La liberté individuelle numérisée…

CHS-anson-opening

Un système de santé fondé sur des pré-diagnostics à l’insu des patients se met en place en Caroline du Nord.

Par Jacques Henry

CHS-anson-opening
Source : http://www.carolinashealthcare.org

C’est déjà presque en place en Pennsylvanie et en Caroline du Nord : les hôpitaux collectent des données concernant ceux qui seront bientôt leurs clients potentiels en tant que malades afin qu’ils interviennent avant même qu’ils ne soient sérieusement atteints par une affection. Des officines spécialisées en traitement de données combinent les données publiques de santé accessibles, l’open data, avec les transactions effectuées avec les cartes de crédit.

Une carte de crédit permet en effet de bien cerner le profil d’une personne en ce qui concerne ses habitudes alimentaires et en Caroline du Nord et également en Caroline du Sud, deux millions de personnes sont suivies à la trace, leurs données professionnelles, personnelles et médicales sont agrégées par des firmes spécialisées qui entrent des dizaines de millions de données dans de grosses machines qui sont ensuite traitées selon des algorithmes qui identifient les personnes à haut risque. Deux sociétés, Acxiom et LexisNexis se sont déjà positionnées dans ce créneau prometteur et bien qu’affirmant ne pas vouloir utiliser leurs données à des fins commerciales, les habitants de ces deux États ont de bonnes raisons de s’inquiéter. Les données analytiques sont fournies au Carolinas HealthCare System, un groupe privé qui gère plus de 900 centres de santé incluant des hôpitaux, des maisons de retraite, des cabinets médicaux et des cliniques.

L’intérêt de ce système peut être illustré par un exemple simple. Prenons un patient asthmatique, l’étude des débits de sa carte de crédit permettra de savoir s’il a bien acheté ses médicaments dans une pharmacie ou s’il a acheté des cigarettes dans le magasin d’à côté et ses données personnelles permettront de savoir tout de suite s’il habite dans une zone riche ou non en pollens allergènes. Le même système permettra de détecter une personne pouvant présenter des risques d’accident cardiovasculaire selon le type d’achat de nourriture combiné à son inscription ou non à un club de gymnastique ou s’il a réglé une boisson gazeuse dans un club de golf… Selon un médecin conseil de cet organisme, il ne s’agit pas d’espionner les faits et gestes de tout un chacun mais de faire de la prévention en amont, avant que le moindre trouble de santé apparaisse.

Naturellement tout est supposé être parfaitement confidentiel. On n’en est qu’au tout début de cette expérience hors normes et pourtant l’ensemble des dossiers médicaux doit être prochainement scruté à l’aide des mêmes algorithmes pour encore plus affiner les prédictions et orienter préventivement les patients. Comme le dit presque ironiquement le Docteur Michael Dulin du Carolinas HealthCare System : « Des données sont déjà utilisées pour orienter les gens et leur suggérer d’acheter des choses pas souvent dans leur intérêt, nous appliquons la même stratégie, mais cette fois-ci pour leur bien. »

Une patiente diabétique de Charlotte1 se plaint de recevoir des appels téléphoniques chaque semaine de sa compagnie d’assurance santé pour s’assurer qu’elle prend bien ses médicaments et elle se demande bien ce que ce système mis en place pourrait apporter de plus d’autant qu’elle doit voir son médecin au moins quatre fois par an.

Le but ultime de cette sorte d’espionnage sophistiqué de tout un chacun est de réaliser des économies car la mise en place de l’Obamacare qui prévoit une rémunération des personnels hospitaliers et des hôpitaux sur la base de la qualité et non de la quantité des soins a finalement rendu la généralisation de ce système de pré-diagnostic à l’insu des patients pratiquement incontournable.

C’est bien Big Brother qui se met en place inexorablement…

Source : http://www.carolinashealthcare.org et Bloomberg.


Sur le web.

  1. Charlotte est la principale ville de Caroline du Nord et un important centre financier, business is business !