« La fille qui n’aimait pas la foule », de Gilles de Montmollin

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Fille qui n'aimait pas la foule

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« La fille qui n’aimait pas la foule », de Gilles de Montmollin

Publié le 1 septembre 2014
- A +

Par Francis Richard

Fille qui n'aimait pas la foule1972, c’est l’année du premier rapport du Club de Rome, The limits to the growth, rapport plus connu sous le nom de Rapport Meadows. Les scientifiques de ce club international, curieusement hostiles au progrès scientifique, y sont favorables à l’idéologie de la décroissance économique pour protéger l’environnement et dans la lignée de l’idéologie de Thomas Malthus, qui s’inquiétait de la croissance de la population. Le roman de Gilles de Montmollin, La fille qui n’aimait pas la foule, se déroule cette année symbolique.

Jean-Hugues, 19 ans, préfère qu’on l’appelle Jacky, comme le coureur automobile Jacky Stewart. Il achève ses vacances d’étudiant en droit dans le midi de la France. Il s’est fait larguer par sa petite amie, Sylvie, et roule, le 21 septembre 1972, depuis Hyères, en direction de Genève au volant d’une Mini Cooper S, qu’il a allégée au maximum et préparée : « Culasse rabaissée, filtres à air sport, gros carburateurs Weber double corps à la place des SU d’origine, tubulures d’admission polies, ligne d’échappement racing, bref, une bête de course. Petite, mais efficace. Il n’y en a pas beaucoup qui me suivent, même parmi les Porsche ou les BMW. »

Son retour en Suisse va prendre un cours inattendu quand il prend en stop, après Brignoles, Réjane, qui doit bien avoir dans les 25 ans : « Cheveux blonds, très clairs, coupés assez courts. En tout cas plus courts que les miens. Visage régulier, agréable. Pas de maquillage. Peau dorée, plus foncée que les cheveux. Seins libres sous la chemise indienne marquée de quelques taches de transpiration. »

À un moment, Réjane ouvre son bagage, qu’elle a disposé entre ses jambes, pour prendre une sacoche de jute dans laquelle se trouve son paquet de Camel filtre. Il croit apercevoir un flingue. Ce dont il aura la confirmation un peu plus tard et ce qui ne l’empêchera pas de la garder à bord, parce qu’elle est… bien roulée.

La veille, 20 septembre 1972, Franck Lechêne, le chef du RAFC, Rien à foutre de la croissance, a été blessé lors du piège qui lui a été tendu sur l’île de Port-Cros, située en face d’Hyères. Il a été sérieusement blessé mais a réussi à s’enfuir.

Réjane et Jacky discutent route faisant. Comme il reconnaît que sa voiture est importante pour lui, elle lui dit qu’il est victime du capitalisme : « Tu n’en es pas conscient. Mais cette bagnole occupe ton temps, tes pensées. Elle est une fin en soi. Un but pour ta vie. Pendant ce temps, tu ne remets pas en cause le système. »

Muni de ces éléments, auxquels s’ajoutent la citation placée en épigraphe du livre (« Le Monde a un cancer, et ce cancer, c’est l’homme. », A. Gregg) et la dédicace de l’auteur (« À mes fils, Cédric et Joël, et à leur génération, en espérant que la mienne leur laissera une planète vivable »), le lecteur ne peut que se douter qu’il y a un lien entre l’autostoppeuse de Jacky et le RAFC…

Au cours d’un récit haletant, plein de rebondissements qui le tiennent en haleine, le lecteur va découvrir ces liens qu’il a devinés et faire la connaissance d’autres personnages hauts en couleur, garçons et filles, qui sont en rapport eux aussi avec le RAFC. Les motivations de tous ces personnages ne sont pas aussi pures que celles de Réjane – elle croit qu’il faut lutter contre les croissances économique et démographique – mais ils s’avèrent aussi déterminés qu’elle à les faire valoir par la violence et la contrainte, par le sang et par les larmes.

Bien malgré lui, Jacky va être entraîné dans cette tourmente. L’extrémisme mortel du RAFC ne laisse pas de faire penser à celui dénoncé par Michael Crichton dans State of fear, livre qui avait été vivement reproché à l’auteur de Jurassic Park, à sa parution en 2005, par les défenseurs de la Terre…

Gilles de Montmollin restitue très bien l’atmosphère de cette époque où l’on écoute encore les Beatles – quarante ans plus tard les écoutera-t-on encore ? se demandent Jacky et Réjane – et où on fume du shit. Son style alerte et enjoué, de même que les prouesses de Jacky au volant de sa Mini, participent de ce rythme échevelé qu’il donne à ce road thriller nostalgique.


Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Franchement : une écolo qui monte dans une voiture de sport customisée… C’est aussi hilarant que JV Placé qui ne paie pas ses contraventions pour excès de vitesse !!!

  • Non, ça va avec la panoplie du pur hypocrite typique écolo-socialiste dénombrable par millions dans ce pays

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

J'ai découvert ce jeune homme fascinant et extraordinaire qu'est Mahmud Nasimi en le voyant dans l'émission La Grande Librairie de François Busnel, lui-même fasciné à juste titre (de même que les autres invités sur le plateau) par l'itinéraire et la personnalité hors normes de cet auteur. Aussitôt j'ai eu envie d'acheter son livre.

Un homme qui ne parlait pas un mot de français en 2017

Il faut bien imaginer (et on a peine à le croire en le lisant et en l'entendant) qu'après avoir été contraint de fuir son pa... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Gérard-Michel Thermeau.

Ce fichu Covid a tout bouleversé : même la quinzaine de la Pléiade en a été retardée. Cette année la collection rend hommage à Joseph Kessel dont romans et récits viennent d’être publiés en deux volumes sous la direction de Serge Linkès. Ce joli cadeau, offert pour l’achat de trois volumes de la prestigieuse bibliothèque de la Pléiade, offre comme à l’ordinaire une biographie richement illustrée de l’écrivain retenu. Gilles Heuré a ainsi signé cet album Joseph Kessel.

Peut-être un peu oublié, cet écri... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

Ce roman de la japonaise Ito Ogawa, tout en simplicité, délicatesse et élégance, dresse le portrait d’une jeune femme de 25 ans, Hatoko, de retour à Kamakura après quelques années passées à l’étranger. Elle revient s’installer dans la papeterie familiale, qui appartenait à sa grand-mère et dont elle va à présent reprendre le flambeau.

Un métier un peu oublié

Riche de tous les enseignements reçus de sa grand-mère – l’Aînée, comme elle la nomme – Hatoko s’apprête à mener à son tour l’activité d’écrivain public... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles