Les autorités françaises ont saisi 200.000 euros en bitcoin

bitcoin (Crédits Zach Copley, licence Creative Commons)

Une plateforme d’échange de bitcoin a été démantelée et ses responsables arrêtés car elle fonctionnait sans autorisation du régulateur.

Par Paul Best, depuis les États-Unis.

bitcoin (Crédits Zach Copley, licence Creative Commons)Un article de Reason.

Pour la première fois en Europe, la police a démantelé une place d’échanges en bitcoin. Lundi dernier, les autorités françaises ont saisi 338 bitcoins, d’une valeur de 200.000 euros, d’un site web qui facilite les échanges depuis novembre dernier. Avant d’être fermé, ce site a permis 2 750 transactions, pour environ 2 500 bitcoins.

Les suspects sont pour l’instant sous le coup d’une enquête pour activités bancaires illégales, blanchiment d’argent, et pour avoir géré un site de jeu illégal. (Ajout du traducteur : il est reproché aux suspects non d’avoir ouvert une plateforme d’échanges de Bitcoin mais de l’avoir fait sans autorisation de l’ACPR, autorité de régulation). Olivier Caracotch, le procureur, a déclaré à Reuters :

C’est la première fois en Europe qu’une action juridique a pour résultat la fermeture d’une place d’échange illégale de monnaie virtuelle. C’est aussi la première fois que des bitcoins ont été saisis dans le cadre d’une procédure judiciaire.

Ces arrestations arrivent quelques semaines après que l’Autorité Bancaire Européenne ait lancé un avertissement aux institutions financières afin qu’elles se tiennent à l’écart des bitcoins et autres monnaies virtuelles. Dans son rapport, elle souligne 70 « risques » potentiels associés aux monnaies numériques, allant de la vulnérabilité de l’utilisateur à l’intégrité financière.

Malgré cette tentative de décourager son utilisation, des pays en Europe et dans le monde entier acceptent le bitcoin et intègrent des monnaies numériques dans leurs économies. Le Conseil Fédéral Suisse, qui fonctionne comme la branche exécutive, vient de publier un rapport de 25 pages, qui souligne comment il pense que les transactions en bitcoin devraient être régulées, et leur recommandation ultime est qu’aucune nouvelle règlementation n’a besoin d’être mise en place. Koen Geens, le ministre des finances belge, a dit qu’il ne voit pas la Banque Nationale de Belgique avoir d’objections au bitcoin. La Russie a commencé par être dure avec le bitcoin, mais le Wall Street Journal vient de rapporter  que la banque centrale russe a décidé de ne pas interférer avec les monnaies virtuelles.

La Fondation Bitcoin a rejeté le rapport de l’Autorité Bancaire Européenne, et a dit que, si son opinion était adoptée, ce serait au détriment du public. Le conseiller pour la politique mondiale de la fondation, a déclaré :

Les États et les citoyens de l’Europe découvrent par eux-mêmes comment tirer avantage du bitcoin tout en en contrôlant les coûts. Il se peut qu’ils n’écoutent pas l’Autorité Bancaire Européenne.

Harper a raison. ZipZap, un réseau mondial de transactions en monnaies, a été fermé au Royaume-Uni plus tôt dans l’année. Il y a deux semaines, cependant, il a été rétabli dans 20.000 commerces de détail partenaires dans tout le pays. ZipZap peut être utilisé dans des pays dans toute l’Europe, dont on peut trouver la liste sur son site web.

Regardez Jeffrey Tucker nous parler de comment bitcoin réinvente le système monétaire.

Traduction Contrepoints.


Sur le web.

En savoir plus sur les monnaies numériques : Le Coin Coin