficit est « un petit 4% du PNB » (adieu l’engagement de 3%) pour cacher qu’il est énorme avec des dépenses égales à 135% des recettes dans le budget prévisionnel de 2014, et le résultat final sera pire. Quelle importance pour le groupe B, à l’abri malgré le déficit ? Quelle importance pour lui que l’État s’endette pour couvrir ce déficit ?

Un monde rêvé

Cette sécurité change la vision du monde de ces « abrités ». Or, ce sont eux qui sont élus, puis ministres. Et le mariage pour tous ou le démantèlement du nucléaire les intéresse davantage que le déficit et la dette !

Ce monde rêvé, bien à l’abri des risques, fausse totalement le rapport au réel. Quand je parle de l’émigration qui vide le pays, on me répond : « Pourquoi émigrer ? Quelques très riches pour éviter l’impôt, je sais, mais les autres ? ». Le groupe B ne « réalise » pas qu’il fait payer sa sécurité au groupe A, puisque c’est sur ce dernier que pèsent les dépenses publiques, directement ou via la perte de compétitivité nationale : ces « autres » émigrent parce qu’ils ne trouvent pas d’emploi, ou vont perdre le leur, ou ne peuvent pas réaliser leur rêve d’entrepreneur, mal vu en France malgré les emplois qu’il génère, mais très apprécié à l’étranger. Bref, la dépense publique est un fardeau côté A et une ressource côté B !

Mais, me direz-vous, tous ces gens bien abrités peuvent trouver au premier kiosque venu des journaux leur décrivant la vérité. Et ils ont des proches qui sont dans le pétrin ! Certes, mais 60 ans d’expérience politique me montrent qu’un convaincu ne voit rien : avez-vous essayé de dire à un communiste français des années 1950 ou à un djihadiste de l’État islamique de 2014 que la réalité n’est pas ce qu’il imagine ?

Ce communiste idéaliste vous a-t-il écouté quand vous lui avez parlé de la férocité stalinienne ? Ce djihadiste vous écoutera-t-il quand vous lui direz que les chiites, les chrétiens, les juifs, les « païens » et, comble de l’horreur, les athées, sont des hommes comme les autres ? Pourtant le communiste avait tous les jours Le Figaro sous les yeux avec la description du Goulag, et le djihadiste a tout l’Internet du monde à portée de clic. Mais pourquoi vérifier quand on détient la vérité ? Bref, tous ces gens vivent dans un monde de rêve.

Comme dit dans mon article récent, il y a tout un écosystème idéologique, en France comme ailleurs, qui ignore les mécanismes basiques de l’économie. Cet écosystème a ses clubs, ses publications, ses enseignants, ses militants ; tous se documentent les uns chez les autres. Et le résultat est d’autant plus « bloquant », que sortir du rêve impliquerait des réformes qui bousculeraient des statuts privilégiés.

« Il faut dissoudre le peuple », suggérait par raillerie Berthold Brecht aux dirigeants communistes allemands face à la révolte populaire. Et, pendant qu’on y est, pourquoi ne pas dissoudre aussi la réalité ?


Publié initialement sur Le Cercle Les Échos.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • « A Gauche on rêve », mais on on ressent les bienfaits, bien réels, des avantages de la situation privilégiée que l’on occupe, grâce à la manne de l’argent « public ».
    A propos, quel est le pourcentage des gens de Gauche travaillant dans les entreprises privées, non subventionnées par l’État? Je pense que le chiffre doit être particulièrement significatif.

  • Plus j’y pense et moins j’aime cet article.
    D’abord il est méprisant pour des gens qu’il catégorise comme « face B », présenté comme arrogant, dominant, égoïste et fermé (etc.). il est quand même paradoxal de désigner des autres comme dotés de ces défauts tout en montrant, par le ton de l’article, qu’on en est soi-même largement pourvu…
    D’autre part, il contient l’affirmation qu’au fond les gens « face B » le sont principalement parce que c’est leur intérêt et qu’ils sont (volontairement) aveugles. Mais pourquoi ? qui ne ferait pareil à leur place ?

    Alors oui, l’idéalisme nous coupe du réel et nous entraine dans un monde rêvé… mais c’est aussi
    la force qui pousse à changer le monde, sans laquelle il n’y a ni recherche, ni progrès, ni entreprise. Inversement, le pragmatisme, la vision juste du monde tel qu’il est et non tel qu’on souhaiterait qu’il soit, sont nécessaire pour avoir une action efficace… mais le pragmatisme ne nous pousse pas à améliorer les choses, et quand il agit (ce qu’il a assez peu de raison de faire) c’est sans scrupule

    « il faut dissoudre la face B »…
    Mais non ! Elle ne s’incarne pas dans une fraction précise du peuple qu’il suffirait de remettre à sa place. Elle est présente en chacun de nous, et comme la langue d’Esope c’est la pire et la meilleur des choses, selon l’usage qu’on en fait.
    la meilleure quand on s’en sert sur les CHOSES ou sur SOI-MÊME.
    la pire quand on prétend s’en servir sur les AUTRES.

    • Bien sûr que l’on finirait pareil si l’on était « face B », il n’empêche qu’ils vivent coupés des réalités. Quand vous finissez par être convaincu qu’un fonctionnaire créé de la richesse (il en consomme) ou que les déficits ne sont qu’un problème accessoire, vous marchez tellement à côté de vos pompes qu’elles ne sont plus qu’un vague souvenir. Ça ne fait pas de vous un méchant ou un débile, vous êtes dans une bulle. L’article ne dit rien d’autre.

  • Si l’ignorance était synonyme de probité , nous aurions un pays idyllique…ce genre de réflexion est typique de la dialectique socialiste….on en a fait le tour, alors ..on passe à autre chose hein…

  • Vous racontez n’importe quoi.rien de s’ oppose, mais beaucoup font tout pour diviser en le faisant croire.avec des papiers bons à emballer le poisson.

  • merci pour ce texte si agréable à lire. Ma réponse sera malheureusement moins élégante. Pour moi, ça commence très jeune, le sens de l’observation candide est peu mis en valeur, au profit de raisonnements brillants , souvent sophistiqués et généreux. Alors que l’histoire des sciences médicales ( découverte de la vitamine B, traitement du cancer de l’estomac ….) nous rappelle à quel point il est dangereux de ne pas regarder la vérité sans préjugés. Idem en économie ou le chemin vers l’enfer est pavé de bonnes intentions. ( Dans les pays anglo-saxons , on donne plus d’importance aux laboratoires et à l’observation . En Allemagne , on honore l’apprentissage.)
    Plus tard comme adulte , il reste acceptable, pour ne pas dire souhaitable, de faire des discours totalement utopistes, pourvu qu’ils soient bien menés, en style classique , ou ‘simili-prolo’. dommage!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si, à la suite d’Alain Besançon, l’on considère que l’idéologie est :

Une croyance délirante qui se prend pour une science exacte et qui entend prendre le pouvoir afin de mettre en coupe réglée la totalité de l’activité humaine dans le but ultime d’anéantir toute forme de civilisation,

nous vivons à n’en pas douter une ère idéologique.

Le mouvement woke, l’écologisme, le féminisme, pour ne prendre que ces trois exemples les plus frappants du moment, correspondent parfaitement à la définition besançonienne de la prise d’assaut ... Poursuivre la lecture

Par Gilles Laurent.

Le Projet Montelibero consiste à regrouper un maximum de libéraux et libertariens au Monténégro afin d’y obtenir une influence grandissante puis d’y faire appliquer les principes de liberté et de non-agression.

Ce projet a été lancé par des libertariens de l’est de l’Europe. Une première famille s’y est installée en décembre 2020, puis un premier terrain a été acheté en avril 2021. Ils y construisent de petits immeubles dans la ville de Bar, qui est le plus grand port de ... Poursuivre la lecture

Cet ouvrage est intéressant en ce qu’il analyse les nouvelles tares de notre époque. Celles notamment de la concurrence victimaire et des postures visant à s’afficher comme appartenant à une minorité opprimée. Ou à s’afficher comme un résistant courageux. Ou encore comme faisant partie du camp du Bien face à ceux dont on doit prononcer la condamnation morale pour ce qu’ils sont ou ce qu’ils pensent.

 

L’idéologie dominante

Selon l'auteur, il n’existe pas véritablement de « pensée unique », qui n’est qu’une vue de l’esprit v... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles