Vers un encadrement des loyers à Bruxelles ?

L’encadrement des loyers ou la meilleure manière de détruire un centre-ville, après un bombardement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bruxelles panoramique (Crédits : Ines Saraiva, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vers un encadrement des loyers à Bruxelles ?

Publié le 18 juillet 2014
- A +

Une tribune de Didier Vanderbiest, pour le Parti Libertarien belge.

Bruxelles panoramique CC Ines Saraiva

La Région bruxelloise risque de voir naître prochainement un « encadrement des loyers », ou plus prosaïquement un blocage du prix des loyers. Rudy Vervoort, qui sera bientôt reconduit dans ses fonctions de Ministre-président de la Région bruxelloise, prônait en effet une telle mesure dans un entretien au Soir daté du 8 mai dernier.

Or, les conséquences de cette mesure populiste seraient désastreuses. Vu le nombre incommensurable de contraintes réglementaires, administratives, environnementales, fiscales et autres auxquelles sont déjà soumis les propriétaires et investisseurs immobiliers, le blocage des loyers risque, pour ceux-ci, de devenir la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Quand les intéressés ne fuiront pas la Région bruxelloise, ils hésiteront à rénover leur patrimoine immobilier, voire cesseront de l’entretenir. À terme, le parc immobilier locatif de qualité tombera en pénurie.

Alors que ce sont principalement les pouvoirs publics qui ont provoqué l’augmentation continue des prix locatifs, ceux-ci prônent à présent des mesures plus destructrices encore pour suppléer à leur propre impéritie. Comme l’affirmait l’économiste Suédois Lindbeck, « l’encadrement des loyers est la meilleure façon de détruire un centre-ville, après un bombardement. ».

Là où M. Vervoort propose que le système fonctionne dans un premier temps sur base volontaire avec bonus fiscal à la clé, le Parti Libertarien estime que les priorités urbanistiques des dirigeants bruxellois devraient se situer ailleurs. Il est urgent de simplifier voire d’abolir bon nombre de contraintes légales et réglementaires, de supprimer le précompte immobilier et de faire en sorte que la législation cesse de se substituer au contrat de bail. Après l’adoption de telles mesures, le prix des loyers baissera naturellement.

Si le but des gouvernants est de rendre du pouvoir d’achat aux électeurs, ces nombreuses réformes s’avèrent nécessaires.


Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Et encore, un bombardement c’est ponctuel et après on peut reconstruire. Alors qu’un blocage des loyers, ça a des effets durables, même longtemps après sa fin.

  • Les communes sont, de très loin, les premiers propriétaires immobiliers (LOGEMENTS). La réglementation folle pour tout ce qui concerne l’immobilier a rendu celui hors de portée des jeunes et des classes moyennes. Merci les socialistes, écologistes et autres édiles.
    Pour se loger il faut aller quémander devinez où…..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vingt-deux communes appliquent déjà le plafonnement : Paris, Lille, Aubervilliers, Epinay-sur-Seine, L’Île-Saint-Denis, la Courneuve, Pierrefitte, Saint-Denis, Saint-Ouen, Stains, Villetaneuse, Bagnolet, Bobigny, Bondy, Le Pré-Saint-Gervais, Les Lilas, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin Romainville, Lyon, Villeurbanne. Bordeaux et Montpellier l’appliqueront dès cette année (l’arrêté préfectoral est en attente). Jusqu’en novembre 2022, les villes auront la possibilité de faire prévaloir ce dispositif.

Toutefois, Grenoble et 27 villes envir... Poursuivre la lecture

Par Acrithène.

Dans les cours d’introduction à l’économie, le contrôle des loyers est souvent l’exemple canonique d’une politique stupide. La cause est à ce point entendue qu’une enquête de 1992 interrogeant plus d’un millier de professeurs faisait du contrôle des loyers l’objet du plus grand consensus au sein de la communauté des économistes. Seul un sur vingt estimait que ces contrôles ne dégradaient par la qualité des logements ni n’en réduisaient la quantité disponible (Alston et al, 1992).

Je vous ai décrit dans un billet p... Poursuivre la lecture

Par Justine Colinet.

Scandale des masques, confinement, déconfinement, couvre-feu, reconfinement : on mélange tout et on recommence... On pensait avoir tout vu, mais c'était sans compter la fâcheuse tendance de la Belgique à copier, sans honte mais toujours avec un peu de retard, sur ses voisins français.

Cela a été le cas pour les masques (ou le manque de masques), pour les confinements, pour les couvre-feux. Alors pourquoi ne pas continuer sur cette charmante lancée ?

Ainsi donc, la rumeur court désormais depuis une diz... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles