Non à l’excision et au mariage des enfants

Quelles priorités pour un féminisme responsable en Afrique ? Tour d’horizon de la question.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
filles Afrique credits Rod Waddington (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Non à l’excision et au mariage des enfants

Publié le 14 août 2014
- A +

Par Lanre Olagunju.
Un article de Libre Afrique.

filles Afrique credits Rod Waddington (licence creative commons)

Les féministes à travers le monde ont besoin de s’attaquer à des questions ciblées permettant d’améliorer la vie des femmes vulnérables. Sur l’échelle des priorités, des questions comme le mariage des enfants, l’éducation des jeunes filles et les mutilations génitales féminines (MGF), qui réduisent le droit de la femme à disposer de leur corps sont plus sensibles que la plupart des autres discussions préoccupant les féministes.

Lutter contre des pratiques dégradantes

Faire de ces questions une priorité apportera des solutions durables pour beaucoup d’autres pratiques dégradantes et injustes. L’une de ces absurdités encore vivantes voit près de 14 millions de jeunes filles contraintes au mariage, non seulement avant d’y être préparées, mais avant même que leurs corps n’y soient prêts.

Sur la question des mutilations génitales féminines, il est difficile de les faire disparaître pour plus de 120 millions de femmes et filles africaines qui ont déjà vécu cette expérience douloureuse et dégradante. Mais les statistiques attestent que, dans les dix prochaines années, 30 millions de filles courent toujours le risque de subir de telles mutilations. En réalité, c’est sur ce point qu’il faut travailler. On ne devrait pas laisser des innocents subir un traumatisme physique et psychologique inutile. Les MGF sont une des formes les plus graves de violence perpétrées contre les petites filles/femmes, et jusqu’à présent, elles sont encore pratiquées dans 28 pays africains.

Tout d’abord, il est très important de comprendre que la pratique est nocive pour les filles et les femmes. Tant que ce fait n’est pas bien établi et reconnu, aucune des mesures correctives ne pourra empêcher la pratique de se développer. Traditionnellement, l’ablation chirurgicale d’une partie du vagin d’une fille est considérée comme une façon de contrôler et de fixer des limites à sa sexualité future. Parmi les raisons identifiées comme justifiant cette pratique, on note l’initiation des filles à la féminité, à l’hygiène et des raisons esthétiques pour ceux qui pensent que l’organe externe de la femme est impur, ce qui les laisse penser que l’enlever augmentera l’attrait esthétique du vagin.

Des usages d’un autre temps

Médicalement parlant, il n’y a aucun avantage à cette pratique. Toutefois, l’acte est la plupart du temps réalisé avec des objets non stérilisés qui mettent en danger la santé des femmes. Les communautés et familles ne s’y engagent que pour des raisons culturelles et non thérapeutiques. Et quand bien même dans certains cas les individus comprennent que la pratique n’est pas bonne, ils soumettent quand même leur fille à cette pratique par impératif social. D’où la nécessité que nous plaidions tous pour l’éducation des petites filles.

Puisque nous sommes en plein compte à rebours pour l’échéance des OMD de 2015, l’éducation des filles devrait à nouveau être au top de l’agenda de l’après 2015. Pour pouvoir réussir dans ce domaine, il est très important de s’attaquer sérieusement à l’analphabétisme des jeunes filles qui est un terreau permettant la progression de ces pratiques archaïques. L’éducation aidera les filles et les femmes à défendre elles-mêmes leurs droits. Elle aidera également les femmes plus âgées à comprendre la raison pour laquelle ces pratiques nuisibles devraient être abandonnées.

Éduquer à la sexualité

L’essence de l’éducation sexuelle ne peut être négligée. Si les parents et les jeunes filles ont accès à une éducation sexuelle de qualité démontrant clairement l’inutilité de l’excision, la plupart des mythes sans fondement seront ensuite démystifiés et effacés. Cette éducation doit aussi être délivrée aux  dirigeants communautaires et autres personnes influentes, de sorte que la sensibilisation puisse avoir des effets d’entrainement sur leurs adeptes. Lorsque cela sera fait, on pourra alors espérer que cette pratique reculera.

On ne peut exclure le rôle de la pauvreté dans cette discussion. Par exemple, beaucoup de femmes âgées qui effectuent l’excision ont été impliquées dans ce « business » depuis des lustres. Et c’est la seule source de revenus dont elles disposent. On ne peut pas négliger l’influence de ces femmes plus âgées dans ces communautés pauvres, surtout que pour elles, cette pratique est leur source de subsistance. Pour mettre fin aux mutilations génitales féminines, il faudra fournir une autre source de revenus pour ces femmes importantes dans la communauté.

Le droit des jeunes femmes est parmi ceux qui doivent être respectés et protégés, et pour ce faire nous devons mettre en place des mesures juridiques strictes interdisant la pratique des MGF. Cela exigera un effort collectif des défenseurs de droits de la santé reproductive, des organismes donateurs, et toutes les personnes impliquées dans la défense des droits des enfants. Ils doivent pousser les gouvernements à édicter des lois strictes qui dissuaderont ceux qui pratiquent les MGF et qui promeuvent le mariage précoce. Des sanctions sévères pour les contrevenants devraient être prévues.

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • bonjour , aussi longtemps que cela se passe en Afrique ,jusque et y compris dans des ex colonies françaises qui sont indépendantes depuis plus de 50 ans , le vulgum pécus français n’a rien à y voir !
    C’est aux autorités de ces pays d’élaborer des lois en fonction du problème et de la volonté de leur peuple exprimée si possible par vote des citoyens ….
    C’est assez dire l’ampleur de la tâche , partant chez nous depuis l’institution de la République ,nos gouvernants se F…..de la volonté populaire !

    • J’espère bien qu’on lit aussi Contrepoints en Afrique. Et en effet, puisque nombre des Africains partagent avec nous au moins un langage et souvent une certaine culture, nous devrions éviter de leur donner le mauvais exemple en ce qui concerne l’élaboration des lois dans le mépris des problèmes et de la volonté des peuples. Que les problèmes soient économiques ici ou sociétaux là-bas, la principale solution viendra de l’éducation, et cette dernière doit se concevoir au niveau de la francophonie.

    • cela se pratique aussi chez nous ! En effet certains chirurgiens n’hésitent pas à pratiquer l’excision au prétexte qu’au moins ici elle est faite dans de bonnes conditions d’hygiène et sans faire une ablation totale du clitoris plutot qu’elle le soit de toute façon « au pays » (notamment le Mali) lors de « vacances » et ce dans des contions précaires.
      France 5 avait consacré il y a quelques années un reportage diffusé tard le soir traitant non seulement de l’excision mais également de la reconstitution d’hymens, le tout, généralement pris en charge par la Sécu car déclaré comme une tout autre intervention.
      Il faut semble-t-il tenir compte du fait que les gens vivant en France marient leur fille avec un compatriote resté « au pays » ce qui ne pourrait ce faire si elle n’était pas excisée et bien entendu vierge.

    • Si vous preniez la peine de lire le nom et la présentation de l’auteur, vous auriez put constaté que l’article provient de l’institut Libre Afrique. Je ne vois pas ce qu’il y’a d’étonnant à ce que Libre Afrique traite de questions Africaines.

  • J’aimerai bien connaitre les cas d’ablations de parties du vagin dont parle l’auteur. Généralement cela se limite la vulve.
    Pour le reste on pourrai dire exactement la même chose de la circoncision mail là il semblerait qu’il y ai moins d’urgence. Les mères qui décident de faire exciser leurs filles savent ce qu’elles font, elles n’ont pas besoin d’un homme pour leurs expliqué comment éduqué leurs filles.

    • Vous rigolez ou quoi? Les deux sont une mutilation criminelle à partir du moment ou ils ne sont pas effectués pour raison médicales. Le fait qu’un homme le dise n’a rien à voir la dedans. Les mères qui font exciser leurs filles (et les pères? N’ont-ils aucune responsabilité la-dedans? Vraiment?) na valent pas mieux que les gens qui font circoncire leurs mômes. Tout ce beau monde mérite la tôle, à mon avis.

      • Ce sont les femmes qui sont impliqué le le plus généralement dans ce genre de traditions. Et jusque maintenant il y a très peu de revendication contre la circoncision qui est beaucoup plus massive en Afrique mais aussi dans le monde.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des actrices et des chanteuses françaises, en signe de solidarité avec la révolte des femmes en Iran, se coupent les cheveux.

Femme, Vie, Liberté. Merci. #Iran #MahsaAmini pic.twitter.com/6yUlBTC8Rk

— Farid Vahid (@FaridVahiid) October 5, 2022

La classe politique n’est pas en reste. En coopération avec l’Union européenne, la diplomatie française veut sanctionner les responsables de la répression sanglante qui traverse l’Iran depuis maintenant plus de deux semaines. On parle d’au moins 92 perso... Poursuivre la lecture

Depuis l’investiture de Joe Biden, le parti démocrate accumule les gaffes et montre une attitude des plus condescendantes envers les électeurs. Et après chaque revers électoral ou presque, il blâme toujours tout et tout le monde sauf lui-même.

On pourrait croire que les républicains se dirigent vers une victoire plutôt facile en novembre prochain et qu’un tsunami rouge déferlera sur le Congrès. Mais si le parti de Trump ne peut contrôler ses éléments extrémistes, l’élection de mi-mandat sera au mieux une vaguelette.

Prenez l’ins... Poursuivre la lecture

Pour les médias démocrates – pardonnez la redondance – tout ce qui émane du parti républicain semble venir du plus profond de l’enfer. C’est le cas avec une loi récemment votée en Floride, que les médias et ses opposants ont baptisé Don’t say gay ("ne dites pas gay").

Des entreprises ont embarqué dans ce bateau, montrant leur indignation sélective. Disney, qui a une forte présence à Orlando, a contacté le gouverneur pour faire part de sa supposée inquiétude envers la loi. Toutefois, quand il s’agit de faire des milliards en Chine, un g... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles