Les autorités françaises ont saisi 200.000 euros en bitcoin

Une plateforme d’échange de bitcoin a été démantelée et ses responsables arrêtés car elle fonctionnait sans autorisation du régulateur.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bitcoin (Crédits Zach Copley, licence Creative Commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les autorités françaises ont saisi 200.000 euros en bitcoin

Publié le 12 juillet 2014
- A +

Par Paul Best, depuis les États-Unis.

bitcoin (Crédits Zach Copley, licence Creative Commons)Un article de Reason.

Pour la première fois en Europe, la police a démantelé une place d’échanges en bitcoin. Lundi dernier, les autorités françaises ont saisi 338 bitcoins, d’une valeur de 200.000 euros, d’un site web qui facilite les échanges depuis novembre dernier. Avant d’être fermé, ce site a permis 2 750 transactions, pour environ 2 500 bitcoins.

Les suspects sont pour l’instant sous le coup d’une enquête pour activités bancaires illégales, blanchiment d’argent, et pour avoir géré un site de jeu illégal. (Ajout du traducteur : il est reproché aux suspects non d’avoir ouvert une plateforme d’échanges de Bitcoin mais de l’avoir fait sans autorisation de l’ACPR, autorité de régulation). Olivier Caracotch, le procureur, a déclaré à Reuters :

C’est la première fois en Europe qu’une action juridique a pour résultat la fermeture d’une place d’échange illégale de monnaie virtuelle. C’est aussi la première fois que des bitcoins ont été saisis dans le cadre d’une procédure judiciaire.

Ces arrestations arrivent quelques semaines après que l’Autorité Bancaire Européenne ait lancé un avertissement aux institutions financières afin qu’elles se tiennent à l’écart des bitcoins et autres monnaies virtuelles. Dans son rapport, elle souligne 70 « risques » potentiels associés aux monnaies numériques, allant de la vulnérabilité de l’utilisateur à l’intégrité financière.

Malgré cette tentative de décourager son utilisation, des pays en Europe et dans le monde entier acceptent le bitcoin et intègrent des monnaies numériques dans leurs économies. Le Conseil Fédéral Suisse, qui fonctionne comme la branche exécutive, vient de publier un rapport de 25 pages, qui souligne comment il pense que les transactions en bitcoin devraient être régulées, et leur recommandation ultime est qu’aucune nouvelle règlementation n’a besoin d’être mise en place. Koen Geens, le ministre des finances belge, a dit qu’il ne voit pas la Banque Nationale de Belgique avoir d’objections au bitcoin. La Russie a commencé par être dure avec le bitcoin, mais le Wall Street Journal vient de rapporter  que la banque centrale russe a décidé de ne pas interférer avec les monnaies virtuelles.

La Fondation Bitcoin a rejeté le rapport de l’Autorité Bancaire Européenne, et a dit que, si son opinion était adoptée, ce serait au détriment du public. Le conseiller pour la politique mondiale de la fondation, a déclaré :

Les États et les citoyens de l’Europe découvrent par eux-mêmes comment tirer avantage du bitcoin tout en en contrôlant les coûts. Il se peut qu’ils n’écoutent pas l’Autorité Bancaire Européenne.

Harper a raison. ZipZap, un réseau mondial de transactions en monnaies, a été fermé au Royaume-Uni plus tôt dans l’année. Il y a deux semaines, cependant, il a été rétabli dans 20.000 commerces de détail partenaires dans tout le pays. ZipZap peut être utilisé dans des pays dans toute l’Europe, dont on peut trouver la liste sur son site web.

Regardez Jeffrey Tucker nous parler de comment bitcoin réinvente le système monétaire.

Traduction Contrepoints.


Sur le web.

En savoir plus sur les monnaies numériques : Le Coin Coin

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Comment ça « saisis » ? Ils ont donné leurs clés ?

    • Non, ils ont du saisir les serveurs ?
      Mais ont-ils vraiment saisi la monnaie virtuelle ?

      Moralité : évitez la France : Allemagne, Suisse sont largement préférables.

  • C’est vrai, comment ça se passe une saisie de bitcoins ?

  • Curieux comme truc …

    J’ai du mal à comprendre comment ils peuvent avoir laissé ces 388 bitcoins saisissable …

    Clairement pour le fonctionnement d’une plateforme, il faut un « fond de caisse » qui lui ait clairement saisissable (vu que le logiciel de la plateforme doit y avoir un acces « live » et donc qu’il doit avoir en mémoire clef publique et privée)
    Mais qu’ils n’aient pas mis « au frais » une grosse partie du capital sur une adresse bitcoin avec le clef privée cachée sous une pierre dans leur jardin … ca me parait très amateur.

    On ne sait peut être pas tout , la police les a peut être effrayé avec des discours du genre « vous risquez jusqu’a 10 ans de prison et 2 M€ d’amende » ce qui les a poussé à lacher …

  • Bah faut choisir des providers situés dans les paradis fiscaux

  • C’est inacceptable ce qu’il s’est passé. Décidément la France est un cas plus désespéré que je ne le pensais et c’est de pire en pire.

    Fuyez tant qu’il est encore temps.

  • Les politiques français sont à des années lumières de comprendre les changements que cette technologie va apporter. Ils n’ont toujours pas compris Internet …

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Un article de Conflits

Le premier tour de l’élection présidentielle de la République tchèque a eu lieu le 13 et 14 janvier 2023. Si les pouvoirs du président de la République sont faibles dans ce pays, cette élection met en évidence des divisions. D’un côté se trouve Andrej Babis, l’ancien Premier ministre centriste considéré comme populiste, de l’autre Petr Pavel, l’ancien chef des armées de la République tchèque et ancien président du comité militaire de l’OTAN. Second tour à la fin du mois.

Ainsi, en matière de politique étra... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF Europe

Pour soutenir son industrie et lutter contre l’inflation, Washington a déclenché un plan massif de subventions : l’Inflation Reduction Act (l’IRA). Promulgué en août, il prévoit une enveloppe de 430 milliards de dollars.

En pratique, l’IRA consiste à subventionner la production nationale (automobile électrique, batteries, énergies renouvelables) et à verser des crédits d’impôt aux industriels du monde entier pour les inciter à s’installer sur le sol américain. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, é... Poursuivre la lecture

Dans le scandale de corruption des élus européens par le Qatar et le Maroc qui secoue Bruxelles, tous les chemins ramènent au socialisme et à l'étatisme.

Un mois après l’arrestation de la vice-présidente grecque du parlement européen Eva Kaili et de cinq italiens, tous socialistes, pour corruption et blanchiment d’argent, ce sont deux autres députés, également socialistes qui ont fait l’objet d’une procédure d’urgence pour lever leur immunité le 2 janvier dernier.

Depuis, c’est Marie Arena, la présidente de la sous-commission de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles