La révolution entrepreneuriale qui vient

Le déclinisme porté par nos élites masque une autre réalité, celle de la révolution entrepreneuriale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
propagande credits pedro ribeiro simoes (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La révolution entrepreneuriale qui vient

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 16 septembre 2014
- A +

Par Philippe Silberzahn.

propagande credits pedro ribeiro simoes (licence creative commons)

À lire la presse et la blogosphère ces dernières semaines, il est difficile de ne pas être saisi par l’impression de délitement qui prévaut dans notre pays. On peut débattre à l’infini sur le fait que la presse n’est pas le reflet du pays réel, mais il est difficile de nier que nous sommes au bord du gouffre financier et que notre classe politique, et plus généralement notre élite, est totalement désemparée face aux défis auxquels nous devons faire face. Nous nous retrouvons dans ces périodes que notre pays semble malheureusement connaître souvent, face à une étrange défaite qu’a si bien décrite Marc Bloch, une défaite intellectuelle qui nous empêche d’énoncer clairement le problème et de l’admettre, et qui nous fait renoncer même à nous battre.

Le dynamisme entrepreneurial du pays réel

Mais cette défaite intellectuelle de nos élites masque une autre réalité : celle de l’incroyable dynamisme entrepreneurial du fameux pays réel. J’ai créé ma première entreprise en 1987 pendant mes études, et nous n’étions pas nombreux à le faire. Et aujourd’hui ? Pas une grande école ou une université qui n’ait son programme d’initiation à l’entrepreneuriat. Les incubateurs fleurissent comme des marguerites au printemps. Et des accélérateurs. Et des cantines, des cuisines, des Family, des lieux-tiers, des pépinières, des fablabs. Des centaines de projets entrepreneuriaux, tellement que la tête vous en tourne. Des startups weekends. Des Makers fairs. Pas une semaine sans qu’on me sollicite pour tel ou tel événement ou telle ou telle initiative ; je veux dire par là que ça en dit plus sur ce qui se passe que sur moi-même.

révolution entrepreneuriale rené le honzecMais ce n’est pas tout. Produit de la première révolution Internet, celle qui explosa en 2000 et dont les bonnes âmes se moquèrent tant, il existe désormais en France une population d’entrepreneurs de seconde voire de troisième génération, ceux qui ont plusieurs créations à leur actif. En agissant comme business angels et comme conseillers, ils augmentent le capital social et renforcent l’écosystème, facilitant la création et augmentant les chances de réussite des entreprises qu’ils conseillent. Ils maillent le territoire. Les résultats sont déjà là puisque plusieurs startups françaises connaissent des développements fulgurants aussi bien en termes de développement qu’en termes de levée de fonds (la récente levée par BlaBlaCar de 100 millions de dollars est un record). Free, PriceMinister, VentePrivée bien sûr, mais aussi Criteo, BlaBlaCar, et tant d’autres. Insatisfaits d’un système éducatif rétrograde, ils créent même leurs écoles. L’ancien monde ne peut se réformer ? Pas grave, on laisse tomber et on en crée un autre à côté.

Un constat s’impose donc : entreprendre en France n’est plus un problème. C’est même devenu banal : la volonté est là, les savoir-faire et les ressources aussi.

On le voit, la question n’est pas de savoir s’il faut être optimiste ou pas. Ou s’il faut combattre le déclinisme. Le déclinisme, c’est penser que le déclin est inéluctable alors qu’il ne l’est jamais. On décline jusqu’au moment où on se ressaisit. C’est du ressaisissement dont il s’agit. La question n’est pas de savoir s’il faut faire du French bashing ou pas. C’est mal poser le problème. Le problème en effet est que le dynamisme des Français est étouffé par leur élite. Les pillards sont allés trop loin.

Souvent notre pays a compté sur un grand homme pour se ressaisir. En 1940, ce fut un général de brigade à titre temporaire qui s’exila à Londres, quasiment seul, et décida qu’il était la France. Seul dans son bureau. Aujourd’hui nous n’avons pas de grand homme en réserve et c’est peut-être mieux. Nous avons des milliers d’entrepreneurs.

Nous en sommes donc là : le sommet est bloqué et désemparé devant un monde qu’il ne comprend plus, un monde qui l’effraie. Il freine des quatre fers, s’enfonce dans la rhétorique et tente à tout prix de préserver le passé, multiplie les lois pour interdire ce qu’il ne peut plus empêcher, assuré que le ridicule ne tue pas. Il est devenu un immense point de blocage. Un goulet d’étranglement.

La base, elle, déborde d’énergie, embrasse ce monde d’opportunité avec bonheur, avec gourmandise, avec zébritude. La croisade d’Alexandre Jardin et de ses zèbres n’est qu’un exemple parmi d’autres de cette énergie. Cette base encaisse les attaques, les lois pernicieuses (Amazon, taxis, seuils, etc.) en sachant que rien ne l’arrêtera de toute façon. Mais elle ne se contentera pas de rester petite, cette base. Ce nouveau monde qu’elle crée, il grandit. Et il vient chatouiller l’ancien monde de plus en plus. Les frottements se multiplient, et bientôt les conflits.

La seule question est donc de savoir si le sommet acceptera, devant le constat de son propre échec, de céder gentiment la place au monde nouveau et de s’en aller discrètement, ou s’il faudra une catastrophe, comme celle de juin 1940, ou une révolution, pour que place nette soit faite. On préférerait la première solution mais il ne faut plus exclure la seconde. On en voit les prémisses partout.

La révolution entrepreneuriale française est en marche.

Sur l’importance de la bulle Internet, voir l’article que j’ai publié en 2005 : « Vive la bulle Internet et merci Jean-Marie ». Je n’en retire pas une ligne.

Ps : le titre de cet article est une allusion au texte anonyme L’insurrection qui vient, paru en 2007. Ouvrage remarquable, qui traduisait cependant, trait marquant des auteurs marxistes, une incompréhension fondamentale de la véritable nature du problème masquée par un romantisme sans issue. On en recommande néanmoins vivement la lecture.

Dans un genre différent, l’ouvrage de Marc Bloch, L’étrange défaite, constitue une analyse absolument remarquable de la défaite de Juin 1940. Il montre que la défaite ne fut pas morale mais intellectuelle. L’actualité de cet ouvrage est entière.


Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Comme chaque semaine, en bas des bureaux, le permanent syndicaliste distribue ses tracts FO. Aujourd’hui, ils appellent à voter contre le nouveau gouvernement Valls parce qu’il ne va pas augmenter les impôts sur « le patronat », et confondent low-cost avec low-salary.

    Pas d’inquiétude: la base aussi a des éléments bloqués.

  • A vous lire ca donne envie d’y croire, et je vous en remercie.

    Par contre je crois que la confrontation n’aura pas lieu, les entrepreneurs ne cherchent pas ou peu le conflit, c’est une perte de temps dans leur objectif. La réalisation et la mise en place de leur propre attente si il ne fonctionne pas en France, il iront le créer dans une nouvelle contrée qui les laisse libre de leur choix.
    le fait de créer en France n’est pas un frein , le fait de développer en est un et j’espère que ça sera pas s’en nous….

  • Créer une entreprise est une chose, inventer un nouveau secteur économique en est une autre me semble-t’il. Globalement, le « numérique » donne un bon coup de pied dans le cocotier. Cela oblige les entreprises à évoluer, s’adapter et devenir plus productives et rentables.

    Cependant l’admiration béate devant ces startup et leurs entrepreneurs me semble naïve. Un arbre qui croit rapidement fabrique du mauvais bois. Peut-on vraiment construire une activité économique solide en quelques mois ? Passé la nouveauté et l’effet de mode, le business model tient-il la route ?

    Et quand ces startup visent un marché plus classique – la vente de produits technologiques high tech par exemple – il me semble que le développement de leur activité suppose le développement d’infrastructures et de normes qu’elles ne peuvent réaliser ou imposer elle-même.

    Ce qui semble bien fonctionner est la conception et la vente d’outils marketing ou publicitaire : le client est solvable et son besoin est incontournable pour se démarquer de ses concurrents. Mais ce marché peut-il grossir indéfiniment ou ne progresse-t’il qu’au détriment de solutions plus classiques ?

    Globalement, je vois donc bien la révolution dans les habitudes et les métiers et l’obsolescence des « élites », mais pas de saut technologique apte à restaurer un niveau de vie qui chez nous se dégrade plutôt par ailleurs.

    • « Globalement, je vois donc bien la révolution dans les habitudes et les métiers et l’obsolescence des « élites », mais pas de saut technologique apte à restaurer un niveau de vie qui chez nous se dégrade plutôt par ailleurs. »
      On tire un mamouth c’est lourd , c’est gros et ca avance pas vite, tant qu’on l’aura pas mis au régime et qu’il aura perdu du poids, il ne se passera rien.

    • « Un arbre qui croit rapidement fabrique du mauvais bois. »
      —–
      On s’en fou de la hauteur de l’arbre si l’on se fait une montagne de bois en un temps record et qu’on replante aussitôt.
      Il y a des nouveaux secteurs qui sont de vrai el-dorado comme on en a jamais connu. Il y a des entreprises qui font plusieurs millions de bénéfices par jour, zéro frais et qui sont parti de zéro investissement.

      Toutes les opportunités sont là. Il y a de l’or de partout.

  • l’ancien serial entrepreneur (j’en ai créé 4) apprécie ; il faut en plus que ces nouveaux entrepreneurs investissent les lieux de pouvoir, surtout en régions

  • Oui il est facile de se lancer en France de nos jours, mais la plupart des freins ne sont pas les taxes ou les formalités, mais bel et bien les idées reçues des gens et des organismes qui son sensé épauler l’entrepreneur.

    L’idée reçue principale est qu’il faut être gros pour être une entreprise sérieuse…
    A force de négocier avec les agents du MEDEF les pouvoir publics oublient qu’ils ne représentent qu’une petite partie des entreprises, celles du CAC40 qui n’innove plus mais qui cultive l’argent de ses actionnaires au dépends de ses salariés grand coup de dogmes.

    Ensuite le plus gros problème de notre pays ne réside pas dans les règles du jeu qu’il défini (modèle social), mais dans sa peur de l’échec et la non prise de risque qui gangrène la dynamique autour de l’entrepreneur.

    Comme nous faisons parti de notre environnement, il ne faut pas négliger non plus les effets de son environnement sur l’entrepreneur…

    Je reste optimiste pour me dire que le dernier point ne sera plus qu’un souvenir après une génération ou deux qui suivent.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Patron PME Commerçant petite entreprise
0
Sauvegarder cet article

Je suis patron de trois PME : une au Luxembourg et deux en France. Voici quelques réalités simples et indiscutables de mon quotidien professionnel.

Premier exemple

Facture d’électricité d’une petite entreprise au chiffre d'affaires de deux millions d'euros par an. On paye de la TVA sur des taxes.

consommation................ 1 127,34 euros acheminement................     764,75 euros taxes et contributions.....     301,47 euros TVA 20 %........................     438,71 euros Total facture.................  2 632,68 euros

&n... Poursuivre la lecture

Big Data
1
Sauvegarder cet article

Par Sylvain Fontan.

Le phénomène intitulé Big Data (données massives) fait référence au flux de données sur internet de la part des particuliers, des entreprises et des États du fait de la démocratisation des connexions haut débit. L'ampleur de ce phénomène est telle qu'il peut être considéré comme valeur économique en soi. En effet, la capacité à exploiter ces données peut permettre de valoriser l'activité économique.

Le Big Data comme valeur économique

L'importance accrue du Big Data est telle que le Forum économique mondial ... Poursuivre la lecture

Par Philbert Carbon. Un article de l'IREF Europe

Une grande enquête mondiale (44 400 personnes interrogées dans 55 pays) menée par sept organisations dont, pour la France, la Fondapol, un think tank proche du parti Les Républicains, vient de paraître. Intitulée « Libertés : l’épreuve du siècle », elle traite d’une multitude de sujets : des menaces extérieures (notamment chinoise, russe et turque) aux enjeux sécuritaires intérieurs (délinquance, terrorisme, immigration, islamisme), en passant par la peur du déclassement économique ou ce... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles