Quand l’éolien corrompt

Le Service Central de prévention de la corruption vient de mettre au grand jour les graves dérives de l’affairisme éolien, avec une corruption répandue des élus.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Éoliennes (Crédits : Aoedieart, licence Creative Commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Quand l’éolien corrompt

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 12 juillet 2014
- A +

Par Jean-Louis Butré.
Un article de la Fédération Environnement Durable.

Éoliennes (Crédits : Aoedieart, licence Creative Commons)Le Service Central de prévention de la corruption vient de mettre au grand jour, dans son rapport d’activité 2013, les graves dérives de  l’affairisme éolien en France par lesquelles les prises illégales d’intérêts de la part d’élus et les pratiques d’enrichissement personnel  prospèrent sur fonds publics en multipliant les ingérences privées dans le fonctionnement de l’État.

La Fédération Environnement Durable dénonce depuis plusieurs années l’éolien qui gangrène notre pays et affirme que le développement des énergies renouvelables, et en particulier celui du secteur éolien, n’est pas conçu pour servir la cause de l’environnement et celle des citoyens, mais celle des intérêts d’acteurs financiers déployant abusivement une communication « verte » pour légitimer des pratiques inacceptables qui concernent des détournements de plusieurs milliards d’euros par an prélevés sur la facture d’électricité des Français.

Parmi les moyens et privilèges consentis par le législateur, avec la connivence de personnalités politiques ou d’administrations sous leur emprise, ces acteurs de l’éolien ont notamment obtenu :

  • Des tarifs préférentiels garantis du prix de l’électricité, pour achat à perte de leur production par les grands opérateurs, ce pour des périodes de 15 à 20 ans et au frais du consommateur (taxe sur les énergies renouvelables sous le terme de CSPE, contribution au service public d’électricité). Cette  rentabilité de l’éolien est  doublement scandaleuse car elle a été dénoncée par la Commission de Régulation de l’Énergie et jugée illégale par la Cour Européenne de Justice.
    Nonobstant ces sentences solennelles, ce mécanisme a été à nouveau contourné par un nouvel arrêté ministériel négocié bilatéralement par la ministre de l’Environnement Ségolène Royal et le Président du syndicat des promoteurs éoliens.
  • L’abrogation, par la loi dite « Brottes », et par l’arrêté ministériel concernant « l’Autorisation unique » de l’application des règles de permis de construire permettant dorénavant aux promoteurs d’éoliennes l’instruction de leurs dossiers par un « circuit administratif court » limitant les droits d’information et de recours les plus fondamentaux des citoyens et des centaines d’associations qui luttent légalement sur le terrain contre ces aérogénérateurs.

La gravité de la situation dénoncée par le Service Central de Prévention de la Corruption confirme l’absolue nécessité de démanteler le système éolien.

La Fédération Environnement Durable demande au Gouvernement l’annulation immédiate des dispositifs précités qui corrompent le fonctionnement normal de la démocratie.

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Je ne suis pas allé au delà du titre: quand on désincarne la responsabilité de ceux qui commettent des faits, on évacue celle-ci. C’est l’opposé même de l’esprit libéral.
    Non, ni l’éolien ni quoi que ce soit d’autre ne corrompent. Par essence et définition, la corruption est la trahison d’une parole, la violation d’un contrat. Comme il n’est pas nécessaire d’accepter la corruption pour s’enrichir si tel est le but poursuivi.

    • « Non, ni l’éolien ni quoi que ce soit d’autre ne corrompent. »

      Effectivement, ce sont les subventions qui encouragent la corruption, ainsi que le laxisme destiné à soutenir un projet bancal (et le mot est faible).

    • Un titre mal choisi ne veut pas dire un article sans intérêt.

      • Non, mais cette tendance est lourde.
        En modifiant les termes de perception et de description des faits, on occulte le débat.
        Je lisais l’autre jour un article anodin dans Sud-Ouest, qui avait attiré mon attention pour ce biais justement.
        Il était titré ainsi: « Gironde : un camion se retrouve coincé sous un pont, trop bas pour lui ».
        Et l’article de poursuivre que ledit camion y est resté coincé. Un éclair de lucidité en milieu d’article fait dire à son auteur: « La hauteur à cet endroit est limitée à 3,90 mètres, ce qui permet à certains camions de passer, pas à d’autres. » On se dit, quand même, ça y est on se rapproche d’une description des faits.
        Ben non. La phrase suivante continue ainsi: « L’ensemble routier circulait (…) » etc. Jamais il n’est fait mention d’autre chose que d’une espèce de rencontre de hasard, sorte de fait divers autoréalisateur ayant pour seuls auteurs, le pont et l’ensemble routier…
        La majorité des gens pensent qu’il est légitime d’interdire les armes à feu parce qu’elles tuent. Non, seuls les individus qui les manipulent ont cette capacité.
        Nous luttons pour que liberté rime avec responsabilité. Je vous laisse deviner ce que sera un monde où personne n’est responsable, en dehors des boucs émissaires de bon ton, comme nous autres libéraux mangeurs de petits etc. Quelle liberté aurons nous alors?
        Je profite donc de cette maladresse bien pardonnable de l’auteur pour souligner un point que j’estime essentiel.

