Santé France-USA : quelques réflexions provisoires

Il n’est pas sûr que le système de santé français soit économiquement et socialement moins coûteux que celui américain tant décrié en Europe.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
medicare crédits Juhansonin (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Santé France-USA : quelques réflexions provisoires

Publié le 24 juillet 2014
- A +

par Bernard Zimmern

medicare crédits Juhansonin (licence creative commons)Ayant été contraint de chercher aux USA une solution chirurgicale que je n’avais pas su trouver en France, pris en effet entre les délais de l’hôpital public et ce qui m’apparait –sur une base statistique réduite- comme un écroulement des cliniques privées, la tentation était forte d’essayer d’esquisser les différences structurelles entre les deux régimes.

L’image colportée, et généralement acceptée en France, est celle d’une médecine américaine chère et peu efficace, comparée à la française. Cette image s’appuie notamment sur la fraction du Produit Intérieur Brut, le PIB, consacrée à la santé : elle était en 2011 de 18% pour les USA contre 11,6% en France. Son peu d’efficacité aux USA se jugerait sur des critères tels que la durée de vie moyenne, ou le nombre de décès à la naissance.

Notons que ces critères sont le fait des années de santé accumulées et qu’il n’est pas sûr que la médecine d’aujourd’hui n’ait pas des résultats différentiels à l’avantage de l’Amérique.

Quant à la part du PIB, il faut tout de suite qualifier : les fractions du PIB consacrées à la santé et sous contrôle public, car remboursées par lui, sont pratiquement identiques ; 8,46% du PIB aux USA en 2011, 8,9% en France.

La grande différence s’observe sur la dépense privée, celle non remboursée par la puissance publique ; elle est de 2,7% du PIB en France, 8,1% aux USA, trois fois plus. Plus précisément, la fraction publique américaine comprend Medicare pour 572 milliards de dollars, (l’assurance maladie des plus de 65 ans et des jeunes handicapés) couvrant environ 48 millions de personnes sur 310 millions d’Américains , Medicaid pour 421 milliards de dollars (l’assurance santé des plus démunis), couvrant 49 millions de personnes (en 2008), CHIP (assurance couvrant des enfants), Veteran (organisation de santé des militaires) et diverses autres organisations étatiques pour 104 milliards de dollars, des tierces parties payantes gouvernementales comme les Affaires Indiennes, les écoles, pour 216 milliards de dollars.

La fraction privée comprend les assurances privées (917 milliards) et les dépenses des patients non remboursées (328 milliards), que ce soit par le public ou les assurances privées. Le total des dépenses de consommation pour 2011 se monte ainsi à 2.633 milliards de dollars auxquels il faut ajouter 235 milliards pour l’investissement (160) et des activités concernant la santé publique comme l’économie de la santé ou les National Institutes of Health, NIH(75).

Pour la France, la fraction de la dépense du PIB consacrée à la santé (11,6% en 2011) est plus faible mais 77% en sont couverts par les assurances publiques ce qui laisse aux mutuelles, et surtout aux dépenses non remboursées, une part du PIB trois fois plus faible qu’aux USA.

Un symbole criant des différences est ce que les Américains appellent les médecins-concierges : ce sont des médecins qui prennent un nombre limité de clients, environ 200, et garantissent à ces clients de les recevoir sans délai pour leurs problèmes de santé pour un montant annuel fixe, de l’ordre de 1500 dollars. Cela garantit à ces médecins un revenu annuel de 300 000 dollars, suffisant pour bien vivre, et 200 patients à suivre laissent assez de temps pour profiter de la vie, jouer au golf, etc. Pour les patients, pas de délais et pour patients comme médecins, plus de papiers à remplir, plus de formules de remboursement auprès des assurances ou d’autorisations préalables.

Un tel schéma est-il possible en France ? Aux médecins de répondre.

La question fondamentale que soulève cette comparaison est de savoir s’il est bien vrai que les Américains ont 3 fois plus de dépenses de santé non remboursées que nous et la possibilité d’avoir des médecins-concierges mais aussi, semble-t-il, beaucoup plus d’appareils d’imagerie médicale, de soins de haute qualité mais très chers et non remboursés .
Les tenants de l’égalité devant les soins diront que la solution à la française est la bonne car elle évite une médecine à deux vitesses.

C’est une affirmation à explorer car la réalité est assez différente, la nécessité de garder de hautes compétences dans l’hôpital public ayant conduit depuis longtemps les hôpitaux publics à laisser les médecins et chirurgiens disposer d’un créneau privé beaucoup plus cher à l’acte. Une affirmation à regarder à la loupe s’il s’agit d’une hypocrisie. Cette hypocrisie nous coûte de l’ordre de 5,5% du PIB soit 7% du PIB marchand (en se rappelant que la part publique du PIB – calculée par le coût car il n’y a pas de valeur mesurable pour des services gratuits – représente environ 25% de ce PIB, elle ferait environ 8% du PIB marchand.) Celui-ci étant assuré par 19 millions de personnes, cette hypocrisie nous coûterait environ 1,5 million d’emplois.

Même s’il ne s’agit pas d’une hypocrisie, il faut savoir si plus d’égalité devant les soins justifie 1,5 million d’emplois en moins, ce que l’on peut aussi traduire dans l’état actuel de l’emploi en France, par condamner 1,5 million de Français de plus au chômage.

Sur le web

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Bonjour
    D’abord, plus une population est riche plus elle a tendance à dépenser pour la santé, et moins pour l’alimentation.
    D’autre part quand les français augmentent leur dépenses d’achat de voitures ce sont des cris de victoire de la part des médias, quand c’est un ‘dérapage’ (sic) des dépenses de santé ce sont des hurlements contre les méchants médecins (ignobles forcement ignobles).
    Evidemment, les voitures c’est l’argent des français, tandis que la santé c’est l’argent des syndicats/état.
    Cherchez l’erreur 🙂
    Comme tjs le socialisme, c’est la pénurie et la mauvaise qualité.

  • Si je comprend bien l’auteur propose que la France remplace un systême de santé inefficace par un autre systême de santé inefficace ?

    • Bonjour Hume Rawls
      La santé c’est comme la bagnole.
      Vous pouvez achetez une logan pour aller travailler ou une ferrari. C’est aussi efficace mais les gens rêvent de ferrari.
      Pour la santé c’est pareil, vous avez une Fracture du col faut poser une prothèse. Mais les gens rêvent de thalaso et des check list.
      Tout cela pour dire qu’entre un système monopolistique et un système d’assurance non obligatoire et en concurrence, il n’y a pas photo.
      A l’arrivée vous aurez un système publique qui gaspille (malgré vous) et un système où les individus gaspillent chacun de leur coté (c’est leur problème).

      • @Gillib : avez-vous vécu aux US ?

        • @Hume Rawls : avez-vous vécu aux France ?

            • Donc vous qui connaissez les deux vous préférez lequel?

              • Il le semble avoir posé une question et ne pas avoir lu votre réponse.

                • Non je n’ai pas vecu aux US
                  Sinon votre opinion entre les deux systèmes est intéressant.
                  Cordialement

                  • Un jour si j’ai le temps je décrirai mon parcours de recherche, puis d’usager, d’un assureur santé US, avec une épouse asthmatique et diabétique. Je vais résuler : l’offre était pathétiquement opaque, la qualité de service aléatoire, et, ce qui est peut être le pire aspect, l’incertitude totale sur le niveau des prix et des remboursements.
                    Au total, la facture a été largement supérieure au total CSG et cotisations maladie (y compris part patronale !) et mutuelle a mon retour en France. Et ce sans bobo majeur.
                    Conclusion: si un jour on augmente mes cotisations maladie en France, je serais encore gagnant par rapport au systeme US.

    • Les États-Unis ont probablement le pire système de santé qui soit parmi les pays développés. je ne vois pas en quoi leur système de santé est libéral

  •  » la solution à la française est la bonne car elle évite une médecine à deux vitesses »
    Angleterre et Canada ont un système de santé totalement administré, où l’accès à la médecine est un cauchemar.
    La France est intermédiaire.

    Une gestion administrative de la santé en vue d’obtenir l’égalité est absolument stupide.
    La santé au contraire est secteur où l’innovation et l’expérimentation permettraient des gains considérables – au prix d’erreurs et d’échecs, mais la gestion administrative n’évite pas les erreurs.

    Seul le marché permet le progrès.

    • +1 pour le système administré catastrophique en Angleterre.

      Entre autres conséquences il est dans la pratique impossible d’avoir accès à un dentiste NHS, pénurie totale, hors la prise en charge dentaire avec la couverture NHS, ce n’est qu’avec un dentiste NHS…

  • « Même s’il ne s’agit pas d’une hypocrisie, il faut savoir si plus d’égalité devant les soins justifie 1,5 million d’emplois en moins, ce que l’on peut aussi traduire dans l’état actuel de l’emploi en France, par condamner 1,5 million de Français de plus au chômage. »

    Il ne faut jamais au grand jamais justifier une dépense supplémentaire (publique ou privée) simplement parce qu’elle crée des emplois ou qu’elle augmente le PIB : c’est le sophisme de vitre casée.

    La seule et unique question ici est de savoir si ces dépenses de santés supplémentaires sont utile du point de vue du consommateur : on se moque complétement de savoir si elle sont bonnes pour le secteur de la santé ! Si les français dépensaient plus pour leur santé sans avantage sur la qualité de soins (ou avec un avantage qui ne vaut pas le supplément) et bien ils dépenseraient moins ailleurs et les emplois crées ici seraient détruit là. Si cette dépense supplémentaire améliore la qualité des soins et bien elle est justifiée mais cela n’a rien à voir avec la création d’emploi : ce point ne fait qu’embrouiller le problème inutilement

    Si on inventait une pilule miracle qui coutant un euros et qui soignant toutes les maladies on détruirait tout le secteur médical, mais ce serait pourtant une excellente chose (y compris d’un pur point de vue économique).

  • je vous conseille de lire John C. Goodman spécialiste du système de santé américain. aux usa, le système de santé et d’assurance maladie est loin être un système libre, et présente de nombreux dysfonctionnements qui sont non pas une conséquence du marché libre, mais des interventions étatiques. Des règlementations coûteuses sur les assurances ou l’exercice de la médecine, des montants délirants accordés en dommages-intérêts pour les patients (donc des assurances responsabilité civile faramineuses pour les médecins et hôpitaux), des pratiques inefficientes (telles que la césarienne systématique pour les accouchements…). lisez ceci (et les liens externes en dessous de l’article): http://www.wikiberal.org/wiki/Assurance_maladie_aux_%C3%89tats-Unis En 2009 aux usa, 49% des dépenses de santé étaient couvertes par l’État et 34% par les assurances privées. la santé américaine ne ressemble pas vraiment à un marché de concurrence pure et parfaite, mais plutôt à une jungle de conflits d’intérêts et de monopoles privés. Les régulations en vigueur sont titanesques et font tout pour bloquer la concurrence plus que pour l’aider.

  • il n’existe pas de système de santé qui soit parfait mais s’il y a un modèle de santé à suivre c’est celui de singapour (et non pas celui des pays bas). http://accessh.org/wp-content/uploads/2014/08/affordable-excellence-French.pdf

  • Les États-Unis ont probablement le pire système de santé qui soit parmi les pays développés. le budget de santé total est à 17% du PIB pour les USA . l’État américain a dépensé en 2009 en moyenne 3700$ par habitant. ce système de santé en plus ce système coute très cher et c’est en grande partie à cause des avocats. faire un procès pour pomper de l’argent à son médecin est un sport national. cette petite étude de 96 dont les résultats sont là http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/8678157 explique le problème. SUr trois ans d’étude sur un seul campus medical du Michigan de 92 à 94, entre 28% et 35% du Chiffre d’affaire a été payé en dommages et intérêts. Pour comprendre le pillage des avocats, seul 12% de ces sommes là ont été versés aux plaignants …
    Ces chiffres sont vieux et aujourd’hui encore le pillage organisé par les Avocats sur la médecine mais aussi et surtout toute l’économie US s’est encore accéléré. EN ce qui concerne la médecine. A ce surcout énorme, il y a une pratique qui s’est développée qui s’appelle la « defensive medecine ». C’est à dire que pour limiter la ruine que les avocats font peser sur la tête des médecins, ceux ci multiplient les actes inutiles et donc fait exploser le coût pour le client final. Ce que Bastiat dans la vitre cassée disait « ce qui ne se voit pas ».
    Pour faire simple. EN france vous allez voir le médecin car vous avez mal à la tête. Il va vous renvoyer chez vous avec de l’aspirine et si ça ne passe pas, on fera des études supplémentaires … Dans 99% des cas, ça s’arrête la. Aux Etats Unis, si par malheur vous faites partie du 1% des cas, le médecin sera ruiné. DOnc il va vous prescrire pour 5000 dollars d’études diverses et variées à titre préventif. Bien entendu, c’est aussi son intérêt puisqu’au final il aura gagné plus d’argent sur votre dos dans 99% des cas !!!
    J’étais tombé sur une étude de al Duke University qui affirmait que le système légale américain coutait au pays en moyenne 1,8% du PIB chaque année … Voilà la taille de la fraude. Il faut comprendre qu’en France les technocrates sont les fonctionnaires, ils tiennent l’état et l’assemblée ils font les lois et pillent le pays. AUx Etats Unis, ce sont les avocats. Ils possèdent l’état, le parlement et le système judiciaire. Ils votent donc les lois pour leur enrichissement personnel. Là ou en France le pillage passe par l’état (ce sont des fonctionnaires), aux Etats Unis, cela passe par le privé et le vote systématiques de lois qui permettent aux avocats de se saisir de tout. Par bien des aspects le système légal américain est une poubelle. Par exemple il n’existe aucun système de responsabilité. Par exemple, vous attaquez n’importe qui pour n’importe quoi et même si vous perdez, il n’y a pas de dommages et intérêts sauf si dans un deuxième temps on vous attaque pour cela. C’est assez pratique pour permettre aux avocats de développer leur business en toute impunité.
    Nous vivons une époque ou les technocrates irresponsables se sont saisis des leviers de l’état t partout ils utilisent la loi pour piller les pays à leurs intérêts exclusifs. Les Etats Unis sont un système qui est je pense à bien des égards n’a rien à envier au pillage des énarques français.
    La loi et son usage est au coeur du problème partout.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Avec le conflit en Ukraine, les questions de défense européenne sont devenues plus d’actualité que jamais. Dans le même temps, certaines initiatives comme le bouclier antimissile sous initiative allemande posent des questions sur sa réalité.

Pour avoir des réponses, la rédaction s’est entretenue avec Jean-Dominique Merchet, journaliste à L’Opinion et spécialiste des questions de défense nationale et internationale. Entretien réalisé par Alexandre Massaux.

 

Alexandre Massaux : Le développement d’un bouclier antimissi... Poursuivre la lecture

photo de Donald Trump
1
Sauvegarder cet article

Hier, en sa fastueuse résidence de Mar-a-Lago, adossé à une forêt de drapeaux américains, fidèle à sa veste bleue, sa chemise blanche et sa cravate rouge, Donald Trump annonçait sa candidature à la prochaine campagne présidentielle.

Comme on pouvait s’y attendre, son discours long d’une heure a consisté à marteler ses thèmes favoris – immigration, sécurité, prospérité –, avec les formules-choc et le style qui ont fait sa gloire pour les uns, sa honte pour les autres. De toute évidence, Trump Saison 2 sera le sosie politique de Trump Sa... Poursuivre la lecture

C’est officiel, Donald Trump se représentera en 2024 à l’élection pour le poste de président des États-Unis. Depuis la station balnéaire de Mar-a-Lago à Palm Beach, l’ancien président a déclaré : « Nous sommes une nation en déclin », mais qu’heureusement, « le retour de l'Amérique commence dès maintenant ». Ça n’a pas l’air d’être l’avis de tous les conservateurs, qui craignent globalement que l’ancien serial winner, tombeur de la dynastie Clinton, ne soit devenu un boulet insupportable pour la droite.

Politiquement, le produit Donald ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles