Nicolas Sarkozy, rejeté par 2/3 des Français mais populaire à l’UMP

Publié Par Alexis Vintray, le dans Politique

Après BVA qui annonçait la semaine dernière que deux Français sur trois ne voulaient pas le voir candidat en 2017, c’est LH2 qui annonce que 67% des Français ne veulent pas qu’il ait davantage d’influence dans la vie politique française

Par Alexis Vintray.

Les sondages se suivent et se ressemblent pour Nicolas Sarkozy : après BVA qui annonçait la semaine dernière que deux tiers des Français ne voulaient pas le voir candidat en 2017, c’est au tour de l’institut de sondage LH2 d’annoncer que 67% des Français qu’il a sondé ne veulent pas qu’il ait davantage d’influence dans la vie politique française dans les mois à venir1. À l’inverse, seuls 32% souhaitent lui voir jouer un plus grand rôle, soit le même niveau qu’il y a un mois.

Sondage Nicolas Sarkozy (Crédits LH2-Le Nouvel Observateur, tous droits réservés)

Cette stabilité n’est toutefois qu’apparente, puisque, même à droite, Nicolas Sarkozy divise profondément : ainsi, 58% des sympathisants de la droite souhaitent que Nicolas Sarkozy ait davantage d’influence dans la vie politique française, en baisse de 3%, mais il n’y a en fait guère qu’à l’UMP qu’il est majoritaire, avec 74%2. À l’inverse, seuls 31% des sympathisants de l’UDI partagent cet avis (-9%) de même qu’à peine 23% de ceux du Modem (-9% également). Les discours de l’ancien président, qui a réaffirmé son innocence et invoque un complot contre lui assurent ainsi le soutien de son camp. Toutefois, même à l’UMP, la cote d’influence de Nicolas Sarkozy perd 5%, et ce sont les sympathisants du Front National qui le sauvent (+16% par rapport au mois précédent).

Comme le souligne l’institut, cela renforce la position de Nicolas Sarkozy s’il devait se présenter à une primaire UMP : parmi l’ensemble des Français ayant l’intention de voter à la primaire UMP, Nicolas Sarjozy renforce son avance avec 38% (+7%), devant un Alain Juppé à 32% (+2%) et un François Fillon, ex æquo avec Bruno Le Maire à 8%.

Toutefois, à l’inverse, le recours à l’explication du complot pour s’exonérer des poursuites judiciaires de plus en plus nombreuses qui le visent le discréditent auprès du reste des Français et surtout des électeurs centristes indispensables pour remporter le scrutin en 2017. Au vu du bilan noir pour la liberté du quinquennat de Nicolas Sarkozy, peut-on ne pas s’en réjouir ?


Suivre l’auteur sur Twitter.

  1.  Enquête réalisée par LH2 pour Le Nouvel Observateur auprès d’un échantillon de 1050 personnes recrutées par téléphone et interrogés par Internet les 10 et 11 juillet 2014. Échantillon représentatif et constitué selon la méthode des quotas
  2. Et 51% au Front National, mais peut-il être classé à droite ?
  1. La question majeure que les lecteurs de « Contrepoints » devraient se poser est la suivante: ce candidat, quel qu’il soit, est-il étatiste ou non?
    Parmi les noms cités plus haut, voyons:
    Sarkozy: étatiste
    Fillon: étatiste
    Juppé: étatiste en diable
    M. Le Pen: super étatiste
    Bruno Le maire: pas étatiste.
    Au vu ce cette seule question, absolument capitale pour l’avenir du pays, le choix s’impose: Bruno Le Maire, même si son programme ne va pas assez loin à mon goût, mais il faut d’abord se faire élire.

    1. Au moins un commentaire explicite et constructif pour les libéraux, ils sont rares sur Contrepoints.

    2. Excellent commentaire.
      Entièrement d’accord avec la question et les réponses.

    3. Houla, vous oubliez tous les libéraux de gauche ou centristes présents sur ce site, et qui à défaut, font de la propagande pour leur second choix…

      1. C’est quoi un libéral de gauche?

        Un libéral étatiste? Un libéral socialiste? Un libéral qui ne fait pas confiance à la société civile?

        1. Combattre les rentes, c’est de gauche et libéral. Mais comme toujours à trop vouloir essayer d’appliquer des distinctions qui n’ont pas grand sens dans l’échiquier français, on n’y comprend vite plus rien.

        2. Un libéral de gauche ? Je l’ai dit : celui qui considérera qu’à défaut d’un libéral, il faut choisir un socialiste…

          Mais je suis peut être trop pessimiste ; avec le temps venant, le libéralisme sera à la mode, comme un temps l’écologie. Qui sera son Hulot ?

    4. Le programme de Fillon est libéral, au moins en partie sur l’économie.
      L’UMP est de toute façon un sacré ramassis de n’importe quoi idéologique…

  2. Entre 2002 et 2012, Nicolas Sarkozy, ministre de l’intérieur puis Président de la République, a battu 8 records.

    – Record de la hausse de la dette : 4,5 points de PIB par an entre 2007 et 2012 contre 2,15 points de PIB par an pendant les 2 mandats de Mitterrand
    – Record de la hausse mensuelle du chômage : 90 000 nouveaux chômeurs en janvier 2009.
    – Record du déficit du commerce extérieur : 69,6 milliards d’euros en 2011.
    – Record du déficit budgétaire : 138 milliards d’euros en 2009.
    – Record du déficit de la Sécurité sociale : 29,8 milliards d’euros en 2010.
    – Record du nombre de voitures brûlées : 46 814 en 2007 contre 34 441 en 2013.
    – Record des flux migratoires : 217 000 personnes en 2005 contre 208 000 en 2013.
    – Record du nombre de naturalisations : 168 000 en 2004 contre 97 300 en 2013.

    1. Loin de moi l’idée de le défendre, mais certain de ses records (notamment le chômage) sont peut être du au fait qu’il a eu la mauvaise idée d’être élu en plein pendant la crise.

      Après, je pense qu’a la fin du mandat de Hollande, il faudra faire une étude comparative histoire de voir qui a été le plus mauvais des deux. Et ça risque d’être serré !

    2. Ministre de Balladur, il avait déjà fait exploser la dette. Et plante un couteau dans le dos de son mentor après l avoir fait à Pasqua.

  3. Sarkozy avec ses manières de kéké, c’est le bling bling c’est l’argent, les copains, sans oublier la trahison sur le référendum. Si il doit représenter la Droite en 2017, la Droite ‘est pas là de revenir au pouvoir. Moi qui suis de Droite je ne voterai jamais pour lui.

    1. Comme quoi meme des lecteurs et editorialistes de contrepoint peuvent etre conditionnes et manipules par les socialauds

      1. On peut être de droite et trouver que a) Sarkozy n’a pas ce côté digne et solennel qu’on peut attendre d’un chef d’état, b) qu’il n’a pas tenu ses promesses en tant que président et que c) c’est effectivement un gros magouillou, n’en déplaise à son fan club.

        Du reste si vous lisiez plus régulièrement contrepoints vous sauriez qu’on y critique autant la droite que la gauche …

        1. + 1

        2. @ironbooboo Les articles de contrepoints s’acharnent d’ailleurs sur le planisme, le constructivisme bien vogue à gauche du fait de la prééminence du marxisme. Sarkozy déchaîne les passions car il a déçu autant à droite qu’au centre, en 2007 à Londres il a tenu dans la campagne des propos qui aurait provoqué un arrêt cardiaque à Christian Estrosi qui jugeait dernièrement Fillon comme « ultra-libéral »…

          Le fait est que j’aimerais aussi que Contrepoints se charge aussi du cas de l’UDI convoitée par une bonne flanquée de socialistes du centre ou du centre-droit… Il serait quand même grand temps de lire pourquoi Yves Jégo et d’autres ont plus leur place au PS que dans une formation politique opposée au socialisme ne serait-ce que sur le plan économique…

      2. On peut être anti-socialauds et trouver que :
        – Sarkozy n’est pas réellement libéral,
        – Sarkozy n’est pas un bon leader pour la droite,
        – Sarkozy donne plus l’image d’un clown que d’un leader,
        – Sarkozy est clivant, responsable de l’échec et doit passer la main,
        – Sarkozy n’aurait pas du se prendre pour Dieu le Père et s’appuyer sur des gens plus compétents que lui (et rien n’indique qu’il a changé).

        A part ça, il y a un problème général avec les poiliticiens et leur image en ce moment. Et je ne parle même pas de l’UMP : un bon coup de balai général ferait le plus grand bien …

        1. « A part ça, il y a un problème général avec les poiliticiens et leur image en ce moment….un bon coup de balai général ferait le plus grand bien … »

          Tout à fait ! Et il faut avoir conscience que se sont les électeurs qui tiennent le manche du balais !

  4. Bienvenue sur Libé !

  5. Se réjouir ou ne pas se réjouir ?

    Se désespérer plutôt, étant donné le panel des politiciens qui se présenteront comme candidats en 2017, tous bords confondus. Que nous ont-il démontré tous autant qu’ils sont jusqu’à aujourd’hui ? qu’ont-ils fait pour la prospérité des français ? se remplir les poches avec notre argent; placer familles et amis à des postes ad vitam aeternam; restreindre les libertés; créer une population d’assistés; pousser les forces vives à partir; en résumé : ruiner le pays.

    La seule raison de se réjouir et donc d’espérer serait que les libéraux réussissent à se faire entendre et comprendre, à créer un parti et à présenter un candidat. Et ça, pour le moment me paraît (presque) utopique.

    Une autre question est : va-t-on arriver à 2017 sans que de graves troubles n’interviennent ? Au vu de la situation présente de la France, je ne donne pas cher de sa peau (personnellement).

    1. Nadège, vous dites: « va-t-on arriver à 2017 sans que de graves troubles n’interviennent »
      Entre 2007 et 2012 les français disaient la même chose pour Sarkozy. François Léotard avait fait un livre « Ça Va Mal Finir » en parlant de Sarkozy.

      1. @Jacques – ce livre parle de Sarkozy… d’ailleurs, Léotard n’avait pas tout tort, non ?
        Quant à des graves troubles en France d’ici 2017, je pose la question… je n’ai pas de boule de cristal. Mais croyez-vous que nous allons pouvoir continuer comme cela pendant longtemps ? la situation en 2014 est-elle meilleure qu’en 2007, 2012 ? elle ne fait qu’empirer et à un moment donné, elle ne peut qu’éclater. Quand on parle de réformes, les syndicats appellent à la grève, les gens descendent dans la rue, or sans réformes le pays ne s’en sortira pas. L’Etat qui devrait donner l’exemple quant à se réformer, le fait-il ? non ! chaque jour plus obèse ! Et c’est lui qui coûte le plus cher.

  6. évidement qu’il est encore bien vu par ses complices de l’UMP , ils sont paumés sans li .

    les français ont comme moi vu clair trop tard .

  7. La force du mimétisme mental (imbécile) joue à plein parmi nos hexagonaux lambda !
    Campagne de dénigrement habilement orchestrée, puis amplifiée par des médias subordonnés à des pouvoirs dignes d’un occultisme de bas-étage. Et on appelle « ça » vivre dans la démocratie ???
    J’apprécierais que les mêmes gazettes se hasardent à commander un sondage sur CGT – CFDT – etc… ce qui – avouons-le – ne risque guère de survenir ! Pauvres tarés du pays jadis emprunt des Lumières …

    1. « J’apprécierais que les mêmes gazettes se hasardent à commander un sondage sur CGT – CFDT – etc… ce qui – avouons-le – ne risque guère de survenir ! »

      Pas de bol : aujourd’hui même un tel sondage vient d’être publié :
      http://www.contrepoints.org/2014/07/12/172265-3-francais-sur-4-remettent-en-cause-la-legitimite-des-partenaires-sociaux

      😆

      Il n’y a aucun besoin d’un « dénigrement habilement orchestrée », les tocards de l’ump sont actuellement en train de se discréditer tous seuls comme des grands…

    2. Parce que Sarko n’a JAMAIS été dénigré, traité de malade mental, etc.

      1. Libe et autres déjections ne se elles pas plaintes que Sarkozy vire en 2012, leurs ventes avaient chute ?

  8. 1/3 de soutien, c’est beaucoup. Ca peut être suffisant pour être président, selon qui on a en face…

    1. oui ça devient beaucoup par les temps qui courent! Tous ceux qui veulent sa peau au centre et à gauche risquent d’être déçu bien que je pense que la droite ait mieux à nous proposer.

  9. Des sarkozistes sur Contrepoints? Merci de ne pas dire à tous vos proches que vous êtes libéraux et des lecteurs fidèles de Contrepoints. Pour les faits, vous invite à lire le poste de Luc et à réaliser une recherche sur le net pour les exploits de M. SARKOZY. Ce type est un pure étatiste, pire escroc encore que M. HOLLANDE.

  10. Commençons par les détails:
    1. pour rappel: BVA et LH2 font partie du même groupe BVA
    2. le sondage a pour titre: « Les Français, Nicolas Sarkozy et la primaire UMP pour 2017 ». S’agissant des primaires de l’UMP, et au cas où cela ait échappé aux observateurs avertis, ce qui compte c’est le vote des militants de l’UMP. Or là, c’est un flou artistique qui laisse songeur.
    Voici les chiffres présentés sur deux colonnes: à gauche « ensemble des personnes ayant l’intention de voter à la primaire » qui donne comme le précise l’article, Sarkozy à 38% et Juppé à 32%. Puis colonne de droite « sympathisants de l’UMP ayant l’intention de participer à la primaire », et là on a Sarkozy à 54% et Juppé à 29%.
    Ces deux colonnes ont un chapeau qui précise que les questions ont été posées « aux personnes ayant l’intention de participer à la primaire (242 individus) » le panel de 988 individus.

    Je ne suis pas un spécialiste, mais vous avouerez qu’avec de tels données, il est plutôt difficile de s’y retrouver, et qu’en tout cas, ce qui ressort nettement, c’est qu’en ce qui concerne l’UMP, Sarkozy est clairement grand favori.

    Je veux bien qu’on parle du bilan noir de Sarkozy, mais la situation de nos institutions est telle que de se réjouir de la faiblesse relative de son score tel que présenté dans ce sondage, est simplement à côté de la plaque.
    La question du sondage est: « Souhaitez-vous que Nicolas Sarkozy ait davantage d’influence dans la vie politique française ? » En quoi cela augure du choix qui pourrait être fait entre un Montebourg ou un Vals, Marine Lepen et lui s’il est désigné aux primaires de l’UMP? Ce d’autant qu’ainsi que le révèle le sondage, les sympathisants du FN sont de plus en plus nombreux à vouloir qu’il joue un rôle accru.

    J’ai bien peur donc qu’en focalisant l’attention des nôtres sur de tels débats, nous ne passions à côté de l’essentiel de ce qui nous préoccupe.
    Ah, et ne venez pas m’abreuver de sarkolâtrie et autres fadaises: ce débat mérite mieux, bien mieux.

    Source: http://www.bva.fr/fr/sondages/les_francais_nicolas_sarkozy_et_la_primaire_ump_pour_2017.html

    1. La primaire étant censée être ouverte, c’est bien les personnes ayant l’intention de voter qu’il faut regarder et non uniquement l’UMP…

      1. Oui, en effet. Mais cela ne répond pas à la question du nombre de personnes concernées par cette partie du sondage. Un seul chiffre est donné en chapeau, celui de 242.
        Par ailleurs, et un peu comme pour le PS, la question de la fixation de la participation sera déterminante.
        De fait, une telle organisation met mal à l’aise. On se demande pourquoi ne pas faire simple en limitant le vote aux cotisants du parti, ce qui serait logique. Quel intérêt à vouloir opérer ainsi?
        On a l’impression de la mise en place d’une strate supplémentaire séparant le corps des électeurs de celui des candidats. Plutôt que d’en profiter pour mettre en place un scrutin direct, permettant le cas échéant l’émergence de candidats non issus des appareils, on force le trait contraire.

  11. Si un candidat à la présidentielle réunit 33% des votes au soir du 1er tour, il a de grandes chances d’être élu.

  12. Vous trouvez que le bilan Hollande sera meilleur du point de vue de la liberté. En politique, comme dans la vie, entre deux maux, il faut choisir le moindre’

    1. Oui, la gauche et la droite étant tous les deux étatistes, au moins la gauche est plus libérale sur le plan sociétal.

      1. « la gauche est plus libérale sur le plan sociétal. »

        Comme on le voit sur la question de la prostitution!

        Enfin la droite n’est contre le mariage homo que pour faire genre. Ni la droite ni le FN n’ont envie de revenir dessus! (sauf la grenouille de bénitier mariée à son cousin)

        1. Bof, comme je le dis toujours, je ne vois pas en quoi le mariage gay est libéral. Enfin je dis ça, je ne dis rien…

          1. C’est plus libéral que de l’interdire, mais moins que de ne juste pas s’occuper de définir la notion de mariage de manière étatique.

          2. Mauvaise question.

            En quoi interdire à quelqu’un d’épouser un homme ou une femme peut être libéral?

        2. La prostitution, une partie de la droite est également contre.

          1. Oui, dont je ne sais plus quel ancien ministre de Sarkozy qui expliquait sur C+ que ça ne le dérangeait pas qu’on interdise vu que LUI n’allait pas aux putes.

            Ce ne sont pas ses mots exacts, mais c’est son « raisonnement ».

  13. Mathilde de St Amour

    J’ai quand même une question à poser: si Nicolas est encore populaire auprès de ses copains, c’est que personne ne veut la place de chef (bien pourri) et que si Nicola la veut ben il la vaut bien ( il se sacrifie tout seul), c’est bien finalement?
    après 2/3 c’est déjà pas mal, et puis j’entends beaucoup autour de moi dire que ce qu’il dit n’efface pas ce qu’il a fait. Les actes comptent pour les gens surtout ceux des politiques.

  14. Question : le sondage d’opinion way (négligé par CP?) sur les français et les réformes, décrit-il un vent favorable au libéralisme ?

    Attention: le même sondage en 2012, et on aurait parlé d’une fracture entre français du privé et du public, à cause de ce « clivant » Sarkozy !

  15. Sarkozy c’est un peu comme De Gaulle, la plupart des Français ne l’aimait guère mais quand il s’est présenté ils se sont tous couchés devant lui.

Les commentaires sont fermés.