        • Je vous rejoins totalement: à force de réifier des abstractions, le monde devient absurde. Mais c’est là la grande erreur de notre mode de pensée dominé par l’interprétation platonicienne du monde qui est en cause, avec sa détestable universalisation des particularités auxquelles nous sommes confrontés à chaque instant.
          C’est comme dans vie politique où certains « universalisent » sous le nom « intérêt général » ce qui n’est que profit particulier de quelques uns. Près de 120 ans après la mort de Nietzsche, qui a si bien réfuté cette façon de représenter nos faits et gestes, l’imposture intellectuelle perdure, pour le plus grand bénéfice de ceux qui l’utilisent en toute connaissance de cause. Pour les autres, ce sont des simples d’esprit…

    • Lord Acton: le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument.
      Ici il est question de l’éolien servant à produire de l’électricité, et non d’un jouet à deux euros acheté par un gamin dans une foire. Cet éolien n’existe que par le pouvoir car non concurrentiel du point de vue économique.
      En ce sens, le titre me semble bon.

  • SI le référendum d’initiative citoyenne existait en FRANCE , comme le souhaitent 82 à 88 % des Français, M. Jean-Louis Butré, n’aurait rien à demander au gouvernement seulement à réunir les conditions pour pouvoir IMPOSER un référendum d’initiative citoyenne ( RIC) pour tenter d’abroger la loi visée OU pour en proposer une nouvelle.
    Des RIC DÉCISIONNELS pourraient aussi être organisés au niveau des communes et autres collectivités territoriales.
    La F E D serait-elle contre le RIC ?
    On n’est pas véritablement en démocratie si le peuple ne peuple reprendre la parole entre deux scrutins pour DÉCIDER de ce qui le regarde.
    Allez signer la pétition pour le RIC en toutes matières sur http://www.article3.fr

  • A propos de la fermeture désormais programmée par la Miss Royal de la centrale nucléaire de Fessenheim il y a tout lieu de penser que les décisions gouvernementales relatives à l’énergie électrique sont prises en dépit du bon sens. Je révélerai demain sur mon blog quelques aspects inattendus des exactions du gouvernement. C’est proprement renversant. Les moulins à vent ne sont que la face émergée de l’incurie gouvernementale. La France est un pays foutu comme le dit H16. Au fait où est-il celui-là ?

  • Sans parler de toutes les affaires ou opportunément, contre accélération du dossier les éoliennes sont implantées sur un terrain appartenant a l’élu local, pour un loyer de 900€ / mois / Eolienne.

    Subvention / règle Copinage / contournement et nouvelles opportunités de syphoner l’argent.
    A chaque nouvelle intervention étatique une nouvelle bande de pieds nickelés se frotte les mains.

  • Pourquoi mon commentaire est en attente de modération et que d’autres postérieurs sont en ligne ?
    Cordialement

  • On peut faire des exégèses sur les termes employés (le titre de ce papier par exemple), il n’en demeure pas moins que l’apocalypse carbonée claironnée sur tous les tons est la porte ouverte au délire des EnR financée sur fonds publics.
    Le lien ci-dessous me semble très éclairant et corrobore cette impression:
    http://www.latribune.fr/blogs/le-blog-du-club-des-economistes-de-l-energie/20140709trib000839298/comment-gagner-la-bataille-du-climat-les-interrogations-des-economistes.html
    C’est très clair, il faut vendre politiquement la transitude quitte à endetter les générations futures au motif que les générations actuelles sont en train de sauver sainte Gaia grâce au développement des EnR !!!!!!
    Je ne suis pas économiste comme les auteurs de ce blog, mais il me semble qu’une remise à niveau de ses auteurs mérite une réflexion urgente….

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Avril 2021, alors que des procès en laxisme au sujet de la justice française fusent dans l’actualité, le nouveau garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, monte au créneau et exprime sa stupéfaction dans un entretien accordé au journal Le Monde : pour lui, c’est un gros malentendu, un problème de communication entre les magistrats et les Français qui ne font plus, à tort, confiance dans la justice de leur pays.

 

Pour le brave Éric du ministère de la Justice, de même que l’insécurité qui n’est qu’un sentiment peu étayé par la ... Poursuivre la lecture

Comment faut-il le dire ou l’écrire ? Comment argumenter, alors que c’est tellement simple à comprendre ?

Avant 2015, en France, on n’avait quasiment pas de panneaux solaires et pas d’éoliennes. On avait du nucléaire, de l’hydraulique, des stations de pompage/stockage, et un peu de gaz et des restes de charbon. En Europe, la France était de loin l'un des pays où l’électricité était la moins chère et émettait le moins de gaz à effet de serre (après les pays comme la Norvège, peu peuplés et riches en hydraulique). En 2012, on a battu le... Poursuivre la lecture

La nécessité de décarboner à terme notre économie, qui dépend encore à 58 % des énergies fossiles pour sa consommation d’énergie, est incontestable, pour participer à la lutte contre le réchauffement climatique, et pour des raisons géopolitiques et de souveraineté liées à notre dépendance aux importations de pétrole et de gaz, la consommation de charbon étant devenue marginale en France.

Cependant, la voie à emprunter doit être pragmatique et ne doit pas mettre en danger la politique de réindustrialisation de la France, qui suppose une... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles