Déclin français : les déterminants politiques et éthiques (4) L’hédonisme

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Coq (Crédits : Olibac, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Déclin français : les déterminants politiques et éthiques (4) L’hédonisme

Publié le 31 août 2014
- A +

Par Patrick Aulnas.

ouvrier

Au cœur des interactions déterminant le devenir d’une civilisation se trouve le politique. Il interagit nécessairement avec l’économique, le social, le juridique et l’institutionnel. Quant à l’aspect éthique, il est indissociablement lié au politique qui porte les valeurs déterminant la vision de l’avenir et les modalités de l’action. Cinq concepts politico-éthiques constituent la base intellectuelle du déclin de la France au début du 21e siècle : l’idéologie, le dogmatisme, le repli sur les acquis, l’hédonisme et la démagogie.

 4. Travail et hédonisme

Dans son ouvrage fondamental L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme (1904-1905), Max Weber a montré que « le problème majeur de l’expansion du capitalisme moderne n’est pas celui de l’origine du capital, c’est celui du développement de l’esprit du capitalisme ». C’est le protestantisme calviniste qui représente le mieux cet esprit du capitalisme et qui est à l’origine du décollage économique occidental. Il s’agit d’un puritanisme construit autour de l’ascèse du travail et du devoir d’épargner. La bourgeoisie fondatrice du 19e siècle s’oppose ainsi nettement sur le plan des valeurs à l’ancienne aristocratie qui ne devait en aucun cas déroger par le travail et qui méprisait souverainement la parcimonie dans la dépense.

Si l’on en croit Max Weber, l’essence du capitalisme est donc en contradiction complète avec les valeurs dominantes de l’Occident du début du 21e siècle qui se situent nettement dans l’hédonisme. Hédonisme consumériste bien évidemment (vacances, loisirs, spectacles, etc), mais aussi hédonisme à l’intérieur même de la sphère professionnelle : le travail doit être « intéressant », « motivant », voire « passionnant ». En tout état de cause, il doit permettre à l’individu de « se réaliser », de « progresser », de « développer son potentiel ». Les grandes entreprises occidentales adhèrent souvent à cette éthique optimiste en affichant des « valeurs » parfois explicitées dans un livret d’accueil des nouveaux « collaborateurs » ou sur des affiches bien mises en évidence dans les locaux. Il est donc convenu que le travail n’est pas une ascèse, un renoncement à la facilité, une discipline, mais un facteur d’épanouissement et un activateur de lien social. La distance est grande entre les valeurs proclamées et la réalité constatée. Même si les conditions de travail n’ont plus rien de commun avec celles du 19e siècle, le travail reste bien évidemment une contrainte externe en termes d’emploi du temps, de niveau de productivité, de lieu de vie, de déplacements. Il est générateur de stress et dans les cas extrêmes, il peut conduire à des dépressions et à des suicides : ces cas ne sont pas du tout exceptionnels.

On observe ainsi une double contradiction. D’une part un message optimiste sur l’activité professionnelle qui ne correspond pas vraiment à la réalité observée. D’autre part, une communication publicitaire optimiste sur la consommation, alors que celle-ci génère insatisfaction et frustration. L’hédonisme occidental est davantage proclamé que vécu, mais il reste une aspiration du plus grand nombre. Il s’agit là d’une rupture fondamentale avec l’esprit initial du capitalisme : les travailleurs et les capitalistes d’antan adhéraient tous à une morale religieuse centrée sur le péché et le renoncement, totalement en adéquation avec la mise en valeur du travail. L’Occident contemporain est-il parvenu à concilier hédonisme et travail ? Pour les plus favorisés, certainement. Un chercheur, un professeur d’université, un grand artiste peuvent se passionner pour leur travail. Mais la question n’est pas là : pour le grand nombre, la réponse est clairement négative. Une civilisation peut-elle durablement proclamer des valeurs sans être capable de les mettre en œuvre ?

Le capitalisme n’a jamais rien promis d’autre que l’efficacité productive par le travail et l’épargne. Il a réussi au-delà des plus folles espérances de ses pères fondateurs. Mais des idéologues sont venus réclamer le bonheur pour tous par une meilleure répartition des richesses qu’ils se promettaient de mettre en œuvre. Le bonheur n’est pas une affaire de richesse et encore moins de répartition. Les idéologues le savaient, mais il était politiquement avantageux pour eux de promettre. Ayant évidemment échoué, ils ont imputé au capitalisme et à sa globalisation planétaire les causes de leur échec. Il s’agit bien d’éthique : celle du capitalisme glorifie l’effort de travail qui doit être récompensé, celle des idéologues est un mensonge historique promettant la facilité des lendemains qui chantent.


Lire aussi sur Contrepoints les trois premières parties de la série :

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Hippocrate Palichon
    31 août 2014 at 12 h 40 min

    ><

    La cigale et la fourmi . /

  • un mot le déclin de la france a été causé par le socialisme qui marche à court terme mais est un désastre à long terme. le socialisme est le principal maux de la france

    • « un mot » en un mot
      la seule consolation est le fait qu’il n’y a pas que la france à qui s’est arrivé, cela est arrivé à beaucoup d’autres pays comme le vénézuela, l’argentine,….enfin c’est arrivé à tous les pays socialistes. le socialisme s’est vivre avec l’argent des autres (à commencer par la dette qui n’est rien d’autre que l’argent des générations futures). la base du socialisme s’est l’envie et la jalouisie. voila d’o vient sa force. voilà pourquoi il n’est pas prêt de disparaitre malgré que le socialisme a été totalement démonté depuis longtemps, malgré qu’il ait à chaque fois échoué. le socialisme se base sur des sophismes. le socialisme évolue d’abord en social démocratie puis maintenant en social libéralisme

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tous ces médias entre les mains de groupes privés, tous ces capitalistes qui achètent des journaux, des radios, des chaînes de télé, et s’allient entre eux pour chercher des synergies et de la rentabilité, préoccupent quelques sénateurs de gauche.

Des sénateurs contre les patrons des médias

Une commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias a été créée fin 2021, et ce serait bien, pensent ses membres, de boucler ladite enquête avant le premier tour de l’élection présidentielle afin d'inciter les candidats à se saisir de ... Poursuivre la lecture

Par Thierry Godefridi.

[caption id="attachment_256135" align="aligncenter" width="640"] capitalism By: Jacob Bøtter - CC BY 2.0[/caption]

Corentin de Salle est probablement le principal expert contemporain ès libéralisme et capitalisme de langue française. Auteur d’un compendium en trois tomes de 500 pages chacun sur la Tradition de la liberté des origines de la pensée libérale à nos jours, il avait été invité à s’exprimer sur l’émergence du capitalisme en Europe dans le cadre des séminaires que le C... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore. Un article de la Foundation for Economic Education

Il existe une poignée de livres d’économie que tout le monde devrait lire.

Economics in One Lesson et Free to Choose, ces ouvrages classiques écrits respectivement par Henry Hazlitt et Milton Friedman, figurent sur cette liste. Un de mes favoris est Basic Economics de Thomas Sowell, un livre qui a éveillé mon intérêt pour l’économie il y a de nombreuses années.

De La Richesse des Nations (1776) à Freakonomics (2005), beaucoup d’autres ouvrages sont cons... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles