François Hollande, mauvais président pour 76% des Français

François Hollande reste très impopulaire, les Français lui reprochant en particulier de ne pas aller assez loin dans les réformes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
François Hollande en 2012 (Crédits Mathieu Delmestre-Solfé Communications licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

François Hollande, mauvais président pour 76% des Français

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 13 juillet 2014
- A +

Par Alexis Vintray.

Piètre consolation pour Nicolas Sarkozy, rejeté par deux tiers des Français, François Hollande peut faire encore pire. C’est du moins ce que montre un sondage BVA diffusé ce samedi1 : 76% des sondés ont en effet une mauvaise image de l’actuel locataire du Palais de l’Élysée, en hausse de 5% par rapport à janvier 2014. À l’inverse, ils ne sont plus que 2% à avoir une très bonne opinion du président de la république, et 22% une plutôt bonne opinion.

Popularité François Holande (Crédit BVA, tous droits réservés)

 

Sans surprise, François Hollande reste relativement plus populaire à gauche qu’à droite : 59% de bonnes opinions chez les sympathisants de gauche, contre 3% chez les sympathisants de droite. Au global, François Hollande réussit l’exploit d’être aussi populaire que Jean-François Copé (24%) et moins que Marine Le Pen (30%). À l’inverse, les Français ont une bonne opinion d’Alain Juppé à 69% (sondage de janvier 2014) ou à 60% de Manuel Valls (sondage de mai 2014). François Fillon est lui à 48%.

Quand on demande aux Français comment ils évaluent François Hollande en tant que président, sa cote chute encore un peu plus à 22%. Il n’est guère qu’une qualité que les Français reconnaissent au président, « sympathique » à 51%. À l’inverse, seuls 19% le jugent capable de prendre les décisions qui s’imposent et 22% estiment qu’il dit la vérité aux Français. De même, 66% des Français jugent qu’il ne va pas assez loin dans les réformes nécessaires. Même si la signification que mettent les Français derrière le mot réformes change évidemment beaucoup selon les personnes, les libéraux y verront assurément la confirmation que les Français sont prêts à un discours de vérité sur la situation du pays et sur les réformes de fond à y mener d’urgence.

Réformes François Hollande (Crédits BVA, tous droits réservés)

François Hollande aura-t-il le courage de sortir par le haut de cette situation en continuant l’aggiornamento de sa famille politique ? Espérons le, le besoin est de plus en plus pressant…


Suivre l’auteur sur Twitter.

  1. Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français recrutés par téléphone et interrogés par Internet les 10 et 11 juillet 2014. Échantillon de 1050 personnes de plus de 18 ans, sélectionnées selon la méthode des quotas
Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • François Hollande reste très impopulaire: ce n’est pas de sa faute il a été élu pour virer Sarkozy, en espérant qu »on ne le reverra jamais plus non plus celui là. Si Sarkozy avait eu un comportement normal sans faire le kéké avec ses manières et ses tics de bouffon, il aurait été réélu les doigts dans le nez. Aujourd’hui Sarkozy n’a toujours pas digéré qu’il est un citoyen et un justiciable comme les autres.

  • Il est surprenant que 24 % des personnes interrogées aient une bonne opinion de François Hollande. Actuellement, l’homme se coltine avec la lie de l’espèce humaine. Si vous cherchez un exploiteur, un esclavagiste ou un pollueur mondial, vous les trouverez tous parmi les ennemis de l’homme. C’est un de ses gros problèmes. Comme il est plus facile de devenir riche en exploitant ses semblables qu’en les aidant, ceux-ci bénéficient d’immenses richesses, prises aux pauvres, pour nuire au président de la république. Avec tous ces faiseurs d’images il est vraiment surprenant que Hollande bénéficie encore d’un quart des faveurs de l’opinion public.

    • Allez-y, montez votre boîte et essayez de gagner de l’argent en exploitant les gens. Vous verrez rapidement que ce n’est pas possible : il vous faut traiter vos salariés et co-contractant correctement, sinon ils ne travaillent pas avec vous. Bon, sauf si vous arrivez à obtenir un monopole public. La, effectivement, vous pouvez exploiter tout le monde sans répercussion.

      Jamais compris ce mythe de l’exploitation, ca ne tient pas à la plus élémentaire réflexion…

    • Où placez vous les effets de l’ignorance des masses et des esprits lobotomisés,
      à côté de tous les apparatchiks et clients ayant tout avantage à persévérer dans l’erreur ?

      « Errare humanum est, perseverare diabolicum » s’applique très bien en contexte …

    • allez prendre des lecons de management…..tout manager ou patron d’entreprise sait que le bien etre de ses salariés est important car plus un employé est heureux, plus il est content de son job et plus il sera productif. de mauvaises relations au sein d’une entreprise, entre employé et patron est toujours très mauvais pour l’entrerprise, cela peut la miner terriblement.

    • lisez cet article intéressant pour comprendrela création de richesse: http://www.iedm.org/node/47434

    • ce n’est pas pour rien qu’adam smith (le père de l’économie) était contre l’esclavage car tout d’abord, c’est immoral mais ensuite économiquement l’esclavage c’est une mauvaise chose ( tout comme le colonialisme est économiquement une mauvaise chose: http://www.contrepoints.org/2014/06/02/167711-le-colonialisme-une-bonne-affaire-economique). http://www.institutcoppet.org/2013/07/19/les-economistes-francais-face-a-lesclavage/

    • en france, le meilleur moyen de s’enrichir c’est le capitalisme de connivence càd quand l’État soutient certaines entreprises, soit qu’il cède à leur pression par corruption, soit que ce soit de sa part une volonté délibérée à des fins politiques. plus un état intervient dans l’économie plus il y a de capitalisme de connivence et de corruption et inversement.

  • Des Français interrogés

    C’est pas pareil

    Mais quand donc punira-t-on les journalistes qui oublient cet adjectif ?

    Quoiqu’il en soit, qui prend les sondages au sérieux n’est pas sérieux.
    Déjà parce qu’ils ne sont pas faits et traités sérieusement

    Qui trouve la majorité de nos pratiques sociétales rationnelles et louables ne l’est guère.

    • C’est bien ce qui est dans l’article. Les titres, par construction, sont un condensé, perdant forcément un peu en fidélité.

  • Le problème est bien là : qu’entend-on par réforme. Certains estiment justement qu’il ne va pas assez loin dans des réformes dites de gauche : mise à plat de la fiscalité progressive, hausse des minima sociaux, réforme de l’hôpital public, de l’école publique, amélioration des conditions de travail (temps partiel, pénibilité par exemple), amélioration de la gouvernance des entreprises en mettant en place une véritable représentation des salariés sur le mode allemand, par exemple.

  • 24% de clients satisfaits.

    Litteralement.

    La somme des profiteurs sans scrupules, depenseurs sans compter de l’argent public, accrue des indecrotables ideologistes marxisants.

    Le rose en politique, apparamment, tache aussi fort que le gros rouge.

  • TRENTE ans après …1984, voici la transcription d’un texte circulant sur diapos Internet depuis 8/2013 :
    Pierre-Jean VAILLARD était un « chansonnier » français, né à SETE, le 13 mars 1918 et décédé à PARIS, le 17 février 1988 à l’âge de 69 ans ! Si comme moi vous appréciez et partagez l’humour réaliste de ce grand chansonnier, faites circuler sans retenue. On a vu des petites actions faire avancer des grands problèmes
    …………………………………………………………..
    Vous nous avez bien eus en Mai quatre vingt un
    Avec vos sortilèges, vos rires et vos promesses.
    Vous vendiez du bonheur comme on vend du parfum
    Et oui, deux ans plus tard…vous nous bottiez les fesses.
    Le bon peuple de gauche caressait l’or des songes,
    Il le sait maintenant, ce n’était que mensonges !
    Le chômage s’installe, le franc est chancelant,
    Le Dollar au Zénith, le Super à cinq francs.
    Le pays incrédule gît au sol, pantelant.
    Ah ! Ne claironnez plus vos avancées sociales,
    Nous sommes tous meurtris par vos ponctions fiscales.
    Votre grand argentier nous prend bien pour des cons
    En réclamant toujours et encore du pognon !
    Tout le monde est saisi par un affreux vertige,
    En cauchemar atroce devant nos caisses vides ;
    Expliquez-nous comment, vous avez en deux ans,
    Endetté ce pays pour plus de cinquante ans !
    Vous rabâchez sans cesse cet éternel refrain :
    C’est la faute à la droite, et aussi aux Ricains !
    Et tant que vous y êtes, pourquoi pas aux putains ?
    Il faut savoir, messieurs, quelquefois dans la vie
    Reconnaître ses torts, ses erreurs, ses oublis,
    Et non se réfugier dans un défi hargneux.
    Les vrais hommes publics sont francs et courageux.
    Nous allons sans détour et sans ambiguïté
    Vous servir tout de go, vos quatre vérités :
    Vous êtes des charlots, des guignols, des manants,
    Et votre chef débile, le triste « mythe errant » !
    Homme au visage pâle et au regard fuyant,
    Ce bouffon d’opérette qui trône à l’Elysée
    Est de toute l’Europe, devenu la risée !
    Arrêtez vos salades et vos propres mensonges,
    La coupe amère est pleine, elle va déborder.
    Halte là ! Ça suffit ! Foutez le camp, partez !
    Nous n’aimons pas, Messieurs, passer pour des cocus,
    Et nous vous chasserons à coups de pied au cul !
     
                                                           Pierre Jean Vaillard

    • Excellent.

      Je crois que c’est la notre premiere responsabilite. D’en rire. De les ridiculiser. Parceque c’est ce qu’ils sont. De grands clowns bien tristes. Le mur de Berlin c’etait bien la le vrai mur des c…ns.

      A ce sujet, dommage que le blog H16 soit parti en vacances. Il manque enormement. Le premier cafe du matin n’est pas le meme sans lui. Heureusement qu’il reste Contrepoints, sans eux j’aurais arrete de lire en Francais depuis longtemps.

      Merci et bonne fin de journee.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hormis le fait d’être en mesure de rédiger des articles de fond (sic) sur le simple tweet d’une personnalité - soit 280 caractères - ce qui est en soi assez étonnant pour ne pas dire époustouflant de talent rédactionnel, voire de génie dans la broderie, les médias ont pris une autre très mauvaise habitude : celle de recourir régulièrement à des sondages twitter pour éclairer les débats sociétaux qu’ils abordent, qu’ils soient politique, économique, etc. pour feindre d’avoir un aperçu à chaud de ce que pensent les Français.

Certes, les ... Poursuivre la lecture

L’industrialisation d’un pays ne se fait pas avec des incantations comme le fait notre ministre de l’Économie.

Elle ne se décrète pas, mais s’obtient uniquement grâce à un environnement fiscal et normatif lui permettant de s’imposer dans le monde, ou tout au moins en Europe en ce qui nous concerne.

 

La France a tout faux depuis la fin du XXe siècle

En 1982 François Mitterrand a abaissé démagogiquement l’âge de la retraite à 60 ans alors que la majorité des autres pays la maintenaient à 65 ans. À ce jour il a été ram... Poursuivre la lecture

Aux dernières rencontres d’Aix, notre ministre de l’Économie Bruno le Maire expliquait à juste titre qu’il n’y avait rien de plus choquant que tant d’entreprises cherchent des salariés et au même moment toujours autant de chômage. Pour lui cette inadéquation était le deuxième sujet à traiter après la priorité du pouvoir d’achat.

Et si ces deux maux étaient tout simplement les deux conséquences d’un problème plus profond à régler ?

 

Le poison du keynésianisme à long terme

Appliqué trop longtemps le keynésianisme n’es... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles