Belgique : la coalition suédoise négocie bien une hausse des impôts !

Plus le temps passe, plus il apparaît clair que la prochaine coalition fédérale belge augmentera les prélèvements fiscaux. Cette fois, c’est un négociateur du CD&V qui l’annonce.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Charles Michel et Kris Peeters - source Facebook Charles Michel

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Belgique : la coalition suédoise négocie bien une hausse des impôts !

Publié le 2 août 2014
- A +

Par Oliver Rach, depuis Liège, Belgique.

Charles Michel et Kris Peeters - source Facebook Charles Michel
Charles Michel (MR) et Kris Peeters (CD&V)

 

Contrepoints était le premier quotidien à s’en faire l’écho et à analyser la situation sous un angle historique révélateur. Depuis lors, les langues se délient et confirment ce qui pouvait être deviné avant les élections : la coalition suédoise est bien en train de négocier une hausse des prélèvements. Le MR, le CD&V et l’Open-VLD vont poursuivre le chemin entamé sous le gouvernement socialiste Di Rupo, à savoir un panaché de baisses de dépenses et d’augmentations fiscales.

C’est le jeune négociateur du CD&V Benjamin Dalle qui le révèle dans les colonnes du Morgen ce matin : bien que les quatre partis en présence aient été élus sur base d’une campagne électorale critiquant la fiscalité trop élevée en Belgique, ceux-ci augmenteront certains impôts. « Des mesures très dures viendront indubitablement », confie-t-il au quotidien flamand.

La sortie du flamingant Bart De Wever (N-VA) en début de semaine avait donné le la de ce retournement de veste collectif. « Il faudra au moins quinze milliards pour atteindre la norme budgétaire européenne », avait déclaré le bourgmestre d’Anvers. « C’est gigantesque. Di Rupo n’a pour ainsi dire rien fait. Il y a du pain sur la planche. »

Dans ce contexte où un effort budgétaire de 15 à 22 milliards d’euros doit être réalisé, Benjamin Dalle confirme que ces milliards ne pourront pas seulement être trouvés du côté des dépenses : ces mesures « seront difficiles pour tous les partis. Pour le CD&V mais aussi pour les libéraux et la N-VA. Surtout parce que nous devrons également travailler du côté des recettes. »

Interrogé à ce sujet, le futur Premier ministre Kris Peeters (CD&V) a déclaré – avec prudence – qu’il était prématuré de se prononcer sur de nouvelles taxes. « Au cours des contacts bilatéraux, on évoque beaucoup de défis budgétaires », a-t-il ajouté. « Les négociateurs doivent encore attaquer la partie la plus dure de l’ascension. »

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • On doit sans doute être un des pays les plus taxé avec le Danemark et la France … je crois qu’on passera en tête …

  • Quand les contribuables belges, indépendants et salariés, comprendront-ils enfin que les Michel, Reynders et autres parasites du conseil du MR ne sont pas dans leur camp ? Ces gens n’ont jamais baissé les impôts et ne les baisseront jamais.

  • Ce qui importe AVANT TOUT, ce sont les baisses de depenses, si elles sont réelles.

    Il ne faut pas oublier que la dette est un impot futur, une hausse d’impots qui s’accompagne d’un reduction de dettes au moins égale, n’est qu’un transfert vers le present de la fiscalité, préférable dans la mesure ou elle est plus douloureuse.

  • Un audit de la dette belge est à faire d’urgence , on peut alors ne pas payer la partie odieuse , conséquence de l’article 123 du traité de Lisbonne

  • Désolé pour les belges…
    Mais qui est surpris ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La redistribution des ressources ou des revenus est généralement considérée comme l’une des activités essentielles de l’État et on prétend même souvent que l’existence d’un État est justifiée précisément par sa capacité à établir une égalisation des ressources ou des revenus entre les individus ou entre les familles. Très récemment, il a été suggéré que l’État français intervienne pour que les revenus de certaines personnes deviennent égaux à ceux d’autrui.

 

Si l’égalité entre les personnes (ou les familles, ou les membres... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

On reparle d’un éventuel rattachement de la partie francophone de la Belgique à la France. Ce débat est un serpent de mer qui réapparaît périodiquement[1. Tribune de Jules Gheude, écrivain belge et militant wallon prônant le rattachisme, le 7 mai 2022 dans Le Monde : « Et si, en 2024, la Wallonie devenait française ? »] parce qu’il a une certaine logique, mais les conditions de ce rattachement sont-elles vraiment réunies ?

La Belgique est profondément divisée, linguistiquement et politiquement et chaque Belge a sa vision passionnée du ... Poursuivre la lecture

Depuis cinquante ans, les Flamands achètent aux Wallons des compétences car ils rêvent d’embrasser un avenir national, quand les Wallons sont incapables de boucler leur budget. C’est l’histoire du fédéralisme belge.

 

L'omniprésence de la gauche en Wallonie

Le socialisme clientéliste wallon a si bien éduqué les consciences que les Wallons se tournent en masse vers des socialistes révolutionnaires, emmenés par un parti qui revendique l’héritage marxiste « dans son intégralité », Pol-Pot, Mao, Staline.

Trois partis dom... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles